01/06/2023 mondialisation.ca  4min #229242

L'Ukraine risque de subir une privatisation forcée de ces terres

Par  Alexandre Lemoine

Le véritable propriétaire de l'Ukraine sera celui qui détiendra sa principale richesse – des hectares de terres fertiles, ce qu'on appelle le « grenier de l'Europe ». Et depuis l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement pro-occidental en 2014, la majeure partie de ces terres est contrôlée par les investisseurs occidentaux.

Avant le conflit armé, selon l'organisation Transparency International, l'Ukraine était le deuxième pays le plus corrompu en Europe, juste derrière la Russie, un refuge pour des contrebandiers, des trafiquants de drogue, des mafieux et des nazis. Lorsque les hostilités ont commencé en 2022, miraculeusement,  sa position dans le monde a radicalement changé pour se classer 116e sur 180 pays. Depuis 2012, elle se situait entre la 140e et 150e place mondiale. Et au cours de cette période, elle a cessé d'être excessivement corrompue pour les médias occidentaux.

Un article du journal espagnol Rebelion  note que l'Ukraine devra bientôt payer pour l'armement que l'Europe lui « fournit généreusement », et elle devra le faire précisément avec son territoire.

En 2014, l'Ukraine a été contrainte d'adopter une série de mesures d'austérité en échange d'une aide de 17 milliards de dollars du FMI et d'une aide supplémentaire de 3,5 milliards de dollars de la Banque mondiale. Ces mesures comprenaient la réduction des retraites et des salaires dans le secteur public, la réforme de l'approvisionnement en eau et en énergie, la privatisation des banques et la modification du système de TVA, ainsi que la privatisation des terres, qui se produirait en levant le moratoire sur les terres et en libéralisant leur possession.

Pendant ce temps, alors que ces changements ont lieu, la dette augmente, et en juillet 2022, la dette du secteur public s'élevait à 60 milliards de dollars, et les entreprises privées ukrainiennes avaient une dette de 68 milliards de dollars. L'Ukraine est actuellement le troisième plus grand débiteur du FMI dans le monde, après l'Argentine et l'Égypte.

L'énorme dette extérieure grandissante de l'Ukraine indique que le redressement sera effectué par des institutions financières internationales et des entreprises étrangères. Il a été calculé que pendant la même période, la dette de 140 milliards a continué à augmenter en raison du conflit armé. Le pays a réussi à résister en grande partie grâce à une aide militaire et économique massive de l'Europe et des États-Unis.

En 2022, l'Ukraine est devenue le plus grand bénéficiaire d'aide étrangère des États-Unis. C'est la première fois depuis le plan Marshall qu'un pays européen occupe une telle position. En décembre 2022, moins d'un an après le début du conflit, l'aide des États-Unis s'élevait à plus de 113 milliards de dollars.

En mars 2020, le gouvernement du pays a adopté une loi légalisant la vente de terres agricoles. Un moratoire de 19 ans sur leur vente a également été levé, ce qui fait partie d'une série de réformes politiques que le FMI a demandées pour être en mesure de fournir un prêt de 8 milliards de dollars.

« Aujourd'hui, les plus grandes entreprises exploitent 4,4 millions d'hectares de terres, et lorsque les restrictions légales seront levées en 2024, les corporations pourront acheter jusqu'à 10.000 hectares, et les entreprises agricoles pourront étendre leur accès à la terre, et ce processus est déjà lancé », note Rebelion.

En 2022, Kiev a versé 4,3 milliards de dollars à Washington pour le remboursement de la dette, 496 millions de dollars à la Banque mondiale et 2 milliards de dollars au FMI. Ces paiements de dette pèsent lourdement sur l'économie, dépassant les dépenses du pays dans des secteurs clés.

Selon le journal espagnol, l'Ukraine deviendra bientôt un paradis pour les investisseurs qui possèdent déjà des terres ukrainiennes, tels que BlackRock et Vanguard Group, pour lesquels la restructuration et la gestion des entreprises agricoles sont les principales conditions des obligations de dette.

L'ancien premier ministre ukrainien Nikolaï Azarov a averti sur ses réseaux sociaux que les pays occidentaux demanderaient à l'Ukraine de rembourser l'argent qu'ils allouent actuellement pour son soutien. Une certaine partie de l'aide est fournie sous forme de subventions, mais leur majeure partie, par exemple de la part des États-Unis et de l'Union européenne, est sous forme de prêts qui devront être remboursés tôt ou tard. À son avis, le montant de la dette publique du pays pourrait atteindre la somme record de 173 milliards de dollars d'ici fin 2023.

Alexandre Lemoine

La source originale de cet article est  Observateur continental

Copyright ©  Alexandre Lemoine,  Observateur continental, 2023

 mondialisation.ca

 Commenter