24/02/2024 chroniquepalestine.com  14 min #243497

De Gaza à Jénine, nous devons résister au génocide culturel israélien

Un « génocide culturel » ou l'anéantissement des trésors multi-civilisationnels de Gaza

12 février 2024 - Ce qui subsiste de la Grande Mosquée Omari, la plus grande et la plus ancienne mosquée du nord de Gaza - Photo : Omar El Qattaa

Par  Ibtisam Mahdi

La guerre d'Israël a ruiné des milliers d'années de riche patrimoine à Gaza, les experts palestiniens qualifiant cette destruction de génocide culturel.

Depuis le début des bombardements israéliens sur la bande de Gaza, d'innombrables trésors du patrimoine culturel palestinien ont été endommagés ou détruits.

Comme une  grande partie du reste de l'enclave assiégée, ces repères inestimables et bien-aimés de l'histoire de notre peuple - sites archéologiques, structures religieuses millénaires et musées abritant des collections anciennes - sont aujourd'hui en ruine.

Le patrimoine culturel est une composante essentielle de l'identité d'une nation et revêt une signification symbolique énorme, comme le reconnaissent et le protègent d'innombrables conventions, traités et organismes internationaux.

Pourtant, le  pilonnage de Gaza par Israël, qui en est à son cinquième mois, révèle un mépris cruel pour ces témoignages des milliers d'années de la riche histoire culturelle de Gaza, à tel point qu'il pourrait s'apparenter à un  génocide culturel.

Les chercheurs tentent désespérément de répertorier ces sites et de déterminer leur état actuel, mais ils ne parviennent pas à suivre le rythme du carnage.

Si la perte de vies humaines est la plus grande tragédie de toute guerre, la destruction par Israël du patrimoine culturel physique de Gaza poursuit à peu près le même objectif : l'effacement du peuple palestinien. En effet, de nombreuses personnes interrogées dans le cadre de cet article estiment que c'est précisément la raison pour laquelle ces sites sont pris pour cible.

Trésors nationaux

Hamdan Taha est un érudit et archéologue de renom, ancien directeur général du département palestinien des antiquités à Gaza. Dans une interview accordée au magazine +972 après avoir réussi à quitter la bande de Gaza, il a souligné le rôle historique et civilisationnel profond joué par la Palestine en général, et Gaza en particulier, malgré sa petite taille géographique.

« Gaza a été le témoin d'un brassage culturel où les civilisations se sont entrecroisées, donnant naissance à un patrimoine culturel riche et diversifié », a-t-il expliqué. M. Taha a notamment évoqué le  port de Gaza, qui a été pendant des siècles une plaque tournante du commerce méditerranéen et un lieu de ce multiculturalisme.

« Le patrimoine culturel reflète notre identité nationale », a-t-il poursuivi. « Il est le témoin des époques historiques et civilisationnelles que notre patrie a traversées. C'est un trésor national. »

Les ruines de Hammam al-Sammara - un bain séculaire dans le quartier Zeitoun de la ville de Gaza, le 12 février 2024 - Photo : Omar El Qattaa

Selon M. Taha, l'importance nationale de ces sites et leur potentiel pour attirer le tourisme et relancer l'économie de Gaza « ont conduit Israël à altérer intentionnellement des bâtiments historiques et archéologiques, dans le but d'effacer le lien entre la population de Gaza, sa terre et son histoire ».

Israël, a ajouté M. Taha, « veut déconnecter la population de Gaza de l'histoire de la terre, tout en essayant constamment de créer son propre récit et sa propre association avec l'endroit. »

Pendant la guerre de 2014 contre Gaza, Taha et d'autres archéologues ont formé un comité pour évaluer officiellement les dommages causés par les attaques d'Israël. Ils ont travaillé à la restauration et au recensement de toutes les antiquités de Gaza, en partie pour se préparer à de futurs bombardements. Cependant, l'ampleur de la guerre actuelle a eu raison de leurs efforts.

Compte tenu des bombardements incessants de la bande de Gaza depuis le 7 octobre, il est extrêmement difficile pour Taha et d'autres experts d'évaluer l'ampleur des dégâts, malgré les efforts des universitaires palestiniens et étrangers qui surveillent la situation à distance.

« La plupart des informations que nous obtenons proviennent de journalistes et d'individus qui capturent des scènes soit par hasard, soit en passant par le lieu en question », a-t-il expliqué. « Nous nous appuyons également sur les informations fournies par les habitants vivant à proximité des zones ciblées et sur les informations de dernière minute. D'après ces témoignages, il semble que les bombardements israéliens n'aient pas laissé grand-chose derrière eux. »

Il est difficile pour les experts de suivre l'évolution de la situation alors qu'ils sont pris pour cible.

Ismail al-Ghoul, qui réside actuellement dans la ville de Gaza et travaille pour Al Jazeera, est l'un des photojournalistes qui documentent ces ruines. Il a photographié les ruines de l'église byzantine, vieille de 1 600 ans, dans le quartier de Jabalia, ainsi que le Hammam al-Sammara, un établissement de bains vieux de plusieurs siècles, dans le quartier de Zeitoun.

« Le dernier bain historique de la bande de Gaza, dont l'histoire s'étend sur près de mille ans, est aujourd'hui en ruines », déplore-t-il. « La plupart des habitants de Gaza ont visité ce bain et ont vécu une expérience magnifique et inoubliable. Même les visiteurs de Gaza ont cherché à avoir un aperçu de ses célèbres propriétés curatives et thérapeutiques ».

Al-Ghoul a également photographié les ruines du  Qasr al-Basha (palais du Pacha), datant du XIIIe siècle, qui se distingue par la remarquable préservation de ses détails architecturaux. Plus de 90 % du palais a été détruit par les bombardements israéliens et les bulldozers qui ont suivi, ne laissant qu'une petite partie encore debout.

Malgré le dévouement de photojournalistes comme al-Ghoul, la guerre a empêché de documenter toute l'étendue des dégâts.

« Il est difficile pour les experts de suivre l'évolution de la situation alors qu'ils sont eux-mêmes en déplacement, qu'ils sont pris pour cible et qu'ils se déplacent continuellement d'un endroit à l'autre », explique M. Taha. « Nous avons perdu plus de 10 experts en antiquités, dont quatre archéologues. »

Parmi les autres sites du patrimoine qui ont été gravement endommagés, on trouve la  grande mosquée Omari, la plus grande et la plus ancienne du nord de la bande de Gaza, dont l'histoire remonte, selon certains témoignages, à 2 500 ans. La structure a été entièrement détruite, à l'exception de son minaret.

La grande mosquée Omari, la plus grande et la plus ancienne mosquée du nord de Gaza, avant sa destruction - Photo : Omar El Qattaa

La mosquée incarnait la richesse et la diversité de l'histoire de la bande de Gaza : à l'origine un ancien temple païen, elle a ensuite été transformée en église byzantine, puis en mosquée lors des conquêtes islamiques.

La mosquée Sayyed Hashim de la ville de Gaza a également été gravement endommagée. Située dans la vieille ville, la mosquée abritait la tombe de Hashim ibn Abd Manaf, le grand-père du prophète Mahomet, qui est si étroitement identifié à la ville que celle-ci est souvent appelée « Gaza de Hashim » dans la littérature palestinienne.

L' église Saint Porphyre, appelée localement « église orthodoxe grecque », qui, construite en 425 après J.-C., est l'une des plus anciennes églises du monde, a également été endommagée, et l'un des bâtiments situés à proximité de l'église a été complètement détruit.

Les dégâts à proximité de l'église Saint Porphyrius, appelée localement « église orthodoxe grecque », le 12 février 2024 - Photo : Omar El Qattaa

M. Taha a souligné que les dégâts ne se sont pas limités au seul nord de la bande de Gaza. Le  musée de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le seul musée de la région, a été entièrement détruit.

Le musée Al Qarara, près de Khan Younis, qui possédait une collection d'environ 3 000 objets datant des Cananéens, la civilisation de l'âge du bronze qui vivait à Gaza et dans une grande partie du Levant au deuxième siècle avant J.-C., a été gravement endommagé.

Le sanctuaire d'Al-Khader, dans la ville centrale de Deir al-Balah, qui revêt une importance particulière car il s'agit du premier et du plus ancien monastère chrétien construit en Palestine, a également été endommagé lors du bombardement d'une zone située à proximité.

Dans toute la bande de Gaza, Israël a endommagé et détruit des sites historiques séculaires ainsi que des sites affiliés à l'islam et au christianisme. Tout est visé.

Toute l'histoire de Gaza est sur le point de s'effondrer

Haneen Al-Amassi, chercheuse en archéologie et directrice exécutive de la fondation Eyes on Heritage, lancée l'année dernière, considère que la destruction des sites archéologiques fait partie d'une campagne plus large contre la vie des Palestiniens.

« Les sites archéologiques sont des preuves tangibles et physiques attestant du droit des Palestiniens à la terre de Palestine et de leur existence historique sur celle-ci, depuis l'âge de pierre jusqu'à nos jours », a-t-elle déclaré à +972. « La destruction de ces sites dans la bande de Gaza de manière aussi brutale et systématique est une tentative désespérée de l'armée d'occupation d'effacer les preuves du droit du peuple palestinien sur sa terre ».

M. Al-Amassi a énuméré de nombreuses pertes importantes. L'ancien port de Gaza, également connu sous le nom de port d'Anthedon ou d'Al-Balakhiya, qui remonte à 800 ans avant J.-C., a été détruit. Dar al-Saqqa (maison Al-Saqqa) dans le quartier de Shuja'iya, à l'est de la ville de Gaza, construite en 1661 et considérée comme le premier forum économique de Palestine, a également été gravement endommagée.

La destruction de ces monuments et sites archéologiques, a souligné Mme Al-Amassi, représente une perte importante pour le peuple palestinien, une perte qu'il sera difficile, voire impossible, de compenser.

« Il est impossible de restaurer ces monuments malgré les bombardements incessants », a-t-elle déclaré. « Et avec le silence honteux des acteurs internationaux, les bombardements sur les sites archéologiques de Gaza ne feront que se multiplier. Toute leur histoire et leur caractère sacré sont sur le point de s'effondrer ».

Même lorsqu'ils ne sont pas la cible principale des bombardements israéliens, les sites archéologiques continuent d'être gravement endommagés.

Al-Amassi a déploré le musée Khoudary, également connu sous le nom de Mat'haf al-Funduq (hôtel-musée) dans le nord de Gaza, qui abritait des milliers de pièces archéologiques uniques, dont certaines remontaient aux périodes cananéenne et grecque ; le musée a été considérablement endommagé par le bombardement de la  mosquée Khalid ibn al-Walid adjacente.

12 février 2024 - Le musée Khoudary, également connu sous le nom de Mat'haf al-Funduq (hôtel du musée) après le bombardement israélien de la zone - Photo : Omar El Qattaa

De même, le Khan d'Amir Younis al-Nawruzi, un fort historique construit en 1387 au centre de la ville méridionale de Khan Younis, a été endommagé par le bombardement du bâtiment municipal voisin.

Le  monastère de Saint Hilarion à Tell Umm el-Amr près de Deir al-Balah, qui date de plus de 1600 ans, et la maison Al-Ghussein de la ville de Gaza, un bâtiment historique datant de la fin de la période ottomane, ont également été endommagés lors du bombardement des zones voisines.

L' Observatoire Euro-Med des droits de l'homme, basé à Genève, a accusé Israël de « viser intentionnellement toutes les structures historiques de la bande de Gaza ».

Le ministère du tourisme et des antiquités de Gaza a fait la même déclaration dans un communiqué de presse publié fin décembre : « L'occupation commet délibérément un massacre contre les sites historiques et archéologiques de la vieille ville de Gaza, assassinant l'histoire et les traces des civilisations qui ont traversé la bande de Gaza pendant des milliers d'années. »

Ces destructions, ciblées ou non, constituent une violation de la  convention de La Haye de 1954, qui vise à protéger le patrimoine culturel en temps de paix comme en temps de guerre. M. Al-Amassi espère que l'Autorité palestinienne inclura ces violations dans sa  requête auprès de la Cour pénale internationale.

Une accélération brutale de pratiques anciennes

Comme l'ont souligné de nombreux chercheurs, les destructions en cours à Gaza s'inscrivent dans le droit fil des pratiques d'effacement et d'appropriation mises en œuvre de longue date par Israël. Eyad Salim, historien et chercheur en archéologie à Jérusalem, a énuméré plusieurs sites du patrimoine qui ont été détruits par les forces israéliennes depuis la Nakba de 1948.

« Dans les villages palestiniens détruits en 1948, les mosquées, les sanctuaires islamiques et les sites patrimoniaux ont été soit fermés, soit détruits, soit convertis en synagogues », a-t-il déclaré. « Il s'agit d'une question longue et complexe ».

D'autres exemples incluent la  destruction des quartiers Sharaf et Mughrabi de la vieille ville de Jérusalem au lendemain de la guerre de 1967 afin de créer une place devant le mur occidental, ainsi que de  nombreuses tombes de musulmans vertueux.

Le Mur occidental et le quartier des Maghrébins, détruit après la prise de la vieille ville de Jérusalem par Israël lors de la guerre de 1967, pris entre 1898 et 1946 - Photo : Département photo de la colonie américaine

Salim souligne que divers organismes publics - l'armée, l'Autorité des antiquités et l'Administration civile - ont tous joué un rôle dans cette destruction et cette appropriation.

« Pour mettre en œuvre son plan de construction de l'« État juif », Israël est confronté à des défis identitaires, géographiques et démographiques », poursuit-il. « Il s'attribue donc des villes, des villages, des sites urbains, la mode, la nourriture, l'artisanat et les industries traditionnelles [palestiniens], qu'il promeut dans les forums internationaux et qu'il utilise dans le cadre de son projet de judaïsation ».

Une grande partie de cet effacement se produit subtilement, en rendant simplement difficile la survie des institutions du patrimoine culturel palestinien.

C'est particulièrement évident à Jérusalem, a expliqué Salim, où la municipalité impose des taxes déraisonnablement élevées, surveille les institutions culturelles, demande arbitrairement des informations, bloque le financement, les menace de fermeture et interdit toute indication de soutien officiel du gouvernement palestinien aux institutions de Jérusalem.

Ce dont nous sommes actuellement témoins à Gaza, cependant, c'est d'une accélération brutale de l'effacement du patrimoine palestinien par Israël. La destruction rapide de nombreux sites précieux au cours des premières semaines de la guerre a rapidement suscité l'inquiétude des archéologues et des chercheurs du monde arabe.

Les 11 et 12 novembre, l'Égypte a accueilli la 26e  conférence internationale des archéologues arabes organisée par la Ligue arabe des archéologues, qui était axée sur la solidarité avec la population de Gaza.

La Palestine était représentée par Husam Abu Nasr, un historien de Gaza qui accompagnait sa mère pour un traitement médical en Égypte lorsque la guerre a éclaté. Abu Nasr a présenté un rapport sur les musées de la bande de Gaza qui avaient été endommagés jusqu'à ce moment de la guerre.

La Ligue a créé un fonds destiné à soutenir la reconstruction et la restauration de tous les sites et institutions du patrimoine, ainsi que de tous les établissements d'enseignement qui ont été détruits à Gaza. Elle a également promis de donner des conseils sur les efforts de restauration à la fin de la guerre.

« En ciblant les bâtiments et les sites historiques, les archéologues, les universitaires et les chercheurs, Israël cherche à effacer l'identité palestinienne, et en particulier l'identité gazaouie, et à la rendre dépourvue d'histoire et de civilisation », a déclaré M. Abu Nasr à +972. « Israël veut effacer notre mémoire nationale, promouvoir la distorsion des faits et lutter contre le récit palestinien ».

Ce faisant, a-t-il souligné, il s'agit d'une violation du droit international et du droit humanitaire.

Mettant en perspective la destruction du patrimoine de Gaza par Israël, M. Taha a souligné que « les vies humaines sont ce qu'il y a de plus important, et rien ne vient avant. Mais en même temps, la préservation et la protection du patrimoine et de la culture font partie intégrante de la protection du peuple et de son esprit. »

Les Palestiniens de Gaza, mais aussi l'humanité dans son ensemble, subiront une grande perte si Israël continue à détruire le patrimoine culturel de la bande de Gaza sans en subir les conséquences.

Auteur :  Ibtisam Mahdi

* Ibtisam Mahdi est une journaliste indépendante de Gaza, spécialisée dans les reportages sur les questions sociales, en particulier celles qui concernent les femmes et les enfants. Elle collabore également avec des organisations féministes de Gaza dans le domaine du reportage et de la communication.

17 février 2024 -  +972Mag - Traduction :  Chronique de Palestine - Éléa Asselineau

 chroniquepalestine.com

 Commenter

Se réfère à :

1 article