29/05/2024 euro-synergies.hautetfort.com  5 min #249499

Une lettre ouverte du Prof. Mattias Desmet à ses concitoyens

Une lettre ouverte du Prof. Mattias Desmet à ses concitoyens

Chers amis,
chers critiques de la première heure,
c'est bientôt la période des élections - un bon moment pour annoncer que je rejoindrai mon collègue professeur Tijl De Bie pour une conversation publique sur la science, la technologie et le déracinement. Le sujet est d'actualité et l'organisateur de la soirée controversé : Feniks. Comme vous le savez, Feniks est enterré sous des qualificatifs peu attrayants tels que « fasciste » et « extrême droite » et associé au groupe activiste "Schild en Vrienden".  

Le Prof. Tijl De Bie

J'ai essuyé des réactions furieuses ces derniers mois parce que j'avais osé mentionner l'ancien député VB Dries Van Langenhove dans un post Facebook sans le diaboliser immédiatement dans la même phrase. J'avais même osé suggérer qu'il devrait être jugé avec la même objectivité que n'importe quel autre être humain. La semaine qui a suivi ces réponses furieuses, j'ai contacté Feniks pour lui dire que je souhaitais accepter une invitation à venir donner une conférence chez eux.  

Chaque fois que je parle de « l'extrême droite » à des personnes qui se qualifient de « gauchistes », je les entends toujours adopter la même position : nous ne parlons jamais de cela, vous ne pouvez pas être tolérant envers les intolérants. Cela me rappelle les Belangers flamands, de l'autre bord, qui disent qu'ils ne peuvent pas être tolérants à l'égard d'une religion intolérante comme l'islam. Je dirais : ouvrez tous les yeux, l'intolérance envers l'intolérance est tout simplement de l'intolérance (dixit Rowan Atkinson).  

Suis-je en train de proclamer ici que nous devrions être tolérants à l'égard de tout et à tout moment ? Certainement pas. Cette idée est l'une des distorsions véhiculée par notre culture (politique). Nous ne devrions pas être tolérants à l'égard de toutes sortes de manifestations de haine, en nous-mêmes et chez les autres, à gauche et à droite de l'échiquier politique.  

L'idée est la suivante : nous ne devons pas laisser l'intolérance de l'intolérance aller jusqu'à déshumaniser l'Autre, posé comme "intolérant". Cela vaut pour l'attitude de l'islam à l'égard des autres religions, pour l'attitude de la droite à l'égard de l'islam, pour l'attitude de la gauche à l'égard de l'extrême droite. Ceux qui condamnent trop fermement la haine de l'autre oublient généralement leur propre haine. Il faut parfois attendre six heures du matin et une longue série de pintes ingurgitées pour s'en rendre compte.  

Nous devons toujours laisser un petit espace ouvert dans lequel nous continuons à considérer l'autre haineux comme un être humain. Refuser de partager des mots avec un être humain, c'est ne pas reconnaître cet être humain comme tel. Et nous fermons également le canal par lequel une désintoxication de la société peut se produire. Les conversations ouvertes et humanisantes évacuent les affects toxiques telle la haine. Le fait que même certains psychologues ne comprennent plus cela montre à quel point notre culture s'est enfoncée dans un épais brouillard.  

Les Indiens nous donnent une bonne leçon à cet égard. Lisez « The Dawn of Everything » de Graeber et Wengrow - les Indiens ont réussi à organiser une société dans laquelle presque aucun pouvoir n'était utilisé. Comment ont-ils fait ? En consacrant des heures et des heures chaque semaine à des conversations publiques humanisantes. Même les crimes graves, comme les meurtres, étaient abordés de cette manière : des heures et des heures, des semaines et des semaines étaient consacrées à parler à toutes les parties impliquées. En fin de compte, il n'était généralement même pas nécessaire de punir pour guérir la société de ses traumatismes et restaurer les liens humains.  

En lisant cela dans le livre de Graeber, tout ce que j'ai pensé, c'est ceci : pauvre, pauvre société éclairée, politiquement correcte. Extrémistes, fascistes, anti-vaxxers, extrémistes anti-gouvernement, théoriciens de la conspiration,... la liste des stigmates et des personnes à qui vous ne pouvez plus parler devient interminable dans notre culture « progressiste » et « inclusive ».  

Quoi qu'il en soit, je pourrais continuer ainsi pendant un certain temps, mais je ne vais pas le faire maintenant. Je vais conclure ce billet - que je pourrais rendre beaucoup, beaucoup plus long - par l'appel suivant, adressé à tous mes amis musulmans sur cette page : venez à la conférence organisée par Feniks. Si l'un d'entre vous n'est pas le bienvenu - ce à quoi je ne m'attends pas - cela signifie pour moi que je ne suis pas le bienvenu non plus. Je suis sérieux : venez à cet événement. Nous allons montrer qu'il est possible de parler et que les préjugés mutuels peuvent être mis de côté, au moins temporairement.  

L'émergence d'une prise de conscience que nous sommes tous des êtres humains, que nous sommes tous sensibles à la haine et au mal, et que nous ne devrions jamais nous élever au-dessus d'un autre être humain au point de ne plus vouloir lui parler, est plus importante que le parti politique qui gagnera les élections la semaine prochaine. C'est dans cet esprit que je participe à la conversation de Feniks et que je vous invite tous à y assister.
Mattias

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter