17/08/2022 dedefensa.org  9 min #213882

 Le second avènement du Heartland

De Samarcande au prométhéisme

 Journal dde.crisis de Philippe Grasset

Prométhéisme et atlantisme

De Samarcande au prométhéisme

17 août 2022 (06H00) - Le ridicule-bouffe dans lequel s'effondre la grande offensive type-ReSet (avec des oraisons funestes certifiées et estampillées comme  celle d'Hariri sur 'l'avenir de l'homme'), et la civilisation-bouffe américaniste-occidentaliste elle-même, est bien illustrée par cette farce du destin et des dieux réunis, qui fait qu'après Biden, qui sort de son deuxième Covid, les victimes actuelles en "vedettes américaines" sont des héros quadruple-vaccinés de la campagne covido-wokeniste. Cela me valut de prêter attention à cette remarque d'un humoriste dont j'ignore si l'on peut dire qu'il est "bien connu", et s'il est convenable de le citer...

« C'est un signe du ciel qui fait se demander si les élites de l'establishment ne pourraient pas être défaites simplement par le ridicule encore plus que par le vaccin... Pas besoin que le ridicule tue, il suffit qu'il leur donne le Covid après leurs mille-et-une vaccinations... »

Pour substantiver mon propos initial, j'observerais qu'on compte donc parmi ces victimes expiatoires et sacrificielles de la campagne covido-wokeniste :
le patron de Pfizer Albert Bourla, avec son superbe accent belgo-américaniste, croulant sous les bénéfices-bonus et sous « des symptômes  extrêmement lourds » de la maladie malgré, ou grâce à ses quatre vaccins réglementaires ; et
l'ardent propagandiste du Covid et du Woke dans les forces armées, homme de considérable corpulence et premier Africain-Américain dans cette position, le  secrétaire à la défense US des États-Unis Lloyd Austin qui en est, lui, et comme son chef bien-aimé Biden quadri-vacciné, à son deuxième Covid ; ainsi lui donnant l'occasion de diriger la plus grande machine de guerre que le monde ait jamais connue, à partir de son chez-soi, en séquence virtuelle, quasiment comme vous et moi, très-démocratiquement.

Tout cela n'est finalement qu'une introduction, à partir du constat que le ridicule comique-cosmique où s'abîme le Système nous prive de plus en plus de toute possibilité sérieuse d'en faire le procès puisque le verdict, qui est partout évident et déjà détaillé, y précèderait nécessairement l'acte d'accusation. Cette introduction sert d'explication à ma démarche, qui est de me tourner vers ce que j'apprécie comme un phénomène, sinon singulier, dans tous les cas révélateur.

Il s'agit de l'apparition de textes d'auteurs de très sérieuses réputations dans les milieux indépendants et dissidents où l'on trouve tout le sérieux de la responsabilité et de l'esprit critique, ces textes rendant compte à la fois des réflexions propres des auteurs, à la fois d'événements qui les suscitent, et qui concernent des situations passées, souvent tentées de mysticisme ou de spiritualité, exposant de grandes réalisations oubliées ou de grandes ambitions ignorées. Ce qui caractérise ces démarches, c'est bien une sorte de tentation ou d'orientation qu'on pourrait définir comme étant d'une sorte de "retour aux sources" ou bien de résurgences de conceptions devenues mystérieuses pour nos esprits alourdies par la modernité, venues des sagesses anciennes et presque magiques mais désormais liés à des événements-courants, ou aux perspectives mystérieuses et colossales d'événements-courants.

Les courants rencontrés, qui ne sont pas nécessairement inédits dans ce contexte mais qui prennent alors une nouvelle résonnance, portent des noms qui mélangent et rapprochent ces deux horizons si différents (l''  archéomodernisme" de Douguine, la l'"archéo-futurisme" de Guillaume Faye). Effectivement, nous nous trouvons dans des conceptualisations métahistoriques plutôt que relevant des seuls faits simplement historiquement événementiels. C'est là un constat qui m'a déjà conduit à observer que la métahistoire se faisait désormais directement dans les événements-courants que nous vivons, qu'on qualifie faussement de "seulement-historique". Cela était  dit de la sorte, à partir d'une remarque de Finkielkraut :

« Je poursuis ma réflexion, à partir du  constat d'hier rapportant le "constat de Finkielkraut", mais hier sans en mesurer toutes les implications. Le temps, même les heures, fait son œuvre pour la réflexion, et il faut constater qu'il le fait si vite, avec une telle vivacité de vif-argent. Le temps va, c'est la logique même, à la vitesse des événements dont Finkielkraut nous dit qu'il faut en faire une épreuve pour la pensée.

» La citation complète, pour rappel : "Nous ne disposons plus aujourd'hui d'une philosophie de l'histoire pour accueilli les événements, les ranger et les ordonner. Le temps de l'hégéliano-marxisme est derrière nous. Il est donc nécessaire, inévitable de mettre la pensée à l'épreuve de l'événement et la tâche que je m'assigne, ce n'est plus la grande tâche métaphysique de répondre à la question 'Qu'est-ce que ?' mais de répondre à la question 'Qu'est-ce qu'il se passe ?'..." »

Je propose ci-dessous la lecture de deux textes, en demandant avec une insistance extrême qu'ils ne soient pas considérés d'un point de vue politique par rapport aux événements présents (ils pourraient l'être, certes), mais exclusivement comme l'illustration de cette agitation intellectuelle qui implique un très puissant désir de sortir du carcan catastrophique où nous sommes enfermés ; sortir par la droite ou/et par la gauche, par le passé ou/et l'avenir, par l'Est-Ouest ou/et le Nord/sud, par la transcendance ou/et l'immanence, etc. Peu importe ici l'orientation qu'on serait tenté de trouver ici ou là, les voies empruntées, les projets envisagés, les jugements politiques présents confortés ou heurtés, tout cela qui n'est par ailleurs et en aucun cas une indication par rapport à mes propres dispositions. Ce qui importe pour justifier ma démarche, c'est l'ampleur et le désir de recherche indiquant un besoin fondamental d'abandonner et de détruire le modèle social/politique/culturel/spirituel (non-spirituel) où nous vivons, devenu incontrôlable et insupportable.

Le cas de Pépé Escobar, que nous connaissons bien, est particulièrement révélateur. Ce commentateur très connu dans le monde du commentaire indépendant et alternatif sur l'internet principalement, a l'habitude de faire un travail de journalisme international. Ses commentaires le plus souvent obtenu à partir de sources solides et nombreuses, dans des positions de politique très active, sont d'ordre géopolitique, géo-économique, etc. ; ses engagements sont connus, concrets et nettement identifiés... Justement, même si ces engagements apparaissent dans le texte ci-dessous, le sujet central que nous évoquons est traité d'une façon absolument différente, et pas du tout d'une façon anecdotique ; c'est l'engagement qui devient "anecdotique" dans son texte, et, par exemple, « La nécropole de Shaki Zinda à Samarcande » qualifiée d'« exemple éclatant », devient le sujet central, - dans ce passage, qui donne bien l'esprit du texte et de ce qu'il nous importe selon mon sentiment d'en retenir :

« En Asie intérieure, où je me trouve actuellement, la renaissance d'un passé glorieux peut offrir d'autres exemples de "communauté partagée". La nécropole de Shaki Zinda à Samarcande en est un exemple éclatant.

» Afrasiab - l'ancienne colonie, pré-Samarcande - avait été détruite par les hordes de Gengis Khan en 1221. Le seul bâtiment qui a été préservé est le principal sanctuaire de la ville : Shaki Zinda.

» Bien plus tard, au milieu du XVe siècle, l'astronome vedette Ulugh Beg, lui-même petit-fils du "Conquérant du monde" turco-mongol Tamerlan, a déclenché rien de moins qu'une Renaissance culturelle : il a convoqué des architectes et des artisans des quatre coins de l'empire timouride et du monde islamique pour travailler dans ce qui est devenu un véritable laboratoire de création artistique. »

L'autre texte, beaucoup plus long, extrêmement complexe, détaille les courants qui traversent aujourd'hui, autour de l'Ukrisis, certains de l'Europe de l'Est, autour de la Pologne et des pays baltes. De grands schémas sont convoqués, et des concepts tels que le "prométhéisme" composée à partir du mythe de Prométhée selon une interprétation (moderne !) que certains contestent, y voyant le contraire de ce qu'en disent les "prométhéistes". Dans ces officines, de séminaires en séminaires (deux en mai-juillet, à Varsovie et à Prague !), on parle du découpage de la Russie pour retrouver certaines unités perdues tandis que le  bloc-BAO, avec en tête les USA éclatant de finesse et de culture, proposent le même traitement, mais eux pour faire exploser les dividendes des chasseurs de prime de l'ultra-libéralisme. On voit qu'on se trouve dans ce cas, selon l'interprétation des événements en-cours, dans un camp absolument opposés à celui de Pépé. Mais encore une fois, ce n'est pas ce qui m'intéresse ni ce que je veux montrer... Car les "prométhéistes" se réclament du camp de la Tradition qui rejettent les invasions culturelles de l'hypermodernité du camp américaniste-occidentaliste (ce qui éclaire d'une étrange lumière leur proximité des américanistes-occidentalistes avec leur vaisselle de fric et de marchandisation).

Ce qui m'apparaît important, finalement, c'est le développement de ces courants de pensée partant à la recherche de tout ce qui, dans la culture, dans l'histoire, dans la mythologie et le symbolisme, échappe à la prison affreuse où nous enferme la modernité devenue folle, productrice surpuissante de ces temps-devenus-fous, - en toute logique, naturellement. Je n'affirme nullement qu'on peut trouver ici ou là une perspective d'avenir, et laquelle, et dans quel terme. Jamais autant qu'aujourd'hui l'avenir n'est apparu comme une telle énigme pour l'humanité...

(...En même temps, cette humanité est conduite par une direction globaliste-moderniste qu'on est conduit à décrire comme une imposture hallucinée, affirmant qu'elle est capable d'absolument imposer l'avenir, qu'elle seule, bien plus que les dieux, connaît le secret d'une énigme qui n'en est plus une. Mesurez l'abîme qui nous sépare de ces gens, et dont les dieux font leur miel.)

Deux textes...

On trouve ci-dessous les deux textes présentés, dont on donne ici les références d'accès et autres.

• « Le second avènement du Heartland », de Pépé Escobar, publié en anglais original sur le site de la  Strategic Culture Foundation., et en traduction française par  Réseau International.

• « Prométhéisme et atlantisme », de Daniele Perra, publié dans sa source originale sur '  eurasia-rivista.com ', et en français sur '  euro-synergie-hautefort.com'. Ce texte est doté d'une documentation iconographique et référentielle qu'on retrouve pour notre cas sur le site 'euro-synergie-hautefort.com'.

Semper Phi - PhG

 dedefensa.org

 Commenter