24/02/2024 legrandsoir.info  10 min #243531

L'Axe de la Résistance : du Dombass à Gaza

🇬🇧

Pepe ESCOBAR

Au cours de mon récent voyage vertigineux dans le Donbass à la poursuite des bataillons chrétiens orthodoxes défendant leur terre, Novorossiya, il est devenu évident que la résistance dans ces républiques russes nouvellement libérées mène à peu près la même bataille que ses homologues d'Asie occidentale.

Près de dix ans après Maïdan à Kiev et deux ans après le début de l'opération militaire spéciale (OMS) russe en Ukraine, la détermination de la résistance n'a fait que s'approfondir.

Il est impossible de rendre pleinement justice à la force, à la résilience et à la foi de la population du Donbass, qui se trouve en première ligne dans la guerre par procuration des États-Unis contre la Russie. La bataille qu'ils mènent depuis 2014 a désormais visiblement perdu sa couverture et s'est révélée être, fondamentalement, une guerre cosmique de l'Occident collectif contre la civilisation russe.

Comme l'a dit très clairement le président russe Vladimir Poutine lors de son interview avec Tucker Carlson vue par un milliard de personnes dans le monde, l'Ukraine fait partie de la civilisation russe – même si elle ne fait pas partie de la Fédération de Russie. Ainsi, les bombardements de civils de souche russe dans le Donbass – toujours en cours – équivalent à des attaques contre la Russie.

Il partage le même raisonnement que le mouvement de résistance Ansarallah au Yémen, qui décrit le génocide israélien à Gaza comme un génocide lancé contre « notre peuple » : le peuple des terres d'Islam.

Tout comme c'est sur le riche sol noir de Novorossiya que « l'ordre international fondé sur des règles » est mort ; la bande de Gaza en Asie occidentale – une terre ancestrale, la Palestine – pourrait à terme être le lieu où le sionisme périra. Après tout, l'ordre fondé sur des règles et le sionisme sont tous deux des constructions essentielles du monde unipolaire occidental et essentiels à la promotion de ses intérêts économiques et militaires mondiaux.

Les lignes de fracture géopolitiques incandescentes d'aujourd'hui sont déjà configurées : l'Occident collectif contre l'Islam, l'Occident collectif contre la Russie et bientôt une partie substantielle de l'Occident, même à contrecœur, contre la Chine.

Pourtant, une sérieuse contre-attaque est en jeu.

Même si l'Axe de la Résistance en Asie occidentale continuera à renforcer sa stratégie « d'essaim », les bataillons chrétiens orthodoxes du Donbass ne peuvent qu'être considérés comme l'avant-garde de l'Axe de la Résistance slave.

Lorsqu'ils ont évoqué ce lien entre chiites et christianisme orthodoxe avec deux hauts commandants à Donetsk, à seulement 2 kilomètres de la ligne de front, ils ont souri, perplexes, mais ont définitivement compris le message.

Après tout, plus que quiconque en Europe, ces soldats sont capables de saisir ce thème unificateur : sur les deux principaux fronts impériaux – le Donbass et l'Asie occidentale – la crise de l'hégémonie occidentale s'approfondit et accélère rapidement son effondrement.

L'humiliation cosmique en cours de l'OTAN dans les steppes de Novorossiya se reflète dans le combo anglo-américano-sioniste somnambule dans une conflagration plus vaste dans toute l'Asie occidentale – insistant fiévreusement sur le fait qu'ils ne veulent pas de guerre tout en bombardant tous les axes de résistance, à l'exception de l'Iran (ils ne peuvent pas, parce que le Pentagone a imaginé tous les scénarios, et ils annoncent tous une catastrophe).

Grattez la façade de qui est au pouvoir à Kiev et à Tel Aviv, et qui tire les ficelles, et vous retrouverez les mêmes marionnettistes contrôlant l'Ukraine, Israël, les États-Unis, le Royaume-Uni et presque tous les membres de l'OTAN.

Lavrov : « Aucune perspective » sur Israël-Palestine

Le rôle de la Russie en Asie occidentale est assez complexe – et nuancé. En apparence, les couloirs du pouvoir de Moscou indiquent très clairement qu'Israël-Palestine « n'est pas notre guerre : notre guerre est en Ukraine ».

Dans le même temps, le Kremlin continue de se positionner en tant que médiateur et artisan de la paix en Asie occidentale. La Russie est peut-être dans une position unique pour ce rôle : c'est une puissance mondiale majeure, fortement impliquée dans la politique énergétique de la région, un leader des institutions économiques et sécuritaires émergentes du monde, et elle entretient des relations solides avec tous les États clés de la région.

Une Russie multipolaire – avec sa large population de musulmans modérés – est instinctivement liée au sort des Palestiniens. Il y a ensuite le facteur BRICS+, dans lequel la présidence russe actuelle peut attirer toute l'attention des nouveaux membres, l'Iran, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l'Égypte, pour proposer de nouvelles solutions au casse-tête palestinien.

Cette semaine à Moscou, lors de la 13e Conférence du Club Valdai sur le Moyen-Orient, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est allé droit au but, en soulignant la cause, la politique de l'Hégémon, et ses effets, qui poussent Israël-Palestine vers la catastrophe.

Il a joué le rôle de la Russie pacificatrice : nous proposons « d'organiser une réunion interpalestinienne pour surmonter les divisions internes ». Et il a également présenté le visage de la Realpolitik Russie : il n'y a « aucune perspective pour un règlement israélo-palestinien pour le moment ».

Un rapport Valdai détaillé a ouvert une fenêtre cruciale pour comprendre la position russe, qui lie Gaza et le Yémen comme « des épicentres de douleur ».

Pour situer le contexte, il est important de rappeler qu'à la fin du mois dernier, le représentant spécial de Poutine pour les affaires de l'Asie occidentale, le vice-ministre des Affaires étrangères ML Bogdanov, a reçu une délégation d'Ansarallah à Moscou dirigée par Mohammed Abdelsalam.

Des sources diplomatiques confirment qu'ils ont discuté en profondeur de tout : du sort d'un règlement global de la crise militaro-politique au Yémen, à Gaza et dans la mer Rouge. Pas étonnant que Washington et Londres en aient perdu la boule.

« Faire disparaître la question palestinienne »

On peut dire que la table ronde la plus critique à Valdai portait sur la Palestine – et sur la manière d'unifier les Palestiniens.

Nasser al-Kidwa, membre du Conseil national palestinien (PNC) et ancien ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne (AP) (2005-2006), a souligné les trois positions stratégiques d'Israël, qui visent toutes à maintenir un dangereux statu quo :

Premièrement, Tel Aviv cherche à maintenir la division entre Gaza et la Cisjordanie occupée.

Deuxièmement, selon Kidwa, il s'agit « d'affaiblir et de renforcer l'un ou l'autre, en empêchant le leadership national, en utilisant la force et uniquement la force pour supprimer les droits nationaux palestiniens et empêcher une solution politique ».

Le troisième objectif d'Israël est de poursuivre activement la normalisation avec un certain nombre de pays arabes sans aborder la question palestinienne, c'est-à-dire « faire disparaître la question palestinienne ».

Kidwa a ensuite souligné la « disparition » de ces trois positions stratégiques – essentiellement parce que Netanyahu tente de prolonger la guerre « pour se sauver » – ce qui conduit à d'autres résultats probables : un nouveau gouvernement israélien ; une nouvelle direction palestinienne, « que cela nous plaise ou non » ; et un nouveau Hamas.

Cela implique donc quatre vastes domaines de discussion, selon Kidwa : l'État de Palestine ; Gaza et le retrait israélien ; changer la situation palestinienne, un processus qui devrait être national, « pacifique » et ne susciter « aucune vengeance » ; et le mécanisme global à venir.

Ce qui est clair, dit Kidwa, c'est qu'il n'y aura pas de « solution à deux États » à l'horizon. Il s'agira d'un retour à l'essentiel, à savoir l'affirmation du « droit à l'indépendance nationale de la Palestine » – une question déjà apparemment convenue il y a trente ans à Oslo.

Concernant le mécanisme à venir, Kidwa ne cache pas que « le Quatuor est dysfonctionnel ». Il place ses espoirs dans l'idée espagnole, soutenue par l'UE, « que nous avons modifiée ». Il s'agit, en gros, d'une conférence de paix internationale en plusieurs tours basée sur la situation sur le terrain à Gaza.

Cela impliquera plusieurs rounds, « avec un nouveau gouvernement israélien », contraint de développer un « cadre de paix ». Le résultat final doit être le minimum acceptable pour la communauté internationale, sur la base des nombreuses résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU : des frontières de 1967, une reconnaissance mutuelle et un calendrier précis, qui pourrait être 2027. Et élément crucial, il doit établir des « engagements respectés depuis le début », quelque chose que la foule d'Oslo ne pouvait pas concevoir.

Il est assez évident que rien de tout cela ne sera possible sous Netanyahu et avec l'actuelle Maison Blanche dysfonctionnelle.

Mais Kidwa admet également que du côté palestinien, « nous n'avons pas de maestro qui rassemble ces éléments, Gaza et la Cisjordanie ». Il s'agit bien entendu d'un succès politique stratégique des Israéliens, qui ont longtemps œuvré pour maintenir les deux territoires palestiniens en désaccord et ont assassiné tout dirigeant palestinien capable de surmonter le fossé.

A Valdai, Amal Abou Zeid, conseillère de l'ancien président libanais, le général Michel Aoun (2016-2022), a noté que « tout autant que la guerre en Ukraine, la guerre à Gaza a perturbé les fondements de l'ordre régional ».

L'ordre précédent était « centré sur l'économie, comme voie vers la stabilité ». Puis vint l'opération du Hamas contre Israël le 7 octobre, qui déclencha une transformation radicale. Cela « a suspendu la normalisation entre Israël et les pays du Golfe, en particulier l'Arabie saoudite », et a relancé la résolution politique de la crise palestinienne. « Sans une telle résolution », a souligné Zeid, la menace pour la stabilité est « régionale et mondiale ».

Nous voilà donc revenus à la coexistence de deux États le long des frontières de 1967 – un rêve impossible. Zeid a cependant raison de dire que sans clore le chapitre palestinien, il est « impossible pour les Européens d'avoir des relations normales avec les nations méditerranéennes ». L'UE doit faire progresser le processus de paix. »

Personne, de l'Asie occidentale à la Russie, ne retient son souffle, d'autant plus que « l'extrémisme israélien prévaut », que l'Autorité palestinienne souffre d'un « vide de leadership » et qu'il y a une « absence de médiation américaine ».

Vieilles idées contre nouveaux joueurs

Zaid Eyadat, directeur du Centre d'études stratégiques de l'Université de Jordanie, a tenté d'adopter une « perspective rationaliste » à contre-courant. Il y a de « nouvelles dynamiques » à l'œuvre, a-t-il soutenu, affirmant que « la guerre est bien plus vaste que le Hamas et au-delà de Gaza ».

Mais les perspectives d'Eyadat sont sombres. « Israël est en train de gagner », insiste-t-il, contredisant l'ensemble de l'Axe de la Résistance de la région et même la rue arabe.

Eyadat souligne que « la question palestinienne est de nouveau sur le devant de la scène – mais sans le désir d'une solution globale. Les Palestiniens vont donc perdre. »

Pourquoi ? À cause d'une « faillite des idées ». Comme dans « comment transformer quelque chose d'intenable en plus raisonnable ». Et c'est « l'ordre fondé sur des règles » qui est au cœur de ce « déficit moral ».

C'est le genre de déclarations d'antan qui sont en contradiction avec les visionnaires multipolaires et résistants d'aujourd'hui. Alors qu'Eyadat s'inquiète de la concurrence entre Israël et l'Iran, d'un Tel Aviv extrémiste et incontrôlé, de divisions entre le Hamas et l'AP, et des États-Unis poursuivant leurs propres intérêts, ce qui manque dans cette analyse, c'est l'arène terrestre et la montée du multipolarisme à l'échelle mondiale.

Le « flux » de l'Axe de la Résistance en Asie occidentale vient à peine de démarrer et dispose encore d'une multitude de cartes militaires et économiques qui n'ont pas encore été mises en jeu. L'Axe de la Résistance slave se bat sans arrêt depuis deux ans – et ce n'est que maintenant qu'il commence à entrevoir une éventuelle lumière, liée à la chute d'Adveevka, au bout du tunnel (boueux).

La guerre de résistance est une guerre mondiale, qui s'est déroulée – jusqu'à présent – sur deux champs de bataille seulement. Mais leurs partisans étatiques sont aujourd'hui des acteurs redoutables sur l'échiquier mondial et accumulent peu à peu les victoires dans leurs domaines respectifs. Pendant ce temps, l'ennemi, l'hégémon, est en chute libre économique, manque de mandats nationaux pour ses guerres et ne propose aucune solution.

Que ce soit sur le sol noir et boueux du Donbass, sur les rives méditerranéennes de Gaza ou sur les principales voies navigables du monde, le Hamas, le Hezbollah, les Hachd al-Shaabi et Ansarallah prendront tout le temps nécessaire pour transformer les « épicentres de douleur » en « épicentres d'espoir ».

16 février 2024

»»  ismfrance.org

 legrandsoir.info

 Commenter

Référencé par :

1 article