17/05/2024 lesakerfrancophone.fr  10 min #248791

Unification des Cbdc ? Les banques globales nous disent que la fin du système du dollar est proche

🇬🇧

Par Brandon Smith - Le 30 avril 2024 - Source  Alt-Market

Le statut de réserve mondiale permet une latitude étonnante en termes de politique monétaire. La Réserve fédérale comprend qu'il existe une demande constante de dollars à l'étranger afin de faciliter l'importation et l'exportation de marchandises. Le statut pétrolier du dollar le rend également essentiel pour le commerce mondial du pétrole. Cela signifie que la banque centrale des États-Unis a été en mesure de créer de la monnaie fiduciaire à partir de rien dans une mesure bien supérieure à celle de toute autre banque centrale de la planète, tout en évitant les effets immédiats de l'hyperinflation.

Une grande partie de ces liquidités et de la dette libellée en dollars (physique et numérique) finit dans les coffres des banques centrales étrangères, des banques internationales et des sociétés d'investissement, où elle est détenue comme couverture ou utilisée pour ajuster les taux de change d'autres monnaies afin d'obtenir des avantages commerciaux. On estime que près de la moitié de la valeur de l'ensemble de la monnaie américaine circule à l'étranger.

Le statut de réserve mondiale, associé à divers instruments de dette, a permis au gouvernement américain et à la Fed de créer des dizaines de milliers de milliards de dollars de nouvelle monnaie après le krach du crédit de 2008, tout en maintenant l'inflation sous contrôle (en quelque sorte). Le problème est que ce système de stockage de dollars à l'étranger ne dure qu'un temps et que les conséquences de la surimpression finissent par se faire sentir.

Les accords de Bretton Woods de 1944 ont établi le cadre de la montée en puissance du dollar américain et si les avantages sont évidents, en particulier pour les banques, les coûts sont nombreux. Imaginez le statut de réserve mondiale comme un "pacte avec le diable" : vous obtenez la gloire, la fortune, la petite amie sexy et la belle voiture, mais un jour, le diable viendra vous chercher et, à ce moment-là, il vous prendra TOUT, y compris votre âme.

Malheureusement, je soupçonne que ce moment arrive bientôt pour les États-Unis et qu'il pourrait prendre la forme d'un tout nouveau système de type Bretton Woods qui supprime le dollar en tant que réserve mondiale et le remplace par une nouvelle structure de panier numérique. Les banques mondiales admettent essentiellement le projet d'une refonte complète du monde financier basé sur le dollar et la création d'un système centré sur les CBDC et fondé sur des "grands livres unifiés".

Trois événements récents, tous annoncés successivement, suggèrent que le remplacement du dollar est imminent (avant la fin de cette décennie).

Le modèle XC du FMI - une politique centralisée pour les CBDC

La plateforme XC du FMI a été publiée en tant que modèle théorique en novembre 2022 et correspond étroitement au concept de panier mondial de droits de tirage spéciaux dont le FMI discute depuis longtemps, sauf que dans ce cas, elle regrouperait toutes les CBDC sous un même toit, ainsi que les "anciennes monnaies".

Il est présenté comme une structure politique destinée à faciliter les paiements transfrontaliers dans les CBDC et ce modèle est principalement axé sur les échanges de devises entre les gouvernements et les banques centrales. Bien entendu, il place le FMI en position d'intermédiaire pour contrôler le flux des transactions numériques. Le FMI suggère que la plateforme XC rendrait la transition des anciennes monnaies vers les CBDC moins compliquée pour les différentes nations concernées.

Comme l'a noté le FMI lors d'une discussion sur les grands livres centralisés  en 2023 :

Nous pourrions nous retrouver dans un monde où nous avons des entités connectées dans une certaine mesure, mais où certaines entités et certains pays sont exclus. En tant qu'institution mondiale et multilatérale, nous visons en quelque sorte à fournir une connectivité de base, un ensemble de règles et une gouvernance de base qui soient véritablement multilatéraux et inclusifs. Je pense donc que l'ambition est de viser une innovation qui soit compatible avec les objectifs politiques et qui soit inclusive par rapport à l'ensemble des membres, disons, du FMI.

En d'autres termes, les systèmes décentralisés sont mauvais. "L'inclusivité" (le collectivisme) est une bonne chose. Et le FMI veut travailler en tandem avec d'autres institutions globalistes pour être les facilitateurs (contrôleurs) de ce collectivisme économique.

Le grand livre unifié de la Banque des règlements internationaux

Pas plus d'un jour après que le FMI a annoncé les objectifs de sa plateforme XC, la BRI a annoncé ses plans pour un grand livre unifié pour toutes les CBDC, appelé le "BIS Universal Ledger". La BRI précise que le projet vise à "inspirer confiance dans les monnaies numériques des banques centrales" tout en "surmontant la fragmentation des efforts actuels de symbolisation".

Alors que le FMI se concentre sur le contrôle de la politique internationale, la BRI s'occupe des aspects techniques de la globalisation des CBDC. Dans ses livres blancs, elle indique clairement que la société sans numéraire est en fait la finalité et que les transactions numériques doivent être contrôlées par une entité centralisée afin de garantir la "sécurité" de l'argent. Comme l'affirme la BRI dans sa présentation détaillée des grands livres unifiés :

Aujourd'hui, le système monétaire se trouve à l'aube d'un nouveau bond en avant. Après la dématérialisation et la numérisation, le développement clé est la tokenisation - le processus de représentation numérique des créances sur une plateforme programmable. Elle peut être considérée comme la prochaine étape logique de l'enregistrement numérique et du transfert d'actifs.

...Le plan directeur prévoit que ces éléments soient rassemblés dans un nouveau type d'infrastructure des marchés financiers (IMF) - un "grand livre unifié". Les avantages de la tokenisation pourraient être pleinement exploités dans un grand livre unifié en raison de la finalité du règlement qui découle du fait que la monnaie de la banque centrale réside au même endroit que les autres créances. En s'appuyant sur la confiance dans la banque centrale, un lieu partagé de ce type a un grand potentiel pour améliorer le système monétaire et financier.

La BRI fait trois grandes affirmations dans son programme : premièrement, la numérisation de la monnaie est inévitable et l'argent liquide est appelé à disparaître, principalement parce qu'il est plus facile de déplacer de l'argent. Deuxièmement, les méthodes de paiement décentralisées sont inacceptables parce qu'elles sont "risquées" et que seules les banques centrales sont suffisamment qualifiées et "dignes de confiance" pour servir de médiateur dans l'échange d'argent. Troisièmement, l'utilisation des grands livres unifiés est largement conçue pour suivre et tracer et même enquêter sur toutes les transactions des CBDC, pour le bien public, bien sûr.

Le système de la BRI traite beaucoup plus du domaine des transactions privées que l'exemple du FMI. Il constitue le fondement technique de la centralisation de toutes les CBDC, régies en partie par la BRI et le FMI, et son utilisation devrait se généraliser au cours des deux prochaines années. Plusieurs pays testent déjà aujourd'hui le grand livre de la BRI. Il est important de comprendre que quiconque agit en tant qu'intermédiaire dans le processus d'échange mondial d'argent aura tout pouvoir, sur les gouvernements et sur la population.

Si chaque mouvement de richesse est surveillé, qu'il s'agisse du transfert de milliards entre gouvernements ou du paiement de quelques dollars d'un particulier à un détaillant, tous les aspects du commerce peuvent être contrôlés en fonction des caprices de l'observateur.

Le projet transfrontalier SWIFT : un autre moyen de contrôler le comportement des pays

Comme nous l'avons vu avec la tentative d'utiliser le réseau de paiement SWIFT comme une matraque contre la Russie, les globalistes ont une arrière-pensée : disposer d'un centre de transactions monétaires à grande échelle et à grande vitesse. Encore une fois, il s'agit de centralisation, et quiconque contrôle la plaque tournante a les moyens de contrôler le commerce... jusqu'à un certain point.

L'exclusion de la Russie de SWIFT n'a causé que des dommages minimes à son économie, précisément parce qu'il existe d'autres méthodes de transfert d'argent pour maintenir le flux des échanges commerciaux. Toutefois, dans le cadre d'un système monétaire mondial basé sur la CBDC, il serait impossible pour un pays de travailler en dehors de ses frontières. Il ne s'agit pas seulement de faciliter l'exclusion d'un pays du réseau, il s'agit aussi d'avoir le pouvoir de bloquer immédiatement le transfert de fonds du côté récepteur de l'échange.

En d'autres termes, tous les fonds provenant d'une source russe pourraient être localisés et bloqués avant qu'ils ne parviennent à un destinataire en Chine ou en Inde, par exemple. Une fois que tous les gouvernements seront complètement sous la coupe d'un système monétaire centralisé, d'un grand livre de comptes centralisé et d'un centre d'échange centralisé, ils ne pourront plus se rebeller et ce contrôle se répercutera sur l'ensemble de la population.

Je voudrais également rappeler aux lecteurs que la majorité des nations suivent ce programme. La Chine est la plus désireuse de rejoindre le système monétaire mondial. La Russie fait toujours partie de la BRI, mais son implication dans les CBDC n'est pas encore claire. Le fait est qu'il ne faut pas s'attendre à ce que les BRICS s'opposent au nouvel ordre monétaire, cela n'arrivera pas.

Les CBDC exigent automatiquement la fin du dollar en tant que réserve mondiale

Qu'est-ce que tous ces projets globalistes de CBDC ont à voir avec le dollar et sa position vénérée de monnaie de réserve mondiale ? La réponse est simple : Un système unifié de CBDC exclut totalement la nécessité ou l'utilité d'une monnaie de réserve mondiale. Le modèle du grand livre unifié prend toutes les CBDC et les homogénéise en une flaque de liquidités, chaque CBDC acquérant des caractéristiques similaires sur une courte période.

Les avantages de l'utilisation du dollar disparaissent dans ce scénario et la valeur des monnaies devient relative à l'intermédiaire. En d'autres termes, le FMI, la BRI et d'autres institutions connexes dictent les propriétés des CBDC et il n'y a donc aucun aspect distinctif d'une CBDC qui la rende plus précieuse que les autres.

Bien sûr, certains pays pourraient être en mesure de séparer leur monnaie jusqu'à un certain point grâce à une production ou une technologie supérieure, mais l'ancien modèle qui consistait à avoir une grande armée pour s'assurer des devises et des faveurs commerciales est mort. Les globalistes finiront par avancer deux arguments prévisibles :

  1. Une monnaie de réserve mondiale sous le contrôle d'une seule nation est injuste et nous, en tant que banquiers mondiaux, devons rendre le système "plus égalitaire".
  2. Pourquoi avoir une monnaie de réserve puisque toutes les transactions sont de toute façon modérées par notre grand livre ? Le dollar n'est pas plus facile à utiliser pour le commerce international que n'importe quelle autre CBDC, n'est-ce pas ?

Enfin, le dollar doit mourir parce qu'il fait partie intégrante de l'"ancien monde" des échanges matériels. Les globalistes souhaitent une société sans argent liquide parce que c'est une société facilement contrôlable. Pensez aux confinements Covid et aux tentatives de passeport vaccinal - S'ils avaient mis en place un système sans argent liquide à l'époque, ils auraient obtenu tout ce qu'ils voulaient. Vous refusez le vaccin expérimental ? Nous fermerons vos comptes numériques et vous mourrez de faim.

Cela a même été partiellement tenté (pensez aux manifestations des camionneurs canadiens), mais avec de l'argent physique, il y a toujours un moyen de contourner un embargo numérique. Sans argent physique, vous n'avez pas d'autres options, à moins que vous ne prévoyiez de vivre complètement de la terre et de troquer des biens et des services (un mode de vie auquel la plupart des gens du premier monde ont besoin de beaucoup de temps pour s'habituer).

Je pense qu'un pourcentage important de la population américaine partira en guerre avant d'accepter une société sans argent liquide, mais en attendant, il faut toujours faire face à l'inévitabilité d'un effondrement du dollar. Les organisations globalistes poussent les CBDC à devenir actives TRÈS rapidement, et à mesure que cela se produira avec les grands livres centralisés, le dollar traditionnel perdra rapidement sa faveur. Cela signifie que les milliers de milliards de billets verts détenus à l'étranger commenceront à affluer en Amérique d'un seul coup, provoquant un désastre inflationniste bien plus important que celui auquel nous assistons aujourd'hui.

Même si l'économie a bénéficié du statut de réserve mondiale dans le passé, elle souffrira tout autant de la disparition du dollar, qui sera remplacé par un cadre encore pire que la monnaie fiduciaire. À moins qu'un bouleversement spectaculaire n'élimine complètement l'ordre globaliste de l'équation...

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter