L'historienne Victoria Bynum sur les inexactitudes du Projet 1619 du New York Times

16-11-2019 wsws.org 19 min #164498

Par Eric London
16 novembre 2019

L'historienne Victoria Bynum, auteure de The Long Shadow of the Civil War: Southern Dissent and Its Legacies (University of North Carolina Press, 2010), The Free State of Jones: Mississippi's Longest Civil War (University of North Carolina Press, 2001) et Unruly Women: The Politics of Social and Sexual Control in the Old South (University of North Carolina Press, 1992), s'est adressée à Eric London, du World Socialist Web Site, sur les falsifications historiques perpétrées par le Projet «1619» du New York Times.

Le Projet 1619, lancé par le Times en août, présente l'histoire américaine sous un angle purement racial et jette le blâme sur tous les «Blancs» pour l'esclavage de 4 millions de Noirs.

Bynum est une experte de l'attitude des pauvres et des paysans blancs du Sud envers l'esclavage. Dans son livre The Free State of Jones, elle a étudié l'histoire du chef de milice antiesclavagiste et anti-confédéré Newton Knight, qui a abandonné l'armée confédérée et mené une insurrection armée contre la Confédération pendant la guerre civile. Il a été adapté pour le grand écran dans le film Free State of Jones de Gary Ross en 2016.

***

WSWS: Bonjour Victoria, c'est un plaisir de vous parler. Le New York Times écrit que l'esclavage est «le péché national de l'Amérique», ce qui implique que l'ensemble de la société américaine est responsable du crime d'esclavage.

Victoria Bynum

Mais Lincoln déclara dans son deuxième discours inaugural en 1865 que la guerre de Sécession se déroulait «jusqu'à ce que chaque goutte de sang venant du fouet soit payée par une autre venant de l'épée». Quelle était l'attitude des sujets de votre étude à l'égard de l'esclavage? Est-il possible de séparer ces attitudes des griefs économiques que de nombreux fermiers blancs et pauvres ont nourris contre le gouvernement confédéré qui pratiquait l'esclavage?

Victoria Bynum: Les commentaires directs sur l'injustice de l'esclavage sont rares parmi les paysans du Sud qui ont laissé peu de traces écrites. Sachant cela dès le début de mes recherches, j'ai été ravie de constater que les familles méthodistes wesleyennes du comté de Montgomery en Caroline du Nord s'opposaient clairement et fermement à l'esclavage, comme je l'ai souligné dans mon premier livre, Unruly Women. En 1852, les membres de l'Église méthodiste Lovejoy invitèrent le révérend Adam Crooks, un abolitionniste bien connu, à s'adresser à leur église. La présence de Crooks a provoqué de violentes protestations de la part de plusieurs esclavagistes de la communauté, tandis que ceux qui l'ont invité l'ont protégé de tout danger physique. Peu avant la guerre civile, les mêmes membres de l'église ont été arrêtés pour avoir distribué le tract abolitionniste interdit de Hinton Rowan Helper en 1857, «The Impending Crisis of the South». Certaines de ces familles, qui ont toutes soutenu l'Union pendant la guerre, ont peut-être connu personnellement Helper, qui a grandi dans la même «ceinture quaker» de la Caroline du Nord que la communauté méthodiste wesleyenne.

Dans le comté de Jones, dans le Mississippi, les opinions antiesclavagistes n'étaient pas si évidentes, mais elles sont encore perceptibles. Les unionistes de premier plan du comté provenaient de cinq familles interdépendantes, dont la famille Collins était la plus importante. Les Collins étaient des propriétaires fonciers prospères qui ont choisi de ne pas posséder d'esclaves, qui ont participé à la politique locale et qui ont rallié les citoyens locaux pour s'opposer à la sécession. En 1863, trois frères Collins et plusieurs de leurs fils se joignent à la bande de rebelles pro-unionistes de la guérilla de Newt Knight. Jasper Collins, le premier sergent de Newt, a été interrogé peu avant sa mort en 1913. À l'âge de 85 ans, Jasper se dit fier de son soutien aux forces américaines pendant la guerre de Sécession, notant que la «loi des Vingt Nègres» avait permis aux riches propriétaires d'esclaves d'échapper au champ de bataille, et qu'il ne voulait pas combattre une cause consacrée à l'esclavage des Noirs. Faire de telles déclarations dans le Mississippi à l'époque de l'orthodoxie de la «Cause perdue» était pour le moins remarquable. De plus, l'unionisme de la famille Collins s'étendit à l'est du Texas, où une branche de la famille émigra vers 1852. Là, trois autres frères Collins ont formé leur propre groupe de guérilla pro-Union, dirigé par Warren J. Collins. Dans un mémoire de famille de 1949, le fils de Warren, le sénateur texan Vinson Collins, a fait remarquer que les Collins «étaient tous opposés à l'esclavage et à la sécession».

De même, la fille probablement métisse de Newt Knight, Anna Knight, a fait remarquer dans son autobiographie de 1951 que sa maison d'enfance avait été dirigée par un homme (Newt) qui ne croyait pas en l'esclavage. Certes, la famille et le quartier ouvertement interraciaux que Newt a fondés en 1870 le suggèrent.

Devant de telles preuves - et il y a beaucoup d'autres exemples - je répondrais «non» à votre question de savoir s'il est «possible de séparer ces attitudes des griefs économiques qu'elles nourrissaient contre le gouvernement confédéré». Des recherches sur les dossiers militaires, de comté et familiaux laissés par des familles unionistes en Caroline du Nord, au Mississippi et au Texas révèlent une idéologie de classe fondée sur les principes républicains du gouvernement représentatif, du devoir civique et de l'indépendance économique. Bien que nous ne puissions pas présumer que les unionistes étaient contre l'esclavage, l'ensemble de leurs paroles et de leurs actes indique que beaucoup - en particulier leurs dirigeants - ont à tout le moins relié l'esclavage à leur propre situation économique à l'époque de la guerre civile.

WSWS: Dans le Projet 1619, Matthew Desmond écrit que le système esclavagiste «permettait aux [travailleurs blancs] de se déplacer librement et de croire que tout leur était permis». Desmond reconnaît alors que l'esclavage a mené à l'oppression de tous les Blancs. Pouvez-vous concilier cette contradiction? Quelles étaient les circonstances économiques et sociales qui poussaient des hommes comme Newton Knight à résister à la confédération?

VB: Il est difficile de concilier la déclaration ci-dessus de Desmond avec ses propos qui suivent, qui font écho aux travaux d'historiens comme Keri Leigh Merritt et Charles C. Bolton: «L'esclavage a fait baisser les salaires de tous les travailleurs. Tant dans les villes que dans les campagnes, les employeurs avaient accès à un vaste bassin de main-d'œuvre flexible composé de personnes réduites en esclavage et libres... les travailleurs journaliers sous le règne de l'esclavage vivaient souvent dans des conditions de manque et d'incertitude, et les emplois destinés à être occupés pendant quelques mois étaient occupés pour la vie. Le pouvoir ouvrier avait peu de chance quand les patrons pouvaient choisir entre acheter des gens, les louer, engager des serviteurs sous contrat, engager des apprentis ou embaucher des enfants et des prisonniers.»

Confessions d'Edward Isham - La vie d'un Blanc pauvre dans le Vieux Sud

En 1998, Bolton et Scott P. Culclasure ont corédigé Les Confessions d'Edward Isham, un volume formidable qui comprend plusieurs essais (dont l'un est de moi) qui analysent la rare autobiographie d'un homme blanc pauvre et analphabète. Edward Isham a dicté l'histoire de sa vie, fondée sur la classe et les relations de travail du Vieux Sud, à son avocat à la veille de son exécution pour meurtre. L'essai de Bolton met en lumière les aspects typiques de la vie d'Isham en tant que salarié - sa recherche constante d'emplois subalternes et mal rémunérés tels que creuser des fossés, fendre du bois pour la construction de clôture, défricher des terres et exploiter les mines - qui montre combien les travailleurs blancs pauvres du Sud fonctionnent comme «une force supplémentaire» à la traite négrière. Fait significatif, l'homme qu'Isham a assassiné était un employeur qui refusait de lui payer son salaire. Plus largement, les essais de ce volume révèlent que le vieux stéréotype répété par Desmond, à savoir que les blancs pauvres du Sud «se déplacent librement», reflète en fait leur besoin d'être mobiles et flexibles simplement pour gagner leur vie. Le travail sporadique à court terme a contribué à un monde instable et violent dans lequel ces hommes se battaient littéralement pour des emplois subalternes ou se dirigeaient vers l'ouest dans une quête insaisissable de prospérité. Les femmes blanches pauvres travaillaient dans des circonstances similaires, mais avec beaucoup moins d'emplois rémunérés disponibles. Dans de nombreux cas, elles se contentaient d'unions de fait qui promettaient une plus grande sécurité économique, mais qui menaient souvent à leur abandon. En ce qui concerne l'apprentissage, mon travail dans Unruly Women et dans le livre de Karen Zipf, Forced Apprenticeship in North Carolina, révèle comment les enfants de femmes libres de couleur et de mères blanches indigentes étaient régulièrement apprentis chez des propriétaires blancs, dans une exploitation du travail qui était semblable à de l'esclavage.

Les forces qui poussèrent des hommes comme Newt Knight à rejeter la Confédération impliquèrent trois classes de Blancs du Sud: les esclavagistes, les non-esclavagistes (les yeomanrys) et les sans propriété (les blancs pauvres). Les dirigeants pro-esclavagistes ont désamorcé les problèmes d'inégalité entre les Blancs en plaçant les Noirs libres sous les Blancs pauvres et en vantant régulièrement la supériorité de tous les Blancs sur les Noirs en raison de l'esclavage dans le Sud. Dans une large mesure, les paysans blancs y ont adhéré, s'enorgueillissant de leur supériorité par rapport aux Noirs et aux Blancs pauvres, d'autant plus que les élites blanches attribuaient la pauvreté des blancs pauvres à leur dégradation et à leur héritage inférieur. En même temps, cependant, une part importante de la paysannerie a développé un sens aigu de conscience de classe alors que l'esclavage s'est développé et est devenu de plus en plus concentré dans les mains des élites riches. Ce sont ces conditions qui ont conduit Hinton Rowan Helper, qui a émergé de la classe paysanne de la Caroline du Nord, et ses partisans (comme indiqué ci-dessus) à condamner l'esclavage et à préconiser son abolition.

Tout comme les partisans d'Helper ont reconnu le mouvement sécessionniste comme un plan de protection et d'expansion de l'esclavage, la paysannerie de Piney Woods Mississippi, qui se battit contre la Confédération sous le leadership de Newton Knight et a déclaré leur comté «État libre de Jones», a également fait la même chose. Partout dans le Sud, comme l'ont montré les historiens Margaret Storey et David Williams pour l'Alabama et la Géorgie, des communautés paysannes similaires se sont organisées en bandes de guérilla qui collaboraient temporairement avec les blancs pauvres, esclaves et personnes de couleur en faisant cause commune contre la Confédération. De façon plus générale, l'étude de Jarret Ruminski sur la guerre civile au Mississippi situe les limites de la loyauté des Confédérés blancs dans le dévouement accru des gens ordinaires envers leur famille, leur ferme et leur communauté.

Hinton Rowan Helper

WSWS: Voyez-vous des parallèles entre les références du New York Times à la génétique (l'«ADN» historique des États-Unis) et l'argument, avancé par l'esclavocratie, selon lequel «une goutte» de «sang» noir suffisait à placer une personne à la peau claire dans le bassin élargi du travail forcé. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet?

VB: La corrélation fréquente de l'identité avec l'ADN ancestral continue de masquer les forces économiques historiques et les constructions changeantes de classe, d'origine ethnique et de sexe qui ont beaucoup plus de pertinence pour l'identité d'une personne que son ADN. Historiquement, l'esclavage fondé sur l'origine ethnique exigeait des définitions juridiques de la blancheur et de la noirceur qui confirmaient la fiction selon laquelle l'esclavage britannique et américain était réservé aux Africains que l'institution «civilisait». Dès les premiers jours de la colonisation, cependant, les relations sexuelles forcées et consensuelles ont créé des ménages esclavagistes et non esclavagistes qui n'étaient ni «noirs» ni «blancs», mais plutôt métis. Les viols fréquents de femmes réduites en esclavage par les propriétaires d'esclaves ont donné naissance à une multitude de ces enfants, mais aussi à de nombreux enfants métis nés de Blancs et de Noirs libres. La loi esclavagiste dictait que l'enfant d'une femme esclave était aussi un esclave - et donc «noir» - quel que soit le père de l'enfant. Inversement, décider de la race des enfants nés de femmes libres qui ont franchi la ligne de couleur n'a pas été si facile, et est devenu encore plus difficile après l'abolition de l'esclavage. Dans le sud, où la capacité d'une personne de travailler, de vivre, d'aimer, de voyager et de profiter pleinement des avantages de la citoyenneté américaine dépend de la perception de son ethnicité, de telles questions pouvaient aboutir devant un tribunal, comme ce fut le cas en 1946 avec Davis Knight, son arrière-petit-fils mixte, après son mariage à une femme de race blanche. Alors que la coutume dictait que Davis Knight était «noir» en raison du statut de race mixte de son arrière-grand-mère Rachel, les lois de l'État exigeaient des preuves plus précises. En vertu de la loi du Mississippi, à moins qu'il ne soit prouvé que l'on a au moins un quart d'ascendance africaine, on est légalement, mais pas socialement, blanc. Sur cette base, Davis Knight a été libéré.

Le nœud du problème est que les personnes d'ascendance européenne, amérindienne et africaine ont longtemps été qualifiées de «noires», quelle que soit leur physionomie, et le sont encore aujourd'hui. Tout ce qu'il faut, quelle que soit son apparence, c'est «une goutte» de «sang» africain. Comme l'historien Daniel Sharfstein et d'autres l'ont noté, cependant, la règle de la goutte unique de la race a été historiquement appliquée de manière incohérente et, comme dans le cas de Davis Knight, rarement confirmée par la loi. Pourtant, la coutume de définir toute personne soupçonnée ou connue d'avoir un ancêtre africain comme une «personne de couleur», a servi à justifier l'esclavage, la ségrégation et le traitement violent inhérent aux deux institutions. Il est important de noter que la création d'une société biraciale a aussi historiquement permis à ceux qui sont au pouvoir de détruire les alliances interraciales de classe entre les peuples opprimés. Qu'il s'agisse de la rébellion de Bacon en 1676, de la reconstruction dans les années 1870, des luttes ouvrières dans les années 1930 ou du mouvement des droits civiques dans les années 1950, les alliances interraciales ont été écrasées à plusieurs reprises par l'exploitation du racisme.

Malgré cette histoire, et bien qu'il ne soit plus légal, socialement, de nier les droits civils des gens en fonction de leur origine ethnique, la règle de la goutte unique est toujours bien vivante. Beaucoup d'Américains, y compris des libéraux qui rejettent politiquement le racisme, définissent couramment les Blancs qui ont des ancêtres noirs comme des personnes qui se «font passer» pour des Blancs. Les mêmes Américains trouveraient absurde d'accuser un Noir qui a des ancêtres blancs de «se faire passer» pour noir, puisque la règle de la goutte unique est basée sur la croyance que le «sang» africain l'emporte sur tout autre. Malheureusement, les gens qui emploient l'expression «se faire passer» semblent ignorer qu'ils répètent deux siècles de pseudoscience essentialiste développée par les tenants de la suprématie blanche pour justifier l'esclavage et la ségrégation.

Newton Knight

WSWS: L'un des arguments sous-entendus dans le Projet 1619 est que quiconque vivait au milieu du XIXe siècle et entretenait des préjugés raciaux était responsable de l'esclavage, quelles que soient ses opinions ou activités politiques. Que pensez-vous de cet argument? Quelle a été, en fin de compte, la source préjugés raciaux au cours de la période que vous avez étudiée?

VB: C'est un argument spécieux qui ignore le contexte historique dans lequel le racisme nord-américain est apparu, ainsi que la place complexe des relations ethniques dans les relations de classe et de genre. L'Afrique répondant à la demande croissante d'esclaves pour les mines et les plantations des Amériques, l'esclavage mobilier du Nouveau Monde est devenu de plus en plus fondé sur l'origine ethnique. Des théories racistes élaborées ont permis aux bâtisseurs de l'empire d'affirmer en tant que «bons chrétiens» que l'esclavage faisait partie d'un ordre «naturel» décrété par Dieu. L'historien Ibram X. Kendi et d'autres citent de nombreuses preuves que le racisme européen a précédé la montée de la traite transatlantique des esclaves, mais il est également clair que l'esclavage du Nouveau Monde a élevé le racisme en alimentant la révolution commerciale de l'Europe et en justifiant les demandes brutales de travail de l'agriculture coloniale. Comme le soutenait Eric Williams dans Capitalism and Slavery (1944), l'esclavage a été à la base du capitalisme dans ses débuts.

Comparativement à l'Espagne et à la France, l'esclavage en Amérique du Nord britannique a connu une croissance relativement lente malgré l'arrivée des esclaves en 1619. Les besoins en main-d'œuvre des colonisateurs britanniques étaient à l'origine satisfaits par divers moyens qui échouaient ou s'avéraient inadéquats: les Indiens conquis étaient réduits en esclavage en raison de leur sauvagerie «impie»; les Blancs des nations européennes de classe inférieure étaient asservis en raison de leur dégradation et de leur présence encombrante dans leurs pays d'origine. Edmund Morgan a fait valoir que les esclaves africains étaient au départ un investissement trop coûteux dans le piège mortel de l'Amérique du Nord. Cela a changé lorsque les serviteurs indisciplinés ont commencé à vivre assez longtemps pour réclamer la liberté; le remplacement du travail temporaire non libre par l'esclavage a aidé à désamorcer les conflits de classes.

Au XIXe siècle, le dogme raciste était profondément enraciné et pratiqué avec une urgence particulière chez les élites du Sud dont la richesse et les loisirs dépendaient de l'esclavage. Les croyances en la supériorité des Blancs résonnaient également chez les Blancs non esclavagistes qui définissaient leur liberté de l'esclavage mobilier sur la base de leur appartenance à la race «supérieure». Pourtant, peu importe à quel point les propriétaires d'esclaves réussissaient à inculquer le racisme au commun des mortels, l'idée que quiconque «était a priori responsable de l'esclavage en raison de préjugés raciaux» semble être un discours visant à faire du racisme une réalité immuable et hors du temps.

WSWS: Quelle a été l'expérience de gens comme Newton Knight à l'époque de la reconstruction? Que pensaient-ils des changements qui se sont produits dans les sociétés du Sud après la guerre? Avaient-ils des liens avec le mouvement populiste, par exemple?

VB: Aux côtés des républicains du Nord Carpetbagger, les unionistes Scalawag ont célébré leur victoire sur les forces confédérées. Dans le comté de Jones, comme ailleurs, des unionistes comme Newton Knight et Jasper Collins ont ardemment cherché et obtenu des nominations politiques. Newt fut nommé commissaire des secours par le gouverneur républicain William Sharkey en 1865 et, en 1872, le gouverneur Adelbert Ames le nomma maréchal adjoint du district sud du Mississippi. En tant que républicain de la Reconstruction, Newt a combattu la fraude électorale et protégé les droits des hommes affranchis. En 1870, il s'adressa avec optimisme au gouvernement américain pour obtenir une compensation financière pour lui-même et pour la bande des 54 hommes qui étaient demeurés «fidèles» à la cause de l'Union pendant la guerre civile.

L'optimisme de Newt Knight était voué à la défaite. Avec l'aide cruciale du Ku Klux Klan et d'autres groupes suprémacistes blancs, les Confédérés vaincus ont mené une contre-révolution contre la reconstruction qui a réussi en moins d'une décennie. Le Parti républicain s'est révélé insuffisant pour remporter la bataille de l'après-guerre pour réformer le Sud au nom de la justice raciale et d'une démocratie élargie. Dans le compromis de 1876, les républicains ont accepté de retirer des troupes du Sud en échange de l'octroi par les démocrates de l'élection présidentielle américaine contestée à Rutherford B. Hayes. Le Parti républicain a ainsi promu ses propres intérêts étroits au nom de la prospérité nationale et de la civilité en acceptant un «Nouveau Sud» dirigé par d'anciens propriétaires d'esclaves. Ce mouvement a facilité l'industrialisation rapide de la nation tout en confiant le sort des personnes libérées et des blancs pro-unionistes à leurs oppresseurs. L'abandon de la reconstruction par les républicains a marqué le début d'une période sombre et violente au cours de laquelle les personnes de couleur ont été confrontées à la ségrégation, à la pauvreté et à la menace constante des lynchages, tandis que les anciens unionistes étaient dénigrés et certains même tués. Travailler la terre signifiait souvent cultiver en métayage pour les Noirs et métayage pour les Blancs plutôt que de posséder sa propre parcelle. Les plus pauvres se sont précipités pour obtenir des emplois de journaliers, juste avant la guerre.

Les alliances provisoires de la guerre civile entre Blancs et Noirs ont été détruites par des campagnes suprématistes blanches appuyées par des lois ségrégationnistes. Avec le temps, l'unionisme du temps de la guerre a été pratiquement effacé de l'histoire et de la littérature du Sud, remplacé par le dogme de la cause perdue qui affirmait que la «noble» cause confédérée avait été stimulée par la dévotion aux principes constitutionnels plutôt que par l'esclavage.

Malgré la défaite dévastatrice de la Reconstruction, Newt Knight demanda une indemnisation fédérale jusqu'en 1900, date à laquelle ses revendications furent rejetées une fois pour toutes par un gouvernement fédéral qui ne s'intéressait plus aux unionistes du Sud. Après avoir quitté la politique et s'être retiré dans sa communauté interraciale, un Newt aigri a dit à un intervieweur que les paysans non esclavagistes du Sud auraient dû se lever et tuer les esclavagistes plutôt que de se battre pour l'Union. Son ancien allié, Jasper Collins, a pris un chemin différent. Dans les années 1870, Jasper quitta son église baptiste proconfédérée pour se joindre à une Église universaliste nouvellement établie. Au cours des années 1890, il est devenu actif au sein du Parti populiste et, en 1895, il a fondé le seul journal populiste du comté de Jones. Plusieurs descendants de Jasper ont poussé son rejet du système bipartite encore plus loin en se présentant aux élections locales en tant que socialistes au moment de sa mort en 1913. De même, dans l'est du Texas, le frère de Jasper, Warren J. Collins, guérillero pro-unioniste, se présenta comme socialiste en 1910. Pour les Blancs du Sud qui avaient combattu la Confédération pendant la guerre civile dans l'espoir d'une révolution démocratique, la trahison de la reconstruction par le Parti républicain était une pilule amère à avaler.

(Article paru en anglais le 30 octobre 2019)

 wsws.org

 Commenter