30/06/2022 reseauinternational.net  8 min #211177

La Russie et l'exceptionnalisme israélien

par Gordon Duff.

Après des années de bombardements aveugles de l'infrastructure syrienne par Israël, il a été rapporté, à la mi-mai 2022, que la Russie a tiré un missile S-300 en « coup de semonce » « près » des avions israéliens. Ces avions attaquaient une installation militaire près de Lattaquié et, comme c'est généralement le cas, les dommages collatéraux, c'est-à-dire les civils morts, sont la norme.

En fait, je viens de recevoir un rapport des services de renseignement d'Amman, en Jordanie, indiquant que les États-Unis ont lancé un programme massif de recrutement et d'entraînement de militants dans le monde entier pour qu'ils se déchaînent sur la Syrie, l'Irak et l'Iran, en coordination avec Israël.

Nous avons également la confirmation que la guerre en Ukraine a également été orchestrée par Israël et que cette action au Moyen-Orient fait partie d'un plan de guerre plus large dont l'OTAN n'est qu'une partie.

Les sources du renseignement ne parlent que du réseau criminel des « oligarques banquiers » qui dirigent l'OTAN et cachent leurs objectifs bien plus sinistres derrière le « mondialisme » et de fausses préoccupations sécuritaires.

Mais avant d'entrer dans un sujet délicat, comme la longue histoire d'Israël qui entraîne et arme des unités nazies en Ukraine contre la Crimée et le Donbass, il faut aussi examiner autre chose.

Il y a quelques années, j'ai parlé avec mon bon ami Dmitri, qui travaillait à la 12e Direction soviétique, une organisation qui enquête sur la prolifération nucléaire.

Dmitri m'a dit que le Mossad avait essayé de le recruter pour l'aider à utiliser des armes nucléaires tactiques spécialement conçues pour des attaques terroristes qui ont ensuite été confirmées par l'AIEA, dans des documents hautement confidentiels, comme du « terrorisme nucléaire ».

Je m'explique. Aujourd'hui, presque tout est « classifié » et tout ce qui marche et rampe a une sorte d'autorisation de sécurité. La désinformation est souvent volontairement « classifiée » pour donner l'impression qu'elle est réelle et encourager les fuites. C'est une pratique courante.

Pire encore, ces dernières années, tout ce qui sort du département d'État américain, du Pentagone ou du département de la Justice est rédigé par des valets politiques travaillant généralement pour la section d'intérêt israélienne qui supervise le gouvernement américain.

Si vous n'êtes pas au courant, c'est que vous avez vécu sous une roche depuis le 11 septembre.

Deux domaines d'informations réellement classifiées ont un impact sur les nouvelles d'aujourd'hui. Le premier est l'utilisation par les États-Unis, l'OTAN et Israël d'officiers militaires « retraités » pour organiser des groupes comme Gladio ou même ISIS et Al-Qaïda, voire Boko Haram et ces pirates somaliens dont nous entendions parler.

Les États-Unis aiment guérir les problèmes du monde, comme le COVID-19 ou peut-être même le SIDA, même s'ils doivent les provoquer eux-mêmes.

Quant aux « officiers », nous avons vu des affirmations concernant Marioupol et un amiral américain, un général canadien et une sélection d'autres, français, polonais et un ou deux « commandos » israéliens.

Lorsque nous regardons dans le passé immédiat pour trouver des confirmations, nous nous retrouvons en Syrie, en 2014, lorsque la Delta Force a prétendument « capturé » le « ministre du pétrole » d'ISIS. Il s'agissait en réalité d'un général américain à la retraite, commentateur sur Fox News, qui organisait la défense de Mossoul pour ISIS pour le compte de la CIA. La Delta Force l'a fait sortir avant que les services secrets syriens ne l'attrapent.

De même, les milices irakiennes ont capturé un brigadier israélien. Lorsque j'ai mis en doute leur version des faits, ils m'ont envoyé une copie de sa carte d'identité. Israël n'a jamais nié et, en fait, a payé secrètement 7 millions de dollars pour le récupérer.

De même, en janvier 2020, lorsqu'un célèbre « chef de la CIA » aurait été abattu au-dessus de l'Afghanistan, il y a eu des démentis, mais le fameux « Michael 'D' » n'a jamais été revu. Les Taliban ont transmis des messages disant qu'ils l'avaient en leur possession. Qu'est-ce qui est vrai ? Certainement pas les démentis.

Ensuite, nous avons quelque chose de plus grave, l'utilisation d'armes nucléaires, dans la plupart des cas liées à Israël. C'est autre chose que les rapports très secrets et bien étayés selon lesquels Israël a introduit clandestinement des armes nucléaires à New York par l'aéroport de Teterboro et les a utilisées le 11 septembre pour faire tomber les trois tours. Nous avons de fortes confirmations que l'histoire de couverture idiote selon laquelle une combustion relativement fraîche de kérosène/essence à réaction a « vaporisé » le WTC a été écrite entièrement « en langue de bois », comme une comédie, en se moquant de la facilité avec laquelle on peut faire passer des mensonges insensés en utilisant la presse corrompue des États-Unis.

Ensuite, il y a le bombardement de Beyrouth, attribué à des engrais stockés qui ont réussi, on ne sait comment, à se mélanger à de l'ANFO et à s'enfoncer dans le substrat rocheux, créant un cratère identique à ceux créés par des bunkers nucléaires.

En 2013, une explosion massive à l'extérieur de Damas a provoqué la foudre en boule, un phénomène qui ne se produit que lors des essais nucléaires. selon Pakistan Defense, un site pas facilement censuré, il s'agit d'un regard sur des informations non filtrées pour la consommation publique :

« La Syrie a-t-elle coulé un sous-marin israélien ? L'attaque nucléaire des 4 et 5 mai était-elle une mesure de rétorsion ?

Une histoire en provenance de Syrie affirmant qu'elle a coulé un sous-marin nucléaire de construction allemande exploité par le gouvernement d'Israël a non seulement été partiellement confirmée, mais on pense maintenant qu'une attaque nucléaire entièrement confirmée contre la Syrie a été menée en représailles à ce naufrage.

Le sous-marin israélien Dolphin, un engin diesel/électrique de construction allemande, aurait été attaqué et coulé par un torpilleur de la marine syrienne à 2h30 du matin, le 2 mai 2013, alors qu'il se trouvait à une profondeur de 150 mètres. Avant le naufrage, un navire exploité par les services de renseignement allemands s'était rendu dans la zone.

Après le naufrage rapporté, ou plutôt « non rapporté », du sous-marin israélien et l'attaque nucléaire tout aussi « non rapportée » contre la Syrie, un important contingent de navires de la marine russe s'est déplacé dans la zone.

Les preuves s'accumulent, soutenant ce scénario comme celui où la Russie a été forcée d'utiliser ses capacités militaires pour stabiliser la région et désamorcer un conflit plus large.

L'analyse vidéo de l'attaque nucléaire, deux jours après le naufrage annoncé, est concluante. Vidéo supprimée/censurée

Ce qui était en question, c'était le « pourquoi ». Rien ne prouvait que la Syrie avait une cible qui justifierait le risque qu'Israël utilise une arme nucléaire. Les premières hypothèses étaient que la Syrie disposait peut-être d'une installation nucléaire souterraine, mais elles se sont avérées sans fondement.

Qu'est-ce qui a poussé Israël à agir alors ?

Nous pourrions bien avoir la réponse. Le rapport provient de Syria News. Il s'agit de la publication qui a rapporté l'utilisation d'armes chimiques par les forces rebelles le 19 mars près d'Alep. Ils ont des sources légitimes, certainement plus que n'importe quel média grand public, et rapportent de manière sérieuse et crédible.

Il y a également de larges confirmations qu'Israël a perdu un F-16 pendant le conflit.

Ce serait le deuxième sous-marin qu'Israël perd. L'ancien HMS Token, rebaptisé Dakar par Israël lorsqu'il leur a été donné par la Grande-Bretagne en 1967, a « disparu » avec toutes ses forces. On a largement spéculé sur le fait que la marine américaine aurait coulé le Dakar en représailles à l'attaque israélienne qui a tué et blessé plus de 200 marins américains sur l'USS Liberty un an auparavant. Israël admet maintenant ouvertement avoir attaqué le Liberty, affirmant que les États-Unis espionnaient pour l'Égypte pendant la guerre des Six Jours en 1967. »

L'AIEA a également confirmé qu'Israël et l'Arabie saoudite ont également mis en scène deux attaques nucléaires contre le Yémen. Il existe d'autres rapports faisant état de l'utilisation d'armes nucléaires tactiques lors d'événements tels que les tours Khobar et autres, rapports générés par l'AIEA pour un lectorat extrêmement limité.

Conclusion

Où cela nous mène-t-il ?

Nous pouvons supposer sans risque que des officiers supérieurs de l'OTAN et d'Israël ont non seulement formé les forces nazies ukrainiennes, mais ont également formé et fourni ISIS et Al-Qaïda. Non pas que ces deux organisations terroristes n'attaquent que les ennemis d'Israël et des États-Unis.

De même, nous avons de larges confirmations que des attaques aux armes chimiques, et même biologiques, ont été mises en scène, en Syrie et ailleurs, par l'OTAN et Israël. Nous pouvons facilement confirmer que ce processus a commencé en Angola et en Namibie il y a très longtemps.

Que pouvons-nous croire en toute sécurité ?

La réponse est simple. On peut supposer sans risque que le côté qui profite de l'effort a mis en scène l'effort.

On peut commencer par regarder comment ISIS et Al-Qaïda sont censés être des ennemis jurés d'Israël, mais n'ont jamais attaqué Israël, et Israël ne les a jamais attaqués.

En fait, année après année, Israël a utilisé ses missiles et son armée de l'air pour soutenir le combat d'ISIS et d'Al-Qaïda, et tout démenti serait stupide.

Pourquoi alors cela n'est-il jamais rapporté ?

source :  New Eastern Outlook

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter