{"195465":{"id":"195465","parent":"195213","time":"1632303471","url":"https:\/\/reseauinternational.net\/la-face-cachee-de-lalliance-americano-australienne-aukus\/","category":"documentaires","title":"La face cach\u00e9e de l'alliance am\u00e9ricano-australienne Aukus","image":"http:\/\/www.newsnet.fr\/img\/newsnet_195465_2ecf2b.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"la-face-cachee-de-l-alliance-americano-australienne-aukus","admin":"newsnet","views":"48","priority":"2","length":"8268","lang":"","content":"\u003Cp\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/www.newsnet.fr\/img\/newsnet_195465_2ecf2b.jpg\" \/\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003Epar Alexandre Lemoine.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa France a rappel\u00e9 ses ambassadeurs des \u00c9tats-Unis et d'Australie pour des consultations suite \u00e0 l'abandon d'un projet de construction de sous-marins et \u00e0 la cr\u00e9ation de l'alliance AUKUS. Le rappel des ambassadeurs a \u00e9t\u00e9 annonc\u00e9 par le ministre fran\u00e7ais des Affaires \u00e9trang\u00e8res Jean-Yves Le Drian. \u00ab \u003Ci\u003ECette d\u00e9cision exceptionnelle est justifi\u00e9e par la gravit\u00e9 exceptionnelle des annonces effectu\u00e9es le 15 septembre par l'Australie et les \u00c9tats-Unis\u003C\/i\u003E \u00bb, a expliqu\u00e9 le ministre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe dernier a rappel\u00e9 qu'il s'agissait de la rupture par l'Australie d'un contrat pour livrer des sous-marins fran\u00e7ais de classe oc\u00e9anique et de la formation d'un nouveau partenariat avec les \u00c9tats-Unis pour construire des sous-marins \u00e0 propulsion nucl\u00e9aire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est la premi\u00e8re fois dans l'histoire que la France a rappel\u00e9 ses ambassadeurs des \u00c9tats-Unis et d'Australie.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EParis a montr\u00e9 son indignation en annulant la c\u00e9l\u00e9bration conjointe avec les \u00c9tats-Unis \u00e0 l'occasion de l'anniversaire de la bataille de la baie de Chesapeake. Il y a exactement 240 ans, une escadre de navires fran\u00e7ais sous le commandement de l'amiral de Grasse au large de l'Am\u00e9rique, dans la baie de Chesapeake, est venue en aide aux \u00c9tats-Unis en battant la flotte de l'amiral britannique Graves. Et aujourd'hui, l'Am\u00e9rique a form\u00e9 avec le Royaume-Uni et l'Australie une nouvelle alliance en portant atteinte \u00e0 la construction navale fran\u00e7aise.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EApr\u00e8s le retrait des \u00c9tats-Unis d'Afghanistan, la formation de l'alliance AUKUS et la rupture du contrat sur les sous-marins, la cr\u00e9ation d'un syst\u00e8me de d\u00e9fense ind\u00e9pendant devrait devenir un imp\u00e9ratif pour l'Europe. La pr\u00e9sidente de la Commission europ\u00e9enne Ursula von der Leyen a \u003Ca href=\"https:\/\/www.theguardian.com\/world\/2021\/sep\/15\/von-der-leyen-eu-state-of-union-speech-political-will-build-own-military\"\u003Eappel\u00e9\u003C\/a\u003E l'Europe \u00e0 organiser un sommet de l'UE sur la d\u00e9fense, d\u00e9clarant que l'Europe devait faire preuve de volont\u00e9 pour d\u00e9ployer ses propres forces arm\u00e9es.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBerlin et Paris proc\u00e8dent depuis longtemps \u00e0 \u003Ca href=\"https:\/\/gunm.ru\/obedinenie-nexter-i-kmw-poluchilo-nazvanie-knds\"\u003El'int\u00e9gration\u003C\/a\u003E de leurs plus grandes entreprises militaires, tout en \u00e9tant en concurrence. Sachant que les \u00c9tats-Unis souhaitent une victoire de l'Allemagne.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa compagnie European Aeronautic Defence and Space (EADS), fond\u00e9e en juillet 2000 suite \u00e0 la fusion de l'allemand Daimler-Benz Aerospace AG, du fran\u00e7ais A\u00e9rospatiale-Matra et de l'espagnol CASA (Construcciones Aeron\u00e1uticas SA), est devenue une locomotive de l'int\u00e9gration militaro-industrielle franco-allemande. Les Fran\u00e7ais sont l'actionnaire majoritaire.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn juillet 2016, la compagnie fran\u00e7aise Nexter Systems S.A. et l'allemand Krauss-Maffei Wegmann GmbH & Co. KG (KMW) ont cr\u00e9\u00e9 \u00ab Airbus des blind\u00e9s \u00bb - la holding KNDS qui construira des blind\u00e9s et de l'artillerie. En 2019 ont \u00e9t\u00e9 entam\u00e9es des n\u00e9gociations sur l'achat d'une part dans le capital-actions de KNDS par le g\u00e9ant allemand Rheinmetall, ce qui renforcerait les positions des Allemands en cas d'achat.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003ELes Fran\u00e7ais, qui ne croient plus gu\u00e8re aux chars lourds depuis la fin de la Guerre froide, donnent aux Allemands le leadership du MGCS\u003C\/i\u003E (Main Ground Combat System) \u00bb, \u003Ca href=\"https:\/\/www.lopinion.fr\/edition\/international\/industrie-defense-reset-francais-plutot-que-franco-allemand-tribune-d-236483\"\u003Ed\u00e9clare\u003C\/a\u003E l'expert g\u00e9opolitique Aymeric Chauprade.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn juin 2019, au salon a\u00e9ronautique de Paris, la compagnie fran\u00e7aise Dassault Aviation et Airbus ont pr\u00e9sent\u00e9 un projet conjoint de chasseur de nouvelle g\u00e9n\u00e9ration SCAF (syst\u00e8me de combat a\u00e9rien du futur) cens\u00e9 remplacer le fran\u00e7ais Rafale et l'allemand Eurofighter. L'Espagne a \u00e9galement rejoint ce projet.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes industriels fran\u00e7ais cherchaient \u00e0 tout prix \u00e0 garder le contr\u00f4le du SCAF. Dassault Aviation, le seul fabricant europ\u00e9en capable de construire des avions de combat comp\u00e9titifs sur le march\u00e9 mondial, ne voulait pas partager ses technologies avec les Allemands. Et seulement la mort du patron de la compagnie Olivier Dassault dans un crash dans des circonstances douteuses a permis de lever cet obstacle.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAymeric Chauprade s'oppose fermement au transfert de technologies fran\u00e7aises \u00e0 l'Allemagne, soulignant que la fusion des industries de l'armement fran\u00e7aise et allemande est contrenature \u00e0 cause d'une incompatibilit\u00e9 des strat\u00e9gies g\u00e9opolitiques des deux pays. \u00ab \u003Ci\u003EL'Allemagne reste profond\u00e9ment attach\u00e9e \u00e0 l'OTAN. Son arm\u00e9e est une composante du bloc transatlantique dirig\u00e9 par Washington, pr\u00eate \u00e0 participer \u00e0 une guerre de haute intensit\u00e9 contre la Russie\u003C\/i\u003E \u00bb, a-t-il \u003Ca href=\"https:\/\/www.lopinion.fr\/edition\/international\/industrie-defense-reset-francais-plutot-que-franco-allemand-tribune-d-236483\"\u003E\u00e9crit\u003C\/a\u003E dans le journal \u003Ci\u003EL'Opinion\u003C\/i\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa position des Fran\u00e7ais \u00e9tait encore plus intransigeante en mati\u00e8re de construction navale. L'id\u00e9e de cr\u00e9er un chantier naval unifi\u00e9 circulait depuis le d\u00e9but du si\u00e8cle dans les milieux europ\u00e9ens. Le projet de fusion de l'un des plus grands groupes industriels allemands Thyssen-Krupp et de la compagnie fran\u00e7aise Naval Groupe (ex-DCNS) a \u00e9t\u00e9 \u00e9voqu\u00e9 plusieurs fois par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel. N\u00e9anmoins, les Allemands n'ont pas \u00e9t\u00e9 invit\u00e9s dans la holding de construction navale franco-italienne form\u00e9e par Naval Group et l'italien Fincantieri.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EApr\u00e8s la rupture du \u00ab contrat du si\u00e8cle \u00bb avec l'Australie, Naval Group s'est retrouv\u00e9 dans une situation financi\u00e8re difficile. Ce qui force les autorit\u00e9s fran\u00e7aises \u00e0 chercher un autre point d'appui financier.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMais Naval Group \u00e9prouvait d\u00e9j\u00e0 des difficult\u00e9s financi\u00e8res avant la rupture de l'accord sur les sous-marins. Ainsi, la construction du second porte-avions fran\u00e7ais a \u00e9t\u00e9 annul\u00e9e vu son co\u00fbt \u00e9lev\u00e9 (3,3 milliards de dollars). \u00c0 pr\u00e9sent, le gouvernement fran\u00e7ais cherche des solutions pour compenser le pr\u00e9judice financier suite \u00e0 la rupture du contrat par les Australiens. La ministre des Arm\u00e9es Florence Parly n'a pas exclu que la France pourrait exiger des r\u00e9parations \u00e0 Canberra, mais il est peu probable que ce dernier l'accepte. Les m\u00e9dias australiens \u003Ca href=\"https:\/\/www.afr.com\/politics\/federal\/the-french-though-their-subs-deal-was-too-big-to-fail-they-were-wrong-20210916-p58s42\"\u003Ese moquent\u003C\/a\u003E de leurs anciens partenaires : \u00ab \u003Ci\u003ELes Fran\u00e7ais pensaient que le contrat de sous-marins \u00e9tait trop important pour \u00e9chouer. Ils avaient tort\u003C\/i\u003E \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003ELa rupture du contrat de sous-marins initi\u00e9e par les Am\u00e9ricains est une incitation intentionnelle de l'industrie de la d\u00e9fense fran\u00e7aise \u00e0 l'int\u00e9gration avec l'industrie allemande, et ce, selon les conditions du partenaire cadet\u003C\/i\u003E \u00bb, estime Alessia Miloradovitch, chercheuse \u00e0 l'Acad\u00e9mie de g\u00e9opolitique de Paris.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'Allemagne est \u00e9galement alarm\u00e9e par la d\u00e9marche inattendue des Australiens. \u00ab \u003Ci\u003EQuand les Fran\u00e7ais ont remport\u00e9 le contrat dans une dure concurrence pour la construction de sous-marins pour l'Australie, l'allemand Thyssen-Krupp n'a rien obtenu et \u00e9tait d\u00e9\u00e7u\u003C\/i\u003E \u00bb, \u00e9crit \u003Ci\u003EDie Welt\u003C\/i\u003E. L'allemand Atlas Elektronik avait r\u00e9ussi \u00e0 l'\u00e9poque \u00e0 \u00ab s'accrocher \u00bb au contrat australien, qui devait fournir des radars. Le contrat s'est effondr\u00e9, et les Allemands ont \u00e9galement subi un s\u00e9rieux pr\u00e9judice. \u00ab \u003Ci\u003EEn rompant le contrat australien, l'Am\u00e9rique a intentionnellement tourn\u00e9 l'industrie militaire fran\u00e7aise en direction de l'Allemagne\u003C\/i\u003E \u00bb, d\u00e9clare Aymeric Chauprade.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003ELe gouvernement Macron a tout fait \u00e9chouer, ajoute-t-il. L'espoir de l'\u00c9lys\u00e9e pour une coop\u00e9ration franco-allemande r\u00e9ussie dans le secteur de la d\u00e9fense est encore plus illusoire et dangereux. La France doit mener une politique de d\u00e9fense ind\u00e9pendante et multipolaire, bas\u00e9e avant tout sur la coop\u00e9ration avec les pays des BRICS\u003C\/i\u003E \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECependant, Emmanuel Macron poursuit une autre strat\u00e9gie. Il faut s'attendre \u00e0 ce que les n\u00e9gociations sur la fusion de Naval Group et de Thyssen-Krupp se soldent prochainement par un abandon total des positions fran\u00e7aises.\u003C\/p\u003E\u003Chr \/\u003Esource : \u003Ca href=\"http:\/\/www.observateurcontinental.fr\/?module=articles&action=view&id=3125\"\u003Eobservateurcontinental.fr\u003C\/a\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/reseauinternational.net\/la-face-cachee-de-lalliance-americano-australienne-aukus\/\"\u003Ereseauinternational.net\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}