29/11/2023 reseauinternational.net  10 min #238228

Lâcher pour mieux tenir, une stratégie néocoloniale bien française

par Bosse Ndoye

«Je le répète : le colonialisme n'est pas mort. Il excelle, pour se survivre, à renouveler ses formes ; après les temps brutaux de la politique de domination, on a vu les temps plus hypocrites, mais non moins néfastes, de la politique dite d'Association ou d'Union. Maintenant, nous assistons à la politique dite d'intégration (...) Mais de quelque masque que s'affuble le colonialisme, il reste nocif...» (1)

Dans les rapports de domination néocoloniale qu'elle a entretenus et qu'elle continue d'entretenir avec quelques-unes de ses anciennes colonies d'Afrique en général, et d'Afrique subsaharienne en particulier, la France a souvent adopté la stratégie dite du lâcher pour mieux tenir. Celle-ci consiste à faire certaines «concessions» et/ou à apporter des réformes mineures à sa politique mise en œuvre dans ces pays pour éviter de s'attaquer aux questions essentielles et souvent controversées, afin de garder intacts les avantages et privilèges qu'elle tire de leurs relations asymétriques. Cette manœuvre, aussi efficace que dilatoire, constitue en outre une façon de calmer les ardeurs des nombreux militants souverainistes qui, de plus en plus sur le continent, exigent des relations équilibrées, empreintes de respect et dénuées de toute arrogance, entre leurs pays et l'ancienne puissance coloniale. L'histoire regorge d'exemples de lâcher pour mieux tenir pouvant étayer ces propos.

Avec la Constitution de la IVe République, promulguée le 27 octobre 1946, l'Union française, qui remplaça l'empire colonial, peut être considérée comme l'une des premières sinon la première mise en œuvre de la stratégie du lâcher pour mieux tenir. Sentant des velléités d'indépendance naissantes chez les colonisés de retour du front de la Seconde Guerre mondiale, la France jugea nécessaire de procéder à quelques réformes pour anticiper d'éventuelles surprises désagréables pouvant survenir dans ses colonies, qu'elle tenait d'autant plus à préserver qu'elle traversait des moments de fragilité, et qu'elle avait surtout besoin de forces et de richesses pour se reconstruire. Aussi décida-t-elle d'entreprendre quelques grands changements : suppression de l'indigénat et du travail forcé ; octroi de la citoyenneté française à tous les ressortissants d'outre-mer ; accord de plus d'autonomie dans la gestion des affaires locales ; garantie de liberté de presse, de syndicat, d'association, de réunion, etc.

Craignant que la lutte armée, qui faisait rage en Algérie, ne fît des émules dans ses colonies de l'Afrique noire par effet de contagion, la France - après avoir accordé l'indépendance aux voisins marocain et tunisien en mars 1956 -, prit les devants en y desserrant un peu l'étau par l'adoption, la même année, de la Loi-cadre Defferre. Celle-ci, avec la création de Conseils de gouvernement élus au suffrage universel, élargit les pouvoirs locaux. Paris avait vite compris qu'il valait mieux lâcher un peu de lest, en octroyant quelques libertés pour toujours tenir les colonies, que de faire face à de multiples soulèvements populaires déstabilisateurs pouvant être engendrés par les désirs d'autonomie, qui devenaient de plus en plus grands après la Seconde Guerre mondiale et aussi avec l'accession à l'indépendance d'autres pays africains.

Après son retour au pouvoir en 1958, le général de Gaulle, avec la mise sur pied de la Communauté franco-africaine, abonda dans le sens des réformes de la Loi-cadre Deferre. Toutefois, bien que plus d'autonomie fût accordée aux colonies, les véritables manettes du pouvoir étaient restées entre les mains de la France, qui fit du mieux qu'elle put pour préserver les colonies tout en évitant d'aborder sincèrement la question d'indépendance. Ce qui expliqua la posture paradoxale qu'elle adopta en menaçant directement ou indirectement ceux qui seraient tentés de la réclamer tout en leur proposant de se prononcer sur la question par référendum. La Guinée de Sékou Touré en fit les frais à la suite de la victoire du Non en septembre 1958, même si le choix lui en avait été donné. Donc, l'Union française de 1946, la Loi-cadre de 1956 et la Communauté franco-africaine de 1958 ne constituaient pas une réelle volonté de rupture, mais elles étaient juste différentes formes de mise en application de la stratégie du lâcher pour mieux tenir, lesquelles avaient permis à la France de s'adapter aux réalités sociales, économiques et politiques des temps changeants.

Lorsque les indépendances devinrent inévitables au début des années 60, la France accepta enfin de les accorder à la plupart des territoires sous sa domination, mais non sans les avoir corsetées par différents accords politiques, monétaires, économiques et de défense... qui jetèrent les bases des relations néocoloniales entre elle et ses futures ex-colonies. Ces mots de Michel Debré, tirés de sa lettre adressée à Léon Mba, futur président du Gabon, constituent une parfaite illustration de la stratégie de Paris du lâcher pour mieux tenir : «On donne l'indépendance à condition que l'État s'engage une fois indépendant à respecter les accords de coopération signés antérieurement : il y a deux systèmes qui entrent en vigueur en même temps : l'indépendance et les accords de coopération. L'un ne va pas sans l'autre» (2). Le premier président gabonais, qui avait poussé sa francophilie jusqu'au ridicule, avait souhaité, à défaut de demeurer un département français, avoir le drapeau de l'Hexagone dans un angle de celui de son pays (3). Dès lors, il ne fut guère étonnant de l'entendre dire que : «Le Gabon est indépendant, mais entre la France et le Gabon rien n'est changé, tout continue comme avant» (4). Ces accords avec le Gabon étaient presque les mêmes signés avec la plupart des anciennes colonies françaises nouvellement indépendantes. Ce qui a fait dire, à juste titre, à François-Xavier Verschave que : «Les pays francophones au sud du Sahara ont été, à leur indépendance, emmaillotés dans un ensemble d'accords de coopération politique, militaire et financière qui les ont placés sous tutelle». (5)

Dans l'Archipel des Comores - Anjouan, Grande Comores, Mohéli, Mayotte -, alors que le référendum d'autodétermination du 22 décembre 1974 a vu massivement triompher le oui en faveur de l'indépendance (94,5%), l'État français décida unilatéralement de prendre en compte les résultats île par île et non pour l'ensemble de l'archipel. Cette décision était en porte-à-faux avec la position de l'ONU, et était surtout en contradiction avec la loi française du 23 novembre 1974, qui énonce en son article 5 que : «Si le classement des résultats se fera île par île, la proclamation en sera globale» (6). C'est ainsi que l'île de Mayotte, où le non l'avait emporté à 63,22%, est restée dans l'escarcelle française à la suite d'une «élection à la Naegelen», qui y avait été organisée plus tard. C'est dire que la France n'accepte presque jamais de perdre totalement les avantages qu'elle tire de la plupart de ses anciennes colonies africaines, qu'elle peut consentir à lâcher du lest, mais jamais à lâcher prise.

Cette vieille recette du lâcher pour mieux tenir, qui pourrait être l'autre nom du refus viscéral de Paris de décoloniser, est en droite ligne avec l'adoption par la France du projet de loi entérinant la fin du franc CFA le 20 mai 2020. Lorsqu'on commença à dénoncer le franc CFA lors de manifestations dans plusieurs villes africaines comme étant une monnaie coloniale, la France, fidèle à son habitude, prit les devants et entreprit de faire quelques ravalements de façade : changement de l'appellation CFA par Eco, fermeture des comptes d'opérations et le retrait des représentants français du Conseil d'administration de la BCEAO. Mais elle reste garante de la monnaie, et la parité fixe avec l'Euro est maintenue. De plus, selon le Financial Times (01/01/2020), elle continuera à désigner un représentant «indépendant» auprès de la banque centrale régionale dont le rôle sera de surveiller quotidiennement les réserves ; et, cerise sur le gâteau, elle «se réserve le droit de revenir dans une instance de décision, en l'occurrence par le Conseil de politique monétaire» (7). Ce comité est l'organe central de décision concernant la politique monétaire, notamment à ce qui a trait à la création de monnaie et le niveau des crédits autorisés dans la zone monétaire. Autant dire que beaucoup de bruit a été fait pour rien, que des changements ont été effectués pour que rien ne change. Donc, par un énième tour de passe-passe, la France est parvenue à retomber sur ses pattes après avoir été acculée par les pourfendeurs du franc CFA. La stratégie néocoloniale du lâcher pour mieux tenir est bien décrite par cet extrait du bien nommé «L'Empire qui ne veut pas mourir» : «(...) Le dispositif françafricain, qui a permis au colonialisme de survivre à la «décolonisation», a su s'adapter aux évolutions internationales des décennies suivantes et se réformer chaque fois que les failles mettaient son existence en péril. Il en va de la françafrique comme de l'informatique : le système d'exploitation, pour se prémunir contre les dysfonctionnements et les potentielles agressions, est régulièrement mis à jour». (8)

Lors des récents débats à l'Assemblée nationale et au Sénat sur la politique française en Afrique, il n'a jamais été question de vote pour s'attaquer sincèrement aux piliers les plus solides de la Françafrique, à savoir le franc CFA, les bases militaires, la Francophonie, mais juste de propositions de réformes cosmétiques. Pourtant, après les revers essuyés au Mali, au Burkina Faso, et tout dernièrement au Niger, l'occasion semblait être propice pour aborder profondément ces sujets qui fâchent et de proposer de véritables changements. Mais il est plus facile de pointer du doigt les puissances concurrentes, comme la Russie et la Chine, accusées de susciter et d'alimenter les sentiments dits antifrançais sur le continent et d'ignorer les demandes de changements de plus en plus réclamés par des Africains, que de faire une autocritique sans complaisance et d'affronter la réalité.

En définitive, la France est restée cohérente avec elle-même depuis l'aube de sa longue odyssée coloniale. Son refus obstiné de décoloniser ne fait que confirmer les propos de Frantz Fanon : «(...) Mais elle [la décolonisation] ne peut être le résultat d'une opération magique, d'une secousse naturelle ou d'une entente à l'amiable (9). Par conséquent, il appartient aux populations sous domination néocoloniale de se battre, de trouver leurs propres moyens pour mettre fin à cette situation. D'autant que, comme les humains, les États ne renoncent jamais volontairement à certains privilèges qu'ils peuvent tirer d'autres sans y être contraints. Mais cela demande un véritable travail, qui doit passer tout d'abord par des élections transparentes et démocratiques, qui portent à la tête de ces pays des patriotes responsables, épris de justice et qui travaillent pour les intérêts de leurs populations. Car, il faut le reconnaître, si la Françafrique perdure, prospère et réussit à faire sa mue chaque fois qu'elle est acculée, c'est souvent grâce à la complicité d'une élite locale, animée par l'esprit de lucre, jalouse de ses intérêts particuliers, qui travaille de mèche avec une certaine élite française. De plus, l'initiative de rupture ou de réforme doit venir des pays africains eux-mêmes au lieu de laisser la France toujours prendre les devants et de réagir ensuite sous certaines pressions nationales. Les relations internationales devenant de plus en plus ouvertes, avec le monde multilatéral qui se dessine, il serait aussi bénéfique de miser sur des alliances opportunistes entre les différentes puissances concurrentes pour faire avancer certains projets. Mais, ce sera un travail de longue haleine. Le chemin peut être long et semé d'embûches. Donc, pour parler comme Amilcar Cabral, il ne faut pas faire croire à des victoires faciles (10). Toutefois, l'émancipation, pour se défaire de toute domination, est à portée de main. Il faudra juste mener des combats solidaires et avoir de bonnes stratégies.

 reseauinternational.net

 Commenter
newsnet 2023-11-29 #13843

cette réflexion constitue une avancée dans la compréhension (publique) du polymorphisme d'un paradigme.
Cela s'applique au nazisme, qui est une forme d'un mal, qu'on retrouve partout, y compris dans l'antinazisme par exemple.

La solution c'est la paix, la vision de la paix, la culture de la paix. Pas de la mettre en arrière-plan dans un sous-entendu, mais de la vivre et de la souhaiter aux autres.