01/06/2022 arretsurinfo.ch  6 min #209363

L'Onu esquisse une solution à la crise alimentaire mondiale

Blé meunier d'Apt, également appelé « touselle blanche de Pertuis », dont les semences ont été retrouvées et identifiées en 1985 chez un agriculteur retraité de Buoux par les techniciens du Parc naturel régional du Luberon. En voici une représentation picturale en 1888 par Vincent van Gogh via ce tableau intitulé « Moisson en Provence » ou « Champ de blé avec des gerbes »

L'Ukraine et la Russie doivent être réintégrées dans les marchés mondiaux, a déclaré le secrétaire général de l'ONU.

 RT.com -1 Juin, 2022

Il n'y a pas d'autre solution à la crise alimentaire mondiale que la réintégration rapide de la Russie et de l'Ukraine dans les marchés alimentaires mondiaux, malgré le conflit militaire entre les deux pays, a déclaré mercredi le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres.

S'exprimant lors d'une conférence de presse avec la Première ministre suédoise Magdalena Andersson, il a souligné qu'une « action rapide et décisive » était nécessaire pour éviter les pénuries alimentaires, à savoir « lever les restrictions à l'exportation, allouer les excédents et les réserves aux populations vulnérables et s'attaquer à la hausse des prix des denrées alimentaires pour calmer la volatilité du marché ».

« Mais permettez-moi d'être franc : il n'y a pas de solution efficace à la crise alimentaire sans la réintégration de la production alimentaire de l'Ukraine, ainsi que des aliments et des engrais produits par la Russie sur les marchés mondiaux malgré la guerre », a déclaré António Guterres.

Il a souligné que l'ONU faisait tout ce qui était en son pouvoir pour promouvoir le dialogue sur cette question. Selon M. Guterres, deux équipes de l'ONU travaillent à la conclusion d'un « accord global » qui garantirait « l'exportation sûre et sécurisée » des denrées alimentaires produites en Ukraine ainsi que des aliments et des engrais russes via la mer Noire vers les marchés mondiaux, en particulier vers les « pays en développement ».

Mardi, la secrétaire générale de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, Rebeca Grynspan, s'est rendue à Moscou, où elle a eu des « discussions constructives » sur les exportations d'aliments et d'engrais avec le premier vice-premier ministre russe, Andrey Belousov. Elle s'est ensuite rendue à Washington pour discuter de la même question.

Les remarques de M. Guterres sont intervenues alors que le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a lancé un avertissement selon lequel le monde était désormais « potentiellement au bord d'une crise alimentaire très profonde » qui, selon lui, était causée par des « restrictions illégales » imposées à la Russie. M. Peskov a également reproché aux autorités ukrainiennes d'avoir déployé des mines dans les ports de la mer Noire, rendant ainsi la navigation dangereuse.

« En raison du fait que la Russie a bloqué nos ports en mer Noire et s'est emparée de notre partie de la côte de la mer d'Azov, nous ne pouvons pas exporter 22 millions de tonnes de céréales qui se trouvent déjà dans les entrepôts de notre pays. C'est le volume qui devait entrer sur le marché étranger », a-t-il déclaré.

L'armée russe affirme toutefois que deux couloirs - l'un dans la mer Noire et l'autre dans la mer d'Azov - sont disponibles pour le trafic civil.

Le marché alimentaire mondial, déjà affecté par le changement climatique et la pandémie de Covid, a subi un nouveau coup dur en raison de l'offensive militaire russe en Ukraine, les deux pays représentant environ 30 % des exportations mondiales de blé. La Russie est également le premier exportateur mondial d'engrais.

Alors que l'Occident a accusé la Russie de provoquer une flambée des prix des denrées alimentaires en poursuivant son opération militaire, Moscou maintient que la véritable cause de la crise alimentaire réside dans les sanctions occidentales « politiquement motivées » prises à son encontre.

La Russie a attaqué l'État voisin fin février, après que l'Ukraine n'a pas appliqué les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et que Moscou a fini par reconnaître les républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l'Allemagne et la France, visait à donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l'État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l'Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l'OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l'offensive russe n'a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles elle prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Source:  rt.com

****

Lire aussi:

La Russie commente les exportations de céréales ukrainiennes

31 mai 2022

Kiev a empêché les navires d'exporter des céréales en minant ses propres ports, selon Moscou.

La Russie n'empêche pas les navires de transporter des céréales hors d'Ukraine, a déclaré mardi le ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et les affirmations contraires de l'Occident font partie d'une campagne de diffamation qui ne contribuera en rien à résoudre la crise alimentaire mondiale.

La seule partie qui empêche réellement les navires d'utiliser les ports ukrainiens et d'exporter des céréales par voie maritime est l'Ukraine elle-même, a-t-il ajouté, car elle a déployé des mines marines qui ont rendu la navigation dangereuse.

« Si le problème du déminage est résolu, alors en pleine mer... la marine russe assurera la circulation sans restriction des navires vers la Méditerranée », a déclaré Lavrov lors d'une conférence de presse.

« La Russie a donné toutes les garanties qu'elle pouvait donner il y a longtemps », a-t-il ajouté.

Le ministre des affaires étrangères a suggéré que les politiciens occidentaux qui ont exprimé leurs préoccupations concernant la flambée des prix des denrées alimentaires devraient faire quelque chose pour résoudre ce problème. Après tout, les sanctions occidentales ont perturbé l'infrastructure logistique et financière que la Russie utilise pour exporter ses propres céréales, a-t-il déclaré.

Ils devraient réfléchir et décider de ce qui est le plus important pour eux : Faire de la publicité autour de la question de la sécurité alimentaire ou résoudre ce problème.

M. Lavrov répondait aux critiques des États-Unis et de leurs alliés, qui affirment qu'un blocus naval russe empêche les exportations de céréales depuis l'Ukraine. L'armée russe affirme qu'un couloir dans la mer Noire est disponible pour le trafic civil tous les jours.

Source:  rt.com

Traduction:  Arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Commenter