Après plusieurs années de brouille, Téhéran et Riyad annoncent le rétablissement de leurs relations

Accord Iran-Arabie saoudite : Pas de normalisation diplomatique, mais une « architecture »

par Alastair Crooke

Au fur et à mesure que ce bellum (guerre) se déroulait dans la région, l'Irak, la Syrie, le Liban et d'autres pays - tous des États anciennement riches - ont été transformés en poubelles économiques de la pauvreté.

L'accord conclu entre l'Arabie saoudite et l'Iran (et garanti par la Chine) n'a pas pour but premier de rétablir les relations diplomatiques. Les deux équipes étaient d'ailleurs dirigées par leurs chefs de la sécurité. L'accord vise plutôt à construire une nouvelle architecture de sécurité pour la région.

Cette architecture est potentiellement révolutionnaire. Depuis qu'Yitzhak Rabin a décidé, au début des années 1990, d'inverser le paradigme de sécurité original d'Israël, à savoir la « périphérie » (États non arabes) contre le voisinage arabe d'Israël (afin de préparer le terrain pour l'aspiration de Rabin à une certaine compréhension palestinienne), la région a été transformée en un désert d'une architecture anti-sécurité inventée de toutes pièces.

Pour atteindre les objectifs de recherche de la paix avec la sphère arabe, les dirigeants israéliens - qui avaient besoin d'une cause autour de laquelle les Israéliens et le Congrès des États-Unis pourraient se rallier - ont diabolisé l'Iran. Depuis lors, on dit (depuis quelques décennies) que l'Iran est sur le point de se doter d'une arme nucléaire (bien que cela ne se soit jamais produit).

Les conséquences ont été désastreuses : L'Iran s'est transformé en un porc-épic épineux, Ahmadinejad grommelant à ceux qui pourraient s'en approcher de garder leurs distances. Les États-Unis et Israël ont alors transformé la polarisation intellectuelle et culturelle inhérente à la révolution iranienne en un casus bellum.

Le mantra était que pour qu'Israël et ses alliés arabes se sentent en sécurité, l'Iran et son état d'esprit révolutionnaire devaient être détruits - ou au moins « reconnectés » mentalement aux modes de vie occidentaux.

(Tout parallèle avec les appels occidentaux d'aujourd'hui pour que la Russie soit démantelée et soumise à une réhabilitation des mentalités n'est pas fortuit).

En conséquence, au fur et à mesure que ce bellum (guerre) se déroulait dans la région, l'Irak, la Syrie, le Liban et d'autres pays - tous des États autrefois riches - ont été transformés en des bassins de poussière économiques de pauvreté.

Mais les « plaques » géostratégiques se sont alors déplacées : Il était évident que l'intérêt des États-Unis pour la région faiblissait fortement, et il était tout aussi évident que la Chine et la Russie étaient en train de s'imposer, avec une formule bien plus attrayante que celle de Washington : Au lieu d'exiger une loyauté et une subordination absolues, la Chine insistait sur le respect de la souveraineté et de l'autonomie dans les affaires intérieures des autres États.

Il y avait donc l'« attraction » exercée sur les deux États islamiques rivaux par la montée des nouvelles puissances mondiales (Chine-Russie) ; mais l'autre partie de l'équation était que les dirigeants saoudiens avaient pris la jaunisse à cause des États-Unis qui les rabaissaient à l'état de vassaux. Même Trump a insulté le Royaume en déclarant que ce dernier « ne pourrait pas tenir une semaine » sans la protection des États-Unis. Et puis, lorsque les installations d'Aramco (Abqaiq) ont été attaquées par des missiles, où était leur protection américaine ? Elle n'était pas là.

Deux autres éléments étaient nécessaires pour que cet accord voie le jour : Le premier était une patiente médiation à l'ancienne (le processus avait commencé à Pékin, il y a environ six ans, lors de la visite du roi Salman), mais avec le président Xi accordant à la médiation son attention personnelle (une caractéristique de la diplomatie oubliée depuis longtemps en Occident).

Deuxièmement, l'Iran sortait de son long séjour d'introspection, en grande partie grâce à l'engagement de la Russie et de la Chine, et à la « fenêtre » ouverte par la possibilité de rejoindre l'Organisation de coopération de Shanghai et les BRICS. L'Iran s'est vu offrir une « profondeur » - une profondeur stratégique et économique.

Dans le même temps, l'Arabie saoudite a lentement, mais progressivement, pris ses distances avec la proposition lancée pour la première fois à Abdul Aziz ibn Saud au début du XXe siècle par St. John Philby, à savoir que le wahhabisme radical était l'arme secrète qui permettrait au royaume d'assurer sa domination sur le monde islamique. Cette idée a ensuite été adoptée avec empressement par les services de renseignement occidentaux afin d'affaiblir et de contenir l'Iran. Simplement, MbS a lentement désarmé le wahhabisme.

Le moment était donc propice. Et la Chine l'a saisi.

L'aspect le plus révélateur est que les pourparlers ont duré trois jours (du 6 au 10 mars) et que rien n'a filtré. Le résultat a frappé Washington et Tel-Aviv comme un coup de tonnerre.

Bien sûr, nous ne connaissons pas les accords parallèles secrets, mais il est certain que l'Arabie saoudite aura  demandé - et obtenu - l'assurance que l'Iran ne cherchera pas à se doter de l'arme nucléaire, qu'il ne menacera pas les infrastructures vitales du royaume, qu'il ne cherchera pas à le déstabiliser et que l'Arabie saoudite et l'Iran travailleront ensemble pour mettre fin à la guerre au Yémen.

De même, il est certain que l'Iran aura demandé à l'Arabie saoudite de cesser de financer les médias extérieurs cherchant à diffuser leurs messages de changement de régime en Iran et de soutenir des mouvements tels que l'Organisation des moudjahidines du peuple (MEK), certains groupes kurdes basés en Irak et des militants opérant à partir du Baloutchistan vers l'Iran.

Que laisse présager cette architecture ? Il y a trop de choses à énumérer brièvement, mais à titre d'exercice de pensée, imaginez les conséquences au Liban si l'Arabie saoudite et l'Iran décidaient ensemble de mettre fin aux souffrances du peuple libanais ; à la quasi-famine en Syrie, ou à l'effondrement de l'État irakien...

Imaginez les conséquences économiques pour l'Asie d'une détermination commune de l'Iran, de l'Arabie saoudite, du Golfe et de la Russie à mettre en œuvre une nouvelle politique énergétique dans laquelle ils agiraient tous deux pour façonner les prix des produits de base et leur donner une structure de prix et de vente différente.

Qu'en est-il des États-Unis et d'Israël ? Mark Dubowitz, du groupe de réflexion néoconservateur Foundation for the Defence of Democracies, l'a  dit succinctement :

« C'est un échec pour les intérêts américains. Cela démontre que les Saoudiens ne font pas confiance à Washington pour les soutenir, que l'Iran voit une opportunité de se débarrasser de ses alliés américains pour mettre fin à son isolement international, et elle établit la Chine comme le majordome de la politique de puissance au Moyen-Orient ».

En d'autres termes, le rêve de Netanyahou de voir une alliance arabe s'unir pour soutenir l'action militaire israélienne contre l'Iran a pris fin. C'est important, car Netanyahou sait très bien que Washington ne soutiendrait jamais une action militaire contre l'Iran en l'absence d'un soutien arabe actif et substantiel. Cela aussi, c'est du passé.  La doctrine Carter de 1980, selon laquelle les États-Unis ne permettraient à aucun rival de se développer au Moyen-Orient, est également révolue. La Chine, la Russie et l'Eurasie se développent.

Cet accord arrive à un moment délicat pour Netanyahou. L'Iran était prévu pour servir de diversion au traumatisme interne d'Israël qui s'aggrave. Aujourd'hui, il doit faire face à la crise avec rien d'autre que la crise elle-même.

 Alastair Crooke

source :  Al Mayadeen

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
newsnet 2023-03-20 #13112

tellement limpide