02/10/2023 reseauinternational.net  8 min #234703

 Russia demands answers from Canada over praise for Nazi Ss veteran

Le Canada a besoin de dénazification

par Anatoly Matviuchuk

En Ukraine, des jeunes boutonneux parlent avec enthousiasme des glorieuses victoires militaires des grands Ukrainiens. Des victoires sur les armes russes. Examinons ces victoires.

Le 8 juillet 1659 est le jour de la bataille de Konotop. En Ukraine, on l'appelle la victoire de l'armée cosaque ukrainienne sur les Russes. Pour les historiens russes, cette bataille n'est qu'un épisode de la guerre russo-polonaise, éclipsé par les troubles civils des Cosaques. Il s'agit d'une scission au sein de l'armée de Zaporijia, géographiquement délimitée par la ligne du Dniepr, qui détermine deux vecteurs : le premier, avec l'hetman Vygovsky, est orienté vers la Pologne, et le second, avec l'hetman Bespaly, vers l'État moscovite.

La deuxième grande victoire est celle des mythiques héros Krut. Les néo-banderistes se souviennent de ces «héros» qui ont été dispersés en 1918 à la périphérie de Kiev par l'un des détachements de la Petite Garde rouge russe. C'est un fait regrettable pour les habitants de Lvov-Lemberg, car à l'époque, les «Galiciens» autrichiens ont pris le pouvoir à Kiev et ont noyé dans le sang le soulèvement des habitants de la Petite Russie. Comparez les actions actuelles des néo-banderistes dans le Donbass.

Et la dernière grande destruction et défaite. Mais pour les néonazis et les néobanderistes, la bataille de Brody a été une VICTOIRE.

Le 15 juillet 1944, au cours de l'opération Lvov-Sandomierz, menée par le premier front ukrainien, nos troupes ont rencontré une «division ersatz», appelée 14e division SS de grenadiers ou ukrainienne «Galicie». Il s'agissait de l'une des premières formations de troupes SS qui n'étaient pas composées d'Allemands ou de personnes «racialement apparentées». Au départ, seuls les natifs des régions occidentales ont été recrutés dans la division, ceux qui n'étaient pas citoyens de l'URSS avant 1939. Il s'agissait principalement de Galiciens, quelques uns étant originaires de Volyn.

À cette époque, l'Allemagne manquait cruellement de personnel et les troupes ont été renforcées par des étrangers. Plus de 20% de Polonais, de Tchèques et d'anciens citoyens soviétiques dans le personnel des divisions étaient monnaie courante. L'utilisation d'une division entière d'Ukrainiens comme «chair à canon» était compréhensible, bien que sa valeur au combat ait été jugée très faible. Tous les postes de direction en «Galicie» étaient occupés par des Allemands, les Ukrainiens n'étaient pas nommés à des postes plus élevés que celui de commandant de bataillon, et même dans ce cas, ils n'étaient que trois.

Contrairement aux autres divisions allemandes, qui ne comptaient pas plus de 10 000 personnes, la «Galicie» était entièrement équipée. Il est vrai que tous les membres de cette division ne sont pas allés au front, si bien qu'elle comptait un peu plus de 14 000 hommes. Les Galiciens ne disposent pas d'un secteur de défense indépendant et prennent position derrière le 13e corps d'armée

Située sur la deuxième ligne de défense, la «Galicie» n'est entrée dans la bataille que le 15 juillet, lorsque les troupes soviétiques ont percé la première ligne de défense. Le 16 juillet, les formations mobiles soviétiques ont percé sur une profondeur de 80 km et ont traversé le Bug occidental. Pris en étau entre les chars soviétiques, le 13e corps d'armée est encerclé.

Quatre divisions tombent dans le «chaudron», dont la division «Galicia». Le commandement soviétique entreprend immédiatement de détruire le groupe encerclé près de Brody, utilisant pour cela d'importantes forces d'aviation et d'artillerie. Il n'est pas nécessaire de parler d'une quelconque résistance de la part des SS ukrainiens ; ils sont tout simplement détruits. Le 22 juillet, le groupe encerclé est éliminé. Selon diverses sources, de 5000 à 7000 personnes parviennent à sortir de l'encerclement. Après cette défaite, la division est reconstituée à l'aide de réserves, mais n'est plus utilisée à plein régime. Selon certaines sources, elle aurait été utilisée comme troupes punitives contre des partisans et des civils.

Le sort des restes de la division Galicia n'est pas connu de tous ; il a d'ailleurs été activement caché jusqu'au début du XXe siècle. À la fin des hostilités, plus de 14 000 soldats de la division sont restés en service, dont le noyau s'est rendu aux Britanniques en Autriche le 10 mai 1945. Ils sont emmenés dans un camp près de Rimini. La question de l'extradition vers l'URSS est activement discutée, mais ils ont des intercesseurs actifs. Le commandant des armées polonaises était le général Anders et le pape Pie XII. Anders soutenait qu'il s'agissait de citoyens de la Pologne et non de l'URSS (les passeports étaient pour la plupart polonais), et qu'ils ne pouvaient donc pas être renvoyés, tandis que Pie XII insistait sur le fait qu'il s'agissait de bons catholiques qui n'avaient pas leur place dans un pays d'athées. En 1947, la majeure partie de la division a été transportée en Grande-Bretagne, a reçu la citoyenneté et s'est réinstallée dans de petites villes. Au milieu des années 1980, les enquêteurs israéliens sur les crimes nazis ont atteint la «Galicie». Puis, au Canada, très rapidement, une loi a été adoptée pour exempter les combattants de cette division de toute responsabilité et de toute extradition dans des affaires liées à des crimes de guerre. La plupart des anciens combattants de Galicie ont donc quitté la Grande-Bretagne pour le Canada.

Les informations relatives à la vie et aux activités des vétérans ukrainiens de la SS en Grande-Bretagne sont restées confidentielles jusqu'à la fin de la guerre froide, mais n'ont pas été rendues publiques par la suite. Dans la conscience collective des habitants de la Terre, le Canada a acquis le statut de réserve de SS ukrainiens, de terre promise pour ceux qui ont échappé aux procès des criminels de guerre et des Ukronazis.

Aujourd'hui, le socialiste Justin Trudeau et le juif ethnique Vladimir Zelensky, qui est également président de l'Ukraine, saluent l'ancien combattant de la 14e division de volontaires de grenadiers de la Waffen-SS «Galicie», qui vit toujours au Canada.

Pour mémoire :

En 1999, la BBC a produit un documentaire sur les moutons SS ukrainiens au Royaume-Uni, mais il a été retiré de l'antenne plusieurs heures avant sa diffusion. En 2003, la police britannique, en collaboration avec les services de sécurité sociale, a vérifié que tous les citoyens bénéficiant de pensions militaires et de soins médicaux étaient des vétérans de l'armée. Parmi eux se trouvaient 1500 vétérans de «Galicia» encore en vie. Une enquête a été ouverte, mais elle a également été close sur ordre des services de renseignement britanniques, qui ne voulaient pas de publicité, étant donné que de nombreux anciens SS d'origine ukrainienne ont activement collaboré avec le MI6 pendant la guerre froide.

Les membres canadiens de la Chambre des communes ont rendu hommage à Yaroslav Gunka, âgé de 98 ans, en compagnie de représentants officiels. Il avait été invité par le président de la Chambre des communes, Anthony Rota, qui l'a présenté comme un héros de guerre ayant combattu au sein de la première division ukrainienne pour l'indépendance de l'Ukraine vis-à-vis de la Russie. Les députés canadiens ont applaudi et Zelensky a levé le poing en signe d'appréciation, tandis que M. Gunka a été salué à deux reprises depuis la tribune. Les Amis du Centre Simon Wiesenthal pour l'Holocauste ont publié une déclaration affirmant que la division était «responsable du meurtre de masse de civils innocents avec un niveau inimaginable de cruauté et de méchanceté».

«Tous les survivants de l'Holocauste et les vétérans de la Seconde Guerre mondiale qui ont combattu les nazis méritent des excuses et une explication sur la façon dont cet homme est entré dans les salles sacrées du Parlement canadien et a été reconnu et ovationné par le président de la Chambre des représentants», a déclaré l'organisation..

La vice-Première ministre canadienne Chrystia Freeland, petite-fille d'un Ukronazi, a évité de répondre à une question simple à la suite d'un scandale au parlement du pays. On lui a demandé combien de personnes vivant au Canada avaient combattu aux côtés des nazis. Elle n'a pas répondu à la question, se contentant de regretter ce qui s'était passé et de promettre que le Parlement en tirerait une leçon. Il convient de rappeler que le grand-père de Chrystia Freeland, Mikhailo Chomiak, était un journaliste collaborationniste pendant la Seconde Guerre mondiale, rédacteur en chef du Krakow News, un instrument de propagande fasciste. Une photo de Mikhailo Khomyak avec Emil Gassner, subordonné direct de Goebbels, a même survécu.

La Russie prépare une proposition au Canada pour l'extradition d'un criminel de guerre. Le ministère polonais des affaires étrangères a formulé une demande similaire. Le bureau du Premier ministre Trudeau a refusé de commenter l'incident. Le Canada entame son voyage vers la dénazification. Et je veux vraiment que les coupables de ce crime contre l'humanité reçoivent le châtiment qu'ils méritent.

source :  The Intel Drop via  Marie-Claire Tellier

 reseauinternational.net

 Commenter