L'Europe est donc la grande perdante

par Daniele Perra

Source : Daniele Perra &  ariannaeditrice.it

Début juin, le Centre d'études stratégiques et internationales basé à Washington (un groupe de réflexion très proche du ministère américain de la Défense et de l'industrie américaine de l'armement par laquelle il est copieusement financé) a publié un article d'Antony H. Cordesman intitulé "L'impact à long terme du conflit ukrainien et l'importance croissante du volet civil de la guerre", qui décrit bien la nouvelle approche nord-américaine du conflit en Europe de l'Est.

On y lit : "il semble désormais possible que l'Ukraine ne récupère pas ses territoires à l'est et ne reçoive pas rapidement l'aide dont elle a besoin pour la reconstruction". Une aide qui serait estimée, de manière très optimiste, à 500 milliards de dollars (un chiffre qui ne tient pas compte de la perte territoriale de sa région la plus riche). De plus, l'Ukraine devra compter avec une menace russe permanente qui limitera sa capacité à reconstruire ses zones industrialisées et qui, surtout au vu des pertes territoriales mentionnées supra, n'entraînera pas quelques problèmes en termes de commerce maritime (le risque que la Russie, une fois les opérations dans le Donbass terminées, se dirige vers Odessa, excluant complètement Kiev du littoral de la mer Noire, reste réel).

L'article rapporte également comment le conflit a mis en évidence, du côté russe, une utilisation coordonnée et très souple des moyens militaires, politiques et économiques en comparaison de laquelle, le simple recours à la guerre de propagande et au régime de sanctions du côté occidental a semblé sensiblement inefficace. Un facteur qui, d'une manière ou d'une autre, remodèlera le système mondial puisque la fin éventuelle des combats ne signifiera pas la fin de ses impacts économiques et géopolitiques à long terme. Sans compter que la Russie et la Chine développent une remarquable capacité à attirer les pays africains et asiatiques à leurs côtés (le récent cas du Mali, qui a choisi d'expulser les contingents français et italiens, en ce sens, est emblématique).

En outre, contrairement à la propagande occidentale jusqu'à présent, Cordesman affirme que seule une "infime partie" des actions russes en Ukraine peut être formellement définie comme des "crimes de guerre", malgré leur impact sur la population civile.

Maintenant, indépendamment des considérations du chef émérite en stratégie du Think Tank nord-américain (avec lesquelles on peut être d'accord ou non), ce qui est évident, c'est le changement de paradigme dans la narration du conflit par le centre de commandement de l'Occident.

Les Etats-Unis (ceux qui, selon Kissinger, n'ont que des intérêts et non des alliés) ne sont pas novices dans ces opérations d'abandon de l'"ami" lorsqu'ils ont atteint leur but ou ne le jugent plus utile (du Vietnam à l'Afghanistan, en passant par le Panama et l'Irak, l'histoire regorge d'exemples similaires). Il reste à voir si les États-Unis ont réellement atteint leurs objectifs en ce qui concerne le conflit en Ukraine ou si ce changement de paradigme peut être interprété comme un "retrait stratégique".

Il a été souligné précédemment que le conflit en Ukraine entraîne de profonds changements dans la structure économique, financière et géopolitique actuelle du monde. Peut-on parler d'une évolution vers un système multipolaire ? La réponse est oui, même si les États-Unis eux-mêmes tentent de la ralentir. Comment ? Il existe aujourd'hui trois (à l'avenir, il pourrait y en avoir quatre avec l'Inde) grandes puissances mondiales : les États-Unis, la Russie et la Chine (ces deux dernières sont considérées comme des puissances révisionnistes du système unipolaire). Cependant, le principal concurrent mondial du dollar est l'euro. Ergo, l'objectif nord-américain, pour gagner du temps dans la parabole descendante de l'empire nord-américain, est l'affaiblissement constant de la monnaie européenne. Outre l'Ukraine, qui est le grand perdant du conflit actuel en Europe de l'Est ? L'Union européenne. L'objectif des États-Unis, au moins depuis 1999, est de rendre leur propre industrie artificiellement compétitive en détruisant l'industrie européenne tout en maintenant le Vieux Continent dans un état de captivité géopolitique. L'élite politique européenne en est bien consciente, mais elle est trop occupée à poursuivre ses propres intérêts, ceux du portefeuille.

Prenez par exemple le cas limite de l'Italie, dont la stratégie énergétique à long terme a volé en éclats avec l'agression de l'OTAN contre la Libye. Depuis lors, les gouvernements Monti, Letta et Renzi ont été les principaux responsables de la subordination presque totale de la politique énergétique italienne au gaz russe. Aujourd'hui, les mêmes partis qui ont d'abord soutenu la nécessité d'une intervention en Libye, puis les gouvernements qui ont suivi celui de Berlusconi (responsable de la trahison de Tripoli) sont les mêmes qui demandent et applaudissent l'embargo sur les importations d'hydrocarbures en provenance de Russie, une fois de plus au mépris total de l'intérêt national de l'Italie. Dans ce contexte, la seule solution pour l'Italie ne peut être que de se débarrasser au plus vite du draghisme.

Enfin, il ne faut pas sous-estimer le fait que l'ancre de salut pour l'Europe (du moins à court terme, car la diversification via l'Afrique et Israël semble bien loin) était censée être le gaz naturel liquéfié nord-américain. Eh bien, une étrange explosion a récemment mis hors service le HUB GNL de Freeport, au Texas, d'où partent les navires transportant le gaz vers l'Europe. L'infrastructure sera à nouveau opérationnelle à partir de la fin de 2022. Tout cela alors que Gazprom réduit ses exportations vers l'Europe en représailles à l'approbation d'un énième paquet de sanctions suicidaires.

Voir :

The longer-term impact of the Ukraine conflict and the growing importance of the civil side of the war, www.csis.org

L'utopia di chi spera nel GNL di USA, Africa e Israele, www.ilsussidiario.net

L'UE ed il suo settore energetico,  eurasia-rivista.com.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter