04/02/2023 reseauinternational.net  20 min #223551

Guerre en Ukraine : Les vétérans américains et les généraux allemands à la retraite sont consternés par les politiciens de l'Otan

Vu d'Allemagne : Tandis que les politiciens jouent dans les parlements à faire monter le bellicisme, dans une attitude criminelle envers leurs peuples, en titubant comme des aveugles vers une troisième guerre mondiale, des militaires s'unissent dans une protestation historiquement unique contre l'OTAN. Comment se fait-il que ce soit d'Allemagne que provient la colère à la hauteur de ce que des politiciens jouant à la guerre en Europe, les parlements qu'ils soient Allemands, français, Européens disent que ces gens sont immondes de bêtise. Ils ne savent pas à quel point le maître étasunien les méprise.

Danielle Bleitrach

***

par Max Erdinger

Les associations d'anciens combattants américains appelant à la fin des guerres par procuration américaines et dans le monde entier font partie de l'alliance de protestation : le commandant en chef des forces armées américaines, le général Mark A. Milley; la Rand Corporation, financée en grande partie par le Pentagone, envisage une paix négociée rapidement; le colonel Douglas Macgregor, qui avait été nommé par Donald Trump ambassadeur des États-Unis en Allemagne; Scott Ritter, ancien inspecteur en désarmement de l'ONU et ancien officier du renseignement des Marines; d'anciens officiers militaires de haut rang de l'ancien « ennemi de classe », le lieutenant-général Manfred Grätz et le major-général Sebald Daum. Tous deux ont servi dans l'Armée nationale populaire de la défunte RDA. Le conseiller militaire de l'ancienne chancelière Merkel, le général de brigade à la retraite Erich Vad, est également l'un des avertisseurs. L'une des voix critiques est également celle du général à la retraite Harald Kujat, ancien inspecteur général de la Bundeswehr et ancien président du Comité militaire de l'OTAN.

L'ensemble se regroupe autour d' une citation de l'inspecteur général de la Bundeswehr de 1986 à 1991, l'amiral Dieter Wellershoff, décédé en 2005 : « Nous, les soldats, avons la paix comme profession ».

L'attaché de défense à l'ambassade de la Fédération de Russie en Allemagne, Sergueï Tchoukhrov, a reçu hier deux lettres ouvertes, chacune écrite par les deux anciens généraux susmentionnés de l'Armée nationale populaire de la RDA. Dans les lettres, les ex-militaires exposent clairement leurs positions sur l'hystérie de guerre actuelle en Allemagne et à l'OTAN. Voici les deux lettres dans leur intégralité.

Lettre du lieutenant-général à la retraite Manfred Grätz

« Les chars allemands contre la Russie - un bouleversement de ma conscience

Cette fois-ci encore. Ce qui était craint par d'innombrables personnes, de la part d' une minorité qui a oublié l'histoire ou ignore l'histoire avec arrogance, qui se sent appelée à gouverner notre pays et suit son allié transatlantique dans une loyauté vassale, qui inspire et parle, soutenu avec enthousiasme par un paysage médiatique synchronisé unique et maintenant officiellement annoncé par le chancelier fédérale. Les chars à l'est c'est chose faite.

Les cheveux de beaucoup de gens se dressent, des souvenirs désagréables sont réveillés, y compris les miens. À cette époque, c'étaient encore des souvenirs d'enfant.

Né en 1935, je suis ou étais encore un enfant de la 2ème Guerre mondiale. Trop jeune pour être utilisé à mauvais escient pour les forces armées du fascisme allemand, mais assez vieux pour comprendre que la guerre ne signifie que souffrances incommensurables, misère et anéantissement inhumain. J'y ai perdu mon père. Une lettre froide et impitoyable de son commandant de compagnie rapportait qu'il était manifestement « tombé dans des batailles défensives héroïques contre l'ennemi bolchevique pour le Führer, le peuple et la patrie... ».

De temps en temps, des souvenirs émergent sur la manière dont nous étions assis adolescents sur le talus de chemin de fer et regardions les nombreux transports militaires, avec d'énormes lettres blanches inscrites : « Les roues doivent rouler pour la victoire ». Aujourd'hui, il est écrit : « Les chars allemands vers la Russie ». Les parallèles, les similitudes sont probablement faciles à reconnaître. Les nuits de bombardements, les alarmes de raids aériens, l'incendie de Chemnitz non loin de mon village, tout cela a contribué au fait que, même enfant, j'ai appris à haïr la guerre et à aspirer à la paix. J'ai finalement vécu la fin de la guerre comme la libération de l'Allemagne du fascisme par l'armée soviétique.

Près de huit décennies se sont écoulées depuis ces événements. L'adolescent d'alors est devenu un homme de 88 ans, dans une période mouvementée chargée d'histoire, une vie épanouie derrière lui.

38 ans de service pour la préservation de la paix dans notre Armée nationale populaire, dont six ans d'études en Union soviétique, en font partie. J'avoue franchement que j'aime ce pays, sachant très bien que la Russie d'aujourd'hui n'est plus comparable à l'Union soviétique. Mais les gens dont les pères et les grands-pères se sont battus pour leur patrie contre le fascisme allemand et nous ont également libérés sont restés. Chaleureux, gens charmants, amis !

Tout cela et bien plus encore me traverse l'esprit dans le contexte de tout ce qui se passe actuellement. L'esprit est toujours éveillé, même après 88 ans.

C'est tout un mélange de sentiments et de sensations qui m'émeut, dominé par la colère et la déception. La colère bouillonne en moi quand je dois accepter l'attribution unilatérale complètement sans fondement du blâme à la Russie, généralement à Poutine, à Poutine, l'agresseur, Poutine le criminel de guerre. Poutine est à blâmer pour tout ce qui se passe actuellement dans le monde. Oublié ou délibérément dissimulée toute l'histoire de la guerre en Ukraine, oubliant la rupture de la promesse de l'Occident concernant l'expansion de l'OTAN vers l'Est, oubliant le discours de Poutine au Bundestag en 2001, dans lequel il a tendu la main, offert une coopération pacifique et a ensuite été adopté avec des ovations debout, oublié également le discours à la Conférence de Munich sur la sécurité en 2007, lorsqu'il a abordé l'expansion de l'OTAN vers l'Est comme une menace pour les intérêts de sécurité russes.

La colère surgit lorsque Mme Baerbock, après tout ministre des Affaires étrangères de notre pays et plus haut diplomate, complètement désemparée et dépourvue de toute compétence diplomatique ou même de décence, ose « Nous allons ruiner la Russie ».

À peu près au même niveau, il y a de fréquents bavardages sur la question de savoir si nous sommes déjà partie prenante ou non à la guerre, donnant souvent l'impression de chercher et d'explorer si oui ou non nous ne devrions pas aller plus loin. Pour moi, de la litterature sans réalité. Ce qui se passe sur les fronts est clair depuis longtemps. Nous sommes en plein milieu. Que pourrie vous faire de plus alors que vous avez déjà livré des chars et d'autres armes lourdes dans le « noble » objectif de vaincre la Russie ?

Il est également dangereux de voir des politiciens et des soi-disant experts évoquer le thème de l'escalade, peut-être avec des armes nucléaires, avec des « petites tactiques » d'abord, dans des talk-shows ou à d'autres occasions, sans se douter de rien et de manière imprudente. Oubliées déjà Hiroshima et Nagasaki, ces deux villes japonaises victimes du premier largage de bombe atomique sur un territoire habité, sans aucune nécessité militaire. À ce moment-là, la Seconde Guerre mondiale était décidée depuis longtemps, en Europe comme en Extrême-Orient. Et comme chacun sait, ce n'étaient pas les Russes ! Oubliées toutes les souffrances et la misère, tous les morts qui se comptent par dizaines de milliers, et les effets à long terme que ces « deux petits calibres » ont provoqués pendant des décennies, selon les critères actuels. Inimaginable et irresponsable de jouer ainsi avec le feu dans le présent ! En tant qu'ancien militaire, je dis à tous ceux qui ne font que penser à une telle aventure : crime de guerre !

À propos de crimes de guerre ! Quelqu'un fait-il encore à propos de ce terme à Hiroshima et Nagasaki ? C'est oublié ! Classé, le plus grand crime de guerre de l'histoire de l'humanité, commis par les États-Unis.

Je trouve non seulement regrettable, mais aussi inquiétant que nos politiciens, qui ont des responsabilités gouvernementales, soient également réfractaires au dialogue. Je pense ici au fait que l'opinion de militaires expérimentés, spécialistes de leur métier, est de plus en plus reléguée au second plan, ou plutôt piétinée, et qu'elle n'est plus perceptible pour le public. Ne faut-il pas s'inquiéter lorsqu'un général Kujat, excellent connaisseur de la matière, y compris et surtout de l'OTAN, doit présenter ses appréciations remarquablement réelles de la situation dans un journal suisse ? Ou lorsqu'un général Vad, ancien conseiller militaire de Mme Merkel, s'exprime dans le journal EMMA d'Alice Schwarzer (ne vous méprenez pas, respect pour Mme Schwarzer !).

Ou quand même le chef d'état-major de l'armée américaine, le général Milley, a dû subir une réprimande de l'administration Biden pour son évaluation réelle de la situation en Ukraine et que le voile du silence est répandu sur ses conclusions ?

Je ne veux pas parler d'autres officiers militaires, même d'anciens membres de la NVA, parce qu'ils connaissent peut-être bien les Russes !

Tout selon la devise « Il ne peut pas être ce qui ne devrait pas être ». Il n'en reste pas moins qu'avec la loyauté vassale allemande, nous suivons fidèlement la politique de guerre des États-Unis, notre allié transatlantique le plus important, visant à la domination du monde. Quo vadis, Allemagne ? Je me pose la question. Ou pour citer Heinrich Heine : « Si je pense à l'Allemagne la nuit, j'en serai privé de sommeil ! ».

Un mot à tous les membres et sympathisants de notre association, à mes camarades et amis.

Élevez la voix, ne vous cachez pas. Écrivez, sous quelque forme et sur quelque support que ce soit, et n'oubliez pas votre nom et votre rang.

Trouvez et trouvez nos alliés, visitez leurs événements.

Ensemble, nous sommes plus forts.

Rejoignez-nous sur ce chemin, si vous êtes toujours vif et mobile. Parlez aux gens, malgré les différents intérêts qui y sont représentés.

Aucun des manifestants ne veut la guerre.

Tout cela est ce que ma conscience me dit. S'il vous plaît, vérifiez le vôtre aussi. »

***

Lettre du général de division à la retraite Sebald Daum

Protestation contre le soutien continu de l'Allemagne à l'Ukraine avec des chars et d'autres équipements militaires lourds.

Avec la décision du chancelier de la RFA, M. Scholz, et de son gouvernement de livrer 14 chars « Leopard-2 » à l'Ukraine et de permettre aux autres pays de l'OTAN de mettre également ces chars Leopard à la disposition de l'Ukraine, l'Allemagne entre dans une nouvelle phase de participation à la guerre contre la Russie et réalise ainsi la déclaration de son ministre des Affaires étrangères, d'être en guerre avec la Russie.

Avec cette décision, l'Allemagne non seulement prolonge la mort en Ukraine, mais devient également partie prenante à la guerre. Dans le même temps, la Russie devient de plus en plus un ennemi du peuple allemand et tout ce qui était autrefois important dans les relations amicales avec la Russie, en particulier à l'Est et dans l'ensemble de la RFA, est finalement détruit.

Je voudrais donc vous rappeler quelques faits importants :

que l'Union soviétique a joué le plus grand rôle dans la libération du peuple allemand du fascisme hitlérien, avec plus de 27 millions de morts,

qu'après 1945, l'Armée rouge et le peuple soviétique n'ont pas exercé de vengeance et n'ont pas couvert l'Allemagne de haine, comme cela se fait actuellement à nouveau en Allemagne contre la Russie,

que l'Union soviétique et la Russie ont été décisives pour la réunification de l'Allemagne, car sans leur consentement, il n'y aurait pas eu de « patrie allemande unie »,

que la Russie a volontairement retiré ses forces d'occupation de bonne foi dans le cadre de relations de bon voisinage, alors que les forces d'occupation américaines restaient dans le pays,

que la Russie a accepté que l'Allemagne ne reste pas neutre, mais au sein de l'OTAN,

que ce n'est pas la Russie qui s'est rapprochée des frontières de l'Allemagne ou de l'UE, mais les troupes de l'OTAN sont maintenant aux frontières de la Russie,

et enfin, il faut rappeler que ce sont les États-Unis et l'OTAN qui ont organisé un coup d'État en Ukraine en 2014, expulsé le président élu du pays et armé militairement l'Ukraine et l'ont positionnée contre la Russie pour qu'elle puisse et ont mené 8 ans de guerre contre son propre peuple.

Tout cela a-t-il été oublié, est-ce maintenant grâce à tout ce que l'Union soviétique et la Russie ont fait pour l'Allemagne, ou sommes-nous prêts à entrer à nouveau en guerre contre la Russie pour la troisième fois? Les chars allemands « Leopard », comme autrefois le « Tigre » allemand, devraient-ils rouler contre la Russie. Les résultats de Stalingrad et de Koursk ont-ils été oubliés si rapidement, ou veulent-ils réviser ces défaites ?

« Plus jamais la guerre » était considéré comme une loi non écrite en Allemagne. Plus jamais la haine et les cris de guerre contre la Russie ne doivent prendre le dessus en Allemagne, jamais plus un cri de « Voulez-vous une guerre totale » ne doit nous inciter contre les peuples de Russie.

C'est pourquoi j'élève la voix pour protester contre cette livraison de chars et d'autres équipements militaires lourds par l'Allemagne, qui représentent la prolongation de la guerre et des meurtres en Ukraine. Que les voix de la raison l'emportent et que d'innombrables personnes aident en ce sens à empêcher la guerre.

***

L'expert en armes Scott Ritter s'est également exprimé. Il demande si l'OTAN veut tuer des Ukrainiens. Les livraisons de chars annoncées sont totalement inutiles. Dans le cas des livraisons prévues d'anciens avions de combat de type F-16, ce n'est pas significativement différent, explique-t-il dans sa vidéo de 25 minutes sous-titrée en allemand « Dans Scott Ritter: Ukraine/Russia EscalationScott Ritter: Ukraine/Russia Escalation  ». Les chars et les jets, étant donné leur manque de soutien à la périphérie de l'armée ukrainienne, ne sont rien de plus que des pièges mortels pour les équipages de chars et les pilotes. Sa thèse principale est qu'il y a un décalage presque grotesque entre les idées politiques des responsables de « l'Occident collectif » et la faisabilité militaire réelle de ces idées. Il se demande si tout le monde aura bouché ses oreilles pour ne pas avoir à comprendre ce que signifient en réalité les déclarations de la Russie sur les conditions dans lesquelles la guerre nucléaire aura lieu. La Russie protégera son territoire à tout prix. Le Kremlin considère la Crimée comme faisant partie de la Russie, que quiconque en Occident la voie de la même manière ou non. Si le commandant en chef ukrainien Zaluzhny appelle à plusieurs centaines de chars et autres véhicules militaires pour ramener la Crimée en Ukraine contre la volonté des Criméens, et si ces armes nécessaires sont livrées, alors c'est aussi clair qu'un suicide occidental collectif. Nous devons nous réjouir que ces armes ne soient pas fournies en nombre suffisant. D'autre part, c'est précisément pourquoi les livraisons sont complètement inutiles. La défaite de l'Ukraine dans la guerre terrestre est inévitable. 14 chars d'ici, 14 de là, 8 d'ailleurs, etc. - rien de tout cela ne change rien. Les avions de combat F-16 décrépits, dont on parle aux Pays-Bas, aux États-Unis et en France, sont des proies faciles pour les défenses aériennes russes. C'est déjà largement supérieur à l'ukrainien de toute façon. Pour la première fois, Ritter règle aussi explicitement ses comptes avec les Allemands. Voici les passages les plus incisifs à cet égard.

Ritter : Si l'OTAN permet à Zaluzhny de menacer la Crimée, la Russie utilisera des armes nucléaires pour empêcher cela. Pas en Ukraine, mais contre l'OTAN. Chaque Allemand qui vit à Berlin devrait comprendre que l'un d'entre eux serait alors parti. Je veux dire, c'est littéralement au revoir. Au revoir ! Il en va de même pour les Français et les Britanniques, Rome, Paris, Londres, Bruxelles, toute l'OTAN derrière elle disparaîtrait. Complètement. Et l'Occident le sait. C'est pourquoi les Ukrainiens n'ont reçu que 20 véhicules de combat d'infanterie au lieu de 500 lors du groupe de contact à Ramstein le 29 janvier. Et ils ne sont pas tous de la même catégorie. Ce sont des choses que les Ukrainiens ne peuvent même pas utiliser... »

Scott Ritter décrit ensuite les difficultés d'exploitation et de maintenance des véhicules Bradley et Stryker, par exemple en ce qui concerne le châssis des Strykers, sujet à réparation et réglable en hauteur, qui tombe constamment en panne et aplatit les huit pneus du véhicule pour ensuite arriver aux Allemands. Ritter : « Et les Allemands sont tellement merveilleux, des gens formidables. Vous leur donnez quoi ? 40 véhicules martres ? Je veux dire, ce sont des pièges mortels - et vous le savez. C'est pourquoi vous voulez les remplacer. Vous savez que la martre n'est pas bonne. Et vous ne leur donnerez pas les martres pour le front que vous aviez vous-même, parce que vous n'aimez pas beaucoup les Ukrainiens. Vous leur donnez les vieilles martres, qui sont aussi un cauchemar d'entretien. Et eux aussi seront livrés et brisés, et les Ukrainiens ne savent pas comment les réparer. Bam, qu'est-ce que je viens de décrire... trois véhicules différents, tous avec des exigences d'entretien différentes. Et ils passeront le relais à l'armée ukrainienne, qui n'a jamais rien eu à voir avec ces véhicules. Ils n'ont aucun moyen de les entretenir ou de fournir un soutien logistique. Les Ukrainiens sont littéralement invités à se suicider. Et cela ne s'applique pas seulement aux véhicules de combat d'infanterie. Ils voulaient 500 pièces d'artillerie - nous leur en donnons 124. Et ce sont aussi des pièces d'artillerie différentes, avec des exigences de maintenance et de soutien différentes. Et ils ne sont pas conçus pour cela. L'OTAN ne s'est jamais préparée à une guerre impliquant des tirs constants, comme le font les Ukrainiens sur le front. Donc, toutes ces merveilleuses pièces d'artillerie occidentales qui vont au Front doivent tirer en permanence et tomber en panne en conséquence. Et les Ukrainiens ne savent pas comment les réparer. Donc, soit ils sont détruits sur place, soit ils doivent être amenés en Pologne, en Allemagne ou dans leurs pays d'origine et entretenus. Wow, nous leur avons vraiment fait une grande faveur. Et maintenant, nous leur donnons des chars. Pourquoi ? Parce que nous voulons nous sentir bien. Parce que Zalushny dit : « Je ne peux pas gagner sans chars. » Et nous leur disons de lancer une offensive. Mais nous ne voulons pas qu'ils gagnent. Ils ne sont censés tuer que des Russes, rien d'autre. C'est tout ce que nous voulons. Nous voulons affaiblir la Russie pour que son peuple se rebelle et renverse Vladimir Poutine. Mais cela ne fonctionne pas. La Russie n'a fait que se renforcer. J'espère que toutes les personnes merveilleuses en Allemagne comprennent l'idiotie de leur gouvernement. Avant cela, l'armée russe n'était pas aussi bonne que tout le monde le pensait. Ce n'était pas mal, mais c'était une armée en temps de paix. »

Ritter en arrive alors au point où une armée non déployée rouille dans une certaine mesure et doit d'abord redevenir « en forme ». Les Russes avaient un tel « entraînement physique » depuis près d'un an maintenant. Il dit : « Vous avez permis à la Russie de se mobiliser. Une mobilisation partielle de 300 000 hommes. Et la Russie s'est dit : « Wow, nous avons fait beaucoup d'erreurs. Il y a beaucoup d'erreurs ici. Nous devons y remédier. Et ils ont tout mis en ordre. S'ils se mobilisent à nouveau maintenant, alors ils savent quoi faire. Ils savent ce qu'ils doivent accomplir. Merci, Allemagne. Vous êtes des génies. L'armée russe en temps de paix qui existait avant cela était limitée à moins d'un million d'hommes, ce qui était à peine suffisant pour défendre la Russie, et certainement pas pour soutenir une campagne en Ukraine. Ils n'avaient pas assez d'hommes. Alors, qu'a fait la Russie? Eh bien, parce que l'Allemagne a soutenu l'élargissement de l'OTAN pour inclure la Suède et la Finlande, la Russie s'est dit: « D'accord, alors nous allons augmenter notre armée à 1,5 million d'hommes. Et nous construirons un nouveau groupe d'armées à la frontière finlandaise. Nous créons de nouvelles divisions aéroportées, des divisions navales, des divisions d'artillerie et nous allons convertir certains anciens Brigades en divisions ». Fondamentalement, la Russie est en train de construire une armée qui sera en mesure de garer ses chars T-90 à Berlin dans une semaine. Merci, Allemagne. Vous êtes des génies. Vous êtes vraiment le plus intelligent ! - « Oh non, mais l'Allemagne pourra les arrêter ! N'est-ce pas ? » - Après tout, vous êtes l'Allemagne.

Et ici, Ritter est très clair : « Je veux dire, vous êtes les héritiers et les descendants des criminels brutaux, les nazis meurtriers, qui ont marché vers l'est pour violer la Pologne, pour violer la Russie... de tout violer sur son passage... parce que les nazis sont de la saleté. Je veux dire, c'est ce que vous aimez. Droite ? C'est ce que vous voulez faire. C'est ce que veut l'Allemagne... vous voulez attaquer la Russie ? Vous voulez nuire à la Russie ? Mais il y a un problème... Je ne sais pas... votre propre haut responsable militaire... Je ne sais pas, j'ai oublié son nom, mais il a dit : « Nous sommes impuissants. Nous sommes nus. Nous n'avons rien. Et maintenant, nous donnons le peu que nous avons à l'Ukraine ». Et si vous croyez que vous allez construire de nouveaux chars, alors vous devez comprendre que nous ne pouvons pas nous permettre de nouveaux chars dans l'état actuel de notre économie. Nous n'avons pas d'argent pour de nouveaux chars. Wow, Allemagne, vous êtes les personnes les plus intelligentes de la planète. Eh bien, pas vraiment. Et je vais vous dire pourquoi vous ne l'êtes pas. Parce que vous pensez que vous aidez l'Ukraine avec ces armes. Mais ce n'est pas le cas. (...) Et l'Allemagne, peut-être que vous avez seulement réalisé qui vous êtes vraiment, mais vous n'êtes rien de plus qu'une continuation du Troisième Reich. Littéralement. C'est vous. Vous êtes de la saleté. Vous êtes les pires personnes du monde. Mais vous n'êtes pas très doué pour ça. Les Russes savaient qui vous étiez vraiment. Je veux dire, ils ont déjà appris cette leçon et ne l'oublieront jamais. Si vous pensez que l'armée russe n'a pas entraîné, équipé et préparé pour ce jour, alors vous ne savez rien. Si vous pensez que les Russes verront un Leopard 2 sur le champ de bataille et diront : « Oh mon Dieu, un gros char allemand. Nous devons nous enfuir » - Non. Ils n'attendent que de pouvoir faire ce que leurs grands-parents ont fait : détruire l'acier allemand sur le sol ukrainien. Et de détruire l'équipage. Merci, Allemagne...

Maintenant, on peut reprocher à Scott Ritter de parler constamment de la Russie, de l'Ukraine et de l'Allemagne, alors qu'il ne s'agit pas vraiment de ces pays, mais de ceux qui sont responsables de ces pays. Par ailleurs, Ritter appelle déjà les responsables par leur nom. Il ne laisse pas un cheveu sec à Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'OTAN. Mais il a raison dans son mépris pour « les Allemands » de 2023 et leur incapacité à se donner un gouvernement qui aurait au moins une étincelle de responsabilité historique. Avec la liberté et l'indépendance de la presse allemande, les choses vont bientôt empirer. Pour moi, c'est la pire chose à propos de cette guerre : rien appris, juste des phrases creuses. Qui ont eu cours pendant des décennies. Rien appris de la Première Guerre mondiale, rien de la seconde, rien des erreurs de cet « être dont le monde est censé guérir ». Toujours aussi grandiose, moralisateur-impérieux. Et tout cela sans avoir rien sur la casserole pour sécuriser ces propriétés désagréables. République fédérale d'Allemagne 2023: Le revoilà, le « vilain Allemand », la merde intelligente, le je-sais-tout, le nez sage avec sa pseudo-moralité dégoûtante. Avec sa « grimace amicale-humaine » comme maquillage dans la vieille grimace. Il est vert aujourd'hui. Cependant, ce n'est qu'une couleur comme le rouge ou le brun. Mon Allemagne, dans laquelle j'ai grandi, aurait pu être un exemple pour quiconque voulait prendre ma patrie comme exemple. Personne n'aurait été forcé de le faire. Rien n'aurait dû être imposé à qui que ce soit. Aujourd'hui, je peux m'arracher les cheveux par pur désespoir que le vieux chat brun ne se promène dans le pays que sur des pieds verts. Il est dévastateur de devoir admettre que la démocratie, la Freiheit et l'État de droit, enfin un « bon État allemand » n'ont été que des illusions. Parce que le peuple allemand n'est rien de plus que le Mickael éternellement même, endormi et égocentrique.

Et puis ceci :  Garland Nixon a le tweet suivant : Un initié de la Maison Blanche a rapporté la réaction de Joe Biden quand il a appris la protestation émergente en Allemagne contre la politique de guerre de l'OTAN. Biden : « Si vous pensez qu'ils deviennent fous en ce moment, attendez de voir ce qui va se passer quand nous aurons fini de voler leur industrie. Mon Dieu, je déteste ces mangeurs de saucisses bratwurst » - Game over, Allemagne. Mort de sa propre stupidité.

source :  Histoire et Société

 reseauinternational.net

 Commenter