29/10/2022 ismfrance.org  7min #218082

Défiant tous les obstacles, les Palestiniens s'accrochent à leurs terres et transforment des grottes en maisons

Al-Mayadeen, 24 octobre 2022. Au milieu des expulsions illégales, des démolitions et des déplacements de familles palestiniennes, les Palestiniens de Masafer Yatta ont transformé des grottes en maisons habitables afin de défier la campagne sioniste visant à déraciner le peuple palestinien de sa terre.

En mai de cette année, la Cour suprême israélienne a approuvé l'expulsion forcée de quelques 1.200 villageois palestiniens afin que l'armée d'occupation israélienne puisse utiliser les terres comme terrain d'entraînement militaire qu'elle appelle « zone de tir 918 ».

Cette zone dite de tir a été conçue illégalement par les forces d'occupation au début des années 1980 sous le prétexte que les habitants des villages étaient des résidents « saisonniers ».

Entre octobre et novembre 1999, environ 700 résidents ont été expulsés par les forces d'occupation israéliennes au motif qu'ils « vivaient illégalement dans une zone de tir ». Donc, techniquement, selon les conceptions israéliennes, les zones de tir établies dans les zones résidentielles ont été érigées avant que les gens n'habitent ces zones.

Depuis lors, plusieurs pétitions ont été lancées par des groupes de défense des droits de l'homme pour demander la restitution des terres aux résidents palestiniens légitimes.

À un moment donné, en 2013, l'occupation israélienne a insolemment proposé un « compromis » qui autorise les Palestiniens à vivre dans leurs propres maisons seulement deux mois par an, ou pendant les week-ends et les fêtes juives, lorsque l'armée n'effectue pas d'exercices dans la zone.

Inutile de préciser que la proposition a été rejetée.

Mais à partir de 2006, des ordres de démolition de structures résidentielles ont commencé à être émis, et les autorités israéliennes ont depuis longtemps démoli des maisons et d'autres structures dans la zone, en invoquant des violations présumées comme  le manque de permis de construire, que le gouvernement israélien accorde rarement aux Palestiniens.

Il convient de noter que dans le cadre des pratiques arbitraires israéliennes en terre occupée de Palestine, les Palestiniens construisent souvent leurs maisons sans permis parce qu'il est presque impossible d'en obtenir un. La raison en est que le maire et le conseil municipal tentent de maintenir la population palestinienne de la ville au strict minimum et de multiplier ses résidents juifs en approuvant la construction de milliers de nouveaux logements dans des colonies illégales.

Pendant toute la durée de la pétition, les forces d'occupation se sont livrées à une série de « mesures coercitives » destinées à rendre la vie insupportable aux Palestiniens, comme la confiscation de terres et de véhicules et le retrait des autorisations de construire des écoles et d'autres installations.

Les habitants ont continué à reconstruire, jusqu'en mai 2022, date à laquelle le tribunal d'occupation a officiellement déclaré qu'il  rejetait la requête, sans autre précision.

Lorsque le verdict a été rendu, un expert de l'ONU a déclaré que « le déplacement des communautés de Masafer Yatta peut donc s'apparenter à un crime de guerre. »

Pendant ce temps, les résidents attendent patiemment de voir ce qui se passe en préparant leurs grottes.

Wadha Ayoub Abu Sabha, 65 ans, habitante du hameau de Khirbet Al-Fakheit, dans une zone rurale de la Cisjordanie occupée dont l'armée prévoit de s'emparer, a déclaré aux sources : « Nous n'avons pas de maison où vivre et pas de tente - nous n'avons pas d'autre choix que de vivre dans la grotte », a-t-elle dit. « J'ai commencé ma vie dans une grotte, je la finirai dans la grotte ».

🇵🇸#Palestine - 18 Members of Abu Sabha family are under the threat of forced displacement after demolishing their home in Masafer Yatta, southern Hebron Hills. The occupation forces issued a final demolishing order for the home and the animal shelters.

La famille Abu Sabha est l'une des nombreuses familles qui se battent contre les mesures sionistes d'expulsion des maisons où ils ont résidé pendant des décennies, avec des actes prouvant que la terre était la leur avant l'occupation israélienne en 1948, et qu'elle l'est toujours.

Après avoir été expulsée pour la troisième fois, la maison de la famille Abu Sabha a de nouveau été démolie.

Ils se sont d'abord installés dans une clinique inutilisée pendant qu'ils préparaient leur prochaine maison pour eux et leurs moutons dans leur village : une grotte.

Palestinians in Masafer Yatta region, south of Hebron in the occupied West Bank, are denied construction permits by the Israeli occupation authorities. Some of them are living in caves as a result of being denied a decent home.
#Palestine 🇵🇸

La femme d'Ahmad Abu Sabha se souvient avoir vécu dans les grottes pendant son adolescence, car sa famille y vivait autrefois.

« Ils disent que nous n'étions pas là avant les années 80, mais je suis née ici en 1964, dans une autre grotte », dit-elle.

Noa Sattath, directeur exécutif de l'Association pour les droits civils en "Israël", a déclaré : « Le transfert forcé contrevient aux conventions de Genève, et le transfert ne signifie pas toujours que l'on emballe les gens dans des camions et qu'on les emmène », a-t-il dit, ajoutant que « une lente maltraitance de la population afin de la pousser à partir est également considérée comme un transfert forcé. »Les autorités palestiniennes ont explicitement fait savoir que l'expulsion illégale de Palestiniens équivaut à un nettoyage ethnique, comme cela est vécu ailleurs sur le territoire palestinien, où les résidents sont systématiquement poussés hors de leurs territoires pour installer des colons sionistes à leur place.

Depuis 2020, les résidents de Masafer Yatta vivent dans des grottes pour éviter d'autres expulsions et en signe de défi et de détermination à ne pas quitter leur patrie. Bien que cela ne signifie pas qu'ils seront à l'abri des ordres d'expulsion, il sera plus difficile pour les forces d'occupation de les déloger.

Israel plans to expel some 1,200 Palestinians from their villages in the occupied West Bank. The UN says it could amount to a war crime.
As Israel demolishes their homes, the Palestinians are moving into underground caves in an effort to resist expulsion.
Resisting Israeli Efforts to Displace Them, Palestinians Move Into Caves
KHIRBET AL-FAKHEIT, West Bank — Faced with expulsion from their villages and the demolition of their homes by Israeli authorities, hundreds of Palestinians are trying to stay by reverting to an older form of shelter: living in underground caves.
“We have no home to live in and no tent — we have no option but to live in the cave,” said Wadha Ayoub Abu Sabha, 65, a resident of the village of Khirbet...
 voir

Grâce au travail consacré à la transformation des grottes en maisons habitables, les résidents de Masafer Yatta ont fait preuve d'une grande persistance et d'une grande détermination pour défier les aspirations sionistes de nettoyage ethnique.

Les avocats qui ont soutenu la pétition ont rassemblé suffisamment de preuves pour démontrer que les résidents ont reconstruit des maisons à maintes reprises au cours des 45 dernières années.

Malgré toutes ces preuves, le tribunal d'occupation israélien a donné raison au ministère israélien de la Sécurité, estimant que les Palestiniens n'y vivaient que de façon saisonnière.

« Au fil des ans, les Palestiniens ont enfreint l'interdiction et ont commencé à construire illégalement dans la zone », a déclaré l'armée israélienne en réponse aux questions envoyées par le New York Times. « Le tribunal a statué que les pétitionnaires ont agi de mauvaise foi et ont construit illégalement dans la zone alors qu'une ordonnance provisoire était émise, et ont rejeté toute tentative de compromis qui leur a été proposée. »

Il a également affirmé que déclarer la zone comme zone de tir est conforme au droit international régissant l'occupation militaire.

Le coordinateur humanitaire de l'ONU, Samer Abdel Jaber, a déclaré lors d'une visite dans la région en mai que « en tant que puissance occupante, la responsabilité des autorités israéliennes est de protéger les civils palestiniens », ajoutant que « forcer 13 communautés à partir pour faire de la place pour un entraînement militaire est en contradiction avec cet impératif et tout simplement inhumain et illégal ».

La contradiction dans ces déclarations réside dans le fait que l'organisation reconnaît l'existence d'"Israël" comme légitime, l'ONU soutient donc le nettoyage ethnique des Palestiniens autant que les sionistes.

Néanmoins, la connaissance et la pratique de la vie dans les grottes ne sont pas inhabituelles pour cette petite communauté de courageux Palestiniens, étant donné leurs liens ancestraux avec la terre et leur familiarité avec leur environnement, ce qui facilite la vie dans des conditions difficiles.

Leur défiance inébranlable à l'égard de l'entité sioniste reste une source de grand courage et de bravoure, et leur détermination à résister aux ambitions de l'occupation et à conserver la maîtrise de leurs terres est digne de considération.

Article original en anglais sur  Al-Mayadeen / Traduction MR

 ismfrance.org

 Commenter