29/11/2022 arretsurinfo.ch  18 min #219824

La présence française en Afrique face à la « menace » des sociétés militaires privées russes et chinoises

Par Valère LLOBET -  cf2r.org - N°601 / NOVEMBRE 2022

Chercheur, lauréat 2020 du Prix « Jeune chercheur » du CF2R

TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT

Les Sociétés militaires privées ou SMP sont devenues aujourd'hui des acteurs internationaux incontournables qui agissent dans la plupart des zones de conflit. Ces groupes privés, connus également sous les noms d'ESSD 1 (Entreprises de services de sécurité et de défense), d'EMSP (Entreprises militaires et de sécurité privée) ou encore de PMC 2 (Private Military Companies), sont parfois confondus avec les SSP (Sociétés de sécurité privée) qui désignent en réalité des entreprises fournissant des services de gardiennage ou encore de protection aux personnes. Cette méprise vient du fait qu'un certain nombre de sociétés pratiquent simultanément des activités assimilées à la sécurité privée et des opérations relevant du domaine militaire 3, entretenant de fait une ambiguïté sur leur statut réel.

Selon le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale de 2008, une SMP est « un organisme civil, privé, impliqué dans le cadre d'opérations militaires, dans la fourniture d'aide, de conseils et d'appuis militaires, et offrant des prestations traditionnellement assurées par les forces armées nationales » 4. Ces entreprises emploient des contractors souvent issus des rangs des forces armées, des forces spéciales, des forces de police ou parfois des services
de renseignement de leur pays d'origine. Ces groupes privés, parfois qualifiés d'entreprises de « néo-mercenariat », sont apparus après la Deuxième Guerre mondiale dans le monde anglo-saxon. Durant la Guerre froide il s'agissait de sociétés écrans créées pour le compte de services de renseignement à l'exemple la compagnie Air America utilisée par la CIA dans le cadre de ses opérations clandestines, notamment au Laos 5. Les SMP sous leur forme moderne ont fait leur apparition en Afrique du Sud en 1989 puis se sont peu à peu développées 6, devenant des outils aux services des intérêts des États.

Sur le plan juridique, aucun document contraignant en matière de droit international n'encadre les activités de ces sociétés. Le document de Montreux, ratifié en 2008 7 par 58 pays 8, ne se limite qu'à une série de 73 recommandations ; il a été renforcé en 2010 par le Code de conduite international pour les prestataires de services de sécurité privés (ICoC) 9, ce qui laisse toute la latitude aux États pour imposer leur propre juridiction en la matière.

Depuis le 11 septembre 2001 et le déclenchement des conflits en Afghanistan et en Irak, les SMP sont apparues sur le devant de la scène avec la sinistre entreprise Blackwater, renommé depuis Academi, responsable de nombreuses exactions 10. Depuis cette médiatisation, d'autres entreprises se sont fait connaître, à l'image de la célèbre entreprise russe Wagner (ChVk Wagner) qui est intervenue en Ukraine, en Syrie et surtout en Afrique notamment en Centrafrique et au Mali. Cette SMP au service du Kremlin n'est en réalité que la partie visible de l'iceberg. En effet, le continent africain est aujourd'hui l'un des premiers marchés pour les sociétés militaires privées. Des pays comme la Russie et la Chine les utilisent pour sécuriser leurs intérêts et étendre leur influence sur les États africains. Bien sûr, ils ne sont pas les seuls : les Etats-Unis ou encore l'Afrique du Sud utilisent également leurs SMP dans des objectifs similaires 11. Mais, la présence militaire française en Afrique se voit surtout menacée par l'implantation des SMP russes et chinoises sur le continent.

LES STRATÉGIES D'IMPLANTATION DES SMP RUSSES ET CHINOISES SUR LE CONTINENT AFRICAIN

Aux yeux de la Chine et de la Russie, l'implantation des SMP en Afrique s'inscrit dans la poursuite de stratégies internationales entreprises depuis plusieurs années : sécurisation de leurs investissements, prise de contrôle de ressources naturelles ou encore extension de leur aire d'influence, chaque État déployant ses contractors dans des objectifs différents.

Pour la Chine, les SMP sont aujourd'hui devenues des outils indispensables pour assurer la sécurité de ses intérêts. En effet, malgré les nombreux points d'appui dont dispose la Chine dans le monde grâce à sa « stratégie du collier de perles » 12, la capacité de projection de sa marine reste aujourd'hui insuffisante pour pouvoir « faire face à l'ensemble des risques qui pèsent sur les routes commerciales dont elle est dépendante » 13. Cela explique donc la poursuite de sa stratégie d'implantation militaire en Afrique 14. Toutefois, à la différence de ses rivaux dans la région, Pékin voit son armée, l'Armée populaire de libération (APL), entravée par des limitations techniques et politiques, d'où le recours aux SMP.

En effet, du point de vue politique, la Chine poursuit sa tradition de non-ingérence en matière politique de crainte d'entacher ses relations diplomatiques 15. Pour Pékin, il est donc vital de disposer de forces de sécurité capables de protéger aussi bien ses expatriés que ses investissements. En effet, depuis plusieurs années « le terrorisme, la piraterie, les révoltes, les conflits armés ou encore les manifestations des populations locales » 16 menacent régulièrement les intérêts de Pékin comme l'illustrent les émeutes de novembre 2021 aux Îles Salomon qui ont visé le quartier chinois de Honiara 17, ou encore l'enlèvement en janvier 2022 de trois ouvriers chinois au Nigéria sur le site de construction d'un barrage hydroélectrique 18.

Pour Pékin, l'implantation des SMP s'inscrit donc dans le cadre de sa stratégie de sécurisation des « Nouvelles routes de la Soie ». En Afrique, la forte présence de ces entreprises s'explique par les enjeux stratégiques que représente le contrôle des routes maritimes ou encore l'exploitation des matières premières du continent, indispensable au développement économique chinois.

Pour la Russie, les SMP sont une arme au service du renouveau de son influence sur le continent africain. C'est à la fin des années 1950 19 que l'URSS a commencé à développer sa présence en Afrique en matière politique, économique, commerciale, industrielle et stratégique. Cette extension de l'influence soviétique prenait place dans le cadre de l'affrontement Est-Ouest mais également dans celui des affrontements avec d'autres puissances communistes comme la Chine. Ainsi, avec l'exportation de son modèle politique et le soutien aux mouvements anticoloniaux, l'URSS a tissé de nombreux liens avec les pays africains. Après son retrait du continent à la fin de la Guerre froide, la Russie est revenue dans la région dès 2014 avec pour objectif d'étendre son influence sur des territoires stratégiques notamment au Mali, en Centrafrique mais également « en Méditerranée méridionale et en mer Rouge » 20. Pour se faire, la Russie a, en vertu de la doctrine Gerasimov 21, accru ses opérations de guerre informationnelle, mais elle a surtout développé sa présence sur le continent à travers ses sociétés militaires privées. Citons, outre Wagner, les entreprises RSB-Group, Redyt-Antiterror 22 ou encore Moran Security Group. Les SMP russes sont, comme dans le cas chinois, des émanations du pouvoir de Moscou. En effet, sur le plan juridique, l'article 359 du code pénal ou encore l'article 13 paragraphe 5 de la constitution russe 23 condamne fermement le mercenariat. C'est d'ailleurs en vertu de ces textes qu'une SMP comme le Slavonic Corps 24, qui intervenait en Syrie, a été démantelée par le FSB en octobre 2013. Le déploiement d'entreprises comme Wagner en Afrique ne peut donc se faire sans l'aval des plus hautes autorités de Moscou. Pour la Russie, l'implantation de ces sociétés militaires privées en Afrique vise avant tout à étendre son influence, à affaiblir ses rivaux - notamment la France - et à défendre ses intérêts géoéconomiques. Par exemple, les déploiements de l'entreprise Wagner en Afrique sont souvent précédés de la visite de géologues 25, car la Russie est intéressée par les ressources minières du continent, particulièrement par les nombreuses mines d'or 26 et de diamants de la zone subsaharienne, comme en Centrafrique ou encore au Soudan 27. Il ne serait pas surprenant qu'elle se préoccupe également des importantes réserves de lithium contenues dans le sous-sol malien 28.

Face à cette recrudescence d'activité des SMP chinoises et russes en Afrique, les rencontres, les tensions voire les confrontations avec l'Armée française sont aujourd'hui du domaine du possible.

LES ZONES D'ACTION DES SMP ET LES RISQUE DE « FROTTEMENT » AVEC LES FORCES FRANÇAISES

Sur le continent africain, la France est présente militairement dans la zone sahélienne - Burkina Faso, Niger, Tchad - et dispose de bases à Djibouti, en Côte d'Ivoire, au Gabon ou encore au Sénégal. Elle intervient également dans le cadre d'opérations internationales comme les missions de formation de l'Union européenne (EUTM) en Somalie, au Mali, au Mozambique, et en Centrafrique ou encore dans le cadre de l'ONU ; et elle participe à de nombreuses opérations de maintien de la paix comme la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali), la MINUSCA en Centrafrique ou encore la MONUSCO (Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation en république démocratique du Congo). Or, les SMP russes et chinoises sont déjà implantées sur l'ensemble de ces territoires.

Du côté russe, citons entre autres : Moran Security Group qui est intervenue au Nigeria, en Libye, en République de Maurice, à Djibouti, au Kenya, à Madagascar ou encore en Centrafrique 29  ; RSB-Group qui a opéré dans une quinzaine de pays 30 en Afrique dont la Libye et le Sénégal 31  ; Redyt-Antiterror, présente en Somalie 32  ; ou encore la ChVk Wagner qui est actuellement déployée au Mali, en Libye, au Soudan et en Centrafrique. On soupçonne également sa présence en Guinée, au Mozambique où elle a déjà opéré en septembre 2019 33, ou encore en Guinée Bissau 34. Notons également que des acteurs supposés proches de cette SMP appartenant au GRU, voire au corps diplomatique russe, auraient pris des contacts en Érythrée, au Tchad 35 et en République démocratique du Congo 36. De plus, le coup d'État du 1er octobre 2022 au Burkina-Faso laisse planer le doute quant à une possible intervention de Wagner dans le pays 37.

La Chine aurait, elle, déployé au moins dix SMP en Afrique. Présentes dans au moins 27 pays - Centrafrique, RDC 38, Somalie, Mozambique, Mali 39, etc. -, ces entreprises assurent la protection des intérêts pétroliers et miniers de Pékin ou encore celle des infrastructures construites avec les fonds chinois des « Nouvelles routes de la soie », à l'image de la ligne de chemin de fer Nairobi-Mombasa 40. Toutes emploient des anciens membres de l'APL ou de la Police armée du peuple (PAP) et sont dirigées, pour la plupart, par d'anciens responsables des services de renseignement ou des forces de sécurité chinoises. Elles regroupent plus de 100 000 opérateurs - chinois ou employés locaux 41 - sur le continent. Ainsi, les SMP chinoises sont largement plus représentées sur le continent africain que les sociétés russes.

Face à cette situation, les risques d'affrontements entre les troupes françaises et les SMP russes et chinoises sont aujourd'hui réels. Ainsi que l'a démontré le conflit syrien, les contractors n'hésitent plus à entrer en conflit direct avec des armées régulières. Durant la bataille de Khoucham 42, en février 2018, les hommes de Wagner ont affronté les forces de la coalition internationale en Irak et en Syrie. Les combats se sont déroulés à l'est de Deir ez-Zor lors d'une tentative de l'entreprise russe de prendre le contrôle d'un complexe gazier et pétrolier. Les forces kurdes sur place ont repoussé les assaillants avec le soutien d'unités américaines, lesquelles ont essuyé des tirs directs des hommes de la SMP.

En raison de ce précédent et dans un contexte de montée des tensions entre l'OTAN et la Russie, les forces françaises présentes en Afrique pourraient être la cible d'opérations conduites par des SMP russes, à l'image de la récente manœuvre de désinformation qui aurait été orchestrée par Wagner à l'encontre de l'armée française au Mali 43. Toutefois, la récente polémique sur le rôle de Wagner au Mali et en Centrafrique démontre que le refus de Paris de voir ses forces armées et des groupes de « mercenaires » intervenir sur un même théâtre d'opération est avant tout une question de positionnement géostratégique et non une d'hostilité envers le concept même de sociétés militaires privées.

En ce qui concerne les sociétés militaires privées chinoises, les risques d'affrontement apparaissent moins probables, étant donné la politique de non-ingérence de Pékin et l'emploi qu'elle fait de ses entreprises, même si des accrochages pourraient fort bien survenir en raison de leur proximité géographique avec les troupes françaises, du nombre de ses contractors armés 44 et de l'augmentation du nombre de prises d'otages ou d'attaques visant les ressortissants chinois qui obligent les SMP à intervenir toujours d'avantage. Bien sûr, comme pour la Russie, l'évolution du contexte géopolitique pourrait pousser Pékin à modifier la doctrine d'emploi de ses entreprises et à les transformer en outil de déstabilisation de la présence française en Afrique.

*

Dans le contexte du récent retrait français du Mali et face à l'implantation toujours plus importante de SMP chinoises et russes à proximité des forces françaises en Afrique, les risques d'accrochage entre les uns et les autres sont aujourd'hui une hypothèse plausible. Si de tels affrontements devaient avoir lieu, ils se limiteraient certainement à des escarmouches très localisées. En effet, les contractors présents sur place ne possèdent pas les capacités pour mener des opérations de grande ampleur face à une force armée conventionnelle.

Malgré tout, ces entreprises deviennent de sérieux concurrents que la France ne doit pas négliger, car elles pourraient à court ou moyen terme remettre sérieusement en question la position française dans la région. D'ailleurs, les Russes et les Chinois ne sont pas aujourd'hui les seuls acteurs privés sur le continent. La SMP SADAT International Defense Consulting Company - une entreprise turque aux mains du pouvoir et du service de renseignement de la Turquie, le MIT 45 - est déjà présente en Afrique au même titre que sa concurrente 46, elle aussi au service d'Ankara, Ekol Security (Ekol Grup Güvenlik) 47. De la même façon, de nouvelles formes de mercenariat sont en train d'émerger avec des entreprises comme Malhama Tactical, une société militaire privée djihadiste qui pourrait dans le futur louer ses services à des groupes terroristes islamiques sur le continent 48.

Nous n'avons abordé ici que les risques représentés par les SMP russes et chinoises. En effet, les sociétés militaires privées britanniques, sud-africaines ou encore américaines, qui sont aussi déjà très implantés en Afrique, travaillent toutes au service de leurs Etats, concurrents de la France. Pourtant, au vu des orientations géopolitiques françaises, ces dernières ne sont pas perçues comme une menace, contrairement aux SMP russes.

Pour finir, rappelons que des sociétés militaires privées françaises, plus couramment nommées les entreprises de services de sécurité et de défense 49, sont également présentes en Afrique à l'exemple, de COMYA Group 50, dirigé par Alexandre Benalla. Bien que leurs moyens et leurs actions se rapprochent davantage des sociétés de sécurité traditionnelles, elles entretiennent des liens étroits avec les autorités nationales et participent de la dynamique de privatisation de la sécurité en Afrique.

Valère LLOBET

1 « Les entreprises de services de sécurité et de défense (ESSD) », CF2R  cf2r.org

2 Legarda Helena & Nouwens Meia, Guardians of the Belt and Road : the internationalization of China's private security companies, Merics and IISS, Berlin, 2018.

3 Assemblée Nationale, Rapport d'information de la commission de la Défense nationale et des Forces armées, 14 février 2012.

4 Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale, volumes 1 et 2, Paris, 2008.

5 Assemblée Nationale, op. cit.

6 Denécé Eric, « Des exactions militaires et de leur couverture médiatique sélective », Éditorial n°57, CF2R, janvier 2022.

7 Document de Montreux sur les obligations juridiques pertinents et les bonnes pratiques pour les Etats en ce qui concerne les opérations des entreprises militaires et de sécurité privée pendant les conflits armés, Comité International de la Croix-Rouge, septembre 2008.

8 Parmi les eux l'on retrouve la France, les États Unis, le Royaume-Uni ou encore la Chine. Notons que la Russie, pour sa part, n'a pas ratifié ce document.

9 « Le Code de conduite international des entreprises de sécurité privées », ICoCa  icoca.ch

10 « Carnage en Irak en 2007 : peines réduites pour trois ex-agents de Blackwater », Le Figaro, 10 septembre 2019  lefigaro.fr

11 Cet aspect sera abordé dans une prochaine publication.

12 Samaan Jean-Loup, La menace chinoise : une invention du Pentagone, Paris, Vendémiaire, 2012.

13 Llobet Valère, Le développement de la puissance militaire chinoise au travers de la « Nouvelle route de la soie » : Renseignement, Sociétés militaires privées et Intelligence économique, Mémoire de Master 2, Université Montpellier III, 2020, 128 p.

14 Phillips M. Michael, « China Seeks First Military Base on Africa's Atlantic Coast, U.S. Intelligence Finds », The Wall Street Journal, 5 décembre 2021  wsj.com

15 Legarda Helena & Nouwens Meia, op. cit.

16 Llobet Valère, « Les sociétés militaires privées chinoises », Bulletin de Documentation n°24, CF2R, août 2021.

17 « Émeutes aux Îles Salomon : Trois morts et une centaine de personnes arrêtées », Cnews, 28 novembre 2022  cnews.fr

18 « Nigeria : des hommes armés enlèvent trois employés chinois », Le Figaro, 6 janvier 2022  lefigaro.fr

19 « La Stratégie de la Russie en Afrique », La Grande Afrique, 18 juin 2021  lagrandeafrique.com

20 Siegle Joseph « Objectifs stratégiques et influences de la Russie en Afrique », Audition sur les activités et les influences de la Russie en Afrique, Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis, Centre d'Études Stratégiques de l'Afrique, 14 juillet 2022.

21 Adamsky Dmitry, « L'évolution de la pensée stratégique et de l'art opératif russes », Revue Défense Nationale n°801, 2017, pp. 85-92.

22 Gros Philippe, Thomas Aude & Tourret Vincent, « Les entreprises de services de sécurité et de défense : nouvelles dynamiques et implications pour nos armées », Fondation pour la Recherche Stratégique, Note n°14, Juin 2020.

23 Sliwa Zdzislaw, Russia Affiliated Private Military Compagnies in the Syrian Civil War, Proceedings Estonian Academy of Security Science, n°20, 2021, pp. 99-124.

24 Intelligence Online, 6 septembre 2017.

25 Vernet Henri, « Au Mali, les mercenaires russes du groupe Wagner sont arrivés », Le Parisien, 23 décembre 2021(https://www.leparisien.fr/international/au-mali-les-mercenaires-russes-du-groupe-wagner-sont-arrives-23-12-2021-FPFDSKBFH5FETAMRAGVOISOS5A.php).

26 Notons également que le Groupe Wagner a également eu recours à des géologues russes pour mettre la main sur trois mines d'or au Mali, ; leur exploitation servant à payer les services de la SMP (cf. Roger Benjamin, « Mali : Comment Wagner compte faire main basse sur des mines d'or », Jeune Afrique, 7 septembre 2022).

27 Goetz Etienne, « Un oligarque russe sous sanction exploite l'or du Soudan avec l'aide du groupe Wagner », Les Echos, 3 mai 2022.

28 « Mine. Le Mali pourrait devenir le premier producteur de lithium d'Afrique de l'Ouest », Courrier International, 5 janvier 2021  courrierinternational.com

29 Moran Security Group, « About us »,  moran-group.org

30 RSB Group, « Where We Are »,  rsb-group.ru

31 Intelligence Online, 13 mai 2020.

32 Redyt-Antiterror, « Clients et partenaires »  redut-czentr.narod.ru

33 Sukhankin Sergey, op. cit.

34 « La société Wagner, une pieuvre russe en Afrique », Mondafrique, 9 mars 2021  mondafrique.com

35 Intelligence Online, 4 juillet 2018.

36 Gras Romain & Olivier Mathieu, « RDC-Russie : le groupe Wagner tente-t-il de s'implanter chez Félix Tshisekedi ? », Jeune Afrique, 24 août 2022.

37 Randrianarimanana Philippe, « Le groupe Wagner ne recrute plus pour l'Afrique, guerre en Ukraine oblige », TV5 Monde Afrique, 7 octobre 2022  afrique.tv5monde.com

38 Llobet Valère, « Les sociétés militaires privées chinoises », op. cit.

39 Weinbaum, Cortney, John V. Parachini, Melissa Shostak, Chandler Sachs, Tristan Finazzo and Katheryn Giglio, China's Weapons Exports and Private Security Contractors, RAND Corporation.

40 Le Pautremat Pascal, « De Moscou à Pékin, les contractors sont les nouveaux acteurs géopolitiques », Pensée Mili-terre, Revue militaire n°55, partie 2/3, 9 septembre 2019.

41 Llobet Valère, « Les sociétés militaires privées chinoises », op. cit.

42 Intelligence Online, 02 mai 2018.

43 Bensimon Cyril, Le Cam Morgane, « Mali : dans la guerre de l'information, l'armée française réplique et accuse le Groupe Wagner », Le Monde, 23 avril 2022.

44 Legarda Helena & Nouwens Meia, op. cit.

45 Gaüzère David, « Malhama Tactical et SADAT : le mercenariat au service de l'islam politique », Bulletin de Documentation n°25, CF2R, janvier 2022.

46 Intelligence Online, 6 juin 2022.

47 Ekol Grup, « About us »,  ekolgrup.com.tr

48 Gaüzère David, op. cit.

49 « Les entreprises de services de sécurité et de défense (ESSD) », CF2R.  cf2r.org

50 Comya Group, « Notre Groupe »,  comya.group

 Source: cf2r.org - N°601 / NOVEMBRE 2022

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Se réfère à :

1 article

Référencé par :

2 articles