Accepter cookie ?
25/05/2022 lesakerfrancophone.fr  7 min #208829

Alimenter le récit

🇬🇧

Par James Howard Kunstler - Le 16 mai 2022 - Source  kunstler.com

Il ne fait apparemment aucun doute qu'un certain Peyton Gendron, 18 ans, est parti à la chasse aux Noirs à Buffalo, dans l'État de New York, et qu'il a soigneusement documenté son crime à chaque étape, de la rédaction d'un manifeste en forme de livre à la reconnaissance du lieu du crime au supermarché Topps, en passant par l'installation d'une caméra vidéo GoPro sur son front pour enregistrer son acte diabolique, qui a fait 10 morts et trois blessés.

Gendron est un cadeau pour le régime de « Joe Biden », qui avait besoin de preuves pour étayer son affirmation selon laquelle l'Amérique est infestée de « suprémacistes blancs » qui, comme l'a déclaré à plusieurs reprises le « président », constituent la « plus grande menace » pour le pays. Les morts de Buffalo serviront-ils de George Floyd cette année, déclenchant un nouvel été d'émeutes sanctionnées tacitement par le parti au pouvoir ? Qui sait ? Il est certain que cela galvanisera des gens comme Alejandro Mayorkas (département de la sécurité intérieure) et Nina Jankowicz (chef du Disinfo Governance Board) dans leurs efforts pour annuler toute personne située à droite du centre sur le transect politique et normaliser la suppression de la parole.

Mais comme pour la plupart des problèmes actuels, le récit officiel est en décalage avec la réalité. Ce que nous avons en Amérique, c'est du chaos et des meurtres dans toutes les directions raciales. Le lendemain du jour où Gendron a tiré sur le Topps, un homme asiatique d'une soixantaine d'années, qui n'a pas encore été nommé, a tiré sur une église taïwanaise près du Disneyland californien, tuant une personne et blessant grièvement quatre autres, les victimes étant toutes des Asiatiques âgés. Et la même nuit que le massacre de Buffalo, 23 personnes ont été blessées lors de trois fusillades successives autour de la salle de basket des Milwaukee Bucks dans cette ville. (Il y a quelques semaines, un maniaque noir du nom de Frank James, 60 ans, a tiré sur une rame de métro de Brooklyn, blessant dix personnes de différentes races. Le tireur avait publié sur Facebook de nombreuses diatribes contre les Blancs, les Hispaniques et même les Noirs. Les médias ont enfoui cette histoire dans leurs trous de mémoire en moins de 48 heures.

Et, bien sûr, il y a eu l'événement de la fin novembre 2021, au cours duquel le criminel et malade mental Darrell Brooks Jr, 39 ans, a délibérément précipité un SUV Ford Escape dans la parade de Noël annuelle de Waukesha, dans le Wisconsin, tuant six personnes blanches et en blessant 62, dont de nombreux enfants. Brooks avait un casier judiciaire de 50 pages et avait publié de nombreux messages sur les médias sociaux appelant à la violence contre les Blancs, saluant même Adolf Hitler pour avoir persécuté les Juifs. Il a plaidé non coupable et son procès est prévu pour octobre. Les journaux et les chaînes de télévision câblées ont abandonné l'histoire après quelques jours.

« Joe Biden » se rendra mardi à Buffalo pour présenter ses condoléances aux familles des victimes de la fusillade de Topps. (Il ne s'est pas rendu à Waukesha en novembre dernier, ni à New York en avril). Il semble que les journaux et les chaînes d'information câblées vont continuer à diffuser l'histoire de Buffalo, l'exploitant pour alimenter le récit selon lequel seul le parti Démocrate se soucie des Noirs et peut les sauver de la « suprématie blanche ». Cette fois, cependant, plus ils pousseront, plus les esprits risquent de se révolter.

Nous ne sommes pas en 2020. Le public est peut-être mieux vacciné aujourd'hui contre les provocations du gouvernement et la manipulation des esprits qu'il ne l'est contre les virus de la Covid-19. Comme l'a fait remarquer le sénateur Rand Paul (R-KY) la semaine dernière lors de son colloque avec le secrétaire Mayorkas, « Savez-vous qui est le plus grand propagateur de désinformation de l'histoire du monde ? Le gouvernement américain. » Le sénateur Paul est sur la bonne voie. Au cours de cette audition, il a demandé à M. Mayorkas si les propos tenus sur le Covid 19 dans les médias sociaux pouvaient faire l'objet d'une action officielle de « désinformation » de la part de son agence.

« J'ai dit un million de fois que les masques en tissu ne fonctionnent pas ; YouTube m'a censuré », a déclaré le sénateur Paul. « C'est une entreprise privée. Je peux avoir ce problème avec eux. Mais qu'en est-il de vous ? Vous allez regarder ça ? Je dis souvent que l'immunité naturelle due à l'infection est égale ou supérieure au vaccin. Vous allez démolir ça ? » Rand Paul est un médecin diplomé, soit dit en passant, et Alejandro Mayorkas ne l'est pas.

M. Mayorkas a répondu que si quelqu'un prétendait que les centres de vaccination « vendent en fait du fentanyl ». « Dois-je rester les bras croisés ou dois-je diffuser des informations exactes ? » a-t-il demandé.

En réalité, bien sûr, cette hypothétique absurdité de fentanyl n'est pas ce qui est en cause dans les « vaccins » Covid-19. Ce qui est en fait en cause, c'est le fait maintenant établi que les produits ARNm appelés « vaccins » ne préviennent pas l'infection ou la transmission du Covid-19, et provoquent un large éventail de dommages aux personnes, provoquant l'invalidité et la mort dans, au moins, des dizaines de milliers de cas, ce qui est beaucoup en comparaison de toutes les normes médicales antérieures.

Le gouvernement n'a cessé de mentir à ce sujet. Et les médias d'information ont docilement relayé ces mensonges, de concert avec les géants pharmaceutiques qui produisent les « vaccins ». La gouverneure de mon État, Kathy Hochul, veut toujours, de façon idiote, rendre obligatoires les « vaccins » à ARNm pour les enfants. Pfizer a diffusé une publicité dans l'émission 60-Minutes de CBS dimanche soir, promettant qu'une nouvelle « vaccination » avec leur produit douteux « ouvrira le monde » aux gens. En fait, cela ne fera rien pour protéger les gens, mais favorisera plutôt l'évolution de nouvelles et différentes itérations de nouveaux coronavirus, et cela tuera et mutilera sûrement beaucoup plus de gens, y compris des petits enfants.

Avez-vous remarqué autre chose d'intéressant et d'étrange ces jours-ci ? Dans tous les reportages sur l'Ukraine, il n'a été absolument pas fait mention du Covid-19 en rapport avec les troubles de la guerre, où l'on pourrait penser que la faim, le froid, les blessures et la saleté compromettent de nombreux systèmes immunitaires. Bizarre, un peu, hein ? Est-ce que ça a juste cessé d'exister ?

La « suprématie blanche » est le bouclier universel du régime de « Joe Biden » contre les conséquences de ses insultes à la réalité, y compris son rôle d'instigateur de cette guerre en Ukraine, sa création de tout le fiasco autour du Covid-19, depuis le laboratoire de Wuhan jusqu'à aujourd'hui, ses politiques qui induisent une inflation monétaire inconsidérée, sa négligence délibérée de la gestion des frontières, et sa corruption monumentale. Regardez-les essayer de courir avec ça aux fesses.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d'abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu'au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter