09/02/2024 chroniquepalestine.com  22 min #242504

De Gaza à Jénine, nous devons résister au génocide culturel israélien

Le génocide dans Gaza est la continuation du colonialisme sioniste de peuplement

18 octobre 2023 - Les Palestiniens se précipitent pour aider les blessés après une frappe aérienne israélienne sur le quartier Az Zaitoun de la ville de Gaza. Beaucoup creusent dans les décombres des maisons détruites pour tenter de sauver les survivants. Les forces coloniales israéliennes continuent de bombarder l'enclave assiégée, tuant (à cette date) au moins 3200 Palestiniens et en blessant plus de 12 000 au cours des 12 derniers jours. Plus tard dans la journée, une autre frappe aérienne dans la même zone a touché l'hôpital Al-Ahli al-Arabi, qui était bondé de blessés des précédentes frappes israéliennes et de familles cherchant à s'abriter des bombardements incessants. Selon le ministère palestinien de la santé, l'attaque a tué au moins 500 personnes, principalement des femmes et des enfants. Les hôpitaux et les centres de santé manquent d'eau, de carburant, de médicaments et de lits et sont au bord de l'effondrement depuis que le régime colonial israélien a imposé un siège total à Gaza - Photo - Mohammed Zaanoun / Activestills

Par  Jamal Nabulsi

Le régime israélien commet actuellement un génocide contre les Palestiniens de Gaza, non seulement en bombardant sans discrimination les Palestiniens, mais aussi en  ciblant activement les infrastructures civiles essentielles, notamment les hôpitaux, les écoles, les universités, les camps de réfugiés et les immeubles d'habitation.

Ceux qui survivent aux bombardements sont loin d'être en sécurité, avec un accès très limité à l'eau potable, à la nourriture, à l'électricité et aux fournitures médicales les plus nécessaires.

Parallèlement aux efforts déployés pour affamer et massacrer les Palestiniens, le régime israélien s'efforce également d'expulser les Palestiniens de leur terre.

C'est ce qui ressort clairement des nombreuses déclarations de responsables et d'hommes politiques israéliens, ainsi que de documents ayant fait l'objet d'une fuite qui démontrent l'intention de «  transférer » (euphémisme pour nettoyage ethnique) les Palestiniens de Gaza vers l'Égypte ou au-delà - près des trois quarts d'entre eux étant déjà des réfugiés des précédentes guerres qu'Israël a menées contre les Palestiniens.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la punition collective permanente infligée par Israël à un peuple qui ose résister à sa colonisation et exprimer sa souveraineté autochtone sur la terre.

Cette analyse présente le génocide et le nettoyage ethnique des Palestiniens de Gaza par le régime israélien comme une continuation du projet colonial des colons sionistes. Il insiste sur le fait que si le massacre et l'expulsion actuels des Palestiniens par le régime israélien sont certainement odieux, ils ne constituent pas une aberration dans le contexte de plus de 75 ans de colonisation sioniste.

Pour ce faire, il souligne trois caractéristiques essentielles du colonialisme sioniste : 1) sa nature structurelle et permanente ; 2) son objectif d'éliminer le peuple palestinien ; 3) son recours à la fragmentation - à la fois de la terre et des personnes - comme stratégie clé dans la poursuite de cette élimination. C'est par ces tactiques, affirme l'analyse, que le projet sioniste cherche à éteindre de façon définitive la souveraineté autochtone palestinienne.

Le colonialisme sioniste de peuplement

Le sionisme a toujours été une idéologie coloniale - un fait qui a été déclaré explicitement par les architectes du sionisme. Par exemple, le dirigeant sioniste russe Ze'ev (alors Vladimir) Jabotinsky, qui a joué un rôle clé dans la colonisation de la Palestine, a  écrit en 1923 :

« Tout peuple indigène résistera aux colons étrangers tant qu'il aura l'espoir de se débarrasser du danger de la colonisation étrangère.
C'est ce que font les Arabes de Palestine et c'est ce qu'ils continueront à faire tant qu'il leur restera la moindre étincelle d'espoir de pouvoir empêcher la transformation de la 'Palestine' en 'Terre d'Israël'.
[...] La colonisation sioniste, même la plus restreinte, doit soit cesser, soit se poursuivre au mépris de la volonté de la population autochtone. »

L'idéologie coloniale du sionisme est imprégnée de racisme européen et présente de nombreuses similitudes avec le fantasme de la « destinée manifeste » des colons blancs. En discutant de la question de savoir si l'Argentine ou la Palestine devait être le lieu de la colonisation sioniste, le fondateur de l'Organisation sioniste, Theodor Herzl, a  affirmé que l'État juif en Palestine serait « une partie du rempart de l'Europe contre l'Asie, un avant-poste de la civilisation par opposition à la barbarie ».

Ce discours suprématiste blanc est alors largement exploité pour justifier la colonisation des terres palestiniennes et la violence inouïe qu'elle entraîne.

Les Palestiniens comprennent depuis longtemps la nature coloniale du sionisme. Dans son ouvrage de 1965 intitulé  Zionist Colonialism in Palestine, Fayez Sayegh dissèque avec précision le colonialisme sioniste en tant qu'idéologie et projet politique.

Plus tard, en 1976, Jamil Hilal articule avec concision la logique du  colonialisme de peuplement, distinct du colonialisme de prélèvement [ou d'exploitation] : « Les sionistes se sont efforcés non pas d'exploiter la population palestinienne indigène, mais de la déplacer ».

Des néo-nazis juifs, protégés par les soldats de l'occupation, reviennent provoquer les Palestiniens de Huwara au lendemain du pogrom, le 27 février 2023 - Photo : Oren Ziv

En s'appuyant sur cette théorie palestinienne, le colonialisme de peuplement sioniste doit être compris comme une structure permanente visant à éliminer les Palestiniens par la séparation forcée du peuple et de la terre, comme l'indiquent trois caractéristiques essentielles.

  • Premièrement, le colonialisme de peuplement sioniste, comme tous les autres projets coloniaux de peuplement, doit être compris comme une structure permanente, plutôt que comme un événement singulier. En d'autres termes, l'objectif fondamental du colonialisme de peuplement est d'enraciner la communauté des colons sur la terre colonisée de manière permanente.
  • Bien que cette idée ait été formulée de manière assez  détaillée dans la discipline universitaire des études sur le colonialisme de peuplement, le phénomène a longtemps été compris à travers la notion quotidienne palestinienne de la Nakba en tant que phénomène continu.
  • D'une part, cette théorisation quotidienne souligne que les effets de la Nakba de 1948 - au cours de laquelle plus de 780 000 Palestiniens ont été  ethniquement nettoyés de leur terre - continuent d'être ressentis aujourd'hui. À un niveau fondamental, tous les Palestiniens expulsés de force par les milices sionistes lors de la Nakba de 1948 continuent de se voir refuser le droit de retourner chez eux en Palestine.
  • D'autre part, la notion de Nakba en cours indique que le projet sioniste de nettoyage ethnique des Palestiniens de Palestine est un processus  qui se poursuit aujourd'hui : depuis 1948, environ deux tiers (9,17 millions) des quatorze millions de Palestiniens dans le monde sont aujourd'hui des personnes déplacées de force, qui se voient toutes refuser le droit de rentrer chez elles.
  • Deuxièmement, l'objectif principal du colonialisme sioniste est d'éliminer le peuple palestinien de la terre de Palestine. Cette élimination prend des formes très diverses, y compris, mais sans s'y limiter, le génocide et le nettoyage ethnique. L'élimination imposée par les colons sionistes prend souvent la forme d'un anéantissement physique des Palestiniens, ce qui est peut-être le plus flagrant.
  • En témoignent, par exemple, les massacres de Palestiniens perpétrés par les milices sionistes lors de la  Nakba de 1948, le massacre de  Sabra et Chatila en 1982, l'assaut israélien actuel et les quatre précédents sur Gaza, ainsi que les fréquents assassinats de Palestiniens par les soldats et la police paramilitaire israéliens (qui se produisent le plus souvent en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est).
  • L'élimination coloniale sioniste prend également d'innombrables formes plus insidieuses. Pour ne citer qu'un exemple, le régime israélien a tenté d' effacer l'identité même des Palestiniens vivant dans les territoires de 1948 - ceux qui vivent en tant que  citoyens de troisième classe d'Israël sur les terres palestiniennes occupées en 1948.
  • Israël cherche à dépalestiniser cette communauté par un large éventail de politiques, y compris la criminalisation des expressions de l'identité palestinienne, telles que l'affichage du drapeau palestinien ou la  commémoration de la Nakba.
  • Ces politiques vont de pair avec des décennies de tentatives d'endoctrinement sioniste dans les programmes scolaires et universitaires, ainsi qu'avec d'innombrables autres moyens d'obscurcir et de réécrire l'histoire de la Palestine.
  • Ces politiques sont comparables à celles d'autres colonies de peuplement, notamment les  systèmes de pensionnats au Canada et aux États-Unis, ainsi que les «  générations volées » dans la colonie australienne.
  • Troisièmement, une stratégie coloniale clé par laquelle Israël poursuit cette élimination est la  fragmentation de la Palestine et des Palestiniens. Cette fragmentation conduit en fin de compte à l'élimination, en travaillant à fracturer les Palestiniens pour ensuite les arracher à leur terre.
  • Comme l'élimination, la fragmentation prend un large  éventail de formes différentes. Elle permet, par exemple, de diviser la terre palestinienne, de fracturer les corps, de détruire les familles, de démanteler les institutions, de rompre l'espace, le  temps et la mémoire des Palestiniens, de briser l'identité individuelle et de briser la volonté de résistance.
  • Il ne s'agit pas de formes distinctes de fragmentation, car elles sont toutes intimement liées, avec des fissures et des déchirures qui s'étendent sur toute la vie des Palestiniens.
  • La  Nakba de 1948 a été un moment fondateur de la fragmentation de la Palestine. La colonisation par Israël de 78 % des terres palestiniennes a eu pour effet de séparer ces terres du reste de la Palestine, la Cisjordanie et Gaza, qui sont géographiquement isolées l'une de l'autre.
  • Lors de la  Naksa (le « recul ») de 1967, Israël a ensuite occupé militairement la Cisjordanie et Gaza (ainsi que des territoires en Syrie et en Égypte) - des occupations coloniales qui se poursuivent encore aujourd'hui.
  • À son tour, le peuple palestinien a été fragmenté entre ces trois territoires distincts et en exil, chaque fragment de Palestiniens vivant des réalités très différentes et étant confronté à diverses formes de violence coloniale israélienne.
  • En réunissant les trois caractéristiques clés du colonialisme sioniste décrites ci-dessus, le projet colonial sioniste, par son processus d'élimination et de fragmentation permanente, vise en fin de compte à éteindre la  souveraineté autochtone palestinienne. Cette souveraineté est une revendication incarnée d'une terre qui n'a jamais été cédée et qui est ancrée dans une présence autochtone palestinienne permanente qui précède et perdure l'État colonisateur israélien.
  • La  souveraineté autochtone prend inévitablement des formes distinctes pour les différents peuples autochtones. Mais ce que ces formes de souveraineté autochtone ont en commun, c'est qu'elles indexent toutes une revendication autochtone durable sur la terre, refusant la souveraineté étatique de la colonie de peuplement. [1]
  • Par ailleurs, l'indigénéité palestinienne ne repose pas sur la « preuve » de la continuation de pratiques culturelles particulières ou d'une certaine quantité de « sang autochtone ». Contrairement à la définition qu'en donne le droit international, l'indigénéité n'est pas un ensemble de critères à remplir, mais plutôt une relation politique à la structure du colonialisme de peuplement.
  • Dans la mesure où l'État colonisateur d'Israël cherche à chasser les Palestiniens de leur terre, les Palestiniens sont un peuple autochtone qui résiste à cette élimination.

Le présent colonial

En effet, nous entendons des échos du discours raciste des premiers sionistes dans le langage génocidaire des dirigeants israéliens d'aujourd'hui.

Alors que le régime israélien entamait son génocide actuel à Gaza, Benjamin Netanyahu a posté un message sur le compte officiel du Premier ministre israélien  sur X (avant de le supprimer par la suite) : « Il s'agit d'une lutte entre les enfants de la lumière et les enfants des ténèbres, entre l'humanité et la loi de la jungle. »

Le président israélien Issac Herzog a également  averti que la guerre contre Gaza était « destinée à sauver la civilisation occidentale » et que sans Israël, « l'Europe serait la prochaine ».

Cette rhétorique est un déjection de l'idéologie coloniale, qui cherche à justifier le génocide comme une bataille du « Bien contre le Mal ». En annonçant le plan israélien visant à punir collectivement les Palestiniens de Gaza en les privant de toutes les ressources nécessaires à la vie, le ministre israélien de la défense, Yoav Gallant, a  déclaré : « Il n'y aura pas d'électricité, pas de nourriture, pas d'eau, pas de carburant. Tout est fermé. Nous combattons des animaux humains et nous agissons en conséquence ».

Ce langage raciste et déshumanisant ouvre la voie au génocide et au nettoyage ethnique des Palestiniens par Israël.

L'occupant israélien s'acharne depuis des décennies contre les populations bédouines du Néguev, multipliant les déplacements forcés - Photo : Oren Ziv

La réalité de la Nakba en tant que processus continu n'a jamais été aussi claire qu'aujourd'hui. Depuis que l'armée israélienne a commencé son assaut sur Gaza, elle a tué plus de  26 000 Palestiniens et expulsé  1,9 million de personnes (plus de 80 % de la population de Gaza) de leurs maisons.

Les images qui nous parviennent de Gaza sont effroyables : un père serrant dans ses bras son enfant brûlé vif par le phosphore blanc, un enfant fouillant les décombres de sa maison dans l'espoir d'y trouver un seul membre de sa famille encore en vie.

L'impact humain du génocide est hors de toute compréhension. Les  images de flots de Palestiniens fuyant leurs maisons sous les tirs israéliens rappellent la Nakba de 1948, ainsi que d'autres grandes expulsions de Palestiniens. Nombre de ceux qui fuient actuellement la violence sioniste sont des descendants de Palestiniens ayant subi un nettoyage ethnique de leur terre en 1948.

Il s'agit là de l'élimination coloniale sioniste dans sa forme la plus brutale.

Tout comme les  massacres de Palestiniens perpétrés par Israël en 1948 allaient de pair avec le nettoyage ethnique, le génocide et le nettoyage ethnique perpétrés par Israël sont aujourd'hui des stratégies en tandem dans le projet sioniste d'élimination du peuple palestinien.

Après avoir expulsé la majorité des Palestiniens de leurs maisons à Gaza, Israël tente maintenant activement de nettoyer ethniquement les Palestiniens de Gaza. Dans un document  divulgué le 28 octobre, le ministère israélien du Renseignement recommande de procéder à un nettoyage ethnique des 2,3 millions de Palestiniens de Gaza et de les expulser définitivement vers la péninsule égyptienne du Sinaï.

Malgré les  refus répétés du gouvernement égyptien d'accepter un tel projet, les mesures prises jusqu'à présent par l'armée israélienne à Gaza reflètent les étapes décrites dans le document.

Les forces israéliennes ont expulsé les Palestiniens du nord de la bande de Gaza vers le sud, les bombardements et les tirs sur les Palestiniens en cours de route tournant en dérision leur affirmation selon laquelle ils évacuent des civils à des fins humanitaires.

Ils ont maintenant  commencé à expulser les Palestiniens de leurs maisons dans le sud de la bande de Gaza, ce qui fait craindre, de manière grave et trop crédible, qu'ils ne soient contraints de s'amasser à la frontière de Rafah, accentuant ainsi la pression sur l'Égypte.

Ce nettoyage ethnique est  préconisé non seulement par les ministères, mais aussi par d'éminents responsables politiques, des universitaires et des citoyens israéliens ordinaires. En définitive, c'est bien l'objectif fondamental du sionisme et de l'État israélien : expulser le peuple palestinien et s'emparer de sa terre.

Il est important de noter qu'Israël intensifie actuellement son nettoyage ethnique des Palestiniens de Cisjordanie, qui dure depuis des décennies. Enhardis par l'assaut génocidaire d'Israël sur Gaza et l'impunité internationale des crimes de guerre israéliens pendant cet assaut, nous assistons à une forte augmentation de la violence des colons israéliens en Cisjordanie, qui agissent avec le soutien total de l'armée israélienne pour terroriser les Palestiniens et les expulser de leurs foyers.

L'un des principaux moyens utilisés par Israël pour poursuivre ce nettoyage ethnique en Cisjordanie est la stratégie coloniale de fragmentation mentionnée plus haut. Israël a effectivement divisé la Cisjordanie en  227 enclaves distinctes, tout en isolant entièrement Jérusalem-Est du reste de la Cisjordanie.

Cet objectif est en partie atteint grâce au  mur de l'apartheid, long de 730 km, qui serpente à travers la Cisjordanie bien au-delà de la ligne verte de 1967, coupant les villes et les villages palestiniens en deux, séparant les agriculteurs de leurs terres et les communautés palestiniennes les unes des autres.

S'ajoutant à d'innombrables autres technologies israéliennes de fragmentation, ces outils coloniaux visent en fin de compte à rendre la vie invivable pour les Palestiniens de Cisjordanie, à les  chasser de leurs maisons pour que les colons israéliens puissent se les approprier.

À Gaza, nous observons une forme encore plus extrême de fragmentation coloniale, Israël cherchant à isoler systématiquement les Palestiniens du reste de la Palestine. Cet isolement géographique, social et politique s'est intensifié avec le blocus israélien imposé à Gaza après la  victoire électorale du Hamas en 2006.

En plus de faire pleuvoir la mort sur les Palestiniens de Gaza par des campagnes de bombardements intermittentes, et de restreindre fortement les mouvements de personnes à l'intérieur et à l'extérieur de Gaza, ce blocus entraîne des  restrictions sévères sur d'innombrables articles de la vie quotidienne dont les Palestiniens ont besoin, des lingettes pour bébés aux semences de plantes.

À la suite de l' opération du Hamas le 7 octobre et du bombardement de Gaza qui s'en est suivi, le régime israélien a largement coupé l'eau, la nourriture, l'électricité, le carburant et d'autres produits de première nécessité pour la vie à Gaza, ce qui a été décrit par divers experts comme un acte génocidaire.

En bref, Israël a  jeté les bases du génocide actuel à Gaza en imposant un blocus brutal pendant 17 ans, en plus de 56 ans d'occupation militaire, ce qui a eu pour effet d'isoler gravement Gaza du reste de la Palestine.

En isolant politiquement, socialement et géographiquement Gaza du reste de la Palestine, Israël cherche à découper de nouvelles terres palestiniennes qu'il pourra nettoyer ethniquement et s'approprier pour les intégrer dans l'État colonisateur.

Il ne s'agit pas d'une nouvelle stratégie, mais plutôt d'une stratégie parfaitement cohérente avec le projet sioniste et, plus généralement, avec les projets coloniaux, qui visent à diviser et à conquérir les peuples indigènes, à s'emparer de la terre et à éliminer la communauté autochtone.

Conclusion

Pour que les Palestiniens puissent vivre dans la liberté et la dignité, nous devons comprendre l'assaut actuel d'Israël sur Gaza comme la poursuite du projet colonial sioniste.

28 octobre 2023 - Environ 15 000 manifestants sont descendus dans les rues de Berlin en solidarité avec les Palestiniens et pour demander l'arrêt immédiat des bombardements israéliens dans la bande de Gaza. Des manifestations ont éclaté dans le monde entier depuis le début de l'attaque des forces coloniales israéliennes contre la bande de Gaza, à la suite de l'offensive de grande envergure menée par le Hamas le 7 octobre, au cours de laquelle 1400 Israéliens auraient été tués et environ 200 faits prisonniers. Dans la bande de Gaza, les bombardements israéliens incessants ont tué plus de 8500 Palestiniens, dont au moins 4000 enfants. Les manifestations pro-palestiniennes ont été interdites dans de nombreuses régions d'Allemagne, de même que les drapeaux palestiniens et le keffieh palestinien - Photo : Activestills

Cela signifie qu'il faut se débarrasser du  cadre toujours dominant d'un « conflit » impliquant « deux camps ». Propagé par le soi-disant processus de « paix » et ses diverses suites, ce cadre ne dissimule pas seulement les rapports de force coloniaux entre l'État d'Israël et le peuple palestinien, mais les soutient activement.

De la manière la plus évidente, Israël a constamment utilisé les négociations de paix comme un voile derrière lequel il peut intensifier son vol de terres palestiniennes. Par exemple, entre 1993 et 2000, au plus fort du processus de « paix », Israël a  doublé la population des colons israéliens sur les terres mêmes qui étaient censées devenir un État palestinien.

Au fond, le projet sioniste est expansionniste, et Israël ne fait même pas de grands efforts pour le cacher.

Depuis le début de l'actuel assaut génocidaire d'Israël contre Gaza, le mouvement mondial de solidarité avec la Palestine s'est développé de manière exponentielle, avec un  nombre record de personnes venues manifester pour la Palestine dans les villes du monde entier.

S'il est encourageant de voir des personnes du monde entier s'éveiller à la réalité brutale à laquelle sont confrontés les Palestiniens, les organisateurs du mouvement de solidarité reproduisent parfois le cadre problématique décrit ci-dessus, qui sert en fin de compte à soutenir la colonisation israélienne.

Plus précisément, le plaidoyer pour la Palestine qui se limite à mettre fin à l'occupation israélienne et/ou à l'apartheid ne reconnaît pas la cause profonde de la violence - le colonialisme de peuplement sioniste.

Dans les colonies de peuplement comme les États-Unis, le Canada et l'Australie, ainsi que dans les métropoles coloniales comme le Royaume-Uni, l'incapacité à reconnaître ce fait découle probablement de la propre complicité des militants dans les formes de colonisation qui y sont liées.

Pour parvenir à la justice et à la libération des Palestiniens, il est impératif de démanteler le projet colonial des colons sionistes qui, comme cela a été démontré, vise fondamentalement à éliminer le peuple palestinien et à éteindre sa souveraineté autochtone sur la terre de Palestine.

Face à cette colonisation dévastatrice, nous pouvons nous inspirer de ceux qui démontrent efficacement ce que signifie la solidarité.

L'Afrique du Sud a traduit Israël devant la Cour internationale de justice, l'accusant de crime de génocide. Les Houthis du Yémen ont  saisi des navires liés à Israël dans la mer Rouge, refusant de reculer face à l'agression menée par les États-Unis à leur encontre.

Des militants de la solidarité avec la Palestine  ont empêché des navires israéliens d'entrer dans des ports du monde entier, de San Francisco à Sydney.

Le  mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions dirigé par les Palestiniens est plus fort que jamais. Ce ne sont là que quelques exemples parmi d'autres qui plaident en faveur de la libération de la Palestine et qui reconnaissent la cause profonde de ses entraves : le colonialisme sioniste : le colonialisme sioniste.

Nous devons continuer à faire preuve de solidarité jusqu'à ce que les Palestiniens, ainsi que tous les peuples colonisés et autochtones, soient véritablement libres.

Note :

[1] Ma compréhension de la souveraineté autochtone doit beaucoup au leadership intellectuel de la professeure Chelsea Watego, originaire de Munanjahli et des îles de la mer du Sud, ainsi qu'à ses  publications. Je m'appuie également sur les  travaux d'Aileen Moreton-Robinson, professeur à Goenpul.

Auteur :  Jamal Nabulsi


* Jamal Nabulsi est un écrivain et chercheur palestinien de la diaspora, qui réside sur les terres de Jagera et de Turrbal. Il est professeur à l'école de sciences politiques et d'études internationales de l'université du Queensland, ainsi que membre du  Palestinian American Research Center et du  Palestinian Museum. Sa thèse de doctorat, intitulée « Affective Resistance : Feeling through everyday Palestinian struggle », a reçu le prix de la British International Studies Association pour la meilleure thèse de doctorat sur les émotions dans la politique et les relations internationales.

5 février 2024 -  Al-Shabaka - Traduction :  Chronique de Palestine - Lotfallah

 chroniquepalestine.com

 Commenter