Décision de la Cppap de retirer son agrément à Francesoir : la réponse de Xavier Azalbert, directeur de la publication

FranceSoir

Décision de la CPPAP de retirer son agrément à FranceSoir : la réponse de Xavier Azalbert, directeur de la publication.

FranceSoir

 Ouvrir l'iframe

C'est par voie de presse le 30 novembre 2022 que la rédaction de FranceSoir a appris la décision du ministère de la Culture de ne pas renouveler l'agrément CPPAP du journal, et plus particulièrement son certificat d'Information Politique et Générale (IPG). Selon la Commission paritaire des publications et agences de presse, FranceSoir présenterait un « un défaut d'intérêt général » et nos contenus publiés à propos de la crise du Covid-19 porteraient « atteinte à la protection de la santé publique ».

Le 22 juillet 2022, soit trois mois avant l'expiration de son certificat prévue au 30 septembre 2022, la CPPAP confirmait la bonne réception du dossier de renouvellement de notre certificat IPG. Le 30 septembre 2022, nous étions toujours sans nouvelle d'une quelconque décision. Le 30 novembre, l'annonce tombe, sans que la société n'ait reçu aucun courrier officiel ni même aucune signification de cette décision.

Notons que la position de la CPPAP s'inscrit en contradiction avec celle adoptée en mars 2021 : à la suite d'un audit anticipé de notre agrément sur demande, en février 2021, de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, l'organisme chargé de reconnaître la validité des titres de presse avait alors jugé que notre journal remplissait tous les critères d'admission. Il soulignait notamment que FranceSoir présentait « des informations, des analyses et des commentaires... susceptibles d'éclairer le jugement des citoyens », comme le veut l'article 2 du décret du 29 octobre 2009 qui fixe ces critères d'admission.

Cette réunion de la CPPAP en plénière s'est tenue près de deux semaines après la publication d'un documentaire à charge de France info ("Complément d'enquête" du 17 novembre) contre le Pr Didier Raoult, mais aussi FranceSoir ainsi que son directeur Xavier Azalbert, et deux jours après la publication de l'enquête de FranceSoir sur le scandale Fact & Furious. Cette investigation menée sur plusieurs mois a révélé des compromissions et collusions au sein de la communauté d'opinion des fact-checkers, dans laquelle Antoine Daoust, fondateur du site Fact & Furious, a joué un rôle pivot. Selon le témoignage de son ex-épouse, Fact & Furious, dont les publications étaient régulièrement reprises par des médias mainstream, visait principalement à discréditer par ses articles le Pr Raoult, Idriss Aberkane, Xavier Azalbert et le Pr Christian Perronne. Pourtant, bien qu'il ne détenait aucune formation journalistique, M. Daoust, ex-militaire et barman retiré, a pu obtenir en mai 2021 pour son site un agrément de la part de ce même ministère de la Culture qui lui refusera une bourse au mois de novembre 2021. Le motif : il ne détenait justement « pas de formation journalistique pour le fact-checking ».

L'accusation de la CPPAP selon laquelle nous mettrions en danger la santé publique interpelle par sa mauvaise foi. Accusé d'avoir dénigré les « politiques de santé publique » mises en place durant la crise du Covid-19 par le gouvernement, Christian Perronne a été entièrement blanchi par la chambre disciplinaire de première instance d'Île-de-France de l'Ordre des médecins le 22 octobre 2022. Elle est allée jusqu'à juger qu'en sa qualité d'infectiologue internationalement reconnu, le médecin avait « l'obligation de s'exprimer dans le domaine qui relève de sa compétence » durant la crise du Covid-19. Si le Pr Perronne était donc lié par un devoir de parole, il en découle logiquement qu'il relève du droit et du devoir de FranceSoir de donner la parole à cet universitaire. Aussi, la CPPAP n'aura pu ignorer cette décision de la CDOM qui met à mal l'argumentaire selon lequel publier des contenus qui s'alignent avec les analyses de cet éminent expert, dont la justesse s'est avérée dans le temps, porte atteinte à la protection de la santé publique. Blanchir le messager et condamner son support démontre une incohérence certaine.

Plus largement, cette décision soulève également un problème de fond plus grave : l'attaque contre le pluralisme de la presse, censé être protégé par le ministère de la Culture. La quasi-totalité de la presse française, mais aussi les GAFAM, sont engagés dans une croisade de censure contre ce journal qui décidément les obsède. En septembre 2021, le géant américain Google avait coupé l'accès de notre site à son réseau publicitaire, nous privant d'une partie de nos revenus. Quelques mois plus tôt, Google nous déréférençait de son service Google Actualités et censurait notre chaine YouTube. Ils veulent nous faire taire.

Parmi les plus combattus, notre journal est aussi l'un des journaux français les moins soutenus. Contrairement au reste de la presse, notre journal ne bénéficie d'aucune subvention d'État. Mais c'est ce qui fait aussi notre force : indépendant de tout intérêt, FranceSoir est exclusivement financé par ses lecteurs qui nous soutiennent par des dons défiscalisés. C'est grâce à nos lecteurs que notre liberté est assurée et que nous pouvons remplir notre mission de quête de vérité. Il va donc sans dire que les conséquences de cette décision de la CPPAP seront éminemment nocives pour notre journal, puisqu'elle entraine notamment la perte d'une exonération fiscale sur les dons.

Cette décision politique a été saluée par certains médias ; elle démontre ainsi que loin est le temps où les organes de presse se posaient en garant de la défense du pluralisme des opinions, dont la confrontation par le débat est pourtant une des conditions nécessaires à la recherche de la vérité. Désormais, seul prime l'invisibilisation des faits qui remettent en cause le discours officiel, dont la trame principale est le mensonge.

Naturellement, FranceSoir a décidé de faire appel de cette décision.

 francesoir.fr

 Commenter
admin [Commentaire] 2022-12-03 #12825
L'accusation de la CPPAP selon laquelle nous mettrions en danger la santé publique interpelle par sa mauvaise foi.

là normalement on dit "inversion accusatoire"
justement ce sont l'ensemble des médias mainstream qui sont responsables d'un tel crime, et devraient exactement être fermés.

C'est, sachant cela, qu'ils attaquent les innocents pour gagner du temps, dans l'espoir qu'une prochaine crise fasse oublier les crimes commis.


Articles enfants
1 occurrence 26/12/2022 francesoir.fr  8 min #221380

 Décision de la Cppap de retirer son agrément à Francesoir : la réponse de Xavier Azalbert, directeur de la publication

Francesoir a déposé un référé suspension contre la décision de la Cppap, date d'audience prévue le 6 janvier

FranceSoir

FranceSoir

COMMUNIQUÉ - Le 30 novembre 2022, FranceSoir a appris par voie de presse que la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) avait décidé le matin même de ne pas renouveler notre statut de site d'information politique et générale. Ce n'est que huit jours plus tard dans un courrier officiel que nous avons pu prendre connaissance des motifs de cette décision.