04/02/2023 reseauinternational.net  9 min #223552

Des échecs impériaux aux excuses impériales

par Batiushka

« Le déclin de Rome fut l'effet naturel et inévitable d'une grandeur démesurée. La prospérité a fait mûrir le principe de la décadence ; la cause de la destruction s'est multipliée avec l'étendue des conquêtes... Au lieu de nous demander pourquoi l'Empire romain a été détruit, nous devrions plutôt nous étonner qu'il ait subsisté si longtemps. » (Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, Gibbon)

Introduction : Les échecs impériaux

Les empires en phase terminale de déclin, comme l'empire américain actuel, vont d'un désastre militaire à un autre. « La loi du plus fort », tel est le vieux dicton auquel ils croient à tort. C'est ce qui est arrivé aux Romains, comme décrit ci-dessus. C'est arrivé aux Britanniques, en commençant par la guerre des Boers, puis les victoires à la Pyrrhus dans deux guerres mondiales et en terminant par l'humiliation de Suez en 1956. Et les Français avec leurs guerres mondiales et la débâcle de l'Indochine et de l'Algérie. C'est ce qui est arrivé à l'empire soviétique en Afghanistan, bien que son échec tienne davantage au fait qu'il n'a pas pu tenir ses promesses aux consommateurs parce qu'il ne pouvait pas financer la dette comme les pays occidentaux. L'échec impérial est toujours un phénomène effrayant.

Après les échecs catastrophiques du Vietnam, de l'Irak et de l'Afghanistan, l'empire américain a maintenant choisi de tout miser sur le pays de quelqu'un d'autre en Europe. C'est la grande affaire, pas une guerre contre des tribus portant des sandales, mais contre une superpuissance disposant d'une armée professionnelle et des meilleures artilleries à roquettes, drones et missiles hypersoniques du monde... Cette guerre se déroule dans l'arrière-pays de la frontière sud-ouest de la Russie, appelé l'Ukraine. Après avoir perdu sa tentative d'occuper le port naval de Sébastopol en Crimée et de contrôler ainsi la mer Noire, l'État agresseur américain a fait de l'Ukraine une nouvelle tentative ratée d'imposer son hégémonie mondiale. Actuellement, l'attention se concentre sur une ville appelée Bakhmout, dans le sud-est de l'Ukraine.

Le bain de sang de Bakhmout

Bakhmout (son nom est tartare et est une déformation de Mohammed - Mahmut), pour reprendre son nom d'avant la Révolution, n'est pas en soi d'une importance capitale. Sa population d'avant-guerre n'était que de 73 000 habitants, bien qu'il s'agisse d'un centre routier régional. Cependant, l'Occident lui a conféré une importance vitale, voire existentielle, pour le régime de Kiev et pour lui-même. Le régime a été contraint par son bailleur de fonds américain de presque tout miser sur elle. Lorsque Bakhmout s'effondrera finalement mais inévitablement dans les semaines à venir, avec une grande partie de l'armée ukrainienne détruite ou neutralisée, une grande partie de la moitié sud-est de l'Ukraine pourrait être libérée par les combattants de la liberté russes. Certains prédisent même la chute de l'ensemble de l'Ukraine après Bakhmout, et sa libération par les combattants de la liberté russes. Peut-être.

Actuellement, l'Ukraine est encerclée par près de 700 000 soldats russes. Comme ils ne prennent pas part aux combats à Bakhmout ou ailleurs, on suppose qu'ils sont retenus pour former une future armée d'occupation après Bakhmout. Ils rendront la liberté et une vie normale à tous les Ukrainiens qui veulent sortir de leur isolement forcé par l'Occident et rejoindre une Ukraine libre, alliée à la Fédération de Russie et à la Biélorussie et au monde libre des organisations internationales telles que l'UEE (Union économique eurasiatique), les BRICS et l'OCS. Tous ces pays représentent les sept milliards de personnes, soit 88% de la population mondiale, qui constituent le Nord mondial, le Sud mondial et l'Est mondial. Le million ou les deux millions d'isolationnistes qui ne veulent pas de cela s'enfuiront par la frontière polonaise, en même temps que Zelensky et sa clique corrompue - s'ils sont encore en vie à ce moment-là.

Les crimes de guerre occidentaux

Depuis que cette guerre des néocons de Washington a éclaté en 2014, plus de 160 000 soldats de Kiev (certains disent 250 000, d'autres 320 000 ; en tout cas plusieurs milliers sont des mercenaires étrangers, notamment des Polonais) et plus de 20 000 combattants de la liberté russo-ukrainiens et russes  ont été tués. Ce chiffre s'ajoute à la mort de quelque 14 000 civils russes qui vivaient en Ukraine et de près de 7000 civils ukrainiens de toute l'Ukraine. Kiev a perdu environ 50% de son infrastructure énergétique. Elle doit augmenter sa dette de 3 milliards de dollars par mois juste pour se maintenir à flot. Une note à l'attention de l'Occident : cette dette ne sera jamais remboursée. Depuis 2014, 16 millions d'Ukrainiens ont été  déplacés - 10 millions vers divers pays d'Europe, notamment vers la Russie, et 6 millions à l'intérieur du pays. On ne sait pas quelle proportion de ces 10 millions reviendra en Ukraine, dont la population ne compte plus qu'environ 20 millions d'habitants, 4 millions dans le sud-est étant désormais en Russie.

Le soutien occidental à l'Ukraine, le pays le plus corrompu d'Europe, n'a rien fait pour l'autorité des États-Unis. Celle-ci avait déjà été sapée par les crimes de guerre, le water-boarding, le déclin économique, l'épidémie de drogue, les  fusillades de masse, un système de santé saccagé pour 40 millions de pauvres et les débâcles militaires du YouTube à l' Spenser Rapone Afghanistan PapersSpenser Rapone Afghanistan Papers . Les « changements de régime », les assassinats, les fraudes électorales, la propagande noire (également appelée relations publiques), les massacres, la torture dans des sites noirs mondiaux, les guerres par procuration et les interventions militaires menées par les États-Unis depuis 1945 ont fait plus de 20 millions de morts et suscité une répulsion planétaire pour l'impérialisme américain. « Yankees rentrez chez vous ». Le sang pèse sur les États-Unis. Pensaient-ils vraiment s'en tirer comme ça ?

Le dernier espoir

Le conflit en Ukraine est en fait la troisième guerre mondiale, ou si vous préférez, la première guerre mondiale, troisième partie. Une guerre chaude par procuration entre Washington et Moscou. Oui, la phase militaire est locale, ayant débuté entre la Russie et l'Ukraine en 2014. Mais les répercussions pour la Russie sont énormes. Elles marquent la fin d'une période de 300 ans où la Russie était éprise de l'Occident. Désormais, la tromperie occidentale signifie que les Russes ont perdu leurs illusions et leur naïveté pour toujours. La Russie continuera à se battre jusqu'à ce que les forces armées ukrainiennes et tous ceux qui ont pris les armes et combattent les Russes depuis près de neuf ans ne soient plus une menace pour personne. L'armée de Kiev sera mise en déroute et la Russie retrouvera ses racines d'il y a plus de 300 ans.

Cependant, les répercussions politiques et économiques pour le monde occidental, tenu en laisse par son féodal propriétaire américain, sont encore plus énormes : la fin du règne du dollar. Certes, certains prédisent une deuxième phase militaire entre l'Iran et la colonie américaine d'Israël. Et une troisième pourrait avoir lieu entre la Chine et les États-Unis, le prétexte étant l'Ukraine chinoise, Taïwan. Mais rien n'est certain. Après la prochaine victoire russe en Ukraine, tout pourrait encore être évité, car cette victoire donnera à réfléchir au monde occidental. C'est en effet le dernier espoir, que la défaite ici ramène enfin le monde occidental à la raison et à la réalité. Ce n'est que par une telle défaite écrasante de l'orgueil occidental que de nouvelles aventures folles, notamment nucléaires, pourront être évitées.

Quitter l'Ukraine

Si le bon sens l'emporte, alors les États-Unis abandonneront Kiev. Par exemple, ils pourraient soudainement découvrir, comme ils semblent l'avoir fait (suite à un tuyau de Hunter Biden ?), que l'Ukraine est corrompue et que, comme n'importe quel gangster latino-américain de pacotille mis au pouvoir par la CIA, Zelensky et sa clique ont volé toute cette merveilleuse aide américaine, cadeau du peuple américain involontaire. C'est pourquoi Kiev est en train de perdre la guerre - il a volé l'aide inestimable pour lui-même ! Et en ce qui concerne les singes mangeurs de fromage de l'Europe, c'est aussi leur faute parce qu'ils ont refusé de soutenir les États-Unis jusqu'au bout, en particulier ces drôles de Hongrois, Croates et autres traîtres non anglo-saxons qui n'ont pas pu garder le contrôle de leurs peuples révoltés (dans les deux sens du terme pour l'élite néocon).

Ainsi, en tant qu'honnêtes gens, les États-Unis seront malheureusement obligés de « faire un Kaboul ». Les États-Unis seront libérés de toute subvention supplémentaire à l'Ukraine, qui a provoqué tout cela à cause de sa corruption, et pourront alors se concentrer sur le vrai problème, cette méchante Chine. On laissera l'Europe se débrouiller avec les conséquences d'avoir été forcée de soutenir le mauvais cheval en Ukraine. Les « leaders » occidentaux se précipiteront à Moscou pour reprocher aux États-Unis de leur avoir menti. Qui ira en premier ? Macron ou Scholz ? Qui est le plus grand lèche-bottes d'Europe ? Qui a le plus besoin de ce qui était autrefois un gaz bon marché ? Le choix est très large et les paris sont ouverts. Peut-être un Géorgien ? Peut-être que l'alcoolique Johnson sera envoyé pour s'excuser de « ne pas avoir compris et qu'il ne le pensait pas vraiment » ?

Conclusion : Les excuses impériales

Saigon, Kaboul et maintenant Kiev ? Comment les masquer ? Une distraction massive avec un scandale à la maison ? Peut-être qu'une star de cinéma pourrait être arrêtée pour avoir insulté un transsexuel ? Et si Trump était arrêté pour « comportement inapproprié » avec une femme, de préférence noire, afin qu'il ne puisse pas se présenter à la présidence en 2024 (rappelez-vous ce qui est arrivé à Strauss-Kahn, accro au viagra et proxénète présumé du FMI, dans une chambre d'hôtel de New York) ? Et pourquoi pas un scandale lié aux documents confidentiels « oubliés » de Biden dans son garage ? Mais ce pauvre vieil homme, qui mérite la sympathie de tous (vote), sera déclaré trop malade pour être jugé, en raison d'un début de démence très soudain et inattendu.

Ainsi, ce héros des États-Unis, qui a courageusement assumé la fonction de président alors qu'il ne se sentait pas très bien et était désorienté, pourra se retirer en Floride et jouer au golf avec ce merveilleux lauréat du prix Nobel de la paix, Obama. (Vous vous souvenez ? Celui qui a refusé de fermer le centre de torture de Guantanamo Bay et qui a assassiné beaucoup de gens avec des drones). Faites travailler les scénaristes d'Hollywood sur quelque chose pour Netflix. Ils trouveront quelque chose. La réalité virtuelle va prendre le dessus. C'est toujours le cas aux États-Unis. Quant au prochain président des États-Unis, il n'y a qu'une seule candidate valable : l'héroïne Victoria Nuland. La première femme juive présidente des États-Unis. Un triomphe de la diversité dans l'adversité antisémite ! Après tout, elle est la seule qui, dès 2014, a eu la clairvoyance de savoir exactement ce que les États-Unis faisaient à l'UE. Peut-être que la CIA pourrait également financer un prix Nobel de la prophétie à lui décerner ?

source :  The Saker

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter