« Déluge d'Al-Aqsa » Jour 53 : poursuite des échanges de prisonniers et prolongation de la trêve

27 novembre 2023 - Une grande foule de Palestiniens se rassemble dans la ville de Ramallah en Cisjordanie pour célébrer et accueillir les prisonniers qui ont été libérés par les forces coloniales israéliennes en échange de la libération de 13 prisonniers détenus par le Hamas. 39 prisonniers palestiniens, dont beaucoup de femmes et d'enfants, ont été libérés hier dans le cadre de la troisième étape de l'accord d'échange de prisonniers. Cet accord fait partie de la trêve conclue entre le régime colonial israélien et le mouvement Hamas. L'organisation israélienne HaMoked a indiqué qu'il y avait 6704 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, dont 2070 détenus administratifs, une forme de détention arbitraire. Défense des Enfants International-Palestine (DCIP) estime qu'en moyenne 500 à 700 enfants sont détenus par les forces israéliennes chaque année. La Société des prisonniers palestiniens a déclaré que 3 200 Palestiniens ont été détenus depuis le 7 octobre - Photo : Activestills

Par  Mustafa Abu Sneineh

La tristesse domine à Gaza, et les Palestiniens tentent de trouver du combustible pour au moins cuisiner. Israël a kidnappé plus de Palestiniens qu'il n'en a libérés au cours des quatre derniers jours de la trêve.

Victimes :

  • 15 000 Palestiniens tués, dont 6150 enfants, et 33 000 blessés à Gaza *
  • 238 Palestiniens tués en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est

* Ce chiffre couvre les victimes du 7 octobre au 28 novembre. En raison des pannes des réseaux de communication dans la bande de Gaza (en particulier dans le nord de Gaza), le ministère de la santé de Gaza n'a pas été en mesure d'actualiser régulièrement ses bilans.

Principaux développements :

  • Mardi soir, 69 prisonniers détenus par le Hamas, dont une majorité d'Israéliens, ont été libérés de la bande de Gaza, tandis que 150 Palestiniens ont été libérés des prisons israéliennes.
  • Le responsable du Hamas à Gaza, Yahya Al-Sinwar, a rencontré des prisonniers israéliens dans les tunnels de Gaza et s'est entretenu avec eux en hébreu dans les premiers jours de la guerre, a rapporté Channel 12.
  • Les prisonniers palestiniens libérés lundi ont évoqué les mauvais traitements, le manque de nourriture et les coups reçus dans les prisons israéliennes.
  • Les forces israéliennes ont expulsé l'équipe d'Al Jazeera de la maison de Nofoth Hammad, 16 ans, la plus jeune prisonnière des prisons israéliennes. Nofoth Hammad a été accusée d'avoir tenté de poignarder un colon israélien et a été condamnée à 12 ans de prison en 2021.
  • Le porte-parole de l'UNICEF a déclaré que « le chagrin et la tristesse ont pris racine ici à Gaza ».
  • Le ministre de la santé de l'Autorité palestinienne, Mai Keileh, a déclaré que 35 000 Palestiniens avaient été blessés et 6000 portés disparus dans la bande de Gaza.
  • Israël a libéré 150 Palestiniens mais en a arrêté 260 autres au cours des quatre jours de trêve temporaire.
  • Le ministre fasciste Smotrich double son budget de guerre.

La trêve temporaire entre Israël et le Hamas est prolongée de deux jours

La trêve entre Israël et le mouvement  Hamas a été prolongée de deux jours, lundi soir, et Israël devrait libérer 65 femmes et prisonniers mineurs en échange de 20 captifs détenus par le Hamas.

La pression diplomatique s'est accentuée jusqu'à lundi après-midi pour renouveler la trêve et ouvrir la voie à la fin de l'agression israélienne sur la bande de Gaza, qui a tué plus de 15 000 Palestiniens depuis le 7 octobre.

De nombreuses parties, y compris la Maison Blanche, ont salué la prolongation de la trêve, qui était le résultat des efforts de médiation du Qatar.

Majed al-Ansari, porte-parole du ministère qatari des affaires étrangères, a déclaré mardi à Al Jazeera que le Hamas avait confirmé que « 20 captifs supplémentaires seraient libérés dans les deux prochains jours, et du côté palestinien, cela signifierait que 65 Palestiniens seraient libérés des prisons israéliennes ».

Jusqu'à mardi soir, 69 prisonniers détenus par le Hamas, dont la majorité sont des Israéliens, ont été libérés de la bande de Gaza, et 150 Palestiniens ont été libérés des prisons israéliennes.

« C'est un moment d'espoir pour nous, car nous pouvons nous appuyer sur cette dynamique pour augmenter le nombre de libérations de prisonniers », a déclaré M. Ansari à Al-Jazeera, « mais aussi pour préparer le terrain en vue d'une trêve plus durable et de l'ouverture de négociations ».

Lors d'un point presse à Doha, M. Ansari a qualifié les négociations de « difficiles ».

« Chaque partie a ses propres exigences et réserves. Nous faisons de notre mieux pour régler les choses. Mais la partie la plus problématique a été Israël », a-t-il déclaré.

Lundi soir, le Hamas a remis au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) 11 Israéliens, dont trois avaient la double nationalité française, dans le sud de la bande de Gaza. Israël a libéré 33 prisonniers palestiniens, dont 30 enfants mineurs et trois femmes.

Le convoi du CICR transportant les prisonniers israéliens s'est rendu de Gaza en Israël sans passer par les territoires égyptiens. Dimanche, le convoi s'est également rendu directement en Israël après que le Hamas a remis les captifs au centre de la ville de Gaza, au rond-point de Falasteen, dans une démonstration de force, envoyant ainsi le message qu'il contrôlait la zone.

Certains des captifs israéliens dans la bande de Gaza ont rencontré le dirigeant du Hamas,  Yahya Sinwar, dans les tunnels de Gaza, comme l'a déclaré l'un des captifs dans un reportage de Channel 12.

« Bonjour, je suis Yahya Sinwar, vous êtes le plus en sécurité ici. Rien ne vous arrivera », leur a dit Sinwar, qui a passé 24 ans dans les prisons israéliennes et qui parle hébreu.

Mais les prisonniers palestiniens libérés lundi ont évoqué de leur côté, les mauvais traitements, le manque de nourriture et les coups reçus dans les prisons israéliennes.

 Muhammad Nazzal, un adolescent du village de Qabatiya, près de Jénine, était l'un d'entre eux. Il a été condamné à six mois de détention administrative, mais a finalement passé trois mois en prison avant d'être libéré.

Il s'est adressé aux médias, le bras enveloppé d'une écharpe et d'un plâtre, après avoir souffert de fractures dues aux coups que les geôliers israéliens lui ont infligés, ainsi qu'à d'autres prisonniers.

« Depuis le 7 octobre, nous vivons dans des conditions sanitaires très difficiles. Les soldats de l'occupation nous ont brutalement battus jusqu'à ce qu'un prisonnier perde connaissance. Les gens pleuraient à cause de la violence des coups », a-t-il déclaré.

« J'ai eu une fracture de l'un de mes doigts et d'autres ecchymoses sur la main et sur le corps. J'ai passé mon dernier mois en prison comme s'il s'agissait de 20 ans », a-t-il ajouté.

Dans la ville occupée de Jérusalem, les forces d'occupation israéliennes ont pris d'assaut les  maisons des prisonniers Nofoth Hammad à Sheikh Jarrah, Adam Ghaith et Salah al-Hadra au Mont des Oliviers, et Muhammad Muhannad Abu al-Homs à Al-Issawiya. Leurs familles ont été averties de ne pas organiser de célébrations ou de rassemblements après la libération.

Les forces israéliennes ont expulsé l'équipe d'Al Jazeera de la maison de Nofoth Hammad, 16 ans, la plus jeune prisonnière.

Nofoth Hammad a été accusée d'avoir tenté de poignarder un colon israélien et condamnée à 12 ans de prison. Elle a été arrêtée en 2021 à  Shiekh Jarrah, où plusieurs familles palestiniennes vivent sous la menace d'être expulsées par les colons et la police israéliens.

Israël a détruit des bibliothèques et des centres culturels à Gaza alors que les Palestiniens vivent dans des conditions désespérées

Malgré la trêve, les Palestiniens de Gaza vivent toujours dans des conditions catastrophiques. Les bombardements israéliens n'ont épargné aucun endroit connu ni aucun quartier.

Les forces israéliennes ont détruit des institutions culturelles et éducatives, notamment la Bibliothèque publique municipale de la ville de Gaza, le Centre culturel Rashad El-Shawa, la Bibliothèque Diana Tamari Sabbagh, l'Imprimerie municipale, le Centre pour le bonheur des enfants et l'université islamique.

Lors d'une récente visite, James Elder, porte-parole de l'UNICEF, a qualifié les conditions de vie à Gaza de « désespérées ».

« Il suffit de voir les immeubles d'habitation les uns après les autres, les décombres sur le sol, le béton, les voitures explosées... qu'il s'agisse du regard des gens, du traumatisme... comme si le chagrin et la tristesse avaient pris racine ici, à Gaza », a-t-il déclaré dans une vidéo publiée sur le site Internet de l'Unicef.

« C'est une zone de guerre... Il y a des centaines de milliers d'enfants qui ne vont pas à l'école, qui sont dans des camps surpeuplés, qui ont froid, qui n'ont pas assez de nourriture, qui n'ont pas assez d'eau, qui risquent maintenant de contracter des maladies », a ajouté M. Elder.

Un porte-parole de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), Muhammad Adnan Abu Hasna, a déclaré à Al Jazeera que dans le camp de réfugiés d'Al-Nuseirat, au nord de Gaza, « les gens font la queue à la dernière station-service en état de marche ».

« Les camions d'aide sont censés livrer de l'essence à cette station, car les gens utilisent du bois pour cuisiner et se réchauffer. Les ambulances font également la queue, dans l'espoir de faire le plein. Nous pouvons confirmer que 100 camions sont entrés dans le nord de la bande de Gaza [mardi] et que certaines usines de dessalement de l'eau ont été approvisionnées en carburant », a-t-il ajouté.

Avant le 7 octobre, la bande de Gaza avait besoin d'un approvisionnement quotidien de 500 camions d'aide en carburant, en fournitures médicales et en nourriture pour répondre aux besoins des 2,3 millions de Palestiniens.

« Il faut au moins 200 camions par jour pour fournir des produits de première nécessité à la population de Gaza. Les personnes qui ont fui sont en mauvaise santé et on signale des épidémies dans les abris », a ajouté M. Abu Hasna.

Mardi, Al-Jazeera a rapporté que les autorités israéliennes avaient prolongé la détention du directeur de l'hôpital Al-Shifa, Muhammad Abu Selmia, de 45 jours supplémentaires dans l'attente d'une prétendue enquête.

Abu Selmia a été kidnappé la semaine dernière à Gaza après qu'Israël a pris le contrôle d'Al-Shifa et a forcé les patients et le personnel médical à l'évacuer.

Al Jazeera a également rapporté qu'un char israélien avait tiré un obus mardi près du quartier de Shiekh Radwan, au nord-ouest de la ville de Gaza, ce qui constitue une violation évidente des conditions du cessez-le-feu.

Lundi, les forces israéliennes ont ouvert le feu sur des Palestiniens qui tentaient de revoir leur maison dans le camp de réfugiés d'Al-Maghazi.

Pourtant, la trêve tient bon. Le chef de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré qu'il espérait que la prolongation de la trêve permettrait d'acheminer davantage d'aide humanitaire à la population de Gaza.

« Sachant que même avec ce délai supplémentaire, il sera impossible de répondre à tous les besoins dramatiques de la population », a déclaré M. Guterres.

Le ministre de la santé de l'Autorité palestinienne, Mai Keileh, a déclaré mardi que 35 000 Palestiniens étaient blessés, que 6000 étaient portés disparus à Gaza et que 470 personnes étaient soignées dans des hôpitaux égyptiens.

Mme Keileh a précisé que 26 hôpitaux sur 35 étaient hors service à la suite de l'agression israélienne. Le bilan des Palestiniens tués dans la bande de Gaza n'a pas été mis à jour mardi, mais il est estimé à plus de 15 000 personnes.

Israël a libéré 150 Palestiniens mais en a arrêté 260 autres au cours des quatre jours de trêve temporaire

Trois Palestiniens ont été assassinés mardi en Cisjordanie occupée.

Malik Majid Abdel Fattah Daghra, 17 ans, a été touché par des des tirs à balles réelles à l'épaule, à l'abdomen et au pied lors d'un raid israélien dans le village de Kafr Ain, au nord-ouest de Ramallah.

Yassin Abdullah Al-Asmar, 26 ans, de la ville de Beitunia, a également été touché par des balles dans la poitrine lors d'affrontements avec les forces d'occupation.

Amr Ahmad Jamil Wahdan, 14 ans, du village de Tayasir près de Naplouse, a succombé à ses blessures après avoir été touché par les tirs des forces israéliennes ce matin. Plusieurs Palestiniens ont également été blessés à Tubas, Beitunia et dans le camp de réfugiés de Dheisheh.

Les forces israéliennes ont fait exploser la maison de Daoud Abdel Razzaq Daras, 41 ans, dans le camp de réfugiés de Deir Ammar, à l'ouest de Ramallah. Daras a été abattu le 31 août lorsqu'il a attaqué à la voiture un poste de contrôle militaire près de la colonie illégale de Modiin, tuant un soldat israélien et en blessant trois autres.

Depuis l'entrée en vigueur de la trêve temporaire vendredi dernier, les forces israéliennes ont arrêté 260 Palestiniens en Cisjordanie. Dans les prisons israéliennes, 60 femmes sont actuellement détenues, et 56 d'entre elles ont été arrêtées depuis le 7 octobre, selon le Club des prisonniers palestiniens.

Au total, 3260 Palestiniens ont été arrêtés et 238 ont été assassinés depuis le 7 octobre.

 chroniquepalestine.com

 Commenter