Accepter cookie ?
28/05/2022 reseauinternational.net  6 min #209021

Nous avons besoin d'un nouveau Bandoeng

par Konrad Rękas.

L'essence même de la sécurité internationale fait référence à l'héritage du Mouvement des États non-alignés, à la tradition de Gandhi, Nehru, Nkrumah, Soekharno et Tito. Et cette fois, le nouveau Bandoeng doit être aligné. Aligné sur la cause de la paix, au-delà et contre les guerres impérialistes des capitalistes occidentaux et orientaux.

Au début du printemps, nous sommes passés de la pandémie à une situation de guerre. Et comme nous le savons, la guerre est la méthode préférée des impérialistes pour repousser et dissimuler les contradictions internes et les crises du capitalisme. Rien n'alimente l'économie aussi bien que le sang des travailleurs. Et la guerre russo-ukrainienne, le nouveau rideau de fer et la propagande réactivée qui voit des « Rouges sous tous les lits » - tout cela souligne l'importance de relancer un mouvement anti-guerre à la base et fait entrevoir la nécessité de relancer le Mouvement des États et des Nations non alignés.

Il n'y a pas d'aussi bonnes affaires que les affaires conclues en temps de guerre

L'auto-dissolution du bloc soviétique et l'émergence d'une réalité internationale unipolaire dans les années 1990 ont faussement rassuré les pacifistes du monde entier. La disparition de la menace d'une annihilation nucléaire par les superpuissances était faussement assimilée à une absence totale de menace de guerre. Malheureusement, l'impérialisme ne fonctionne pas sans guerres, et pour le capitalisme, il n'y a pas de meilleurs affaires que celles faites en temps de guerre. Pendant ce temps, les protestations contre chaque opération militaire hégémonique ultérieure se sont considérablement atténuées. De guerre en guerre, les protestations contre les agressions perpétrées contre l'Irak, la Serbie, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie, contre le conflit au Yémen, l'intervention au Liban, le blocus de Gaza - devenaient de plus en plus discrètes et de plus en plus insignifiantes. N'impliquant de plus en plus que les protestataires habituels. Le pacifisme et le mouvement pour le désarmement n'ont pas disparu mais ont été houspillés dans le coin d'une pièce avec, pour les désigner, un panneau : « Vieux hippies, sont sympas, mais ne faites pas attention. Nourrissez-les, à l'occasion ».

Et les guerres, les crimes de guerre, la privatisation des guerres par les entreprises - se déroulaient quelque part, bien loin, en toute sécurité. Après tout, les téléviseurs et les canaux d'information peuvent toujours s'éteindre, et de toute façon, ils fournissent toujours des diagnostics simples et faciles, grâce auxquels nous pouvons immédiatement distinguer les Bons des Méchants. Et comme un des côtés n'est toujours que bon et l'autre toujours que mauvais - cela n'a pas de sens, il est faux de mettre un signe égal entre eux, n'est-ce pas ? Nous devons rester solidaires avec les gentils, leur souhaiter la victoire et les encourager, car être contre les guerres signifie aider les méchants, n'est-ce pas ? Certes, ce n'est pas juste, mais nous les avons laissés nous convaincre. Nous voulions être convaincus ! Nous avons laissé nos enfants l'apprendre. Nous avons accepté que cette propagande, l'absolution de toute guerre, de toute agression, de tout armement - triomphe dans les médias, les films, les jeux, dans toute la géoculture.

Nous acceptons en silence la censure militaire, même si notre pays n'est pas formellement partie prenante des conflits. Nous ne pouvons pas nous rétablir après la pandémie - parce qu'il y a la guerre. Nous ne pouvons pas accélérer la réalisation de l'objectif climatique - parce qu'il y a une guerre. Et des sanctions. Et la guerre froide. Et le marchandage des pouvoirs pour de nouvelles répartitions d'influences.

Malheureusement, les capitalistes et les gouvernements ne peuvent rien nous offrir - parce qu'ils sont trop occupés par les guerres. C'est leur point de vue. Et même une sorte de vérité : nous ne tirerons aucune leçon de la soi-disant pandémie, nous ne sortirons pas du cycle des crises du capitalisme - tant qu'il y aura des guerres impérialistes. Par conséquent, le mouvement pour la paix n'est pas et ne peut pas être un passe-temps du dimanche, mais doit être l'essence même de notre opposition au capitalisme et à l'impérialisme.

L'expérience tragique ukrainienne

Sur la base de l'expérience ukrainienne, cependant, quelqu'un pourrait dire : « Eh bien, vous êtes contre les guerres, vous voulez dissoudre l'OTAN et établir des zones dénucléarisées - ne voyez-vous pas ce qui est arrivé aux Ukrainiens ? » C'est une très bonne question. Retenez-la quand vous l'entendez. Car c'est l'Ukraine qui confirme à quel point le mouvement anti-guerre a raison. Vladimir Poutine et les Russes sont maintenant présentés comme les seuls responsables de la guerre ukraino-russe, comme l'incarnation de l'archétype des méchants n° 1. Mais c'est le système capitaliste qu'il faut blâmer dans sa quête d'accumulation infinie, réalisée également en Ukraine, gérée par la bourgeoisie compradore. Le conflit d'intérêts des oligarques russes, ukrainiens et occidentaux est de nature purement capitaliste. Car en fait, les sociétés britanniques ou américaines intéressées par la libéralisation et la colonisation de l'Ukraine sont aussi des exemples d'oligarchie. Les coupables de la guerre en Ukraine sont l'impérialisme et le militarisme - venant de l'Occident, utilisant l'OTAN pour absorber de nouvelles zones et augmenter la menace de guerre. Enfin, le nationalisme est à blâmer, et dans sa version la plus horrible, la version nazie, qui a toujours drogué les travailleurs pour qu'ils ne voient pas leurs intérêts de classe.

« Et l'arme nucléaire, après tout, l'Ukraine y a renoncé - et a été attaquée ! » - criera quelqu'un. C'est tout le contraire - en tant qu'État neutre dénucléarisé, l'Ukraine était totalement à l'abri, bien que toujours soumise aux pathologies du capitalisme oligarchique. Les Ukrainiens ont été attaqués lorsque, au lieu de la neutralité, on leur a proposé le militarisme de l'OTAN. Lorsque des politiciens nationalistes ont commencé à annoncer l'acquisition d'armes nucléaires et la construction de « bombes sales ». Et surtout, la guerre a éclaté lorsqu'il s'est avéré qu'elle servait les intérêts de tous les oligarques-capitalistes concernés. Ne comprendrons-nous rien à cette leçon ?

Évidemment, le désarmement mondial est la toute première étape, mais le mouvement pour la paix ne peut se limiter à ce seul slogan. L'essence de la sécurité internationale est une référence à l'héritage du mouvement des États non alignés, à la tradition de Gandhi, Nehru, Nkrumah, Soekharno et Tito. Et cette fois, le nouveau Bandung doit être aligné. Aligné sur la cause de la paix, au-delà et contre les guerres impérialistes des capitalistes occidentaux et orientaux.

source :  Kolozeg

via  Euro-Synergies

 reseauinternational.net

 Commenter