05/10/2023 arretsurinfo.ch  8 min #234877

 Russia demands answers from Canada over praise for Nazi Ss veteran

L'ambassadrice d'Allemagne applaudit un criminel de guerre nazi devant le Parlement canadien

Par  Johannes Stern

Photos Andre Forget / OLO (Wikipedia9

La semaine dernière, tous les membres du Parlement canadien, ainsi que le Premier ministre Justin Trudeau, ont offert une ovation au criminel de guerre nazi Yaroslav Hunka, que le président du Parlement canadien a qualifié de héros.

Il est apparu depuis que Sabine Sparwasser, l'ambassadrice d'Allemagne au Canada, figurait parmi les personnes ayant applaudi le nazi.

Mercredi, lors d'une conférence de presse, un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères a confirmé la participation de Sparwasser à l'ovation du nazi, aux côtés de diplomates d'autres ambassadeurs des pays du G7.

78 ans après la chute du Troisième Reich, un haut fonctionnaire diplomatique du gouvernement allemand a applaudi un membre d'une organisation criminelle qui a joué un rôle clé dans l'Holocauste et dans la guerre d'extermination menée par Hitler contre l'Union soviétique.

Cette action est le résultat d'une campagne systématique, menée depuis des années, visant à réhabiliter le nazisme dans le cadre de la promotion du militarisme allemand aux plus hauts niveaux de l'État allemand.

En tentant de minimiser l'importance des applaudissements de Sparwasser pour Hunka, un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères a affirmé que «la véritable identité de Hunka, à savoir qu'il était un membre volontaire de la Waffen-SS, n'était pas connue des personnes présentes, étant donné que sa participation n'avait pas été annoncée».

Cette affirmation est très peu convaincante. L'apparition du président ukrainien Volodymyr Zelensky devant le Parlement canadien était un événement politique important qui avait été minutieusement préparé. Les invités auraient fait l'objet d'un contrôle approfondi pour des raisons de sécurité. C'est particulièrement vrai pour un «invité d'honneur» comme Hunka, qui a été appelé par son nom et célébré officiellement.

Même si l'ambassadrice d'Allemagne n'avait pas été informée au préalable, elle devait savoir qui était Hunka lorsqu'il a été présenté par l'ancien président du Parlement canadien, Anthony Rota.

«Nous avons ici aujourd'hui un vétéran ukrainien de la Seconde Guerre mondiale qui s'est battu pour l'indépendance de l'Ukraine contre les Russes et qui continue à soutenir les troupes aujourd'hui, même à l'âge de 98 ans», a déclaré Rota. «Il s'appelle Yaroslav Hunka, et je suis très fier de dire qu'il est originaire de North Bay et de ma circonscription, Nipissing-Timiskaming. C'est un héros ukrainien, un héros canadien, et nous le remercions pour tout ce qu'il a fait

Sparwasser savait exactement qui elle applaudissait. Diplomate de haut niveau hautement qualifiée, elle a occupé des postes de direction au ministère fédéral des Affaires étrangères pendant plus de 35 ans et connaît bien les questions politiques et historiques, en particulier l'histoire récente de l'Europe et de l'Allemagne. Avant sa carrière diplomatique, elle a notamment été assistante de recherche sur l'intégration européenne.

Pour défendre Sparwasser, le porte-parole du ministère fédéral des Affaires étrangères a déclaré qu'il y avait eu «une grande variété de groupes» pendant la Seconde Guerre mondiale «qui avaient résisté à la fois à la Wehrmacht et à l'Armée rouge», en citant l'Armée de l'intérieur polonaise comme exemple.

Quiconque connaît l'histoire de la Seconde Guerre mondiale sait que l'armée intérieure polonaise a lutté contre l'occupation nazie et qu'elle a été presque entièrement anéantie lors de la répression brutale du soulèvement de Varsovie. Ce n'est qu'après la victoire de l'Armée rouge sur la Wehrmacht que des combattants individuels, appelés «soldats proscrits», ont commencé à opposer une résistance armée au nouveau gouvernement polonais soutenu par Moscou.

Dans le cas de Hunka, c'était également évident dès le départ qu'il n'était pas un combattant de l'Armée intérieure polonaise ou d'une autre organisation de résistance, mais un nazi ukrainien. Les Ukrainiens qui se sont battus «contre les Russes» pendant la Seconde Guerre mondiale (en fait, contre l'armée soviétique, qui comprenait également la majorité des Ukrainiens) étaient des fascistes qui glorifiaient le régime nazi et continuent de le faire à ce jour.

Hunka a décrit ses dernières années d'école pendant l'occupation allemande comme les plus heureuses de sa vie. En 1943, il a rejoint 80.000 Ukrainiens, dont de nombreux étudiants, dans la division des volontaires SS de Galicie.

La WSWS a déjà expliqué dans de précédents articles que l'ovation pour un membre de la Waffen-SS d'Hitler n'était pas un hasard. Cela révèle le caractère de la guerre que les puissances de l'OTAN mènent en Ukraine contre la Russie et qui, soutenue par les forces politiques les plus réactionnaires, continue de s'intensifier. L'Allemagne joue un rôle de premier plan à cet égard.

Deux jours seulement avant les applaudissements de Sparwasser offerts à Hunka, le chancelier allemand Olaf Scholz a lancé aux Nations unies une diatribe anti-russe dont Hitler aurait été fier. Le chancelier a souligné de manière agressive que Berlin rejetait les négociations de paix et poursuivait l'objectif de vaincre militairement la Russie en Ukraine. La classe dirigeante allemande suit ainsi directement les traces de ses objectifs de guerre et de grande puissance lors des Première et Seconde Guerres mondiales, lorsqu'elle cherchait également à soumettre militairement et à diviser ce pays riche en ressources et important d'un point de vue géostratégique.

Idéologiquement, la réalisation de ces objectifs revanchards passe par la réhabilitation du nazisme. En Ukraine, les puissances impérialistes s'appuient sur les mêmes forces fascistes avec lesquelles l'Allemagne hitlérienne a conclu un pacte lors de l'invasion de l'Union soviétique. Dès le début de l'année 2014, Washington et Berlin ont orchestré un coup d'État anti-russe à Kiev, dans lequel des forces fascistes telles que le parti Svoboda et le Secteur droit ont joué un rôle décisif. Depuis lors, ils soutiennent et arment jusqu'aux dents un régime qui vénère des collaborateurs nazis comme Stepan Bandera et Roman Zhukhovich et mobilise des unités de l'armée comme le bataillon Azov qui affichent ouvertement leurs orientations fascistes.

La division Waffen-SS Galicie, à laquelle appartenait Hunka, est également célébrée publiquement. À Lviv, qui était un centre du fascisme ukrainien pendant l'occupation nazie de la Seconde Guerre mondiale, un défilé en l'honneur de la division SS a lieu chaque année le 28 avril depuis 2010. Dans plusieurs villes ukrainiennes, des routes ont été baptisées du nom de la division Galicie. Le 23 septembre 2020, la Cour suprême d'Ukraine a statué que les symboles de la Division SS Galicie n'étaient pas associés au nazisme et ne devaient donc pas être interdits.

Outre Kiev, Berlin est également un centre de cette réhabilitation ouverte du fascisme. Le parlement fédéral allemand a déjà eu son «moment Hunka» le 27 février 2022. Lorsque Scholz a annoncé le fonds spécial de 100 milliards d'euros pour l'armée allemande et les premières livraisons d'armes lourdes à Kiev trois jours après l'invasion russe de l'Ukraine provoquée par l'OTAN, l'ambassadeur ukrainien de l'époque, Andrij Melnyk, était l'invité d'honneur du Bundestag. Bien que Melnyk soit un partisan déclaré de Bandera et qu'il honore et défende publiquement son héritage meurtrier, l'ensemble du Bundestag l'a applaudi.

L'attitude officielle du gouvernement allemand à l'égard des collaborateurs nazis ukrainiens ne diffère pas de celle de la Cour suprême d'Ukraine. En réponse à une question parlementaire du Parti de gauche sur les «manifestations d'extrême droite de la politique historique ukrainienne», le gouvernement allemand a récemment déclaré qu'il «n'adopte pas expressément la classification générale de certains groupes ou personnes (historiques) comme étant d'extrême droite, antisémites, antitsigane ou autrement racistes».

Les «groupes» et «personnes» mentionnés dans la réponse à la question parlementaire sont, entre autres, Bandera, Shuchkevytsch et l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) sous leur commandement. Ces deux organisations ont manifestement participé à l'Holocauste et aux massacres de Russes, de Polonais et de Hongrois. L'OUN-M a également fourni les volontaires pour la division Waffen-SS de Galicie, dont Hunka faisait partie.

Cette réhabilitation méprisable des organisations nazies et de leurs crimes horribles a été préparée pendant des années. En 2014, le professeur d'extrême droite de l'université Humboldt, Jörg Baberowski, a affirmé dans Der Spiegel qu'Hitler n'était «pas cruel» et a affirmé: «Il ne voulait pas que les gens parlent de l'extermination des Juifs à sa table». Dans la même interview, il a exprimé sa solidarité avec Ernst Nolte, apologiste nazi aujourd'hui décédé, qui avait publiquement soutenu dans les années 1980 que la guerre d'extermination d'Hitler était une réaction justifiée à l'Union soviétique.

Le Sozialistische Gleichheitspartei (Parti de l'égalité socialiste, SGP) et l'International Youth and Students for Social Equality (IYSSE) ont publiquement condamné cette tentative délibérée de blanchir le national-socialisme et ont averti que la relativisation des crimes de guerre nazis visait à préparer de nouvelles guerres et de nouveaux crimes.

Ces avertissements ont été confirmés de manière spectaculaire. La classe dirigeante célèbre désormais ouvertement les forces fascistes, signalant qu'elle ne reculera devant rien pour assurer la défaite et l'assujettissement de la Russie. Il faut empêcher une nouvelle rechute dans la guerre mondiale et la barbarie. Cela nécessite la construction d'un mouvement antiguerre de la classe ouvrière internationale basé sur un programme socialiste.

 Johannes Stern

Source:  WSWS

(Article paru en anglais le 30 septembre 2023)

 arretsurinfo.ch

 Commenter