Henry Kissinger décède à l'âge de 100 ans, Vladimir Poutine salue «un homme d'Etat sage et visionnaire»

Sur Kissinger

Andrea Marcigliano

Source:  electomagazine.it

Enfin, lui aussi est parti. Rien d'extraordinaire... cent ans, un siècle, c'est un exploit. Extraordinaire pour n'importe quel homme.

Pourtant, la nouvelle est annoncée avec un certain ton... de stupeur. Comme si elle n'était pas prévisible depuis un certain temps. En fait, on s'y attendait.

Bien sûr, les crocodiles (ndt: les articles nécrologiques préparés à l'avance dans le jargon de la presse italienne) étaient déjà prêts. Dans toutes les salles de rédaction. Depuis plus de vingt ans, périodiquement mis à jour. Parce que Superkraut, comme on l'a surnommé, non seulement n'a pas décidé de mourir, mais a continué à être actif. Intervenir sur la scène internationale. Faire entendre sa voix, avec un vague accent allemand.

Bref, aussi absurde que cela puisse paraître, il semblait immortel. Notamment parce que des générations entières ont vieilli en le voyant toujours là. Au sommet de la puissance américaine. Et de la puissance mondiale.

Même s'il n'occupait plus de fonctions officielles, il donnait l'impression d'une araignée géante. Au centre d'une immense toile.

Lucide, lucide jusqu'au bout. Il suffit de penser à ses déclarations sur la crise de Gaza. A la froideur avec laquelle il a su encore analyser l'impasse dans laquelle Netanyahu semble s'être fourvoyé.

Secrétaire d'Etat de deux présidents. Celui de Triky Dyk, Nixon, l'un des personnages les plus controversés et les plus contestables de l'histoire politique américaine. Puis de Gerald Ford. Un personnage bien terne.

Quoi qu'il en soit, le vrai président, au sens de celui qui prenait les décisions fondamentales, c'était lui. Henry Kissinger. Qui a sorti les État-Unis du bourbier du Viêt Nam, dans lequel ils s'étaient enfoncés avec Kennedy et surtout Johnson.

Cela lui a valu le prix Nobel de la paix. Et je crois qu'il a bien ri à l'annonce de ce prix. Avec beaucoup d'enthousiasme. Car il était tout sauf un homme de paix. Ou, pire, un pacifiste.

Froid, calculant les avantages et les inconvénients, il a abandonné toute l'Indochine aux mains des régimes communistes. Sans se soucier de la fin programmée des anciens alliés locaux, ou plutôt marionnettes locales.

Et pendant ce temps, il négocie avec la Chine de Mao. La politique du ping-pong. Là encore, un choix stratégique clairvoyant. Une Chine amie signifiait un affaiblissement croissant de l'URSS. Et puis, il a compris le gigantesque potentiel économique du colosse asiatique.

En Amérique du Sud, il a fait, littéralement, dans l'élevage des porcs. C'était son arrière-cour, et il était inutile d'y mettre le gant de velours.

Les Videlas, les Pinochets, c'était son truc.

"C'est un porc... mais c'est notre porc", aurait-il dit du général chilien.

Il a toujours veillé à ce que, plus que l'influence soviétique, une certaine fierté bolivarienne ne puisse être affirmée. Le danger était représenté par des phénomènes comme le péronisme. Et quelqu'un comme Castro était moins menaçant s'il était contrôlé par les Soviétiques.

Son idée de l'équilibre international repose sur des blocs. Sur des géants opposés. C'est la garantie d'un équilibre de la terreur. Le seul possible selon sa vision.

D'ailleurs, il est toujours resté sceptique face à l'idée d'une puissance mondiale unique que seraient les Etats-Unis. Trop épuisante. Et trop coûteuse. Mieux vaut adopter une politique "byzantine", jouant à brouiller les cartes, à diviser, à dresser les antagonistes potentiels les uns contre les autres.

Avec les Européens, il a toujours procédé de la même manière. Jouant, dans chaque pays, sur plusieurs tableaux. Avec les gouvernements pro-OTAN et, en même temps, avec les oppositions pro-soviétiques. Partout, il avait des hommes à lui. On connaît sa relation privilégiée avec Giorgio Napolitano (Giorgio, mon communiste préféré...). Qui l'a précédé de peu jusqu'à... eh bien là où ils ont dû finir tous les deux.

Encore une fois, plus que les "communistes", ce qui l'inquiétait, c'était les hommes politiques qui, depuis les positions de l'OTAN, avaient tendance à revendiquer une certaine autonomie politique pour leur pays.

Bref, des gens comme Andreotti, Moro, et plus tard Craxi, lui donnaient plus à réfléchir qu'un Berlinguer.

En fin de compte, ce texte peut sembler "crocodile", même s'il a été écrit alors que la clameur est maintenant passée et que les larmes (de crocodiles, en fait) sont déjà taries.

En réalité, il ne s'agit que de quelques petites notes dictées par des fragments de mémoire. Car depuis que je m'intéresse à la politique internationale, j'ai toujours vu Kissinger à l'avant-plan. Tissant ses intrigues. Faisant et surtout défaisant. Une sorte d'Arachné jouant les Pénélopes.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter