02/02/2023 arretsurinfo.ch  9min #223447

Un militant pacifiste condamné pour avoir critiqué la politique de guerre allemande en Ukraine

Heinrich Bücker lors de son discours à l'occasion du 81e anniversaire de l'attaque allemande contre l'Union soviétique [Photo by Screenshot AntikriegTV]

Par Justus Leicht

(Article paru en anglais le 1er février 2023)

Le tribunal de district de Berlin-Tiergarten a condamné en janvier le militant pacifiste Heinrich Bücker pour s'être exprimé en public contre la politique de guerre de l'Allemagne en Ukraine. Ce verdict constitue une énorme attaque contre les droits démocratiques fondamentaux que sont la liberté d'expression et la liberté de réunion. Il rappelle la persécution des antimilitaristes de la République de Weimar qui, comme Carl von Ossietzky, s'opposaient au réarmement de la Reichswehr (forces armées).

Bücker est membre de l'Association des persécutés du régime nazi/Ligue des antifascistes (VVN-BdA) et du Parti de gauche. Il dirige le COOP Anti-War Café à Berlin, où des événements antimilitaristes sont régulièrement organisés. Le 22 juin 2022, il a prononcé un discours au Mémorial soviétique dans le parc Treptow de Berlin à l'occasion du 81e anniversaire de l'invasion de l'Union soviétique par l'Allemagne nazie, dans lequel il a condamné la coopération des politiciens allemands avec les anciens collaborateurs nazis en Ukraine et exprimé qu'il comprenait les opinions du président russe.

En conséquence, le juge du tribunal local, Tobias Pollmann, a condamné Bücker à une amende de 2000 €, ou à 40 jours de prison. Son infraction pénale au titre de l'article 140 du Code pénal avait consisté à «approuver publiquement un crime d'agression (article 13 du Code pénal international) d'une manière susceptible de troubler la paix publique lors d'une réunion».

Le verdict a été rendu sous la forme d'une ordonnance de sanction sommaire, qui ne prévoit pas d'audition du défendeur ni d'interrogation des témoins. Le défendeur peut faire appel dans les deux semaines suivant l'émission de l'ordonnance de sanction, ce que Bücker aurait fait. S'il ne l'avait pas fait, l'ordonnance de sanction est considérée comme un jugement définitif, et les recours contre celle-ci ne sont alors plus possibles.

L'ordonnance de sanction indique que Bücker, dans son discours, a approuvé «l'invasion de l'Ukraine par la Russie en violation du droit international, dont vous connaissiez l'illégalité.» Pour prouver cela, un paragraphe plus long du discours est cité, dont le libellé complet est documenté  ici (en allemand).

Dans le paragraphe cité, Bücker s'oppose à la coopération avec les forces d'extrême droite en Ukraine:

Il est incompréhensible pour moi que les politiciens allemands soutiennent à nouveau les mêmes idéologies russophobes sur la base desquelles le Reich [nazi] allemand a trouvé des collaborateurs complaisants en 1941, avec lesquels ils ont étroitement coopéré et commis ensemble des meurtres. Tous les Allemands décents devraient rejeter toute coopération avec ces forces en Ukraine, compte tenu de l'histoire allemande, de l'histoire de millions de Juifs assassinés et de millions et de millions de citoyens soviétiques assassinés pendant la Seconde Guerre mondiale. Nous devons également rejeter avec véhémence la rhétorique de guerre émanant de ces forces en Ukraine. En tant qu'Allemands, nous ne devons plus jamais être impliqués dans une quelconque forme de guerre contre la Russie. Nous devons nous unir et nous opposer ensemble à cette folie.

Dans ce contexte, il a appelé à reconnaître le point de vue de la Russie:

Nous devons ouvertement et honnêtement essayer de comprendre les raisons russes de l'opération militaire spéciale en Ukraine et pourquoi la grande majorité de la population russe soutient son gouvernement et son président dans cette opération. Personnellement, je veux et je peux comprendre le point de vue de la Russie et celui du président russe Vladimir Poutine. Je ne me méfie pas de la Russie, car le renoncement à la vengeance contre les Allemands et l'Allemagne a déterminé la politique soviétique et ensuite aussi la politique de la Russie depuis 1945.

Comment et pourquoi Bücker est ainsi «d'accord» avec l'invasion russe, le tribunal de grande instance de Berlin ne l'a aucunement précisé. La demande de comprendre les raisons de quelque chose est tout à fait différente du consentement. Sinon, le travail des évaluateurs psychiatriques serait aussi impossible que celui des historiens, des sociologues, des médiateurs ou même des enquêteurs de police. Tout effort pour comprendre les actions d'autrui serait considéré comme de la complicité.

Parce que l'article 140 du Code pénal empiète gravement sur le droit fondamental à la liberté d'expression prévu par l'article 5 de la Constitution, la Cour suprême a fixé des normes élevées dans sa jurisprudence. La sanction d'une déclaration est déjà illégale si «l'interprétation qui a conduit à la condamnation a été prise comme base sans que d'autres interprétations tout aussi possibles aient été exclues avec des raisons convaincantes». Ce faisant, les tribunaux doivent également prendre en compte «le contexte et les autres circonstances entourant la déclaration, sur la base de sa formulation.»

Le contexte dans lequel Bücker s'est exprimé a été admis par le tribunal de district lui-même: lors d'une manifestation commémorative de la guerre d'extermination contre l'Union soviétique, il s'est opposé à une nouvelle guerre de l'Allemagne contre la Russie et au soutien d'un régime qui ne cachait guère sa place dans la tradition des alliés ukrainiens d'Hitler à l'époque.

Le  Rada, le parlement ukrainien, a démontré qu'il ne s'agissait pas d'une exagération quelques jours avant que le juge Pohlmann ne signe son ordonnance de condamnation.

À l'occasion de l'anniversaire du meurtrier fasciste Stepan Bandera, le Rada a publié une photo de Valery Salushnyi, le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, sous un portrait de Bandera. Bandera aurait déclaré: «La victoire complète et finale du nationalisme ukrainien ne sera remportée que lorsque l'empire russe n'existera plus.» Le Rada a ajouté: «Nous nous battons actuellement contre l'empire russe. Et les directives de Stepan Bandera sont bien connues du commandant en chef des forces armées.»

Depuis le début de la guerre, le gouvernement allemand affirme avoir soutenu l'Ukraine par des livraisons d'armes d'une valeur de 2 milliards d'euros. Un autre montant de 2,2 milliards d'euros est déjà fermement prévu pour 2023. Dans les médias et dans le discours officiel, toute critique de cette politique de guerre est étouffée. Même l'appel à un règlement négocié est considéré comme une trahison.

Dans ce contexte, dans un passage non cité par la Cour, Bücker a déclaré: «Toutes les relations amicales [entre l'Allemagne et la Russie] qui ont été construites au prix de grands efforts risquent maintenant d'être rompues, voire potentiellement détruites». Et il a appelé à «défendre un voisinage prospère, raisonnable et pacifique avec la Russie en Europe.»

Le tribunal de district a condamné Bücker pour avoir prôné la paix avec la Russie et s'être opposé au soutien du régime de droite anti-russe en Ukraine. Seuls les juges et les procureurs allemands pouvaient déduire de ces paroles qu'il approuve une guerre d'agression russe.

Outre l'«approbation» d'un crime, une condamnation au titre de l'article 140 du Code pénal exige également qu'il soit «susceptible de troubler la paix publique». Le tribunal de district a raisonné dans un langage alambiqué et à peine compréhensible pour l'expliquer:

Votre discours est susceptible - comme vous l'acceptez en tout cas - d'ébranler la confiance dans l'État de droit et d'enflammer le climat psychologique au sein de la population, compte tenu des conséquences considérables que la guerre aura également pour l'Allemagne, des menaces des dirigeants russes à l'encontre de l'Allemagne en tant que membre de l'OTAN en cas de soutien à l'Ukraine, et surtout de la présence de centaines de milliers de personnes originaires d'Ukraine qui ont trouvé refuge en Allemagne.

Traduit en langage compréhensible, cela signifie que toute personne qui critique la politique de guerre allemande ébranle la confiance dans l'État et agite la population. C'est pourquoi elle doit être punie.

Accuser Bücker de «troubler la paix publique» est évidemment absurde. Dans son discours, il a encouragé la coexistence pacifique avec la Russie et mis en garde contre la réhabilitation des idées fascistes.

Le WSWS et le Sozialistische Gleichheitspartei rejettent catégoriquement la guerre que l'Allemagne et l'OTAN mènent contre la Russie en Ukraine. Nous n'avons aucune sympathie pour le régime de Poutine, qui représente les intérêts des oligarques russes et se fonde sur les traditions les plus réactionnaires du nationalisme russe.

Mais ce n'est pas le but du verdict contre Bücker. Il vise plutôt à intimider et à faire taire toute opposition et toute protestation contre le militarisme allemand. Il suffit de s'opposer à la diabolisation d'une nation qui vient d'être désignée comme ennemie et de prôner la «compréhension» et le «voisinage pacifique» pour s'exposer à des poursuites. La condamnation doit donc être rejetée.

L'ordonnance pénale contre Bücker s'ajoute à des attaques toujours plus récentes contre les droits démocratiques. À Berlin, le 8 mai de l'année dernière, jour de la libération du fascisme, la police a interdit l'affichage du drapeau soviétique - sous lequel, notamment, Auschwitz a été libéré - sur les monuments soviétiques.

Cette interdiction a été suivie de peu par une interdiction de toute manifestation palestinienne le jour de la Nakba. Quelques mois plus tard, le Bundestag (parlement fédéral) a renforcé le paragraphe sur l'incitation du peuple; désormais, quiconque met en doute les crimes de guerre présumés commis par un pays qui vient d'être diabolisé s'expose à des sanctions.

Le tribunal administratif de Berlin et le tribunal administratif supérieur ont donné leur aval au fait que le SGP est espionné par l'Office pour la protection de la Constitution, comme on appelle l'agence de renseignement intérieure de l'Allemagne, et calomnié comme «extrémiste de gauche» parce qu'il plaide «pour une société démocratique, égalitaire et socialiste».

Le SGP a déclaré la guerre à cette attaque contre les droits démocratiques et a déposé une  plainte constitutionnelle contre ces décisions scandaleuses. C'est «de la plus haute importance politique», a souligné le SGP, «car le gouvernement et les tribunaux veulent faire un exemple du SGP. Face à la guerre par procuration que le gouvernement allemand mène contre la Russie, au réarmement le plus important depuis Hitler et aux attaques féroces contre les travailleurs par une inflation galopante, le vol des salaires et les licenciements massifs, l'objectif est de faire taire quiconque s'élève contre cette politique de classe agressive ou même l'appelle par son nom.»

Ceci est maintenant confirmé par l'action contre Bücker.

Justus Leicht

Source:  wsws.org

 arretsurinfo.ch

 Commenter