Accepter cookie ?
28/05/2022 ismfrance.org  7 min #209050

La violence israélienne est au cœur de la crise de la santé mentale en Palestine

Layth Hanbali, 26 mai 2022. En mai dernier, Israël a lancé un assaut de 15 jours sur la bande de Gaza, tuant 256 Palestiniens, en blessant 2.000, et bombardant 232 immeubles de grande hauteur, forçant plus de 70.000 personnes à fuir leurs maisons.

Les autorités d'occupation israéliennes ont démoli mercredi 25 mai deux maisons palestiniennes dans la ville occupée de Beit Safafa, à Jérusalem, sous prétexte de construction sans permis.

Depuis lors, la violence israélienne contre les Palestiniens n'a pas faibli. La détérioration continue des infrastructures due au blocus israélien, en place depuis 2007, a rendu 97 % de l'eau de Gaza imbuvable. Les Palestiniens de Gaza ont accès à l'électricité 12 à 13 heures par jour. 53 % des habitants de Gaza vivent sous le seuil de pauvreté.

Pendant ce temps, Israël poursuit ses plans visant à déposséder les Palestiniens de leurs maisons et de leurs terres dans toute la Palestine colonisée, notamment dans la vallée du Jourdain, à Beita, à Jérusalem, à Masafer Yatta et dans le Naqab. En Cisjordanie, les colons israéliens attaquent les Palestiniens avec une intensité croissante, avec la complicité totale de l'État israélien.

Il n'est malheureusement pas surprenant de constater qu'une crise de santé mentale sévit chez les Palestiniens. Nombre d'entre eux sont constamment en proie à la peur de la violence. Selon Médecins Sans Frontières (MSF), qui fournit une gamme de services médicaux et psychologiques aux Palestiniens, Mohammed, 23 ans, originaire de la bande de Gaza, dit être préoccupé par des pensées de guerre plutôt que par un avenir radieux. Adel, habitant d'un village fréquemment visé par des attaques de colons contre des Palestiniens, a  déclaré à MSF : « Nous vivons dans un état de peur constante. Chacun se sent stressé pour lui-même, pour ses frères, pour ses enfants et ses amis. »

Ces histoires sont représentatives d'un schéma plus large. Après les attaques israéliennes de mai 2021 contre la Palestine, une équipe de la Banque mondiale a mené une enquête sur Facebook, qui a constaté que « 70 % des habitants de Gaza et 57 % des résidents de Cisjordanie interrogés ont signalé des symptômes correspondant au syndrome de stress post-traumatique ».

La plupart des organisations travaillant dans le domaine de la santé mentale réagissent en fournissant des services psychologiques individuels pour atteindre un nombre toujours plus grand de personnes qui présentent des symptômes de mauvaise santé mentale et demandent de l'aide. L'importance excessive accordée à ce modèle de soins trouve son origine dans les paradigmes de soins de santé des pays du Nord, qui négligent les environnements qui déterminent la santé et le bien-être des personnes, et accordent au contraire une importance exagérée aux services individualistes et surmédicalisés qui traitent ce qui est perçu comme des esprits malades. Ce modèle de soins individualisés est incapable de diagnostiquer ou de traiter la crise de la santé mentale en Palestine.

L'idée de base d'une « maladie » est celle d'un individu qui voit sa vie perturbée par quelque chose qui le touche personnellement. Mais un Palestinien qui ressent du stress, un manque d'espoir ou des pensées négatives persistantes en réponse à une colonisation de peuplement dont le but est de l'effacer n'est pas nécessairement un signe de maladie. Comme le  souligne le Dr Samah Jabr, présidente de l'unité de santé mentale du ministère palestinien de la Santé, de nombreux symptômes de mauvaise santé mentale « sont une réaction normale à un contexte pathogène ». La violence coloniale - tuer, mutiler, incarcérer et déposséder les Palestiniens - est la maladie.

De même, l'utilisation du syndrome de stress post-traumatique - le trouble de santé mentale le plus fréquemment diagnostiqué en Palestine - est tout simplement inexacte. Le traumatisme en Palestine est souvent considéré comme les campagnes de bombardements intenses d'Israël, au cours desquelles il tue des centaines de Palestiniens en quelques jours. En réalité, le traumatisme est constant. Depuis le « cessez-le-feu » de mai dernier, Israël a tué  86 Palestiniens, dont l'icône nationale Shireen Abu Aqleh, une journaliste assassinée par les forces israéliennes alors qu'elle couvrait un raid dans le camp de réfugiés de Jénine. Les incarcérations massives, les restrictions de mouvement, les démolitions de maisons, les vols de terres et le déni du droit des réfugiés à rentrer chez eux se poursuivent. Israël a même attaqué des funérailles palestiniennes, refusant de laisser les Palestiniens pleurer en paix.

Par conséquent, pour comprendre la crise de santé mentale, il faut aller au-delà des diagnostics individuels et reconnaître la violence à laquelle Israël soumet les Palestiniens. De même, la prévention et la guérison de ces symptômes devraient se concentrer sur la fin de la violence coloniale qui les provoque.

L'autre insuffisance des paradigmes occidentaux est qu'ils négligent les traditions sociales et culturelles en tant que facteurs potentiels de bien-être, les traitant plutôt comme des obstacles. Au pire, les initiatives en matière de santé mentale reproduisent des mensonges orientalistes, comme celui selon lequel la  stigmatisation de la santé mentale en Palestine « provient de points de vue religieux selon lesquels la maladie mentale est un test ou une punition de Dieu ». Même les services bien intentionnés mis en place par des Palestiniens, comme le Centre de traitement et de réhabilitation des victimes de la torture, adoptent des méthodes qui individualisent la violence politique, ce qui va à l'encontre de la compréhension de ceux qui subissent cette violence. Cette imposition de solutions universelles en provenance du Nord, qui supplantent souvent les connaissances locales, est symptomatique de la  colonialité.

Pour résoudre la crise de la santé mentale en Palestine, il faut donc démanteler deux structures coloniales : la colonialité et le colonialisme de peuplement. Pour briser les chaînes de la colonialité, il faut ancrer les solutions dans les connaissances, la culture et les traditions locales. Plutôt que de fournir des services psychologiques encore plus individualisés, par exemple, les prestataires de santé mentale devraient soutenir la longue tradition palestinienne du sumud, qui décrit la résilience et la fermeté comme une résistance anticoloniale issue de la solidarité et du soutien de la communauté. Pour ce faire, il faut que le pouvoir revienne aux mains des communautés afin qu'elles puissent définir et planifier les services dont elles ont besoin.

Grâce au travail inlassable des universitaires et des militants palestiniens, on reconnaît de plus en plus que le colonialisme de peuplement sioniste joue un rôle central dans les atteintes à la santé et au bien-être des Palestiniens. Les professionnels de la santé sont souvent réticents à l'idée d'être considérés comme des militants politiques, mais un nombre croissant de professionnels et d'universitaires, de la politique et de la santé démontrent que ces choses sont profondément liées. Ainsi, l'engagement des universitaires et des praticiens en faveur de la santé de leurs patients et de la population doit les amener à être politiquement actifs et à appeler résolument à la décolonisation. Bien que cela semble être un défi de taille, de telles solutions transformatrices sont nécessaires si nous voulons endiguer la crise de la santé mentale en Palestine.

Article original en anglais sur  Huckman.com / Traduction MR

Chercheur indépendant à et autour de l'intersection santé | justice sociale | Palestine. Le suivre sur  Twitter

 ismfrance.org

 Commenter