04/10/2023 reseauinternational.net  14 min #234821

Crise diplomatique: Trudeau enjoint l'Inde à «prendre au sérieux» l'affaire du leader sikh assassiné

Clash Inde-Canada : Des ramifications inquiétantes pour l'ordre mondial

par S.L. Kanthan

L'auteur présente une introduction magistrale aux complexités et à la malveillance des machinations impérialistes américaines à travers le monde.

La semaine dernière, une bombe géopolitique a explosé, et ses énormes implications n'ont pas été comprises par les médias grand public et les experts.

Oui, je fais référence à l'allégation du dirigeant canadien Trudeau selon laquelle l'Inde aurait perpétré un assassinat extraterritorial d'un séparatiste sikh au Canada au début de ce mois. Cet événement est le signe avant-coureur de profonds changements dans les partenariats stratégiques entre les puissances influentes du monde. L'Inde, qui se trouve à l'épicentre de ce maelström, doit comprendre que cette querelle diplomatique va bien au-delà du Canada, de Trudeau ou du séparatisme sikh. Si nous ne voyons qu'un arbre à la fois, nous ne verrons jamais cette vaste et séduisante forêt, alors explorons la forêt géopolitique.

Contexte

Les sikhs appartiennent à un groupe ethno-religieux qui pratique le sikhisme, une religion monothéiste vieille de 500 ans qui partage certaines croyances avec l'hindouisme. Les sikhs constituent la majorité de la population du Pendjab, un État du nord-est de l'Inde. Environ 10% des sikhs vivent en dehors de l'Inde, principalement dans des pays anglophones tels que les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie. Le Canada, quant à lui, compte environ 800 000 sikhs, soit la plus grande population de ce groupe en dehors de l'Inde. Le pendjabi, la langue des sikhs, est également la troisième langue la plus parlée au Canada. Il n'est donc pas surprenant que les sikhs du Canada aient une influence politique significative.

L'une des raisons de la part relativement importante de la diaspora parmi les sikhs est le séparatisme. Même lorsque la domination britannique de l'Inde touchait à sa fin, les sikhs réclamaient leur propre État, tout comme les musulmans. À la fin des années 1970, la revendication de leur patrie - le Khalistan - a donné lieu à de violentes insurrections qui ont duré une décennie. Pendant cette période, le gouvernement indien a attaqué le temple sacré des Sikhs où les militants s'étaient réfugiés et a tué le chef des séparatistes. Pour se venger, des terroristes indiens ont tué le Premier ministre Indira Gandhi en utilisant deux de ses gardes sikhs. L'année suivante, en 1985, des séparatistes sikhs au Canada ont fait exploser un avion d'Air India en partance du Canada, tuant plus de 300 civils.

Bien que des événements aussi horribles ne se soient pas produits depuis lors et que le mouvement du Khalistan soit pratiquement inexistant en Inde, le gouvernement Modi est très préoccupé par la diaspora sikhe. Certains séparatistes à l'étranger organisent des «référendums» sur le Khalistan pour se faire de la publicité. Certains dirigeants séparatistes ont été qualifiés de terroristes par le gouvernement indien, mais des pays comme le Canada ont refusé de les extrader, ce qui a  créé des tensions diplomatiques.

La version indienne de la CIA est le service de recherche et d'analyse (R&AW), qui aurait pris les choses en main lorsque la diplomatie échouait. Par exemple, un mois avant l'assassinat du séparatiste sikh, un autre a été abattu au Pakistan.

Toutefois, la personne qui a suscité l'émoi international est Hardeep Singh Nijjar, un séparatiste du Khalistan et un citoyen canadien qui a été tué au Canada plus tôt cette année, en juin.

L'agence d'espionnage indienne a-t-elle tué Nijjar ?

Trudeau a déclaré qu'il existait des «allégations crédibles» selon lesquelles l'Inde était derrière l' assassinat de M. Nijjar. Immédiatement après cette déclaration choquante, le Canada a expulsé le principal diplomate indien au Canada, un homme qui aurait appartenu à l'agence d'espionnage indienne.

La réponse du gouvernement indien a été ce que l'on peut qualifier de «non-déni». Lorsque le ministre indien des Affaires étrangères, Jaishankar, s'est rendu aux États-Unis et a été interrogé à ce sujet lors d'un entretien avec le Council on Foreign Relations, il a répondu avec désinvolture : «Ce n'est pas la politique du gouvernement».

Il aurait pu simplement dire : «Non, nous n'avons absolument pas tué Nijjar».

Comme nous le verrons dans cet article, il est probable que le gouvernement indien soit tombé dans un piège géopolitique.

Un retournement de situation intriguant

Ce qui est fascinant, c'est que ces événements auraient été impensables il y a seulement quelques semaines. Rappelez-vous les visites d'État de Modi en  France et aux  États-Unis au début de l'année, ainsi que le  G20. Ils étaient pleins d'apparat et de splendeur, d'accolades et de compliments, d'accords stratégiques et d'engagements à long terme.

Dans un tel contexte, l'Inde et le Canada auraient pu facilement résoudre les problèmes liés aux dissidents à huis clos. Par exemple, le Canada aurait pu discrètement fournir à l'Inde des informations sur les séparatistes. Il convient de noter que les alliés n'hébergent pas les dissidents les uns des autres - par exemple, les séparatistes basques en Espagne ou les séparatistes franco-canadiens ne trouveront aucun soutien aux États-Unis ou en Europe.

Au lieu de cela, le Canada a décidé d'embarrasser l'Inde devant le monde entier. Pire et plus choquant encore, les États-Unis ont joué un rôle clé en fournissant des preuves incriminantes, à savoir des communications de diplomates indiens obtenues par surveillance.

Les médias américains «moqueurs» ont également jeté de l'huile sur le feu en lançant des bombes d'allégations contre l'Inde. Nous apprenons aujourd'hui que le FBI a également averti les sikhs aux États-Unis qu'ils pourraient être la cible d'exécutions extrajudiciaires de la part de l'Inde.

La réaction officielle du gouvernement américain a été très discrète. (Imaginez le tollé si la Chine avait tué des séparatistes ouïghours dans un pays occidental). Toutefois, le département d'État a déclaré que  les États-Unis étaient profondément préoccupés par les allégations, que les enquêtes devaient se poursuivre et que le gouvernement Modi devait coopérer.

Il est intéressant de noter qu'au cours de cette querelle diplomatique, l'ambassadeur américain au Pakistan, Donald Blome, s'est rendu au Cachemire occupé par le Pakistan (PoK), plus précisément au Gilgit-Baltistan, un sujet sensible dans la politique indienne.

Piège américain

Si les États-Unis étaient de véritables amis de l'Inde, ils auraient réuni Trudeau et Modi pour résoudre ce problème. Il s'agit donc d'une campagne délibérée visant soit Modi, soit l'establishment indien.

Ce que beaucoup de gens ne comprennent pas, c'est que l'empire anglo-américain est une seule et même famille. Le Canada n'est donc pas un petit pays isolé. Tout ce qu'il fait ou dit repose sur des décisions collectives. Les pays «Five Eyes» - États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande - fonctionnent comme un seul et même œil. De plus, le Canada fait partie de l'OTAN.

Cela nous amène au piège américain. Ce qui aurait pu se passer, c'est qu'une partie de l'État profond américain a proposé d'aider l'agence d'espionnage indienne à éliminer les terroristes vivant à l'étranger, tandis qu'une autre partie de l'agence d'espionnage américaine a enregistré les activités et constitué un dossier, qui peut maintenant être exploité. Ce scénario devient de plus en plus possible lorsque l'on constate le changement à 180 degrés des récits des médias occidentaux au cours de la semaine écoulée.

Changement radical du ton des médias occidentaux

Il y a trois mois à peine, les États-Unis se gargarisaient de platitudes à l'égard de l'Inde : «En tant que deux des plus grandes économies démocratiques du monde, les États-Unis et l'Inde sont des partenaires indispensables pour faire progresser la prospérité mondiale et un ordre économique libre, équitable et fondé sur des règles».

Aujourd'hui, un homme politique américain - le frère de l'ancien vice-président Mike Pence - accuse l'Inde de «violence soutenue par l'État» sur Twitter (X).

La démocratie indienne a soudainement été reclassée dans la catégorie des «régimes» par le magazine Foreign Policy. Nous savons tous ce qui arrive aux «régimes» : ils sont la cible d'un changement de régime.

Le Financial Times déplore que «la tendance autoritaire de Modi soit de plus en plus difficile à ignorer». D'après The Economist, «l'Inde a muselé la presse, bâillonné les tribunaux et persécuté les minorités».

The Economist prévient également que «l'Inde met à l'épreuve l'amitié de l'Amérique ; si l'enquête confirme l'implication de l'Inde dans ce crime, l'Inde perdrait rapidement une partie du soutien bipartisan dont elle jouit actuellement à Washington».

Dans l'éditorial du NY Times, Nicholas Kristof déclare : «Modi est un autoritaire nationaliste ; l'Inde n'a aucune preuve que Nijjar était un terroriste ; les pays occidentaux devraient se ranger catégoriquement aux côtés du Canada pour demander une enquête équitable sur le meurtre et que justice soit rendue aux responsables».

Le Guardian a poussé le sensationnalisme à son paroxysme avec des mots comme ceux-ci : «une tache sanglante qu'il sera difficile d'effacer»... «une arrogance aveugle»... et «un programme ultra-nationaliste hindou».

Comment la guerre de propagande contre l'Inde peut s'intensifier

L'Inde doit être vigilante et ne pas considérer le partenariat géopolitique de l'Amérique comme acquis. La politique étrangère américaine ne croit pas en la loyauté, et ses pouvoirs de propagande sont encore formidables. Regardez comment les États-Unis ont mené une propagande acharnée sur les atrocités commises par les Ouïghours et le Xinjiang en Chine. La même chose peut arriver à l'Inde.

Si l'on remplace les Ouïghours par les musulmans du Cachemire, les sikhs du Pendjab, les chrétiens du Manipur ou les Dalits de toute l'Inde, on comprend que les médias occidentaux auront des contenus sensationnels pendant de nombreuses années.

Ces derniers jours, le Washington Post a publié des articles détaillés sur les armées de trolls en Inde : «Le parti BJP de Modi et les nationalistes hindous ont perfectionné l'utilisation des médias sociaux pour diffuser des informations incendiaires, fausses et bigotes à une échelle industrielle».

Comme je l'ai  écrit il y a sept mois, je pense que nous assistons au début d'une longue guerre hybride anti-Inde et anti-Modi menée par les États-Unis.

Guerre hybride des États-Unis contre l'Inde

L'Inde doit retenir une leçon précieuse : l'Occident ne traitera jamais l'Inde sur un pied d'égalité.

Alors que les États-Unis ont désespérément besoin de l'Inde pour contenir la Chine et diviser l'Asie, l'empire américain n'hésiterait pas à contenir l'Inde elle-même. Des carottes et des bâtons pour maintenir les partenaires en place. Si les politiques indiennes ne sont pas alignées à 100% sur les intérêts américains, il y aura des conséquences. Prenons l'exemple des guerres hybrides que les États-Unis et leurs alliés mènent contre l'Inde depuis le début de l'année. Tout d'abord, un documentaire de la BBC a recyclé l'implication de Modi dans les émeutes entre hindous et musulmans il y a vingt ans.

Ensuite, la société américaine Hindenburg a fait des affirmations surprenantes concernant des fraudes comptables et des manipulations d'actions par le milliardaire indien Adani. George Soros s'est rapidement fait l'écho de ces affirmations et a également déclaré que la démocratie indienne était défectueuse - un avertissement qu'il a toujours lancé avant les révolutions de couleur.

Et maintenant, c'est la tempête géopolitique et la guerre médiatique. Mais pourquoi ?

Que veulent les États-Unis ?

Alors, que veulent les États-Unis de l'Inde, mais qu'ils n'obtiennent pas ? Voici les exigences possibles de l'Empire indien :

  • Sanctionner la Russie... et :
  • Perturber l'expansion des BRICS et rejeter la dédollarisation
  • Accepter que la base militaire américaine soit utilisée contre la Chine
  • Acheter plus d'armes américaines
  • Libéraliser davantage l'économie indienne afin que Wall Street puisse contrôler les banques, la bourse et les institutions financières indiennes.

L'erreur de calcul de l'Inde

L'Inde ne doit pas se montrer trop confiante dans ses relations avec les États-Unis. Comme l'écrit le magazine Foreign Policy, «tant que la concurrence avec la Chine restera un axe majeur de la politique étrangère américaine, les États-Unis verront dans l'Inde un contrepoids essentiel».

Mais voilà le hic : Les États-Unis pourraient avoir conclu que le rôle de l'Inde dans l'endiguement de la Chine est limité. Sur le plan économique, l'Inde ne sera pas en mesure d'aider les États-Unis à «délocaliser» une capacité de production significative de la Chine, qui est dix fois plus grande que l'Inde. En termes d'engagement militaire, l'Inde n'est pas désireuse de devenir l'Ukraine de l'Asie dans la lutte contre la Chine.

Enfin, il est possible que les États-Unis cherchent à se détendre avec la Chine lorsqu'il sera clair que la Chine ne peut être contenue. Un tel scénario n'est pas farfelu, car il est évident que les guerres commerciales, les guerres technologiques, les guerres de propagande et les sanctions des États-Unis contre la Chine ont lamentablement échoué. Il n'est donc pas étonnant que Joe Biden cherche désespérément à organiser un nouveau sommet avec la Chine.

En résumé, l'Inde doit couvrir ses risques et se préparer à un monde multipolaire : L'Inde doit couvrir ses risques et se préparer à un monde multipolaire où la Chine restera un puissant numéro 2, voire deviendra le numéro 1.

Les prouesses américaines en matière d'espionnage et de destruction

Le gouvernement indien a interdit TikTok, WeChat, AliExpress, etc. de la Chine et a ensuite permis à l'Empire de l'espionnage de dominer le marché indien. La surveillance des diplomates indiens au Canada par les «Five Eyes» va-t-elle maintenant ouvrir l'œil de la sagesse de l'Inde ?

N'oublions pas les révélations d'Edward Snowden. Chaque appel téléphonique, message texte, chat vidéo, courrier électronique, navigation sur internet, activité des applications du smartphone, etc. est enregistré et surveillé par les agences américaines.

Oui, tous les matériels et logiciels américains sont capables d'espionner, même en Inde. Microsoft, Google, Cisco, Amazon AWS, Facebook, Twitter, WhatsApp, les disques durs des ordinateurs, les puces Intel et les iPhones sont tous des outils de surveillance. Les produits technologiques des alliés des États-Unis - les smartphones de Samsung, l'infrastructure 5G de Nokia et Ericsson - sont également susceptibles d'avoir des portes dérobées pour la NSA et la CIA.

Mais il y a pire. Comme le révèlent les documents de Snowden, les États-Unis n'espionnent pas seulement chaque Japonais, mais disposent également d'un «programme dormant» ou d'un «interrupteur de mise à mort» pour l'ensemble du Japon. Si un jour les Japonais revendiquent leur souveraineté et demandent à l'armée américaine de partir, les États-Unis peuvent détruire non seulement l'ensemble de l'infrastructure numérique du Japon, mais aussi son infrastructure physique, comme les barrages, le réseau électrique et les hôpitaux.

Aller de l'avant

L'Inde doit comprendre comment les États-Unis et leurs «alliés» (vassaux) occidentaux fonctionnent. Quoi que fasse le Canada, cela fait partie de la stratégie américaine globale. Il est donc inutile pour l'Inde de s'en prendre à Trudeau ou au Canada.

Ensuite, il est dans l'intérêt de l'Inde d'éteindre cette tempête diplomatique. Jouer les durs et prolonger le conflit ne fera que nuire à la réputation de l'Inde, car les médias occidentaux et l'État profond sont bien plus puissants.

En outre, ce serait un suicide géopolitique que d'être à la fois contre les États-Unis et contre la Chine. Alors qu'un monde multipolaire est en train de devenir une réalité, l'Inde doit tracer son chemin avec prudence et rationalité.

L'une des considérations essentielles est que l'Inde commence à développer ses propres technologies. Combien de temps faudra-t-il à l'Inde pour développer ses propres Google Pay, Amazon, WhatsApp, la 5G, l'informatique en nuage, etc. D'ici là, les États-Unis auront le dessus dans toute négociation.

Les États-Unis peuvent dès à présent dévaster l'économie indienne par des sanctions. Et les États-Unis le feront, si c'est ce qu'il faut pour soumettre l'Inde. Le fait d'être anti-chinois n'est pas une garantie d'amour inconditionnel de la part des États-Unis.

L'objectif final de l'Inde devrait être d'atteindre l'autonomie géopolitique, et le chemin pour y parvenir sera parsemé d'embûches. L'avenir de l'Inde dépend de la prospérité et de la paix en Asie, en Eurasie et aux États-Unis, dans cet ordre. Il est donc impératif pour l'Inde de maintenir des relations positives avec la Russie, de résoudre les problèmes frontaliers avec la Chine et de gérer le retrait progressif des États-Unis, l'empire du chaos.

source :  Greanvillepost

 reseauinternational.net

 Commenter