31/05/2023 legrandsoir.info  5 min #229229

Le parti communiste vénézuélien dénonce le « faux congrès » d'une organisation parallèle

Ricardo VAZ

L'organisation de gauche a adopté une position de plus en plus critique ces dernières années à l'égard des politiques économiques du gouvernement.

Caracas, 22 mai 2023 (venezuelanalysis.com) - Le Parti communiste vénézuélien (PCV) a pointé du doigt la direction du Parti socialiste unifié (PSUV) au pouvoir pour une prétendue tentative de « détournement » de l'organisation.

« La direction du PSUV veut retirer au PCV son statut légal pour neutraliser son rôle dans les luttes sociales du pays », a  déclaré le secrétaire général du Parti communiste, Óscar Figuera, lors d'une conférence de presse samedi.

Le parti politique de gauche s'est attaqué à un « mouvement » qui se fait appeler « PCV patriotique » qui prétend avoir pour objectif de « sauver » l'organisation. Le mouvement affirme que la direction communiste actuelle est déconnectée de ses bases et devrait soutenir le gouvernement de Nicolás Maduro.

Le PCV a affirmé que le « PCV patriotique » est financé par le PSUV et ne contient aucun militant communiste. Il a dénoncé un « faux congrès » tenu dimanche à Caracas, affirmant que les personnalités qui ont dirigé l'activité n'ont aucun lien avec le parti. Il 𝕏 comprenait de membres d'autres groupes politiques vénézuéliens et de militants présumés du PSUV de l'État de Monagas.

Le PCV a également pointé du doigt l'implication de Diosdado Cabello en raison des déclarations répétées du vice-président du PSUV contre l'organisation dans son émission télévisée hebdomadaire. Dans un message vocal divulgué en ligne récemment, un membre de haut rang du PSUV, Jesús Faría, aurait demander à ses partisans de continuer à trouver des membres potentiels pour le « PCV alternatif ».

Bien qu'il n'y ait pas eu de déclaration d'intention officielle, les analystes affirment que le but de l'initiative « PCV patriotique » est de déposer une injonction auprès des autorités judiciaires pour exiger la possession des références légales et électorales du PCV. Dans un tel scénario, le Parti communiste ne pourrait pas présenter son propre candidat aux élections présidentielles de 2024.

« Indépendamment de ce qui se passe devant les tribunaux ou le Conseil électoral, le PCV est là pour rester », a ajouté M. Figuera dans son discours. Le Parti communiste a ratifié son comité central actuel et son programme politique lors de son congrès de novembre 2022.

La situation entourant le plus ancien parti politique du Venezuela a suscité des débats et des controverses sur les médias sociaux. Elle a également suscité des déclarations de  solidarité de la part d'un certain nombre de partis communistes et de partis ouvriers du monde entier.

Le commentateur chaviste de haut niveau, Luigino Bracci, a publié une  vidéo décrivant l'attaque « épouvantable » menée par un « secteur du PSUV » contre le PCV. Il a également critiqué l'utilisation présumée de ressources publiques pour les activités du « PCV patriotique », dont certaines se sont déroulées dans des salles de conférence d'hôtels cinq étoiles. Tout en précisant qu'il n'appartient à aucun groupe politique, M. Bracci a exhorté les dirigeants du PSUV et du PCV à « s'asseoir et à discuter de solutions » en faveur du peuple vénézuélien.

Le Parti communiste vénézuélien a participé pendant de nombreuses années au Grand pôle patriotique dirigé par le PSUV, qui présentait des listes unifiées lors des scrutins électoraux. Il a soutenu Maduro lors de ses deux victoires présidentielles, dont la plus récente remonte à mai 2018, lorsque le PCV et le PSUV ont signé un  accord établissant un certain nombre de priorités politiques.

Cependant, au cours des mois suivants, le PCV a dénoncé le fait que le gouvernement ne respectait pas l'accord et refusait d'entendre les demandes du parti.

Le gouvernement Maduro ayant adopté des politiques libérales pour tenter de relancer l'économie sous le coup de lourdes sanctions étasuniennes, les communistes vénézuéliens sont devenus de plus en plus critiques, jugeant les  mesures « anti-ouvrières » et favorisant le capital.

En 2020, le PCV a décidé de présenter des candidats indépendants aux élections législatives sous le nom d'Alternative populaire révolutionnaire ( APR), mais il a obtenu moins de 3 % des voix et n'a obtenu qu'un seul député à l'Assemblée nationale.

L'alliance dirigée par le PCV s'est présenté à nouveau aux «  méga-élections » régionales et locales de 2021, mais a obtenu des résultats tout aussi décevants. L'APR a accusé les autorités électorales de partialité et de persécution après qu'un certain nombre de ses candidats aient été empêchés de se présenter.

L'APR comprenait à l'origine d'autres partis chavistes tels que Homeland for All (PPT) et Tupamaro avant que des différends internes ne soient portés devant la Cour suprême vénézuélienne, qui a  accordé(9) le contrôle des partis et les accréditations électorales à des factions favorables au maintien d'une alliance avec le PSUV. Toutefois, contrairement à la controverse actuelle sur le PCV, ces contestations ont été portées par des militants de premier plan au sein de leurs partis respectifs.

»»  venezuelanalysis.com

 legrandsoir.info

 Commenter