08/01/2024 chroniquepalestine.com  20 min #240460

À l'intérieur du camp de torture israélien pour les détenus de Gaza

Des Palestiniens sont détenus par les forces israéliennes dans les rues de Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza, le 7 décembre 2023 - Photo : Médias sociaux (utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Par  Yuval Abraham

Les Palestiniens arrêtés dans le nord de la bande de Gaza décrivent les sévices systématiques infligés par les soldats israéliens aux civils comme aux combattants, depuis les privations sévères jusqu'aux violences physiques les plus brutales.

Début décembre, des images ont circulé dans le monde entier montrant des dizaines d'hommes palestiniens dans la ville de Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza, qui ont été déshabillés jusqu'à leurs sous-vêtements, agenouillés ou assis courbés, puis ont eu les yeux bandés et ont été placés à l'arrière de camions de l'armée israélienne comme du bétail.

La grande majorité de ces détenus étaient des civils non affiliés au mouvement Hamas, comme l'ont  confirmé par la suite les responsables israéliens de la sécurité, et les hommes ont été emmenés par l'armée sans que leurs familles soient informées du lieu où se trouvaient les détenus. Certains d'entre eux ne sont jamais revenus.

+972 Magazine et Local Call se sont entretenus avec quatre civils palestiniens qui apparaissent sur ces photos ou qui ont été arrêtés près des lieux et emmenés dans des centres de détention militaires israéliens, où ils ont été détenus pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, avant d'être relâchés dans la bande de Gaza.

Leurs témoignages - ainsi que 49 témoignages vidéo publiés par divers médias arabes de Palestiniens arrêtés dans des circonstances similaires au cours des dernières semaines dans les districts de Zeitoun, Jabalia et Shuja'iya, dans le nord de la bande de Gaza - font état d'abus et de tortures systématiques de la part des soldats israéliens à l'encontre de tous les détenus, civils et combattants confondus.

Selon ces témoignages, les soldats israéliens ont soumis les détenus palestiniens à des chocs électriques, leur ont brûlé la peau avec des briquets, leur ont craché dans la bouche et les ont privés de sommeil, de nourriture et d'accès aux toilettes jusqu'à ce qu'ils défèquent sur eux-mêmes.

Nombre d'entre eux ont été attachés à une clôture pendant des heures, menottés et ont eu les yeux bandés pendant la majeure partie de la journée. Certains ont témoigné avoir été battus sur tout le corps et avoir eu des cigarettes éteintes dans le cou ou le dos. Plusieurs personnes sont mortes des suites de leur détention dans ces conditions. ***

Les Palestiniens avec lesquels nous nous sommes entretenus ont déclaré que le matin du 7 décembre, lorsque les photos de Beit Lahiya ont été prises, les soldats israéliens sont entrés dans le quartier et ont ordonné à tous les civils de quitter leurs maisons. Ils criaient : « Tous les civils doivent descendre et se rendre », a déclaré à +972 et à Local Call Ayman Lubad, chercheur juridique au Centre palestinien pour les droits de l'homme, qui a été détenu ce jour-là avec son jeune frère.

Selon les témoignages, les soldats ont ordonné à tous les hommes de se déshabiller, les ont rassemblés en un seul endroit et ont pris les photos qui ont ensuite été diffusées sur les médias sociaux (de hauts responsables israéliens ont depuis  réprimandé les soldats pour avoir partagé les images). Les femmes et les enfants, quant à eux, ont reçu l'ordre de se rendre à l'hôpital Kamal Adwan.

Quatre témoins différents ont déclaré séparément à +972 et à Local Call que, alors qu'ils étaient assis menottés dans la rue, les soldats sont entrés dans les maisons du quartier et y ont mis le feu ; +972 et Local Call ont obtenu des photos de l'une des maisons incendiées. Les soldats ont dit aux détenus qu'ils avaient été arrêtés parce qu'ils « n'avaient pas évacué vers le sud de la bande de Gaza ».

Un nombre indéterminé de civils palestiniens restent dans la partie nord de la bande de Gaza malgré les ordres d'expulsion israéliens depuis le début de la guerre, qui a conduit des centaines de milliers de personnes à fuir vers le sud.

Les personnes à qui nous avons parlé ont cité plusieurs raisons pour lesquelles elles ne sont pas parties : la peur d'être  bombardées par l'armée israélienne pendant le trajet vers le sud ou pendant qu'elles s'y  abritent ; la peur que des gens liés au Hamas leur tirent dessus ; les difficultés de mobilité ou les handicaps des membres de la famille ; et l'incertitude de la vie dans les  camps de personnes déplacées dans le sud. La femme de Lubad, par exemple, venait d'accoucher et ils craignaient les dangers de quitter leur maison avec un nouveau-né.

Dans une  vidéo filmée sur les lieux à Beit Lahiya, un soldat israélien tenant un mégaphone se tient devant les détenus - qui sont assis en rangs, déshabillés et à genoux, les mains derrière la tête - et déclare : « L'armée israélienne est arrivée. Nous avons détruit Gaza [la ville] et Jabalia sur vos têtes. Nous avons occupé Jabalia. Nous occupons tout Gaza. C'est ce que vous voulez ? Voulez-vous le Hamas avec vous ? » Les Palestiniens répliquent en criant qu'ils ne sont que des civils.

Des Palestiniens détenus par les forces israéliennes à Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza, sont emmenés dans un camion militaire, le 7 décembre 2023 - Photo : Médias sociaux ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur

« Notre maison a brûlé sous mes yeux », a déclaré à +972 et à Local Call Maher, étudiant à l'université Al-Azhar de Gaza, qui apparaît sur une photo de détenus à Beit Lahiya (il a demandé à utiliser un pseudonyme de peur que l'armée israélienne n'exerce des représailles contre les membres de sa famille, qui sont toujours détenus dans un centre de détention militaire). Des témoins oculaires ont déclaré que le feu s'est propagé de manière incontrôlée, que la rue s'est remplie de fumée et que les soldats ont dû déplacer les Palestiniens ligotés à quelques dizaines de mètres des flammes.

J'ai dit au soldat : « Ma maison a brûlé, pourquoi faites-vous cela ? Il m'a répondu : 'Oublie cette maison' », se souvient Nidal, un autre Palestinien qui figure également sur une photo prise à Beit Lahiya et qui a demandé à utiliser un pseudonyme pour les mêmes raisons.

« Il m'a demandé où j'avais mal, puis il m'a frappé fort »

Plus de 660 Palestiniens de Gaza sont actuellement détenus dans des prisons israéliennes, pour la plupart dans la prison de Ketziot, dans le désert du Naqab. Un nombre supplémentaire, que l'armée refuse de révéler mais qui pourrait s'élever à plusieurs milliers, est détenu dans plusieurs bases militaires, dont celle de Sde Teyman, près de Be'er Sheva, où se dérouleraient la plupart des mauvais traitements infligés aux détenus.

Selon les témoignages, les détenus palestiniens de Beit Lahiya ont été embarqués dans des camions et emmenés sur une plage. Ils sont restés ligotés pendant des heures, et une autre photo d'eux a été prise et diffusée sur les médias sociaux. Lubad a raconté comment l'une des femmes soldats israéliennes a demandé à plusieurs détenus de danser et les a ensuite filmés.

Les détenus, toujours en sous-vêtements, ont ensuite été emmenés sur une autre plage à l'intérieur d'Israël, près de la base militaire de Zikim, où, selon leurs témoignages, les soldats les ont interrogés et sévèrement battus. Selon les médias, ce sont des membres de l'unité 504 de l'armée d'occupation, un corps de renseignement militaire, qui ont procédé à ces premiers interrogatoires.

Maher a raconté ce qu'il a subi à +972 et Local Call : Un soldat m'a demandé : « Quel est ton nom ? » et a commencé à me donner des coups de poing dans l'estomac et des coups de pied. Il m'a dit : « Tu es dans le Hamas depuis deux ans, dis-moi comment ils t'ont recruté ». Je lui ai dit que j'étais étudiant. Deux soldats m'ont écarté les jambes et m'ont donné des coups de poing au visage. J'ai commencé à tousser et je me suis rendu compte que je ne respirais plus. Je leur ai dit : 'Je suis un civil, je suis un civil' ».

« Je me souviens d'avoir tendu la main vers le bas de mon corps et d'avoir senti quelque chose de lourd », a poursuivi M. Maher. « Je n'ai pas réalisé que c'était ma jambe. J'ai arrêté de sentir mon corps. J'ai dit au soldat que j'avais mal, il s'est arrêté et m'a demandé où ; je lui ai dit dans l'estomac, et alors il m'a frappé fort dans l'estomac. Ils m'ont dit de me lever. Je ne sentais plus mes jambes et je ne pouvais plus marcher. Chaque fois que je tombais, ils me frappaient à nouveau. J'ai saigné de la bouche et du nez et je me suis évanoui. »

Les soldats ont interrogé certains détenus de la même manière, les ont photographiés, ont vérifié leurs cartes d'identité, puis les ont divisés en deux groupes. La plupart, dont Maher et le jeune frère de Lubad, ont été renvoyés à Gaza et ont rejoint leur domicile le soir même. Lubad lui-même faisait partie d'un second groupe d'environ 100 personnes détenues à Beit Lahiya ce jour-là et qui ont été transférées dans un centre de détention militaire à l'intérieur d'Israël.

Il est donc probable qu'ils aient été détenus à la base de Sde Teyman, à côté de Be'er Sheva, qui comprend un aérodrome. Selon l'armée israélienne, c'est là que les détenus de Gaza sont gardés pour être traités, c'est-à-dire pour qu'il soit décidé s'ils doivent être considérés comme des civils ou des « combattants illégaux ».

Selon le bureau du porte-parole de l'armée israélienne, les centres de détention militaire ne sont destinés qu'à l'interrogatoire et au contrôle initial des détenus, avant que ceux-ci ne soient transférés à l'administration pénitentiaire israélienne ou jusqu'à leur libération. Les témoignages des Palestiniens qui ont été détenus à l'intérieur de ces installations brossent cependant un tableau totalement différent.

Nous avons été torturés toute la journée

À l'intérieur de la base militaire, les Palestiniens étaient détenus par groupes d'environ 100 personnes. Selon les témoignages, ils étaient menottés et avaient les yeux bandés tout le temps, et n'étaient autorisés à se reposer qu'entre minuit et 5 heures du matin.

L'un des détenus de chaque groupe, choisi par les soldats parce qu'il connaissait l'hébreu et qu'il portait le titre de « Shawish » (terme argotique désignant un serviteur ou un subordonné), était le seul à ne pas avoir les yeux bandés.

Les anciens détenus ont expliqué que les soldats qui les gardaient avaient des lampes de poche à laser vert qu'ils utilisaient pour marquer toute personne qui bougeait, changeait de position à cause de la douleur ou émettait un son.

Les Shawish amenaient ces détenus aux soldats qui se tenaient de l'autre côté de la clôture de barbelés entourant l'installation, où ils étaient punis.

Selon les témoignages, la punition la plus courante consistait à être attaché à une clôture et à devoir lever les bras pendant plusieurs heures. Celui qui les baissait était emmené par les soldats et battu.

Palestiniens après leur enlèvement par les troupes d'occupation dans le nord de Gaza, à Jabaliya, le 10 décembre 2023 - Photo: Médias sociaux ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur

« Nous avons été torturés toute la journée », a déclaré Nidal à +972 et à Local Call. « Nous nous sommes agenouillés, la tête baissée. Ceux qui ne réussissaient pas [à lever longtemps les bras] étaient attachés à la clôture, [pendant] deux ou trois heures, jusqu'à ce que le soldat décide de les libérer. J'ai été attaché pendant une demi-heure. Tout mon corps était couvert de sueur, mes mains étaient engourdies. »

« Vous ne pouviez pas bouger », rappelle Lubad à propos des règles. « Si vous bougez, le soldat pointe un laser sur vous et dit au Shawish : 'Sortez-le, levez les mains.' Si vous baissez les mains, le Shawish vous emmène à l'extérieur et les soldats vous battent. Si vous baissez les mains, le Shawish vous emmène dehors et les soldats vous frappent. J'ai été attaché deux fois à la clôture. Et j'ai gardé les mains en l'air parce qu'il y avait des gens autour de moi qui étaient vraiment blessés. Une personne est revenue avec une jambe cassée. Vous entendez les coups et les cris de l'autre côté de la clôture. Vous avez peur de regarder ou de jeter un coup d'œil à travers le bandeau. S'ils te voient regarder, c'est une punition. Ils te sortent ou t'attachent à la clôture ».

Un autre jeune homme libéré a  déclaré aux médias, après son retour à Gaza, que « les gens étaient torturés en permanence. Nous entendions des cris. Ils [les soldats] nous ont dit : 'Pourquoi êtes-vous restés à Gaza, pourquoi n'êtes-vous pas allés dans le sud ?' Je leur ai répondu : 'Pourquoi irions-nous dans le sud ? Nos maisons sont toujours là et nous ne sommes pas liés au Hamas'. Ils nous ont dit : 'Descendez au sud - vous avez célébré [l'attaque menée par le Hamas] le 7 octobre' ».

Dans un cas, raconte Lubad, « un détenu qui refusait de s'agenouiller et qui baissait les mains au lieu de les garder levées a été emmené derrière la clôture de fils barbelés, les mains menottées. Les détenus ont entendu des coups, puis ils ont entendu le détenu maudire un soldat, et enfin un coup de feu. Ils ne savent pas si le détenu a réellement été abattu, ni s'il est vivant ou mort ; en tout état de cause, il n'est pas revenu pendant le reste de la période de détention des personnes avec lesquelles nous nous sommes entretenus ».

Lors d'entretiens avec des médias arabes, d'anciens détenus ont déclaré que d'autres détenus du centre étaient morts à côté d'eux. « Des gens sont morts à l'intérieur. L'un d'entre eux souffrait d'une maladie cardiaque. Ils l'ont jeté dehors, ils ne voulaient pas s'occuper de lui », a déclaré une personne à Al Jazeera .

Plusieurs détenus qui se trouvaient avec Lubad lui ont également parlé d'un tel décès. Ils ont déclaré qu'avant son arrivée, un homme âgé du camp de réfugiés d'Al-Shati, qui était malade, était décédé dans l'établissement en raison des conditions de détention. Les détenus ont décidé d'entamer une grève de la faim pour protester contre sa mort et ont rendu aux soldats les morceaux de fromage et de pain qui leur avaient été rationnés.

Les détenus ont raconté à Lubad que la nuit, les soldats entraient et les battaient sévèrement alors qu'ils étaient menottés, puis leur lançaient des bombes lacrymogènes. Les détenus ont alors cessé de faire grève.

L'armée israélienne a confirmé à +972 et à Local Call que des détenus de Gaza étaient morts dans l'établissement. « Il y a des cas connus de décès de détenus dans le centre de détention », a déclaré le porte-parole de l'armée d'occupation. « Conformément aux procédures, chaque décès d'un détenu fait l'objet d'un examen, y compris en ce qui concerne les circonstances du décès. Les corps des détenus sont conservés conformément aux ordres militaires ».

Dans des témoignages vidéo, des Palestiniens qui ont été relâchés à Gaza décrivent des cas où les soldats ont écrasé des cigarettes sur le corps des détenus et leur ont même administré des chocs électriques.

« J'ai été détenu pendant 18 jours », a  déclaré un jeune homme à Al Jazeera. « Le soldat vous voit vous endormir, prend un briquet et vous brûle le dos. Ils ont éteint des cigarettes sur mon dos à plusieurs reprises. L'un des gars [qui avait les yeux bandés] a dit [au soldat] : 'Je veux boire de l'eau', et le soldat lui a dit d'ouvrir la bouche et a craché dedans ».

Un autre détenu a déclaré avoir été torturé pendant cinq ou six jours. « 'Tu veux aller aux toilettes ? Interdit », a-t-il  raconté. « [Le soldat] vous bat. Et je ne suis pas du Hamas, qu'est-ce qu'on peut me reprocher ? Mais il continue à vous dire : 'Vous êtes du Hamas, tous ceux qui restent à Gaza sont du Hamas. Si vous n'étiez pas du Hamas, vous seriez allé au sud. Nous vous avons dit d'aller au sud' ».

Shadi al-Adawiya, un autre détenu qui a été libéré, a déclaré à TRT dans un  témoignage filmé : « Ils nous mettent des cigarettes dans le cou, les mains et le dos. Ils nous donnent des coups de pied dans les mains et la tête. Et il y a des chocs électriques ».

« On ne peut rien demander », a  déclaré à Al Jazeera un autre détenu libéré après son arrivée à l'hôpital de Rafah. Si vous dites 'Je veux boire', ils vous frappent sur tout le corps. Il n'y a pas de différence entre les jeunes et les vieux. J'ai 62 ans. Ils m'ont frappé dans les côtes et depuis, j'ai du mal à respirer. »

« J'ai essayé d'enlever le bandeau, et un soldat m'a donné un coup de genou dans le front »

Les Palestiniens détenus par Israël à Gaza, qu'il s'agisse de militants ou de civils, le sont en vertu de la « loi sur les combattants illégaux » de 2002.

Cette loi israélienne permet à l'État de détenir des combattants ennemis sans leur accorder le statut de prisonnier de guerre, et de les détenir pendant de longues périodes sans procédure judiciaire normale. Israël peut empêcher les détenus de rencontrer un avocat et reporter le contrôle judiciaire jusqu'à 75 jours - ou, si un juge l'approuve, jusqu'à six mois.

Après le déclenchement de la guerre actuelle en octobre, cette loi a été modifiée : selon la  version approuvée par la Knesset le 18 décembre, Israël peut également détenir ces personnes jusqu'à 45 jours sans émettre d'ordre de détention - une disposition qui a des ramifications importantes.

« Ils n'existent pas pendant 45 jours », a déclaré Tal Steiner, directeur exécutif du Comité public contre la torture en Israël, à +972 et à Local Call. « Leurs familles ne sont pas informées. Pendant cette période, des personnes peuvent mourir sans que personne ne le sache. [Il faut] prouver que tout s'est passé. Beaucoup de gens peuvent tout simplement disparaître.

L'ONG israélienne de défense des droits de l'homme HaMoked a reçu des appels d'habitants de Gaza concernant 254 Palestiniens détenus par l'armée israélienne et dont les proches n'ont aucune idée de l'endroit où ils se trouvent. HaMoked a déposé une  requête auprès de la Haute Cour d'Israël à la fin du mois de décembre, exigeant que l'armée publie des informations sur les résidents de Gaza qu'elle détient.

Une source de l'administration pénitentiaire israélienne a déclaré à +972 et à Local Call que la plupart des détenus de Gaza sont retenus par l'armée et n'ont pas été transférés dans des prisons. Il est probable que l'armée israélienne tente d'obtenir des renseignements sur des civils tout en utilisant la loi sur les « combattants illégaux » pour les emprisonner.

Les détenus qui ont parlé à +972 et à Local Call ont déclaré qu'ils étaient détenus dans l'installation militaire avec des personnes qu'ils savaient être membres du Hamas ou du Jihad islamique. Selon les témoignages, les soldats israéliens ne font pas de différence entre les civils et les membres de ces groupes et traitent tout le monde de la même manière. Certaines des personnes arrêtées dans le même groupe à Beit Lahiya il y a près d'un mois n'ont pas encore été libérées.

Nidal a décrit comment, en plus des violences subies par les détenus, les conditions de détention étaient extrêmement dures. « Les toilettes sont une mince ouverture entre deux morceaux de bois », a-t-il déclaré. « Ils nous y ont mis les mains attachées et les yeux bandés. Nous entrions et urinions sur nos vêtements. C'est là aussi que nous buvions de l'eau ».

Les civils qui ont été libérés de la base militaire israélienne ont déclaré à +972 et à Local Call que quelques jours plus tard, ils ont été emmenés d'une installation à l'autre pour être interrogés. La plupart d'entre eux ont déclaré avoir été battus pendant les interrogatoires.

On leur a demandé s'ils connaissaient des agents du Hamas ou du Jihad islamique, ce qu'ils pensaient de ce qui s'était passé le 7 octobre, lequel des membres de leur famille était un agent du Hamas, qui était entré en Israël le 7 octobre et pourquoi ils n'avaient pas évacué le sud comme on le leur avait « demandé ».

Trois jours plus tard, Lubad a été emmené à Jérusalem pour y être interrogé. « L'interrogateur m'a donné un coup de poing au visage et, à la fin, ils m'ont emmené dehors et m'ont bandé les yeux », a-t-il déclaré. « J'ai essayé d'enlever le bandeau, parce qu'il me faisait mal, et un soldat m'a donné un coup de genou dans le front, alors je l'ai laissé. »

« Une demi-heure plus tard, ils ont amené un autre détenu, un professeur d'université », a poursuivi Lubad. « Apparemment, il n'a pas coopéré avec eux pendant l'interrogatoire. Ils l'ont battu très brutalement à côté de moi. Ils lui ont dit : 'Vous défendez le Hamas, vous ne répondez pas aux questions. Mettez-vous à genoux, levez les mains'. J'ai senti deux personnes venir vers moi. J'ai pensé que c'était mon tour d'être battu et j'ai contracté mon corps pour me préparer. Quelqu'un m'a chuchoté à l'oreille : 'Dis chien'. J'ai dit que je ne comprenais pas. Il m'a dit : 'Dis, le jour viendra pour chaque chien', sous-entendant la mort ou le châtiment. »

Lubad a ensuite été relâché dans la cellule de détention. Selon lui, les conditions à Jérusalem étaient meilleures que dans l'établissement du sud. Pour la première fois, il n'était pas menotté et n'avait pas les yeux bandés. « J'avais tellement mal et j'étais si fatigué que je me suis endormi, et c'est tout », a-t-il déclaré.

« Nous avons été traités comme des poulets ou des moutons »

Le 14 décembre, une semaine après avoir été enlevé de sa maison à Beit Lahiya, laissant derrière lui sa femme et ses trois enfants, Lubad a été mis dans un bus qui le ramenait au point de passage de Kerem Shalom, entre Israël et la bande de Gaza. Il a dénombré 14 bus et des centaines de détenus. Lui et un autre témoin ont déclaré à +972 et à Local Call que les soldats leur ont dit de courir et que « quiconque regarde en arrière, nous lui tirerons dessus ».

De Kerem Shalom, les détenus ont marché jusqu'à Rafah - une ville qui s'est transformée en un gigantesque camp de réfugiés ces dernières semaines, abritant des centaines de milliers de Palestiniens déplacés.

Les détenus libérés portaient des pyjamas gris, et certains ont montré aux journalistes palestiniens des blessures aux poignets, au dos et aux épaules, apparemment dues aux violences subies en détention. Ils portaient des bracelets numérotés qui leur avaient été remis à leur arrivée au centre de détention.

 Euro-Med Monitor, une organisation de défense des droits de l'homme basée à Genève et disposant de plusieurs chercheurs sur le terrain à Rafah, a déclaré à +972 et à Local Call qu'elle estime qu'au moins 500 habitants de Gaza ont été libérés dans la ville au cours des dernières semaines après avoir été enlevés par Israël, racontant des témoignages de tortures et d'abus.

Les détenus ont déclaré aux journalistes qu'ils ne savaient pas où aller à Rafah ni où se trouvaient leurs familles. Nombre d'entre eux étaient pieds nus. « J'ai eu les yeux bandés pendant 17 jours », a déclaré l'un d'entre eux. « Nous avons été traités comme des poulets ou des moutons », a déclaré un autre.

L'un des détenus arrivés à Rafah a déclaré à +972 et à Local Call que depuis qu'il a été libéré il y a deux semaines, il vit dans une tente en nylon. « Aujourd'hui même, j'ai acheté des chaussures », a-t-il déclaré. « À Rafah, où que vous regardiez, vous voyez des tentes. Depuis ma libération, c'est très difficile pour moi sur le plan mental. Un million de personnes s'entassent ici dans une ville de 200 000 habitants [avant la guerre] ».

Lorsque Lubad est arrivé à Rafah, il a immédiatement appelé sa femme. Il était heureux d'apprendre qu'elle et ses enfants étaient en vie. « En prison, je n'arrêtais pas de penser à eux, à ma femme qui se trouvait dans une situation difficile, seule avec notre nouveau-né », explique-t-il.

Mais au téléphone, il avait l'impression que sa famille ne lui disait rien. Finalement, Lubad a découvert qu'une heure après que son jeune frère soit revenu de sa détention à Zikim Beach, il a été tué par un obus israélien qui a frappé la maison d'un voisin.

Se souvenant de la dernière fois qu'il a vu son frère, Lubad a déclaré : « J'ai vu que nous étions assis là en caleçon et qu'il faisait terriblement froid, et je lui ai chuchoté : 'C'est bon, c'est bon, tu reviendras sain et sauf' ».

Pendant sa détention, la femme de Lubad a dit à leurs enfants qu'il avait voyagé à l'étranger ; Lubad n'est pas sûr qu'ils l'aient cru. Son fils de trois ans l'a vu se déshabiller dans la rue ce jour-là. « Mon fils voulait vraiment aller au zoo, mais il n'y a plus de zoo à Gaza. Je lui ai donc dit qu'au cours de mon voyage, j'avais vu un renard à Jérusalem - et en effet, lorsque j'ai été interrogé, le matin, des renards passaient par là. Je lui ai promis qu'une fois que tout serait terminé, je l'emmènerais les voir aussi ».

Auteur :  Yuval Abraham


* Yuval Abraham est un journaliste et un militant basé à Jérusalem.

5 janvier 2024 -  +972 Magazine - Traduction :  Chronique de Palestine

 chroniquepalestine.com

 Commenter