29/11/2023 ismfrance.org  8 min #238261

Les États-Unis interviendront-ils pour sauver « Israël » avant qu'il ne soit trop tard ?

Robert Inlakesh, 28 novembre 2023. L'opération Al-Aqsa Flood a fait s'effondrer le programme politique de l'administration américaine Biden au Moyen-Orient, en plus de déchirer le rideau et de révéler le vrai visage de l'empire occidental. Il semble cependant que la résistance palestinienne ait déclenché autre chose, une pente glissante vers la désintégration totale de l'entité sioniste. Si Washington ne se comporte pas dans des limites rationnelles, il pourrait perdre son bébé en Asie occidentale.

Illustration Arwa Makki pour Al Mayadeen.

Le régime sioniste repose sur un certain nombre de piliers, dont le plus important est peut-être l'idée de « sécurité » pour ses habitants juifs. L'idée d'un lieu sûr pour le peuple juif, un lieu qui serait uniquement réservé au peuple juif et à personne d'autre, est l'une des motivations fondamentales de la construction du mouvement sioniste. Au fil des années, c'est pour cela que le régime sioniste est devenu un régime de militarisme absolu, il y a un culte de l'armée israélienne et une sorte de croyance aveugle qu'elle est « l'armée la plus morale » et qui pratique la « pureté des armes ». En ce qui concerne les preuves, d'après ce que cette armée a fait depuis le 7 octobre à Gaza [et depuis longtemps dans le territoire palestinien, ndt], on peut affirmer sans risque de se tromper qu'elle est peut-être l'armée la plus immorale du monde, une armée dont le rôle est de protéger un régime de colons de l'apartheid. Mais tenons-nous en au récit israélien pour l'instant.

L'attaque menée par le Hamas le 7 octobre a fait s'effondrer ce pilier de sécurité du régime sioniste. C'est essentiellement la preuve qu'un acteur non étatique, soumis à l'un des sièges militaires les plus intenses depuis 17 ans, peut systématiquement démanteler l'ensemble du secteur sud des défenses de l'armée israélienne. Pour les États-Unis, qui ont dépensé des milliards pour armer et promouvoir l'image de la force, arguant toujours du « droit d'Israël » à se défendre, il est extrêmement embarrassant que le régime sioniste se soit montré incapable d'empêcher une telle attaque. Pour les régimes arabes en voie de normalisation, l'opération Déluge d'Al-Aqsa est un signal d'alarme. Ce n'est pas seulement son projet en Afghanistan que Washington n'a pas réussi à protéger, l'image de son capital le plus précieux a été mis en lambeaux en l'espace de cinq heures.

Cependant, pour les Israéliens, l'attaque a touché une corde bien plus profonde, qui démontre quelque chose qu'ils n'ont pas encore été capables de concilier : ils ne seront jamais en sécurité en tant qu'occupants et oppresseurs.

Les médias israéliens et leur public tentent de justifier ce coup de trois manières : La première est par la confection d'un récit victimaire dans lequel ils se disent avoir été frappés par un événement comparable aux attentats du 11 septembre 2001, ou peut-être par la barbarie de Daesh. Cela nous amène à la deuxième justification, à savoir que l'armée israélienne s'efforce désormais d'obtenir une victoire écrasante, dans laquelle elle écrasera le Hamas et démantelera complètement toute la résistance palestinienne à Gaza et restaurera sa « capacité de dissuasion ». La troisième façon dont ils justifient ce qui s'est passé est de jouer au jeu du blâme et de pointer du doigt ceux qui se trouvent à l'autre bout du spectre politique.

Les manières mentionnées ci-dessus auxquelles les Israéliens ont recours pour expliquer ce qui s'est passé sont toutes enracinées dans la mythologie et le fantasme. En réalité, l'armée, les services de renseignement et l'establishment politique israéliens sont responsables de ce qui s'est passé le 7 octobre. Ce sont eux qui n'ont pas réussi à l'empêcher, ils ne l'ont pas vu venir, ils n'ont pas défendu leurs colonies et ont même ouvert le feu sur leur propre peuple. C'est le régime d'apartheid qui a enfermé 2,3 millions de personnes dans le camp de concentration appelé Gaza, puis a seulement apporté la réponse en bombardant périodiquement et sans discernement l'enclave côtière assiégée, toutes les quelques années. C'est ce régime qui a dit à ses colons qu'il écraserait le Hamas et arrêterait les tirs de roquettes lors de chaque attaque majeure sur Gaza, qui n'a pas réussi à le faire et a menti sur qui il a tué, ce qu'il a ciblé et à quel point il a réellement détérioré les capacités de la résistance palestinienne. À chaque étape, Washington a approuvé les actions et les décisions du régime sioniste. Lorsque la résistance a lancé son opération offensive, elle l'a fait après avoir menacé pendant des années les Israéliens de représailles pour leurs crimes, mais ils ont ignoré toute indication claire selon laquelle leur manque de stratégie allait leur exploser au visage.

Il est peu probable que le public israélien accepte vraiment la réalité de la situation à laquelle il est confronté, du moins dans un avenir proche, mais peut-être que le gouvernement américain le fera. Washington, Londres et Bruxelles se sont tous joints aux Israéliens pour approuver leur guerre génocidaire contre la population civile de Gaza, endossant tous les mensonges présentés pour dépeindre le régime sioniste comme une victime d'une « attaque terroriste » contre laquelle ils « ont le droit » de se défendre ». Pourtant, il est devenu tout à fait clair que le régime israélien cherche désormais à se venger purement et simplement de la population civile de Gaza, sans parvenir à infliger le moindre coup significatif à la résistance palestinienne.

Nous entendons tous les deux jours des déclarations contradictoires sortir de la bouche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et de son ministre de la Sécurité, Yoav Gallant. Ils ont dit au public que le siège du Hamas était situé à l'hôpital Al-Shifa et que les États-Unis étaient d'accord avec les rapports des services de renseignement israéliens concernant une présence similaire dans l'enceinte de l'hôpital. Après avoir commis des massacres de civils et pénétré sur le site, même la propagande israélienne n'a pas réussi à convaincre le monde de la présence réelle du Hamas, encore moins d'un centre de commandement et de contrôle. Nous apprenons désormais que la véritable base du Hamas est située à Khan Younis, dans le sud de Gaza, ce qui soulève la question de savoir pourquoi l'entité sioniste se concentrait si fortement sur le secteur nord de Gaza. Alors même que le régime israélien continue de dire aux Gazaouis de se diriger vers le sud, il les assassine régulièrement au hasard en chemin, puis commet des massacres dans le sud. Soit le régime sioniste ne peut pas contrôler ses soldats et leur soif de larguer des bombes sur des cibles civiles à Gaza, soit il auto-sabote volontairement son prétendu plan parce que les habitants du nord du territoire assiégé ne voient même pas l'intérêt de suivre les ordres des sionistes parce qu'ils savent qu'ils seront tués n'importe où et qu'aucune zone n'est sûre.

Les Israéliens ont alors accepté, sous la pression américaine, une trêve temporaire de quatre jours et un échange de prisonniers avec le Hamas, par l'intermédiaire de médiateurs qataris-égyptiens. Pour la première fois, une initiative à laquelle ils participaient permettait d'atteindre l'un des objectifs qu'ils s'étaient fixés depuis le début de la guerre : libérer leurs prisonniers. Le Hamas est toujours là et continue de porter des coups majeurs à l'armée israélienne 24 heures sur 24. Cependant, nous approchons bientôt d'un point de non-retour dans la guerre actuelle, un point que les États-Unis ont la capacité d'arrêter.

La perspective d'un conflit régional n'est plus une possibilité, elle est désormais une réalité. Des groupes de résistance régionaux, d'Irak, de Syrie, du Liban et du Yémen, mènent tous des opérations qualitatives contre des cibles israéliennes et américaines. Une partie de cette stratégie consiste à faire pression sur le président américain Joe Biden pour qu'il mette fin à l'agression israélienne contre la bande de Gaza, tout en soutenant de manière substantielle la résistance palestinienne dans sa lutte contre l'occupant. En réalité, un conflit régional à grande échelle porterait le plus grand préjudice au gouvernement des États-Unis et entraînerait inévitablement l'anéantissement militaire du régime israélien. Si les dirigeants sionistes actuels, qui s'efforcent de sauver leur carrière politique en arrachant un semblant de victoire, sont autorisés à continuer, il ne fait aucun doute que la guerre changera radicalement pour combattre toutes les tentatives de ces dirigeants.

Si le gouvernement israélien est déterminé à procéder à un nettoyage ethnique complet de la bande de Gaza, cela entraînera non seulement une résistance régionale, mais pourrait également faire échouer les relations de la Jordanie avec « Tel Aviv », tout en plaçant l'Égypte dans une position où elle devrait elle aussi agir. Il s'agirait sans aucun doute d'un désastre pour les décideurs politiques américains, mettant à mal des décennies de manœuvres politiques et d'habileté politique.

Afin d'éviter une telle escalade de la guerre, l'administration américaine Biden doit agir avec célérité et commencer à présenter des conclusions politiques, humanitaires et sécuritaires qui seront incluses dans un accord de cessez-le-feu global. Si cela ne se produit pas, alors s'en est fini de l'entité sioniste. Afin de sauver leur bébé [« Israël »], les États-Unis doivent accepter qu'il a été vaincu et que les jours de Benjamin Netanyahu sont révolus. Il devra faciliter sa chute et l'arrivée d'une nouvelle administration tout en garantissant que des concessions significatives soient accordées au peuple palestinien. Le Hamas a déjà gagné la guerre, plus vite les nations impérialistes l'accepteront, moins il y aura de pertes humaines.

Article original en anglais sur  Al-Mayadeen / Traduction MR


* Robert Inlakesh est un analyste politique, journaliste et réalisateur de documentaires actuellement basé à Londres, au Royaume-Uni. Il a rapporté et vécu dans les territoires palestiniens occupés et travaille actuellement avec Quds News et Press TV. Il est le réalisateur de Steal of the Century: Trump's Palestine-Israel Catastrophe . Suivez-le sur  Twitter.

 ismfrance.org

 Commenter