18/08/2022 francais.rt.com  2 min #213954

Centrale nucléaire de Zaporojié : la Russie met en garde contre une «provocation» de Kiev

© AP Photo/Efrem Lukatsky

Le secrétaire général de l'ONU en visite à Boutcha, en Ukraine en avril 2022 (image d'illustration)

18 août 2022, 10:50

Ce 18 août, le ministère russe de la Défense a mis en garde contre une possible «provocation retentissante» des forces ukrainiennes à Zaporojié, alors même qu'une rencontre tripartite doit avoir lieu dans le pays entre Volodymyr Zelensky, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Ainsi selon le ministère, des unités d'artillerie ukrainiennes prévoiraient de tirer sur la centrale nucléaire de Zaporojié pour ensuite en accuser la Russie. Evoquant cette information, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a dénoncé, dans une interview à la chaîne Soloviev Live un «chantage nucléaire».

Les tensions sont vives autour de ce site nucléaire situé dans une région en grande partie sous contrôle russe et qui a été la cible ces derniers jours de bombardements dont Kiev et Moscou s'accusent mutuellement.

Dans son communiqué du 18 août, la Défense russe a souligné que ses forces n'avaient déployé aucunes
«armes lourdes dans l'enceinte de la centrale et dans les zones avoisinantes», précisant que seules «des unités assurant la sécurité» se trouvaient sur place. «Les forces armées russes prennent toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de la centrale nucléaire de Zaporojié», a poursuivi le ministère. Kiev accuse de son côté Moscou de stocker des armes lourdes sur le site et de l'utiliser comme base de tir.

Après plusieurs frappes sur le site de la plus grande centrale nucléaire d'Europe, Moscou avait réclamé d'urgence une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU. Le représentant russe Vassili Nebenzia avait alors accusé Kiev de pousser «le monde au bord d'une catastrophe nucléaire».

Dans son message vidéo quotidien, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait quant a lui estimé qu'il fallait «chasser les occupants de la centrale de Zaporojié» et que «seuls le retrait total des Russes et la reprise du contrôle total de l'Ukraine sur la centrale garantiraient la sécurité nucléaire pour toute l'Europe».

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait pour sa part insisté sur le fait que le site ne devait «pas être utilisé dans le cadre d'opérations militaires», proposant la création d'un «périmètre démilitarisé pour assurer la sécurité de la zone». L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avait enfin fait valoir l'urgence de pouvoir accéder au site pour l'inspecter.

 francais.rt.com

 Commenter