Mort au Qi trop faible : Aldous Huxley et le nouveau principe d'Archimède

Peut-être que les hommes de génie sont les seuls vrais hommes. Dans toute l'histoire de la race, il n'y a eu que quelques milliers d'hommes réels. Et nous autres, que sommes-nous ? Animaux enseignables. Sans l'aide des vrais hommes, nous n'aurions presque rien découvert du tout... Il y a eu des nations entières de chiens, pensais-je ; des époques entières où aucun Homme n'est né. - Aldous Huxley

Novembre 2023 - Source  Nicolas Bonnal

Toute cette littérature prétend justifier le génocide en préparation voulu par les élites mondialistes milliardaires. L'eugénisme rejoint le transhumanisme : faire survivre seulement le riche-éduqué.

Aldous Huxley est comme on sait un prophète noir britannique qui a décrit et célébré (et non dénoncé, comme on croit à l'école) le cauchemar que nous allons vivre grâce aux gouvernements achetés et aux populations hébétées. Auteur d'une œuvre littéraire assez médiocre aussi, cet essayiste scientifique proche d'Harari à sa manière a annoncé la couleur (douleur) dans une nouvelle nommée "Le Jeune Archimède" que l'on pourrait résumer ici ainsi : si tu n'es pas Mozart ou Einstein, crève.

Pierre Bourdieu avait parlé pendant les crises des années 90 de ce racisme de l'intelligence, racisme qui a depuis gagné le cerveau de crétins comme notre ministre de l'économie.

Le narrateur séjourne en Italie repère un enfant surdoué (Harari sort aussi de ces écoles) ; et cela donne les réflexions suivantes :

J'ai pensé aux grandes différences entre les êtres humains. On classe les hommes selon la couleur de leurs yeux et de leurs cheveux, la forme de leur crâne. Ne serait-il pas plus judicieux de les diviser en espèces intellectuelles ? Il y aurait des fossés encore plus larges entre les types mentaux extrêmes qu'entre un Bochiman et un Scandinave. Cet enfant, pensais-je, quand il sera grand, sera pour moi, intellectuellement, ce qu'un homme est pour un chien. Et il y a d'autres hommes et femmes qui sont, peut-être, presque comme des chiens pour moi.

Donc il y a « les chiens et les Bochiman » qui à côté de Bill Gates ou d'Harari ne méritent pas de vivre (quand on voit comment Gates et Harari parlent ou écrivent l'anglais, on croit rire - mais passons). On continue ; seul le génie a droit à l'être et à l'âme :

Peut-être que les hommes de génie sont les seuls vrais hommes. Dans toute l'histoire de la race, il n'y a eu que quelques milliers d'hommes réels. Et nous autres, que sommes-nous ? Animaux enseignables. Sans l'aide des vrais hommes, nous n'aurions presque rien découvert du tout. Presque toutes les idées qui nous sont familières n'auraient jamais pu venir à des esprits comme le nôtre. Plantez les graines là-bas et elles pousseront ; mais nos esprits n'auraient jamais pu les générer spontanément.

Vaste prison de médiocres l'humanité doit son salut à une élite de cerveaux depuis réfugiés à Davos (lieu comme on sait de la Montagne magique de ThomaMann - livre à relire pour comprendre ce qui arrive à l'Europe). Le reste c'est des chiens, des kelbs comme on disait chez moi à La Goulette :

Il y a eu des nations entières de chiens, pensais-je ; des époques entières où aucun Homme n'est né. Des Égyptiens ternes, les Grecs ont pris une expérience grossière et des règles empiriques et ont fait des sciences. Plus de mille ans se sont écoulés avant qu'Archimède ait un successeur comparable. Il n'y a eu qu'un seul Bouddha, un seul Jésus, un seul Bach à notre connaissance, un seul Michel-Ange.

Huxley pleure la rareté des génies :

Est-ce par hasard, me demandais-je, qu'un Homme naît de temps en temps ? Qu'est-ce qui fait qu'une constellation entière d'entre eux naissent en même temps et sont issus d'un seul peuple ? Taine pensait que Léonard, Michel-Ange et Raphaël étaient nés à cette époque parce que le temps était venu pour les grands peintres et la scène italienne sympathique. Dans la bouche d'un Français rationaliste du XIXe siècle, la doctrine est étrangement mystique ; cela n'en est peut-être pas moins vrai. Mais qu'en est-il de ceux qui sont nés hors du temps ? Blake, par exemple. Qu'en est-il de ceux-là ?

Huxley passe ensuite aux généralités sur les enfants surdoués ; on croirait lire Rémy Chauvin que j'ai interviewé en 1992 - mais sur d'autres sujets plus amusants.

Je pensais à cet étrange talent distinct et séparé du reste de l'esprit, indépendant, presque, de l'expérience. Les enfants prodiges typiques sont musicaux et mathématiques ; les autres talents mûrissent lentement sous l'influence de l'expérience émotionnelle et de la croissance. Jusqu'à trente ans, Balzac ne fit preuve que d'incompétence ; mais à quatre ans, le jeune Mozart était déjà musicien, et certaines des œuvres les plus brillantes de Pascal ont été réalisées avant qu'il ne soit sorti de son adolescence.

Huxley devient éducateur de son enfant de chômeur :

Dans les semaines qui ont suivi, j'ai alterné les cours quotidiens de piano avec des cours de mathématiques. Des conseils plutôt que des leçons qu'ils étaient ; car je ne faisais que des suggestions, indiquais des méthodes, et laissais à l'enfant le soin d'élaborer les idées en détail. Ainsi je l'initiai à l'algèbre en lui montrant une autre preuve du théorème de Pythagore.

Il ne s'agit pas ici de contester l'enfance surdouée ou les Mozart : ils sont passés où d'ailleurs mon cher Huxley ? Et les Bruckner, et les Berlioz et les Mahler ? Ont-ils été trop vaccinés, comme le redoutait Rudolf Steiner (voir mon texte) ? Peut-on citer un seul compositeur, romancier ou même cinéaste de ce siècle de désastres ? Seuls les informaticiens des GAFAM sont tes surhommes ?

Guido était aussi enchanté par les rudiments de l'algèbre qu'il l'aurait été si je lui avais donné une machine fonctionnant à la vapeur, avec une lampe à alcool méthylique pour chauffer la chaudière ; plus enchanté, peut-être, car le moteur se serait cassé, et, restant toujours lui-même, aurait de toute façon perdu de son charme, tandis que les rudiments d'algèbre continuaient de croître et de fleurir dans son esprit avec une luxuriance indéfectible. Chaque jour, il faisait la découverte de quelque chose qui lui paraissait d'une beauté exquise ; le nouveau jouet était inépuisable dans ses potentialités.

Après évidemment le génie prend son air fatigué. Pensez à la gueule de Mathusalem de Bill Gates ou de golem raté de Schwab-Hariri. Fatigué de notre misère notre génie prend froid et meurt jeune :

C'était un été exceptionnellement chaud. Au début de juillet, notre petit Robin, peu habitué à ces températures élevées, commença à avoir l'air pâle et fatigué ; il était apathique, avait perdu l'appétit et l'énergie. Le médecin a conseillé l'air de la montagne. Nous avons décidé de passer les dix ou douze prochaines semaines en Suisse.

Ah, la Suisse, son pognon, ses montagnes magiques, ses coffres et son Davos ! Dostoïevski en a peur d'ailleurs. C'est dans l'Idiot (sic). On y reviendra.

 Nicolas Bonnal sur  Amazon.fr

Sources

naturalthinker.net
fr.wikipedia.org
 Nicolas Bonnal - Petits écrits libertariens : Contre le monstre froid

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter