Les causes de la guerre en Ukraine remontent à de nombreuses années avant Poutine

par Giacomo Gabellini

Source : DiariodelWeb &  ariannaeditrice.it

Dans cette interview avec DiariodelWeb.it, Giacomo Gabellini, auteur du livre 1991-2022. Ucraina. Il mondo al bivio (= "1991-2022. Ukraine, le monde à la croisée des chemins"), retrace les origines lointaines dans le temps du conflit.

propos recueillis par Fabrizio Corgnati

Le déclenchement officiel de la guerre en Ukraine remonte au 24 février, avec l'invasion de la Russie. Mais si l'on en est arrivé à cette escalade, c'est en vertu de causes qui s'accumulent depuis de nombreuses décennies, et qu'il faut comprendre en profondeur si l'on veut vraiment saisir les enjeux de ce conflit. Giacomo Gabellini, écrivain et chercheur sur les questions historiques, économiques et géopolitiques, a écrit à ce sujet dans son dernier livre "1991-2022". Ukraine, le monde à la croisée des chemins", publié par Arianna Editore, qu'il présente dans cet entretien avec DiariodelWeb.it.

Giacomo Gabellini, vous remontez loin dans le temps pour trouver les causes du conflit en Ukraine.

Il y a précisément un siècle, en 1922, lorsque Staline a été nommé commissaire des nations de l'Union soviétique. C'est à ce titre qu'il a commencé à concevoir un projet impérial. Il s'est rendu compte que pour maintenir ensemble un État aussi diversifié sur le plan ethnique, linguistique et confessionnel, il était nécessaire de renforcer le pouvoir central.

De quelle manière ?

En empêchant la création de groupes ethniques surpuissants au sein de chaque république fédérée. En flanquant les groupes ethniques majoritaires d'autres groupes tout aussi nombreux. Peut-être lié à la proximité des groupes ethniques dominants dans les républiques voisines.

En d'autres termes, empêcher la consolidation d'identités ethniques distinctes dans des nations individuelles ayant un sentiment d'appartenance.

Exactement. Soit par le déplacement de populations entières, soit par la modification continuelle des frontières. Ainsi, des groupes ethniques qui n'avaient pas grand-chose en commun se sont retrouvés à vivre avec un sentiment de méfiance mutuelle, dû à l'extranéité.

Cela ressemble un peu à la conception de la société mondialiste...

Oui, le plan était basé sur une idée similaire. Et l'Ukraine est l'un des exemples les plus flagrants, car les populations russes étaient intégrées dans la partie sud et est du pays. Plus tard, en 1954, Khrouchtchev a également annexé la Crimée, habitée principalement par des Russes, à l'État ukrainien.

En avançant de quelques décennies, Kiev s'est donc retrouvé à contrôler des morceaux de territoire qui n'avaient rien à voir avec la culture, la langue ou le sentiment d'appartenance ukrainiens.

L'Ukraine est un État très composite. Elle compte plusieurs groupes ethniques en son sein, dont, par exemple, les Polonais et les Hongrois, et ceux-ci ont rarement vécu en harmonie les uns avec les autres. Lorsque la situation économique se dégrade, ces vieilles rivalités ont tendance à refaire surface avec vigueur.

Quelqu'un a-t-il délibérément attisé les flammes de ces rivalités pour faire monter les tensions ?

Sans aucun doute. Déjà au lendemain de l'effondrement de l'URSS et de l'indépendance de l'Ukraine, un essai de Soljénitsyne soulignait comment les élites ukrainiennes tentaient progressivement de marginaliser la langue russe. Ce qui n'était pas une mince affaire, pour un pays qui comptait des millions et des millions de citoyens ne parlant que cette langue. Zelensky lui-même était russophone et a dû apprendre l'ukrainien. À partir de 2008, même l'ukrainien a été imposé par la loi comme seule langue officielle: un peu comme si dans notre Tyrol du Sud on décidait de n'imposer que l'italien.

Ces dernières années, cette épuration ethnique, que je ne sais comment définir autrement, a pris des contours encore plus violents.

Sans l'ombre d'un doute. Au fur et à mesure que le conflit s'aggrave, on assiste à un durcissement des mesures contre ces minorités. La fermeture des écoles, l'unification des chaînes de télévision par la loi martiale, l'érection de statues de personnages controversés de la Seconde Guerre mondiale, l'interdiction de dizaines de partis accusés de collaborer avec la Russie, y compris le principal bloc d'opposition, le Bloc pour la vie. Toutes ces mesures n'ont pas aidé à la coexistence, mais ont exacerbé les différences.

Mais les Ukrainiens ont-ils adopté cette stratégie de leur propre gré ou sous une certaine pression internationale ?

Une partie de la population ukrainienne, notamment dans la région de Lviv, est fortement nationaliste. Et ils s'inspirent des idées de personnes comme Stepan Bandera et Jaroslav Stec'ko, qui avaient collaboré avec les forces d'occupation allemandes dans les années 1940 et étaient responsables du massacre de dizaines de milliers de personnes. Lorsque l'Union soviétique est parvenue à vaincre les nazis, l'agence américaine OSS, dont les résidus ont donné naissance plus tard à la CIA, a pris soin d'offrir à ces personnages l'hospitalité aux États-Unis et en Allemagne de l'Ouest. Lorsque l'URSS s'est effondrée, la femme de Stec'ko est retournée en Ukraine et a fondé le parti nationaliste ukrainien, qui défendait les mêmes positions que son mari.

Vous êtes en train de me dire qu'il y a eu une aide active des États-Unis ?

Oui. Ce qui n'a pas seulement impliqué l'Ukraine mais aussi, comme on le sait, de nombreux hiérarques nazis et anticommunistes, recyclés par la suite en conseillers de dictatures militaires sud-américaines pro-US.

Pourquoi, dans le récit le plus répandu, cette responsabilité américaine disparaît-elle et seule celle de Poutine subsiste ?

Parce que les États alliés européens n'ont que formellement gagné la Seconde Guerre mondiale. Pour l'essentiel, ils étaient occupés par les États-Unis, politiquement, militairement et surtout en termes de renseignements. À partir de 1945, il y a eu un alignement plus ou moins rigide sur les États-Unis, en fonction des pays, qui se sont dégradés au niveau de colonies.

En d'autres termes, nous portons la version officielle américaine parce que nous sommes des succubes des États-Unis.

Oui, nous nous plions à leurs diktats et suivons leurs orientations stratégiques. Même lorsqu'ils entrent en conflit avec nos intérêts.

Comme c'est le cas avec cette guerre, pour laquelle on ne voit pas bien ce que nous avons à gagner.

Nous avons tout à perdre. En particulier, les économies manufacturières comme l'Allemagne et l'Italie ont besoin de matières premières bon marché pour maintenir la compétitivité de leurs produits. Ce que la Russie a garanti jusqu'à présent, notamment les hydrocarbures, auxquels nous devrons désormais renoncer. Dans le meilleur des cas, ces approvisionnements seront remplacés par du gaz de schiste américain, qui coûte beaucoup plus cher et pèsera sur le prix final des produits européens. Cela entraînera une perte de compétitivité et donc d'emplois.

Quel est le scénario le plus probable à ce stade : une escalade vers une guerre mondiale ou un atterrissage en douceur, avec un armistice ?

Arriver à un armistice aussi équitable que possible est certainement dans l'intérêt de l'Europe occidentale. Pas de ceux de l'Est, qui aspirent exactement au contraire: l'intention des États baltes et de la Pologne est d'infliger un coup éventuellement mortel à la Russie, de l'affaiblir et de la mettre en position de ne pas nuire.

Ce qui a très peu de chances d'arriver.

De mon point de vue, c'est absolument impossible. Quant aux États-Unis, ils n'ont aucun intérêt dans une solution pacifique. Leur perspective est de combattre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien, de creuser un fossé aussi infranchissable que possible entre elle et l'Europe occidentale. Dans la vision géopolitique anglo-américaine, l'objectif a toujours été de prévenir et de consolider les synergies politico-économiques de la puissance démographique et de la richesse matérielle russes avec la technologie occidentale.

Ce faisant, cependant, ils envoient la Russie dans les bras de la Chine. Ne s'agit-il pas d'une erreur stratégique ?

En effet, il existe des observateurs, tels que Henry Kissinger, qui ne peuvent certainement pas être soupçonnés d'être poutinistes...

.ou même pacifistes.

Exactement. Kissinger, disais-je, a répété ad nauseam que poursuivre dans cette voie ne fait que lier Moscou et Pékin dans une alliance stratégique structurelle, capable de créer un bloc économique gigantesque. Autour duquel des dizaines de pays de ce que l'on appelle le sud du monde ont tendance à graviter : l'Inde, le bloc Brics, les économies latino-américaines en plein essor comme le Mexique.

Les États-Unis continuent de considérer le monde comme bipolaire, dans la perspective de l'ancienne guerre froide, mais ne se rendent pas compte qu'il est aujourd'hui devenu multipolaire.

Le problème est justement là. Les apparatchiks américains ont grandi avec la logique de la guerre froide et ne peuvent concevoir autre chose. La Russie, à leurs yeux, ne peut en aucun cas être un allié potentiel. Elle reste un ennemi à vaincre, après quoi, à mon avis, leur dessein sera de passer à la Chine. Mais la position de Kissinger montre que même les élites américaines sont plutôt divisées sur l'approche à adopter.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter