19/09/2023 reseauinternational.net  48 min #234052

L'ukrainisation de Taïwan par les États-Unis et les obstacles à une réunification pacifique

par Wei Ling Chua

Pour expliquer clairement une série de faits essentiels (y compris des faits peu connus) concernant les relations entre la province de Taïwan, la Chine et les États-Unis, il faut connaître les faits de base suivants :

L'ignorance de la jeunesse taïwanaise à l'égard de sa propre constitution

La réponse a choqué l'enquêteur, car la majorité des jeunes Taïwanais ne savaient même pas que le nom officiel de leur entité politique était la République de Chine (ROC) et que la constitution de la ROC considérait la Chine continentale et Taïwan comme des parties du territoire souverain de la ROC. En voici un exemple :

Une interview réalisée dans la rue en juin 2023 posait la question suivante : «Quelle est la relation entre Taïwan et le ROC ?» La réponse : «...Ennemi...» ; L'intervieweur a ensuite demandé : «Avez-vous entendu parler de ROC ? Savez-vous où se trouve le ROC ?» Réponse : «De l'autre côté du détroit de Taiwan» : «De l'autre côté du détroit de Taïwan ?... Je ne sais pas, je ne sais pas...» Au cours de l'entretien, presque toutes les personnes interrogées ne connaissaient pas le ROC, certaines ont répondu plus tard : «Taïwan» (avec une part de devinette après avoir observé le ton de l'intervieweur).

Une interview réalisée dans la rue en mai 2023 posait la question suivante : «Quelle est la relation entre Taïwan et le ROC ?» La réponse : «... on dirait que les relations ne sont pas très bonnes...» ; L'intervieweur a ensuite demandé : «Selon la constitution du ROC, la souveraineté de Taïwan englobe la Chine continentale, le savez-vous ?» La réponse : «Non».

Les interviews ci-dessus ont démontré le succès des tactiques de lavage de cerveau utilisées par le parti actuellement au pouvoir (le DPP) dans la province de Taïwan en modifiant les faits historiques dans les manuels scolaires au cours des deux dernières décennies. Il suffit de faire une recherche sur «DDP modify Taiwan history textbook» pour en savoir plus. Si l'on utilise le chinois simplifié ou le chinois traditionnel pour faire des recherches sur le sujet, on obtient encore plus d'exemples et d'informations sur le lavage de cerveau des jeunes Taïwanais, qui sont convaincus qu'ils ne font pas partie de la civilisation chinoise malgré leur histoire, leur culture, leurs traditions, leurs valeurs, leurs habitudes alimentaires, leur appartenance ethnique, leurs religions et leurs langues (parlées et écrites) communes. Cela reflète l'effet effrayant de ce que les «fake news» et la propagande peuvent faire pour diviser la société et créer des conflits à travers le monde.

La formulation «une seule Chine» dans la constitution de la ROC

Il est important de noter que le contenu de la Constitution du ROC est toujours le même aujourd'hui qu'avant que le gouvernement nationaliste ne perde la guerre interne contre le parti communiste et ne s'échappe dans la province de Taïwan en 1949. Il est également important de noter que tous les nouveaux présidents et députés de Taïwan doivent prêter serment en vertu de la Constitution du ROC avant d'entrer en fonction. Que dit donc la constitution du ROC sur les relations entre la Chine continentale et l'île de Taïwan ? Le texte intégral de la Constitution de la ROC est disponible sur le  site officiel du gouvernement actuel de Taiwan (Province). Les points suivants montrent que la Constitution du ROC considère l'ensemble de la Chine continentale comme son territoire souverain :

  • Point 4 de la Constitution : Le territoire de la ROC, fondé sur ses frontières intrinsèques, ne peut être modifié sans une résolution de l'Assemblée nationale.
  • Le point 6 fait référence à la conception du  drapeau du ROC utilisé depuis 1928 (qui est toujours utilisé aujourd'hui dans toute la province de Taïwan, quel que soit le pouvoir en place) ;
  • Point 26 : Indiquer le nombre de représentants de l'Assemblée nationale en fonction de la population d'une zone/région (avec une mention spéciale pour les représentants des régions de Mongolie et du Tibet).
  • Point 64 : concernant la composition des représentants pour l'élaboration des lois : ce point mentionne également le représentant des populations minoritaires, avec une mention spéciale pour les régions de la Mongolie et du Tibet.
  • Point 91 : concernant la composition des représentants au sein de l'organe de supervision du gouvernement : les régions de la Mongolie et du Tibet sont à nouveau mentionnées.

Si l'on recherche une  carte de la ROC, on remarquera que le territoire de la ROC sur la carte comprend la partie continentale contrôlée par la République populaire de Chine (RPC). Cela signifie que le territoire décrit dans la Constitution de la RPC et de la ROC comprend la province de Taiwan et la Chine continentale. Ces deux documents constituent le fondement juridique de la Chine unique. En d'autres termes, les deux documents constituent le fondement juridique de la Chine unique :

  • Toute formulation des médias occidentaux suggérant que la province de Taïwan ne fait pas partie de la Chine est dépourvue de tout fondement juridique, tant dans la constitution du ROC que dans celle de la RPC.
  • L'avertissement permanent des médias et des politiciens occidentaux selon lequel «la Chine va envahir Taïwan» est absurde, car ce qu'ils avertissent, c'est que la Chine est sur le point de s'envahir elle-même.
  • L'Amérique a appelé la guerre entre le Sud et le Nord (du 12 avril 1861 au 26 mai 1865) la guerre civile américaine, révélant ainsi le double standard concernant l'utilisation du terme «invasion» pour décrire un éventuel processus de réunification de la Chine par le biais d'une action militaire.

Par conséquent, le différend entre la RPC et la ROC est un événement historique qui n'a pas encore été réglé. Il s'agit d'une question purement nationale entre les deux gouvernements. L'ancien ministre des Affaires étrangères de Singapour, George Yao, a raison de souligner dans une interview récente que «la Chine considère la question de Taïwan comme une question de justice historique» ; il met en garde les puissances occidentales contre le danger d'interférer dans le processus de réunification.

Le territoire encore sous le contrôle de la ROC comprend des îles situées à seulement 2 km de la partie continentale gouvernée par la RPC

Beaucoup de gens n'ont pas remarqué que le territoire sous le contrôle de l'actuelle ROC comprend non seulement l'île de Taïwan elle-même, mais aussi un certain nombre d'îles situées juste à côté de la partie continentale de la RPC. Voir la  capture d'écran suivante de la carte de la ROC (le territoire violet dans le coin inférieur droit ci-dessous est toujours sous le contrôle de la ROC) :

La carte ci-dessus du territoire contrôlé par la ROC (en violet) montre que des îles sont situées juste à côté de la Chine continentale :

  • Îles Kinmen (ou îles Jinmen en pinyin) : La partie la plus proche du groupe d'îles Kinmen se trouve à seulement 1,8 km de la RPC (Chine continentale) ; elle est à 210 km de l'île de Taïwan.  Justin YiFu Lin, ancien économiste en chef de la Banque mondiale chinoise, était un officier de l'armée de la ROC en poste aux îles Kinmen. C'est lui qui, en  1979, a parcouru 2130 mètres à la nage pour rejoindre la Chine continentale et y élire domicile ;
  •  Îles Matsu (ou Mazu en pinyin) La partie la plus proche de ce groupe d'îles se trouve à 18,5 km de la Chine continentale et à 203 km de l'île de Taïwan.
  • Quant à l' île de Taïwan elle-même, la partie la plus proche du continent se trouve à 126 km.

Les informations ci-dessus sur la distance entre le territoire contrôlé par la ROC et le continent contrôlé par la RPC en disent long sur l'intention du gouvernement de la RPC d'œuvrer en faveur d'une réunification pacifique :

  • Si la Chine (RPC) voulait s'emparer par la force de ces îles situées à proximité immédiate du continent, elle l'aurait fait depuis longtemps. Il n'y a aucune raison de douter de la capacité militaire de la RPC à le faire, étant donné qu'elle a réussi à  faire reculer la coalition militaire dirigée par les États-Unis de plus de 500 km de la frontière entre la Chine et la RPDC jusqu'au 38e parallèle et à mettre un terme à l'agression de la coalition militaire dirigée par les États-Unis lors de la guerre de Corée de 1950-1953 ;
  • Même l'île (province) de Taïwan est si proche du continent qu'un missile moderne à courte portée et l'artillerie suffisent à paralyser l'économie de l'île et à la forcer à se rendre ; contrairement à la perception qu'ont les gens de la supériorité militaire des États-Unis,  la capacité technologique militaire actuelle de l'APL est peut-être plus avancée que celle des États-Unis.
  • Par conséquent, les articles et les nouvelles des médias occidentaux, dont les titres suggèrent une agression imminente de la Chine et une éventuelle invasion de Taïwan pour justifier le militarisme des États-Unis, du Japon, de l'OTAN, de l'Australie et du Canada aux portes de la Chine, ne sont rien d'autre qu'une campagne de diffamation à l'encontre de la Chine.

L'histoire des relations entre l'île de Taïwan et les dynasties chinoises remonte à 230 ans après J.-C.

L'histoire des relations entre l'île de Taïwan et les dynasties chinoises remonte à l'an 230. Ce  site (anglais) et ce  site (chinois) fournissent une  chronologie détaillée des relations de Taïwan avec les dynasties chinoises à partir de l'an 230 après J.-C. : Durant l'ère des 3 royaumes, un document écrit de (沈莹) Shen Ying sous le titre  《临海水土志》(transaction directe mot à mot : «surrounding seas water lands record») mentionnait déjà l'île de Taïwan. Et ce, il y a près de 1800 ans.

Le problème pour de nombreuses personnes qui n'ont pas fait beaucoup de recherches sur l'histoire de la Chine est qu'elles peuvent être sensibles à la propagande des médias occidentaux qui dépeignent la Chine comme étant historiquement arriérée par rapport à l'Occident, d'où la campagne de diffamation permanente selon laquelle la Chine vole les technologies occidentales. Ainsi, il peut être difficile pour certains de croire qu'en 230 après J.-C., les Chinois disposaient déjà de la technologie de navigation nécessaire pour explorer des îles situées à des centaines de kilomètres dans une mer agitée. Il est donc important de noter les faits suivants : les Chinois sont bien plus avancés que les Occidentaux en matière de technologie maritime depuis des milliers d'années :

  • Il convient de noter que la boussole utilisée par Christophe Colomb pour «découvrir» l'Amérique en 1492 après J.-C. était une boussole inventée par les Chinois (entre 202 avant J.-C. et 220 après J.-C., sous la dynastie Han) ;
  • Il y a 2500 ans, la Chine avait non seulement un grand stratège militaire, Sun Zi (« L'art de la guerre»), pour les batailles terrestres, mais aussi un stratège naval (伍子胥), Wu Zi Xu, pour les batailles navales  《水战兵法》(traduction directe, mot à mot, de «stratégie militaire de la guerre de l'eau»).

Il convient également de noter qu'avant que Christophe Colomb ne «découvre» l'Amérique en 1492 (comme si les peuples indigènes du continent à l'époque n'étaient pas considérés comme des «êtres humains» et que la terre devait donc être «découverte» par un «être supérieur» venu d'Europe), le général Zheng He, de la marine de la dynastie Ming, avait déjà  mené sept expéditions océaniques à travers le monde (de 1405 à 1433), avec «des centaines d'immenses navires et des dizaines de milliers de marins et d'autres passagers». Plus de 60 des 317 navires du premier voyage étaient d'énormes vaisseaux-trésor, des voiliers de plus de 400 pieds de long, 160 pieds de large, avec plusieurs ponts, 9 mâts, 12 voiles, et des cabines luxueuses avec balcons.

Il est important de noter que, malgré l'ampleur de ces voyages, la Chine n'a pas fait ce que Colomb et le capitaine Cook ont fait aux populations indigènes de ce qui allait devenir l'Amérique, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Les voyages impériaux de la dynastie Ming, menés par le général Zheng He (un Chinois musulman), étaient pacifiques par nature.

Il existe également un livre bien documenté,  1421 : The Year China Discovered the World (including America) de Gavin Menzies (ancien commandant de sous-marin de la Royal Navy britannique) qui a passé 15 ans à retracer les étonnants voyages de la flotte de la dynastie Ming, à visiter plus de 900 musées à travers le monde, à engager des conversations et à correspondre avec des professeurs d'université spécialisés dans l'étude de l'Asie, et à lire des centaines de titres dans les bibliothèques des pays européens qui mentionnaient les voyages chinois. Malgré le fait que le récit captivant de Gavin rassemble des cartes anciennes, des connaissances précises en matière de navigation et d'astronomie, ainsi que les récits des explorateurs chinois et des navigateurs européens qui ont survécu, et que les recherches de Gavin mettent également en lumière les artefacts et les pierres inscrites laissés derrière eux par la flotte de l'empereur, les jonques coulées de la dynastie Ming le long de la route et les offrandes votives ornées laissées par les marins chinois partout où ils ont accosté, le livre de Gavin est toujours discrédité par la machine de propagande occidentale, qui le qualifie de «fiction» et de «controverse». En tant que lecteur du livre de Kevin jusqu'au dernier mot, je suis convaincu par les preuves irréfutables présentées concernant les voyages impériaux de la dynastie Ming, mais l'opinion d'autres lecteurs est également importante. Veuillez lire les milliers de commentaires de lecteurs  ici,  ici et  ici.

Pour ceux qui souhaitent connaître en détail les 1800 ans d'histoire des relations entre l'île de Taïwan et les dynasties chinoises, veuillez cliquer  ici (anglais) et  ici (chinois).

Il convient de noter qu'en juillet 1894, le Japon a lancé une guerre d'agression contre la Chine. En avril 1895, le gouvernement vaincu de la dynastie Qing a été contraint de céder Taïwan, etc., au Japon dans le cadre d'un traité inégal (traité de Shimonoseki en japonais, également connu sous le nom de traité de Maguan en chinois).

Les traités internationaux conclus par les États-Unis, le Royaume-Uni, la Chine et le Japon reconnaissent Taïwan comme territoire chinois

Déclaration du Caire de 1943 ( Image du document original) : Signée par le président Roosevelt (États-Unis), le généralissime Tchang Kaï-chek (président de la République de Chine) et le premier ministre Churchill (Royaume-Uni) en tant qu'alliés militaires contre l'agression militaire japonaise. L'objectif de la déclaration du Caire est d'«obtenir la capitulation inconditionnelle du Japon» et que «tous les territoires que le Japon a volés aux Chinois, tels que la Mandchourie, Formose (connue sous le nom de «Taïwan» en chinois) et... soient restitués à la République de Chine» (le gouvernement chinois de l'époque).

(Note : Il semble que le site web de documents historiques du gouvernement américain ( history.state.gov) ait supprimé le document de la Déclaration du Caire.)

1945 INT Déclaration de Potsdam ( Image du document original) Le point 8 stipule : «Les termes de la déclaration du Caire seront appliqués et la souveraineté japonaise sera limitée aux îles de Honshu, Hokkaido, Kyushu, Shikoku et aux îles mineures que nous déterminerons». Encore une fois, ce traité international a été conclu par les gouvernements des États-Unis, de la Chine et du Royaume-Uni, et  accepté par le gouvernement japonais après que les États-Unis eurent largué les deux bombes atomiques sur le Japon.

Note : le site web du document historique du gouvernement américain  présente le contenu intégral de ce document en 13 points, y compris le point 8.

Ainsi, les deux documents internationaux susmentionnés, signés par les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni et le Japon, reconnaissent que Taïwan fait partie de la Chine et que le territoire du Japon se limite aux îles de Honshu, Hokkaido, Kyushu et Shikoku, ainsi qu'aux îles mineures que nous déterminons.

La résolution des Nations unies a remplacé le ROC par la RPC en tant que seul gouvernement légitime de la Chine

Résolution 2758 de l'ONU : adoptée le 25 octobre 1971 : «Reconnaît la République populaire de Chine (RPC) comme «le seul représentant légitime de la Chine auprès des Nations unies» et retire des Nations unies «les représentants de Chiang Kai-shek» (en référence à la ROC).

Depuis lors, en juin 2023, sur les 193 pays membres de l'ONU, seuls 12 petits pays reconnaissent le gouvernement du ROC, et 181 reconnaissent le gouvernement de la RPC. (Y compris les États-Unis et tous les autres gouvernements occidentaux. C'est la condition pour établir des relations diplomatiques avec la RPC).

Par conséquent, le ROC (à Taïwan) a besoin de l'approbation de la RPC pour accéder à toute organisation ou institution internationale telle que les Jeux olympiques, l'OMS, etc. La souveraineté de la RPC sur Taïwan est officiellement reconnue par le document de l'ONU et par 181 États membres de l'ONU.

Le sang est plus épais que l'eau : La politique de réunification pacifique de Mao à Xi

Si l'on cherche sur Internet  «台湾 血比水浓» (Le sang taïwanais est plus épais que l'eau), on s'aperçoit qu'il existe des millions d'articles et de titres de journaux décrivant les sentiments des Chinois de la RPC à l'égard des Chinois de la ROC (province de Taïwan), et ce depuis des décennies. Ils considèrent les habitants de Taïwan comme leurs frères et sœurs et espèrent une réunification pacifique.

Depuis la fondation de la RPC, les dirigeants chinois (de Mao à Xi) se sont efforcés de parvenir à une réunification pacifique avec la province de Taïwan. Voici quelques exemples :

Exemple 1 :

Au cours de la révolution chinoise, le gouvernement du parti nationaliste dirigé par le président de la République du Congo, Chiang Kai-shek,  a tué six membres de la famille du président Mao, dont son épouse bien-aimée ( Yang Kaihui). En 1957, le président Mao a écrit un  poème émouvant à la mémoire de sa défunte épouse, décrivant son chagrin lorsqu'il a appris la nouvelle de son assassinat par le gouvernement nationaliste : «éclatant en larmes comme l'eau de pluie» (泪飞顿作倾盆雨). Malgré le chagrin personnel causé par la perte d'un être cher, le président Mao a fait passer l'intérêt du peuple et de la nation chinoise en premier : Par exemple :

Après la victoire de la Chine et de la RPDC sur la coalition militaire de 16 pays dirigée par les États-Unis, les pays occidentaux ont eu l'impression de vouloir séparer Taïwan de la mère patrie pour créer deux Chines, à l'instar des deux Corées (Corée du Nord et Corée du Sud) et des deux Allemagnes (Allemagne de l'Est et Allemagne de l'Ouest). Pour empêcher cela, en 1956,  Mao a écrit une lettre personnelle à Chiang Kai-shek, lui expliquant l'importance de la position géographique de Taïwan dans l'accès à l'océan Pacifique pour la nation chinoise, et l'a exhorté à sauvegarder l'intérêt de la civilisation chinoise pour maintenir le principe d'une politique d'une seule Chine. C'est-à-dire que la province de Taïwan et le continent sont des parties intégrées d'une seule Chine. Il a ensuite évoqué l'idée d'une négociation en vue d'une réunification pacifique selon les principes suivants :

  • Les puissances étrangères doivent quitter Taïwan.
  • Taiwan doit reconnaître le gouvernement populaire central comme le seul gouvernement légitime de la RPC.
  • Le parti nationaliste et le parti communiste doivent tous deux défendre le principe de la politique d'une seule Chine.
  • Chiang Kai-Shek bénéficiera d'un statut privilégié une fois que Taïwan sera unifiée avec le continent.
  • Une fois l'unification réalisée, outre les affaires étrangères et la défense, Chiang Kai-Shek conservera le pouvoir d'administrer Taïwan dans tous les autres domaines, tels que la nomination et la révocation des fonctionnaires à Taïwan, la trésorerie à Taïwan, et Chiang sera autorisé à conserver ses forces armées, tandis que le gouvernement central financera le développement de Taïwan.
  • Une fois unifiées, les deux parties cesseront les opérations secrètes et la propagande l'une contre l'autre et ne feront rien qui puisse nuire aux relations entre les deux partis politiques.

Dans sa lettre, Mao joint également une photo de la tombe de l'ancêtre de Chiang en Chine, en lui disant qu'elle est bien entretenue. (Photo ci-dessous) :

Malheureusement, pour Chiang, la décision a été difficile à prendre.

Chiang est mort en 1975 ; à ce jour, son cercueil n'a toujours pas été enterré. Selon le journal de son fils Chiang Jing-guo :  Chiang souhaitait être enterré sur le continent : à Nanjing, au mausolée de Sun Yat-sen dans la montagne Zijin, au pavillon Zhengqi. Ils attendent donc le jour où le climat politique sera tel que Chiang pourra être enterré de la sorte.

Exemple 2 :

En 1981, la RPC a défini une politique en 9 points en vue d'une réunification pacifique dans le cadre d'une politique d'une seule Chine (voir ci-dessous la traduction du texte chinois) :

  • Le parti communiste et le parti nationaliste peuvent négocier sur un pied d'égalité.
  • Les deux parties ont conclu un accord sur les échanges postaux, commerciaux, aériens, les visites familiales, le tourisme et les échanges universitaires, culturels et sportifs.
  • Après la réunification, Taïwan pourra conserver l'armée et bénéficier d'une autonomie spéciale en tant que région administrative spéciale.
  • La société, le système économique, le mode de vie et les relations économiques et culturelles de Taïwan avec les autres pays étrangers restent inchangés ; la propriété privée, les maisons, les terres, la propriété des entreprises, les droits de succession légaux et les investissements étrangers sont inviolables.
  • Les dirigeants politiques de Taïwan peuvent être à la tête des institutions politiques nationales et participer à la gestion du pays.
  • Lorsque les finances locales de Taïwan sont en difficulté, le gouvernement central peut les subventionner à sa guise.
  • Les Taïwanais qui souhaitent retourner vivre sur le continent ont la garantie de pouvoir prendre les dispositions nécessaires, d'aller et venir librement et de ne pas faire l'objet de discriminations.
  • Bienvenue aux investissements des entreprises taïwanaises sur le continent, leurs droits légaux et leurs profits sont garantis.
  • Les personnes et les organisations de tous horizons à Taïwan sont invitées à faire des suggestions unifiées et à discuter ensemble des affaires de l'État.

Dans l'histoire du monde, aucune autre nation n'a-t-elle jamais fait preuve d'autant de patience, d'ouverture et de générosité dans la poursuite d'une réunification pacifique en faisant une offre de ce type ? Le gouvernement de la RPC a toujours cru qu'avec le temps, il serait en mesure de faire de la Chine une société de plus en plus performante et qu'il finirait par s'unifier avec tous les cœurs et tous les esprits à Taïwan.

Bien entendu, les médias occidentaux n'informeront jamais le monde des 9 points généreux offerts à Taïwan pour une réunification pacifique. Ils se contenteront de dire au monde que la Chine harcèle Taïwan.

Exemple 3 :

Après des années de négociations, en 1992, le parti communiste de la RPC et le parti nationaliste de la ROC concluent un accord à Singapour pour approfondir les échanges de personnes entre les deux parties. Les deux parties acceptent les principes d'une seule Chine et toutes les autres questions peuvent être négociées avec souplesse. Le terme utilisé pour désigner cet accord historique est le « consensus de 1992».

Exemple 4 :

Afin de gagner les cœurs et les esprits des frères et sœurs de la province de Taïwan, la RPC s'est montrée très généreuse envers les agriculteurs et les entreprises taïwanais et a permis à Taïwan de bénéficier d'un énorme  excédent commercial pouvant atteindre 104,68 milliards de dollars par an. Environ  44% des exportations taïwanaises sont destinées à la Chine continentale. Sans le soutien économique de la RPC, l'économie taïwanaise serait probablement tombée dans un PIB négatif, comme la plupart des régions du monde occidental.

Là encore, les médias occidentaux ne s'intéressent pas aux statistiques commerciales susmentionnées.

Exemple 5 :

Les îles Kinmen (Jinmen), contrôlées par la ROC, connaissent une augmentation de la population et un problème de pénurie d'eau. Entre 2006 et 2022, la population des îles Jinmen est passée de 76 000 à 141 500 habitants. Pour aider les frères et sœurs de Jinmen à résoudre leur problème d'eau, le gouvernement de la RPC a investi massivement, sur une période de 22 ans, dans les infrastructures afin de poser un  pipeline souterrain et sous-marin pour acheminer l'eau du continent vers les îles. L'eau est vendue aux îles à un prix subventionné de 9,89 dollars taïwanais par unité d'eau, ce qui est  moins cher que les frais par unité d'eau fournis par les autorités locales sur les îles.

Une fois de plus, les médias occidentaux ne feront pas état d'une telle nouvelle. Ils se contenteront de diffuser le message suivant au monde entier : «La Chine tyrannise Taïwan» et «La Chine va envahir Taïwan».

Exemple 6 :

Comme les États-Unis, après des décennies de luttes politiques intestines, de corruption et d'incompétence dans la gestion de l'économie et la modernisation des infrastructures, Taïwan a souffert d'une série de problèmes, notamment d'une pénurie d'électricité qui nécessite un rationnement d'une zone à l'autre. Les  informations sur le rationnement de l'électricité sont donc mises à la disposition des habitants pour qu'ils puissent vérifier quand l'électricité sera coupée dans leur région et pour combien de temps. Une telle situation est devenue la nouvelle norme depuis plusieurs années déjà. Elle a gravement affecté les activités commerciales et nui aux investissements étrangers. En conséquence, le  taux de chômage des jeunes à Taïwan a toujours été supérieur à 10%. Et  près de 60% des Taïwanais travaillant à l'étranger sont partis en Chine. Un rapport réalisé en 2017 par TVBS Taïwan a montré que :  sur une période de 35 ans, les salaires des startups taïwanaises sont restés presque les mêmes, 70% des jeunes taïwanais ont refusé d'être piégés par les bas salaires et ont souhaité créer leur propre entreprise afin de gagner plus d'argent. Le magazine Forbes  s'est penché sur la question : «Les travailleurs taïwanais sont en difficulté. Ils ont gagné en moyenne 1510 dollars par mois en 2016, selon le Conseil national de développement de Taïwan, ce qui est peu pour une économie asiatique industrialisée qui s'est beaucoup développée comme Singapour et la Corée du Sud au fil des décennies».

En réponse à ces bas salaires et aux problèmes d'emploi rencontrés par les jeunes Taïwanais, le président Xi  a annulé l'obligation d'obtenir un permis de travail pour les Taïwanais cherchant un emploi sur le continent.

En fait, dès 2016, l'Assemblée populaire de Chine avait déjà mis en place un  fonds de 40 milliards de RMB pour aider les jeunes Taïwanais désireux de créer leur propre entreprise en Chine.

Une fois encore, les médias occidentaux ne s'intéressent pas à ce genre de nouvelles. Ils continueront à dire au monde que la Chine malmène Taïwan.

Exemple 7 :

Il y a trop d'histoires où le gouvernement de la RPC (du président Mao au président Xi) a fait preuve de bonne volonté à l'égard du peuple taïwanais et a attendu une éventuelle réunification pacifique. Il est impossible de les énumérer toutes. Voici donc quelques exemples supplémentaires :

  • En cas d'urgence à l'étranger, par exemple en cas de guerre, les ambassades et l'armée chinoises évacueront immédiatement tous les citoyens chinois, y compris les Taïwanais qui demandent à la RPC une carte d'identité de compatriote taïwanais. Cliquez  ici pour accéder à quelques dizaines de nouvelles et de vidéos.
  • Tout Taïwanais qui rencontre des difficultés à l'étranger peut facilement demander de l'aide à l'une des ambassades de Chine dans le pays concerné. Plusieurs amis taïwanais que j'ai rencontrés, alors que je travaillais en Europe de l'Est en Hongrie dans les années 1990, m'ont dit que le personnel de l'ambassade de la RPC était plus serviable que le représentant du bureau commercial de la ROC.

En 2022, la Chine a publié un livre blanc intitulé «La question de Taïwan et la réunification de la Chine dans la nouvelle ère» (voici le texte intégral en anglais et en  chinois). Il est un peu long mais mérite d'être lu. Le document politique souligne l'intention de réintégrer Taïwan par tous les moyens pacifiques possibles et les nombreux avantages dont bénéficiera le peuple taïwanais au cours du processus, notamment le fait que toutes les recettes fiscales collectées à Taïwan seront utilisées uniquement pour le bien-être social du peuple taïwanais et le développement économique de Taïwan.

Chine : Il n'y a pas de problème avec Taïwan, mais un problème causé par les Américains

La Chine est un pays où la culture de la paix est très ancienne. Exemples :

  • L'ancien premier ministre malaisien, le Dr Mahathir,  a déclaré : «Nous disons toujours que la Chine est notre voisine depuis 2000 ans : «Nous disons toujours que la Chine est notre voisine depuis 2000 ans et que nous n'avons jamais été conquis par elle. Mais les Européens sont arrivés en 1509 et, en deux ans, ils ont conquis la Malaisie».
  • Le président du Timor oriental, Jose Ramos-Horta, a défendu le rôle de la Chine en tant que puissance stratégique et économique croissante dans la région Asie-Pacifique devant le National Press Club d'Australie (2022),  arguant que «la Chine n'a pratiquement jamais envahi d'autres pays et qu'il est peu probable qu'elle le fasse à l'avenir» : «La Chine n'a pratiquement jamais envahi d'autres pays et il est peu probable qu'elle le fasse à l'avenir».
  • Le ministre indonésien de la défense, Prabowo Subianto,  a déclaré à Singapour (2022) lors d'une interview avec Aljazeera : «Mais la Chine nous a aussi aidés. La Chine nous a également défendus et elle est aujourd'hui un partenaire très proche de l'Indonésie. En fait, la Chine a toujours été la première civilisation d'Asie. Nombre de nos sultans, de nos rois, de nos princes épousaient à l'époque des princesses chinoises. Nos relations sont vieilles de plusieurs centaines d'années».

Les trois commentaires positifs ci-dessus sur la Chine émanent de dirigeants de trois pays asiatiques voisins de la Chine. L'expérience de leur pays avec la Chine depuis les temps anciens en dit long sur la nature pacifique de la Chine. La question qui se pose ici est la suivante : les pays d'Amérique latine, les pays africains, les autres pays asiatiques et les pays du Moyen-Orient diront-ils la même chose à propos de l'expérience de leur pays avec les États-Unis et l'Europe ? Ou peut-être, les pays européens au sein de l'Europe diront-ils la même chose de leurs propres pays voisins au sein de l'Europe ?

En réalité, l'impérialisme occidental n'est pas mort après les deux guerres mondiales : L'impérialisme occidental n'est pas mort après les deux guerres mondiales ; en particulier, les États-Unis ont toujours été un fauteur de troubles pour le reste du monde. Les exemples suivants devraient nous donner une bonne idée de la façon dont les États-Unis menacent la paix en Asie, et leur principale cible depuis 2008 est la Chine :

ÉTATS-UNIS : Les Chinois n'ont pas le droit d'être riches

Pendant la crise financière mondiale de 2008, le secrétaire américain aux finances, Henry Paulson, s'est rendu en Chine presque tous les mois pour demander de l'aide afin de stabiliser le statut du dollar en tant que monnaie de réserve. En conséquence,  la Chine a acheté près de 600 milliards de dollars supplémentaires de dettes du Trésor américain en 2008, ce qui représentait plus de la moitié du total émis par le gouvernement américain pour renflouer les banques trop grandes pour faire faillite et l'économie américaine cette année-là.

Une fois l'économie américaine stabilisée, le monde a cessé de se débarrasser du dollar grâce à l'injection par la Chine de 600 milliards de dollars de confiance dans les dettes du Trésor américain. La seule chose positive que la Chine a reçue de l'Amérique en échange de son soutien à l'économie américaine est un éloge ouvert de Henry Paulson dans le New York Times du 22 octobre 2008 « Thanking China's cooperation in easing the Financial Crisis» (remerciement pour la coopération de la Chine dans l'apaisement de la crise financière).

Depuis, en 2010,  Obama a déclaré en Australie : «Si plus d'un milliard de Chinois ont le même mode de vie que les Australiens et les Américains aujourd'hui, nous allons tous vivre une période très difficile. La planète ne peut tout simplement pas le supporter».

En 2011, un article d'opinion paru dans le New York Times  suggérait que M. Obama «devrait entamer des négociations à huis clos avec les dirigeants chinois pour effacer les 1,14 trillion de dollars de dette américaine actuellement détenus par la Chine en échange d'un accord visant à mettre fin à l'assistance militaire américaine et aux ventes d'armes à Taïwan et à mettre fin à l'accord de défense actuel entre les États-Unis et Taïwan d'ici à 2015». Des années plus tard, un courriel divulgué par Wikileaks  a révélé que la secrétaire d'État de l'époque, Hillary Clinton, souhaitait discuter de l'abandon de Taïwan en échange de l'effacement de la dette américaine par la Chine.

En 2013, lors d'une émission de Jimmy Kimmel Live sur ABC, on a demandé à des enfants ce qu'il fallait faire au sujet des 1300 milliards de dollars de dettes que les États-Unis doivent à la Chine. Un très jeune garçon  a suggéré que «les États-Unis tuent tout le monde en Chine au lieu de rembourser leurs dettes».

En 2021,  Joe Biden a déclaré lors d'une conférence de presse : «La Chine veut devenir le pays le plus riche et le plus puissant, mais cela n'arrivera pas sous ma surveillance».

En 2023, sous prétexte d'une «menace chinoise» imaginaire et pour «protéger Taïwan de l'invasion chinoise», les politiciens américains ont proposé une série de projets de loi bipartisans visant à restreindre la façon dont la Chine peut utiliser son argent, à limiter les droits de la Chine dans les institutions financières internationales et à confisquer le fonds souverain de la Chine et les comptes bancaires et actifs des citoyens chinois à l'étranger, comme les États-Unis et l'Europe l'ont fait pour les Russes en 2022.

Veuillez cliquer sur les liens suivants pour obtenir des détails sur les projets de loi de «pillage» qu'ils proposent :

  • H.R.554, «Taiwan Conflict Deterrence Act of 2023», parrainé par le représentant French Hill.
  • H.R.510, «Chinese Currency Accountability Act of 2023», parrainé par le représentant Warren David.
  • H.R.839, «China Exchange Rate Transparency Act of 2023», parrainé par le représentant Dan Meuser.
  • H.R.803, «Protect Taiwan Act», parrainé par le représentant Frank Lucas.

Au vu des comportements et des déclarations de deux présidents américains, d'un secrétaire d'État, d'un très jeune garçon, des médias américains et de quatre hommes politiques qui ont parrainé des projets de loi anti-Chine, il est difficile de ne pas conclure à la nature ingrate des Américains. Il me semble que l'ADN du voleur est profondément ancré dans le sang et les os de nombreux membres de la société américaine (je déteste généraliser mon commentaire, à moins que quelqu'un puisse me convaincre que la série de comportements susmentionnés au sein de la société américaine n'est qu'une simple coïncidence !)

La menace militaire américaine contre la Chine est à la porte de la Chine

Mettons de côté les différents problèmes liés à un plan américain de 2012 visant à  déployer 60% de la flotte de l'US Navy en Asie-Pacifique d'ici 2020, et le pivot vers le Pacifique d'Obama de 2011, avec un  plan secret visant à déclencher une guerre contre la Chine d'ici 2030, avec une coalition de nations pour contrôler militairement les expéditions commerciales à destination et en provenance de la Chine via les mers de Chine méridionale afin de limiter la liberté de la Chine de commercer avec le reste du monde, et si la Chine résistait, la coalition militaire dirigée par les États-Unis commencerait à attaquer la Chine.

John Pilger, journaliste primé, a produit un documentaire de deux heures qui détaille les bases militaires américaines en Chine et explique comment les États-Unis envisagent de déclencher une guerre avec la Chine.

En 2017, l'amiral américain Scott Swift a assuré à tout le monde qu' il était prêt à suivre les ordres du président Trump pour lancer un missile nucléaire contre la Chine.

En 2022, l'ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Robert O'Brien, a suggéré de  détruire les  usines de semi-conducteurs de Taïwan plutôt que de les laisser tomber entre les mains de la Chine.

En 2023, l'animateur de talk-show américain Garland Nixon  a écrit sur Twitter que des initiés de la Maison-Blanche avaient déclaré que le président américain Joe Biden avait mis en garde contre un plan de «destruction de Taïwan», lorsqu'on lui a demandé s'il pouvait y avoir un désastre plus grand que la crise ukrainienne.

Ces dernières années, les activités et les accords militaires américains visant la Chine sont innombrables. En voici quelques exemples :

  • Alors que les médias et les politiciens occidentaux ne cessent de répéter que l'APL est de plus en plus agressive à l'égard de la liberté de navigation (militaire) des pays occidentaux dans les mers de Chine méridionale et orientale, un récent rapport du ministère américain de la défense  a révélé que «les États-Unis ont mené environ 120 exercices militaires par an avec des alliés et des partenaires dans la région». Ironiquement, ces statistiques sur l'agression militaire américaine aux portes de la Chine n'ont pas suscité l'intérêt des médias occidentaux.
  • En 2017, les États-Unis ont  déployé le système de missiles THAAD en Corée du Sud, au mépris total des protestations de la Chine.
  • En 2021, l'Australie  a conclu avec les États-Unis et le Royaume-Uni un accord portant sur des sous-marins nucléaires d'une valeur de 386 milliards de dollars, avec la Chine pour cible.
  • En 2022, le secrétaire américain à la défense, M. Austin,  a annoncé que : «Les États-Unis sont à un tournant de leur histoire avec la Chine et ont besoin d'une force militaire pour s'assurer que les valeurs américaines, et non celles de Pékin, définissent les normes mondiales au XXIe siècle. Il a ensuite évoqué la nécessité d'aligner plus que jamais le budget américain sur le défi chinois. Il a ensuite mentionné un coût estimé à 1200 milliards de dollars dans le cadre d'une révision majeure de la triade nucléaire en cours par le Congressional Budget Office».

Il convient de noter qu'un tel budget supplémentaire pour les dépenses militaires s'ajoute au fait que l' armée américaine a déjà dépensé plus que les dix pays suivants réunis.

  • En juillet 2023, l'USS Kentucky, un sous-marin nucléaire américain  (capable de tirer des missiles nucléaires balistiques) arrive soudainement à Busan, en Corée du Sud.
  • En juillet 2023, le chef de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a de nouveau fait pression pour renforcer les liens avec l'Asie dans l'intention de former une alliance asiatique de l'OTAN. L'ancien Premier ministre australien Paul Keating  a qualifié Stoltenberg d'«imbécile suprême» et d'«accident sur le point de se produire».

Pour justifier son intention d'établir sa présence militaire en Asie, l'OTAN s'est engagée dans une série de campagnes de dénigrement contre les menaces d'une Chine imaginaire, basées sur les comportements passés de l'OTAN à travers le monde. La  dernière campagne de dénigrement a eu lieu dans le communiqué du sommet de l'OTAN à Vilnius. En conséquence, le représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies a réfuté les fausses accusations de l'OTAN à l'encontre de la Chine et a  mis l'OTAN au défi de faire les mêmes déclarations que la Chine sur les six points suivants :

  1. La Chine n'a jamais envahi d'autres pays.
  2. La Chine ne s'est jamais engagée dans des guerres par procuration.
  3. La Chine n'a jamais mené d'opérations militaires dans le monde.
  4. La Chine n'a pas menacé d'autres pays par la force.
  5. La Chine n'a pas exporté d'idéologie.
  6. La Chine ne s'est pas immiscée dans les affaires intérieures des autres pays.

En réalité, les États-Unis ont entamé une hostilité totale à l'égard de la Chine après que celle-ci a aidé les États-Unis à sortir de la crise financière mondiale de 2008. Exemples :

  1. Le pivot vers le Pacifique de Obama ;
  2. Le  TPP de Obama exclut la Chine du commerce international ;
  3. Trump et Biden se livrent à une véritable guerre commerciale.
  4. Trump et Biden se livrent à une véritable guerre technologique.
  5. Déploiements et activités militaires des États-Unis autour de la Chine. Bien que les États-Unis disposent déjà de 313 de leurs 750 bases militaires dans le monde autour de la Chine , ils ont continué à s'étendre en ajoutant récemment 4 bases supplémentaires via les Philippines, dont  3 à proximité de Taïwan.

L'ukrainisation de Taïwan

Bien que les administrations américaines précédentes (1972, 1979, 1982) aient conclu  trois communiqués conjoints avec la Chine sur la question de Taiwan (les accords sur une seule Chine), les hommes politiques américains ont, au fil des ans, par leurs propres actes, brutalement violé tous les accords écrits avec la Chine sur la politique d'une seule Chine. Les derniers développements sont les pires :

En juillet 2023, la Chambre des représentants des États-Unis  a adopté un amendement au National Defense Authorization Act visant à interdire aux cartes du Pentagone de représenter Taïwan et ses principales îles périphériques, Kinmen, Penghu, Mazudao, Wuchudao et Ludao (etc.) comme faisant partie de la Chine. (Voici le contenu du projet de loi d'amendement original).

Voici une brève liste d'exemples de violations par les États-Unis de tous les documents sur la Chine unique qu'ils ont signés avec la Chine afin de provoquer une guerre à propos de Taïwan :

  • En 2021, Taiwan English News a  rapporté la nouvelle suivante : «Le Pentagone a doublé le nombre de soldats américains à Taïwan»,
  • En 2022, VOA (actualités chinoises) a  rapporté que les États-Unis ont à nouveau augmenté le nombre de leurs militaires à Taïwan. L'objectif est d'aider à coordonner les deux armées dans le cadre d'une éventuelle guerre avec la Chine.
  • En avril 2023, Michael McCaul, législateur américain et président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis,  s'est engagé à contribuer à la formation des forces armées taïwanaises et à accélérer la livraison d'armes.
  • En juin 2023, le site Internet des affaires étrangères de Taiwan (ROC) a publié un communiqué de presse intitulé « Le gouvernement américain notifie officiellement Taiwan des dernières ventes d'armes».
  • En juillet 2023, il a été largement rapporté à Taïwan que les États-Unis souhaitaient que Taïwan mette en place un laboratoire biologique P4. Yahoo Chinese News  souligne que le journal chinois de Taïwan (联合报) a été le premier à révéler les détails de l'histoire du laboratoire d'armes biologiques. Le journal télévisé taïwanais CTI a révélé que le laboratoire devait tester des armes biologiques en utilisant de l'ADN chinois, car «l'ADN de la population taïwanaise peut représenter l'ADN chinois ». Il n'est pas surprenant que les médias occidentaux restent très silencieux sur ce type d'informations, bien que le département d'État américain ait par la suite  démenti l'information taïwanaise selon laquelle les États-Unis auraient demandé à Taïwan de mettre au point des agents biologiques à usage militaire.
  • Peut-être pour justifier une éventuelle guerre préventive contre la Chine dans le cadre de la  doctrine Bush dans un avenir proche, le Congrès américain  a adopté en février 2022 un projet de loi sur la propagande anti-chinoise d'un montant de 500 millions de dollars. Quelle part de ces 500 millions de dollars est consacrée au lavage de cerveau des Taïwanais ?

Dans une interview récente, Jeffrey Sachs décrit une série d'actions américaines contre la Chine comme une «voie vers la guerre avec la Chine ».

Les politiciens du DPP se préparent à la guerre et à la fuite, tandis que le peuple taïwanais rejette la guerre

Le problème avec les formes occidentales de la soi-disant démocratie, c'est que pour gagner une élection, il faut se constituer un trésor de guerre électoral. Il s'agit de rechercher des dons politiques en échange de faveurs lorsque l'on est en position de pouvoir. Il s'agit généralement d'un accord en sous-main entre les hommes politiques et leurs donateurs. Par conséquent, les entreprises donatrices, les milliardaires, l'argent étranger et les puissances étrangères peuvent facilement pénétrer dans la politique nationale.

Depuis que Taïwan dispose d'un système électoral occidental, l'argent sale, la corruption, les pots-de-vin et les scandales font partie de la norme sociale au sein du cercle politique taïwanais. Si l'on recherche le nom des hauts responsables politiques du DPP (en particulier les ministres et les premiers ministres) avec les termes «argent noir», «corruption» ou «scandales», on s'aperçoit qu'il n'y a pratiquement pas de personnes innocentes dans le système. Comme les médias occidentaux autocensurent généralement les informations négatives liées au parti pro-indépendant, la meilleure façon de rechercher de telles informations est de le faire en langue chinoise. Par exemple :

  • Recherche en chinois de la corruption de l'actuelle dirigeante de Taïwan  Tsai Ing-wen ;
  • Recherchez son adjoint (le futur candidat à la présidence du DPP)  Lai Ching-te ;

Corruption et démocratie vont souvent de pair. Voici quelques hyperliens vers des exemples d'ingérence des États-Unis dans des élections étrangères :

Ceux qui suivent la question de Taïwan par l'intermédiaire des médias taïwanais devraient remarquer que, si ces hommes politiques taïwanais s'allient à la politique étrangère des États-Unis et font campagne pour l'indépendance, la plupart des membres de leur famille (y compris eux-mêmes) ont déjà la nationalité américaine ou d'autres pays occidentaux, des comptes bancaires et des actifs. En voici quelques exemples,

  • En 2015, les médias taïwanais ont  révélé que la moitié des membres de la famille de l'actuelle présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, avaient une nationalité étrangère ;
  • Quant au vice-président (le futur candidat du DPP à la présidence), 赖清德 (Lai Ching-te),  son fils et son petit-fils étaient citoyens américains ;

L'ironie est que, tandis que ces politiciens indépendantistes s'allient avec empressement aux États-Unis pour provoquer une guerre avec la RPC en promouvant l'indépendance de Taïwan, les membres de leur famille ont, dans le même temps, émigré à l'étranger. C'est un peu comme si le président Zelensky avait agi dans l'intérêt des États-Unis et autorisé le bombardement et la destruction de toute l'Ukraine, parce que, selon l' OCCRP (Organised Crime and Corruption Reporting Project), «Zelensky et ses proches ont été les premiers à s'allier avec les États-Unis pour provoquer une guerre avec la République populaire de Chine : «Zelensky et son cercle restreint possèdent des milliards de dollars inexpliqués à l'étranger».

En fait, lors des exercices militaires de Taïwan, l'un des programmes porte sur la  manière dont le président pourrait s'échapper en toute sécurité si une guerre éclatait (bien entendu, chaque fois que les médias taïwanais rapportent de tels détails sur l'évasion, le ministère de la Défense les dément).

La tragédie pour le Taïwanais moyen est que l'économie de l'île a déjà été endommagée avant le début d'une telle guerre. Selon un récent rapport du Financial Times : « People are nervous : Les riches taïwanais mettent leur argent à l'abri à l'étranger par crainte d'un conflit avec la Chine». La même chose s'est produite pour les entreprises étrangères à Taïwan : «la moitié des entreprises étrangères à Taïwan ont mis en place des plans d'urgence  en raison des problèmes d'évacuation et de perturbation de la chaîne d'approvisionnement». Le dernier PIB de Taïwan est  en baisse de 3,02%.

La réalité à Taïwan est que de nombreux jeunes refusent de s'engager dans l'armée et que le gouvernement DPP a du mal à recruter de nouveaux soldats . En conséquence :

En février 2023, les législateurs locaux de l'île de Jinmen ont voté pour déclarer  Jinmen zone non militaire, et le gouverneur de Jinmen Li Zhufeng (李炷烽) suggère d'utiliser l'île de Jinmen comme  programme pilote pour le système Un pays, deux systèmes et de l'étendre progressivement par la suite.

Dans un article récent intitulé « Arming Taiwan is an Insane Provocation», le professeur John V. Wash a cité un lien hypertexte vers un sondage réalisé en 2022 qui montre qu'une écrasante majorité (82,1%) des Taïwanais souhaitent désormais préserver le statu quo et que seuls 5,3% d'entre eux souhaitent une indépendance immédiate.

Combien de temps encore la Chine tolérera-t-elle l'escalade incessante des provocations militaires américaines ?

En juillet 2023, le Premier ministre hongrois Orban  a fait remarquer que «Pékin a réussi à se développer autant en 30 ans que d'autres pays en 200 ans. Ils peuvent donc revendiquer leur «place sous le soleil». Cependant, Washington n'accepte pas ce développement rapide, le fait que la Chine l'ait précédé dans de nombreux secteurs... Par conséquent, un affrontement entre les deux puissances mondiales est inévitable.... La guerre n'est pas inévitable, mais les États-Unis n'acceptent pas d'être devenus la deuxième nation la plus puissante du monde», a ajouté M. Orbán.

Un article paru sur Education Monitor News soulignait à juste titre que « la plus grande menace pour les États-Unis n'est pas la Chine, mais la paix».

En 2014, le New York Times a publié un article intitulé « L'absence de guerres majeures pourrait nuire à la croissance économique».

Il ne faut pas oublier que les États-Unis ont été créés sur la base de l'invasion, du massacre, du pillage et de l'asservissement des autres. Pas une seule chose que les États-Unis possèdent aujourd'hui ne l'a été par des moyens pacifiques, y compris chaque centimètre de leur territoire actuel.

Depuis 2008, la Chine a déjà compris que sa gentillesse à l'égard des États-Unis serait perçue comme une faiblesse. Cela ne fera qu'encourager les dirigeants impérialistes américains à se montrer plus agressifs et plus avides. Ainsi, la première chose que le président Xi a faite après son entrée en fonction en 2012 a été de visiter une base militaire de l'APL. Il a ouvertement appelé l'APL à  se préparer à la guerre et à la gagner.

En février 2023, la Chine a publié un rapport intitulé « L'hégémonie américaine et ses dangers» et, en mai, «La  diplomatie coercitive de l'Amérique et ses méfaits», décrivant les nombreux crimes commis par les États-Unis contre le monde et indiquant que la Chine ne souhaite plus s'accommoder des crimes et des comportements des États-Unis.

En mars 2023, un site web du gouvernement chinois a  rapporté que le président Xi Jinping avait déclaré à un groupe de plus de 300 hauts fonctionnaires que «l'histoire a prouvé à maintes reprises que si nous recherchons la sécurité par la détermination, la sécurité disparaîtra : «L'histoire a prouvé à maintes reprises que si nous recherchons la sécurité par la détermination, la sécurité prévaudra ; si nous recherchons la sécurité par des concessions, la sécurité périra ; si nous recherchons le développement par la détermination, le développement prospérera ; si nous recherchons le développement par des compromis, notre développement souffrira».

En juin 2023, la Chine a publié  la loi sur les relations extérieures de la République populaire de Chine, qui définit l'attitude du pays à l'égard des relations extérieures, des chartes des Nations unies et des lois internationales, ainsi que les contre-mesures possibles contre toute politique étrangère hostile et tout comportement portant atteinte aux intérêts et à la sécurité de la Chine.

En juillet, la Chine  a qualifié l'OTAN de «fauteur de troubles» et lui a adressé un avertissement : «Pékin ne provoque pas de troubles, mais n'a pas peur des troubles». Quelques jours plus tard, l'ambassadeur de Chine aux États-Unis  a adressé un avertissement direct à Washington : «Si on me viole, je riposterai».

Alors, combien de temps la Chine continuera-t-elle à tolérer les provocations américaines ? Combien de temps la Chine permettra-t-elle à l'armée américaine de continuer à violer sa souveraineté à Taïwan ? La Chine laissera-t-elle plus de temps aux États-Unis pour armer Taïwan, comme ils l'ont fait en Ukraine, avant que Poutine ne tolère plus les menaces et soit contraint de prendre des mesures militaires ?

source :  The Unz Review

 reseauinternational.net

 Commenter