23/02/2024 2 articles legrandsoir.info  10 min #243426

les soldats israéliens pillent en masse les maisons de Gaza

Oren ZIV

Les soldats israéliens combattant à Gaza n'ont pas hésité à publier des vidéos sur les réseaux sociaux documentant joyeusement la destruction gratuite de bâtiments et l'humiliation des détenus palestiniens.

Certains de ces clips ont même été présentés lors de la présentation de l'Afrique du Sud devant la Cour internationale de Justice le mois dernier comme preuve du génocide. Mais il existe un autre crime de guerre facilement documenté par les soldats israéliens qui a suscité moins d'attention et de condamnation malgré sa prévalence : le pillage .

Sur la chaîne publique israélienne Kan, des soldats israéliens montrent un miroir qu'ils ont volé à Gaza (Capture d'écran)

En novembre, le chanteur palestinien Hamada Nasrallah a été choqué de découvrir sur TikTok un soldat jouant de la guitare que son père lui avait achetée 15 ans plus tôt. D'autres vidéos mises en ligne sur les réseaux sociaux ces derniers mois montrent des soldats israéliens se vantant d'avoir trouvé des montres-bracelets, déballant une collection de maillots de football de quelqu'un et volant des tapis, des produits d'épicerie et des bijoux.

Dans un groupe Facebook d'Israéliennes comptant près de 100 000 utilisatrices, une femme se demandait quoi faire des « cadeaux de Gaza » que son compagnon, un soldat, lui avait rapportés. Partageant une photo de produits cosmétiques, elle a écrit : « Ils sont tous fermés sauf un. Les utiliseriez-vous ? Et est-ce que quelqu'un connaît ces produits ou les trouve-t-on uniquement à Gaza ? »

En effet, depuis le début de l'invasion terrestre israélienne fin octobre, les soldats prennent tout ce qu'ils peuvent trouver dans les maisons des Palestiniens qui ont été contraints de fuir. Plus qu'un secret de Polichinelle, le phénomène a été largement rapporté – et sans critique – dans les médias israéliens, tandis que les rabbins du mouvement sioniste religieux ont répondu aux soldats qui demandaient ce qu'il est permis de piller selon la loi juive.

Les soldats qui reviennent des combats à Gaza ont confirmé au magazine  +972 et à  Local Call que le phénomène est omniprésent et que, pour la plupart, leurs commandants permettent qu'il se produise. « Les gens ont pris des choses – des tasses, des livres, chacun le souvenir qu'il voulait garder », a déclaré un soldat, qui a admis avoir lui-même emporté un « souvenir » d'un des centres médicaux occupés par l'armée.

Un autre soldat, qui a servi dans le nord et le centre de Gaza, a déclaré que les soldats « avaient pris des tapis, des couvertures et des ustensiles de cuisine », et a expliqué qu'il n'y avait eu aucun briefing à ce sujet de la part de l'armée, ni avant d'entrer sur le terrain, ni pendant qu'ils étaient sur le terrain. « Les commandants n'en ont pas parlé », a-t-il déclaré. « Tout le monde sait que les gens prennent les choses. C'est considéré comme drôle : les gens disent : « Envoyez-moi à La Haye ». Cela n'arrive pas en secret. Les commandants les ont vus, tout le monde le sait, et tout le monde s'en fiche. »

Le soldat a expliqué pourquoi le phénomène est si répandu : « Il y a quelque chose dans cette réalité où la maison est déjà [en ruines] qui permet de prendre une assiette ou un tapis. Dans l'une des opérations, dans une maison détruite, il y avait une armoire avec des ustensiles de cuisine anciens, des assiettes spéciales, des tasses spéciales. Malheureusement, je les ai vus être pillés. »

« [Les commandants] ne nous en ont pas vraiment parlé », a témoigné un autre soldat. « Ils n'ont pas dit qu'on ne pouvait pas prendre les choses. Et la plupart des gens ont ressenti le besoin d'emporter un souvenir. »

Le soldat a souligné que le pillage n'était pas un secret ; en fait, certains de leurs aînés le faisaient aussi. « Le sergent-major de la compagnie distribuait des livres d'étude du Coran qu'il trouvait et les donnait à qui en voulait », a-t-il déclaré. « Un autre soldat a pris un ensemble de tasses à café, un plateau de service et une cafetière. Une autre unité, que nous avons rencontrée au retour d'une tournée, avait amené une moto, comme les motos Nukhba [forces spéciales du Hamas]. L'un des militaires a déclaré que c'était la sienne. Ils [les soldats] parlaient de la réparer. »

Un autre soldat qui a servi à Gaza a déclaré à +972 et à Local Call que les soldats avaient emporté « des chapelets, des cuillères, des verres, des cafetières, des bijoux, des bagues. Ils prennent tout ce qui est facile et accessible. Pas tout, mais ils se sentaient comme les seigneurs du pays. » Il a également noté que « certains ont pris des cartes tirées des manuels scolaires pour enfants pour montrer comment on y enseigne ».

Contrairement aux autres témoins, ce militaire a déclaré qu'il était clair pour lui que le pillage était interdit. « D'après mon expérience, bien sûr, c'est un grand non non », a-t-il expliqué. « Ils ont souligné ce problème, mais personne ne supervise les réservistes. La chose la plus courante [à voler], ce sont les « souvenirs locaux » [c.-à-d. des objets typiquement palestiniens ou arabes]. Une fois, ils ont expulsé un soldat qui avait volé de l'argent. »

Le soldat a ajouté que lui et son équipe avaient tenté, avec plus ou moins de succès, de persuader d'autres soldats de laisser derrière eux les objets qu'ils avaient volés à Gaza. « Ils [les soldats] revenaient avec des choses ; nous leur avons dit qu'il valait mieux les laisser [à l'intérieur de la bande de Gaza, près de la clôture], qu'il valait mieux les jeter que les prendre. »

« Des ruines de Khan Younis, dans le style classique de Gaza »

Dans un communiqué cette semaine adressé aux commandants en charge des unités combattant à Gaza, le chef d'état-major de Tsahal, Herzi Halevi, a exhorté les soldats « à ne rien prendre qui ne nous appartient ». Mais cette lettre intervient après plusieurs mois au cours desquels les pillages sont devenus complètement monnaie courante.

Le phénomène est tellement normalisé que, dans un récent reportage de la chaîne de télévision publique israélienne Kan, des soldats ont présenté au journaliste Uri Levy un miroir qu'ils avaient ramené de Gaza. « Des ruines de Khan Younis, dans le style classique de Gaza », plaisante Levy, sans demander aux soldats où ils ont trouvé le miroir ni pourquoi ils l'ont volé. Dans une chronique sur Ynet, Nahum Barnea cite un soldat qui a déclaré avoir vu le pillage de « téléphones, aspirateurs, motos et vélos ».

La Treizième chaîne a également rendu compte du phénomène au début du mois. Cependant, plutôt que de le condamner, les présentateurs ont simplement souligné que les vidéos sont partagées dans le monde entier pour « faire honte » aux soldats israéliens. (Le reportage comprenait également une interview du soldat qui s'est filmé avec les montres-bracelets qu'il a trouvées dans une maison palestinienne, qui affirme ne pas les avoir volées : « Ils me voient tenir des montres, pas piller, rien... Je voulais montrer que les dirigeants du Hamas ont un niveau de vie élevé. »)

Un autre signe de l'ampleur du phénomène est le fait que les rabbins du mouvement sioniste religieux ont reçu des questions de soldats sur la question. Dans une séance de questions-réponses mise en ligne sur YouTube, le rabbin Yitzchak Sheilat de la yeshiva Ma'ale Adumim en Cisjordanie occupée a noté que le pillage est interdit.

« Il s'agit d'un problème très grave, à deux égards : en termes de halakha [loi juive] et de droit militaire », a-t-il déclaré. « La halacha autorise uniquement le pillage de la nourriture ou des denrées périssables à l'ennemi... il est strictement interdit de prendre des objets. Selon la halakha, tout le butin doit revenir au roi, c'est-à-dire au commandant de l'armée... Ce serait dommage que quelqu'un se fasse prendre et doive payer un lourd tribut. »

L'un des soldats a demandé au rabbin s'il était permis de prendre des objets dans une maison avant qu'elle ne soit démolie. « Il est interdit de prendre des choses », répondit Sheilat. « Ce que vous prenez doit être remis au chef d'état-major. » « Et si un commandant approuve la prise de choses pour la compagnie ? » demanda un soldat. « Non, c'est exactement le problème : il y a des commandants qui ne connaissent pas le droit militaire, ou qui ne veulent pas le savoir, et tout d'un coup, ils autorisent les gars [à faire] des choses qu'ils ne devraient pas permettre », a répondu Sheilat.

Cependant, le rabbin Shmuel Eliyahu, le grand rabbin de la ville de Safed, dans le nord du pays, a exprimé un point de vue différent sur la question dans sa propre séance de questions-réponses. Il a expliqué que parce que « les Arabes de Gaza ne respectent pas les conventions internationales, nous ne sommes obligés de respecter aucune des règles de la guerre. Néanmoins, nous sommes très prudents, car nous voulons préserver l'image de Dieu en nous. »

Il faut noter qu'en plus des pillages « indépendants » effectués par les soldats, il existe une unité spéciale dans l'armée israélienne dédiée à la saisie de l'argent et d'autres biens trouvés sur le champ de bataille. Jusqu'à présent, on sait que l'armée a saisi des dizaines de millions de shekels à Gaza, qui, selon elle, appartenaient au Hamas.

« Et vous mangerez les richesses de toutes les nations »

Parallèlement au pillage des biens des Palestiniens, les soldats israéliens mangent régulièrement la nourriture qu'ils trouvent dans les maisons abandonnées de Gaza. « Après deux ou trois semaines, les soldats utilisent tout ce qu'ils trouvent, le nettoient et le désinfectent », a déclaré un soldat à +972 et Local Call – même si, selon lui, les soldats ne sont pas censés utiliser la nourriture trouvée dans les maisons palestiniennes au cas où elle soit contaminée. D'autres ont déclaré qu'aucune instruction précise n'était donnée sur la manière de se comporter lorsqu'on séjournait dans des maisons, dont beaucoup sont incendiées ou explosées par l'armée une fois qu'elles ne sont plus utiles.

Dans un article récent de Haaretz, des soldats israéliens ont décrit leurs « expériences » de cuisine dans des maisons palestiniennes en utilisant les ingrédients qu'ils y ont trouvés. « La cuisine de Gaza, d'après ce que nous avons vu, est pleine d'épices », a déclaré un soldat dans l'article. « Dans chaque maison, vous trouverez beaucoup de mélanges façon ras el hanout. Il y a aussi beaucoup de lentilles, donc au début on faisait beaucoup de ragoûts. Chaque maison dans laquelle nous avons séjourné avait des olives fabriquées par [les Palestiniens], que nous avons goûtées. L'huile d'olive est également présente dans chaque maison, en gallons, et elle aide beaucoup à améliorer n'importe quel aliment. Ils ont aussi une excellente sauce épicée. »

« Parfois, vous rencontrez des choses particulières : tout d'un coup, il y a de l'ail, puis vous vous lancez à fond dans des pâtes aux tomates et à l'ail », a poursuivi le soldat. « Je suis aussi tombé sur cette sauce à la caroube que nous avons ajoutée au porridge et c'était délicieux. »

Le mois dernier, une lettre publiée par le rabbinat militaire a détaillé des instructions sur la façon de rester casher lors de l'utilisation de la nourriture et des ustensiles trouvés dans les maisons de Gaza. La lettre, signée par le rabbin Avishai Peretz, se termine par la directive biblique : « Et vous mangerez les richesses de toutes les nations. »

Le rabbin Sheilat a également abordé la question de savoir s'il est permis de manger de la nourriture trouvée dans les maisons palestiniennes dans ses questions-réponses. « En ce qui concerne les aliments non casher, il y a une différence entre ce qui se passe lorsque vous trouvez de la nourriture dans des maisons ennemies, où la loi dit que si vous trouvez de la nourriture que vous n'avez pas, et que vous voulez cette nourriture, même si elle n'est pas essentielle, par exemple des bonbons... il est permis de les manger sans se soucier de savoir si c'est casher ou non. »

Dans une déclaration à +972 et à Local Call, le porte-parole de Tsahal a déclaré : « Tsahal considère avec sévérité tout cas dans lequel des soldats agissent contrairement à l'esprit de Tsahal, y compris les cas de prise illégale de biens. Les commandants de Tsahal dans diverses unités mènent un dialogue permanent sur le sujet tout au long des combats. Chaque rapport reçu à ce sujet est examiné et traité individuellement. Dans les cas concernés, une enquête est ouverte par la police militaire et, dans certains cas, les suspects sont arrêtés à des fins d'interrogatoire. L'armée israélienne opère conformément au droit international et continuera de le faire. »

L'auteur : Oren Ziv est photojournaliste, reporter pour Local Call et membre fondateur du collectif de photographie Activestills

»»  ismfrance.org

 legrandsoir.info

 Commenter

Articles enfants
28/02/2024 mondialisation.ca  6 min #243747

les soldats israéliens pillent en masse les maisons de Gaza

Les soldats israéliens pillent massivement les maisons de Gaza

Par Al Mayadeen

Lors d'une émission à la TV israélienne Kan, des soldats ont montré au journaliste Uri Levy un miroir volé à Gaza. "Sorti des ruines de Khan Younis, du pur style gazaoui", a plaisanté le journaliste.

*

Selon la publication israélienne +972mag, les Forces d'occupation israéliennes (FOI) ont déclaré ouvertement que le pillage des maisons palestiniennes était devenu monnaie courante à Gaza.