Nouvelles d'Ukraine. Des tranchées marécageuses, des formations accélérées, un manque de munitions

Par  Moon of Alabama - Le 2 décembre 2022

Les reportages réalistes en provenance de la ligne de front ukrainienne sont rares. Hier, l'Express britannique a diffusé ce  reportage (à 7:30, également  ici) depuis Bakhmut / Artemovsk dans sa couverture en direct. On se demande comment cet article a pu échapper à la censure :

De la ligne de front de Bakhmut, « jonchée de cadavres«, des pertes « colossales«

Le commandant ukrainien du bataillon Svoboda, Petro Kuzyk, dont l'unité est l'une de celles qui tiennent Bakhmut, a déclaré que ses soldats vivent dans des tranchées pleines de cadavres, se battent dans des conditions de froid extrême et dans l'eau jusqu'aux genoux contre les attaques de la Russie.

« Je m'excuse de parler lentement, parce que j'ai très froid, cela me donne le vertige. J'ai maintenant quitté la ligne de front (depuis que j'ai été appelé). Je me réchauffe dans la voiture, je suis presque en train de m'endormir, parce que je n'ai pas dormi pendant tout ce temps. Ils ont chargé hier, assez sérieusement. Ils ont senti une faiblesse dans notre défense, car (je ne citerai pas les numéros des unités, pour ne pas gâcher leur honneur) il y a des unités qui sont moins motivées que les nôtres. Et hier, ils ont un peu affaibli notre défense dans la zone juste autour de Bakhmut. Certaines unités n'ont pas pu résister à cet assaut d'artillerie et ont battu en retraite.

C'est notre principe : nous, le bataillon Svoboda, ne battons pas en retraite. Et à cause de cela, nous nous sommes retrouvés dans une situation semi encerclée, et nous avions beaucoup de travail à faire. De plus, c'est un marécage plein de boue. Il est très difficile d'évacuer les blessés ou de livrer des munitions. Les tranchées se détériorent constamment, et dans ce marécage, elles doivent être constamment reconstruites. »

Il ajoute : « Aujourd'hui, c'est le premier jour sans pluie, mais hier et avant, quand elle tombait, toute l'eau coulait dans les tranchées. Et les bombardements étaient tels qu'il était impossible de sortir de la tranchée, donc les gars sont restés constamment mouillés pendant un jour ou deux. En plus, la température est comme ça. Beaucoup sont contusionnés, beaucoup ont une pneumonie. Mais nous tenons bon, et nous nous défendons. Je vois des jeunes gars debout, les dents serrées. J'aimerais vraiment que quelqu'un écrive sur leurs exploits, car peu de gens dans le pays sont au courant. »

Ce qui précède se lit comme un rapport sur Verdun.

-- Plus de détails extraits de la couverture d'Express Live (à 8:31) :

Biden envisage d'étendre la formation militaire fournit aux forces ukrainiennes

L'administration américaine envisage d'étendre le programme de formation militaire qu'elle fournit à l'Ukraine, notamment en formant jusqu'à 2 500 soldats ukrainiens par mois sur une base américaine en Allemagne.

Selon des responsables américains s'adressant à CNN, « dans le cadre du nouveau programme, les États-Unis commenceraient à former des groupes beaucoup plus importants de soldats ukrainiens à des tactiques de combat plus sophistiquées, notamment à la coordination des manœuvres d'infanterie avec le soutien de l'artillerie, une formation « beaucoup plus intense et complète » que celle que l'Ukraine a reçue en Pologne ou au Royaume-Uni, selon une source informée de la proposition«.

La proposition est toujours en cours d'examen.

Ce programme semble bizarre. S'il ne dure qu'un mois, il est impossible que les soldats apprennent des manœuvres coordonnées. On les apprend en connaissant et en expérimentant les doctrines de tous les éléments concernés - infanterie, chars, artillerie, approvisionnement, etc. Ce sont des cours de sergent ou d'officier qui prennent au moins 6 mois et généralement plus.

Le chiffre de 2 500 est également discutable. L'armée ukrainienne perd actuellement environ 400 hommes par jour. Cette formation ne mènera nul part avec de telles pertes.

-- Il y a une semaine, j'ai  décrit comment l'Ukraine arrivait en bout de course :

En dehors des HIMARS, l'artillerie de l'Ukraine est devenue inférieure, avec une portée moindre que les systèmes utilisés de l'autre côté. Il sera donc plus facile de la contrer. L'Ukraine manque également cruellement de munitions pour les quelques armes qui existent encore. Elle a perdu depuis longtemps la guerre de l'artillerie.

La guerre en Ukraine se déroule à un niveau industriel. Mais l' »Occident » et son mandataire ukrainien ne sont pas préparés à une  guerre industrielle.

Un autre  article de l'Express confirme cela (à 1:40)

L'Ukraine et les alliés de l'OTAN sont confrontés à un « problème majeur » dans le cadre de leur lutte acharnée contre les forces russes

Un général américain à la retraite a mis le doigt sur un « problème majeur » pour l'OTAN, l'Occident cherchant à répondre aux demandes de munitions alors que les combats en Ukraine continuent d'épuiser les stocks occidentaux.

Selon le colonel Cedric Leighton, de l'US Air Force, l'Ukraine consomme des munitions et des obus à un rythme plus rapide que celui que l'Occident peut maintenir.

L'ancien commandant estime que l'OTAN ne dispose pas de la base industrielle nécessaire pour remplacer les stocks épuisés et que l'Ukraine continue de demander des munitions à utiliser contre les forces russes.

Leighton a déclaré à CNN : « La base industrielle de défense de tous ces pays, les pays de l'OTAN en Europe ainsi que les États-Unis, n'est vraiment pas conçue pour ce type de guerre. L'Ukraine utilise des armes à un taux très élevé, elle utilise aussi des munitions dans le cadre de cette guerre. Ensuite, l'autre chose à laquelle nous sommes confrontés, c'est que les barils des différentes pièces d'artillerie sont surchauffés à cause de leur sur-utilisation. C'est donc un problème majeur pour les Ukrainiens et pour l'Occident, surtout si ce dernier veut continuer à aider les Ukrainiens à arrêter l'avancée des Russes. »

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter