Accepter cookie ?
25/05/2022 arretsurinfo.ch  2 min #208877

Le conflit en Ukraine n'est pas à l'origine de la crise énergétique, selon le géant pétrolier

Credit: Saudi Arabian Oil Co.

Le choc énergétique montre la nécessité des combustibles fossiles, selon le PDG de Saudi Aramco.

 RT news - 24 mai, 2022

La crise énergétique a montré la nécessité de revoir les plans de transition énergétique verte et de maintenir les investissements dans la production de pétrole et de gaz, a déclaré le directeur général de Saudi Aramco, Amin Nasser, au Financial Times.

S'exprimant en marge du Forum économique mondial (WEF) de Davos, M. Nasser a déclaré que le sous-investissement dans les projets d'hydrocarbures, qui visent à aider le monde à atteindre des émissions nettes nulles d'ici 2050, a laissé l'industrie incapable de garantir des approvisionnements énergétiques abordables, car peu de choses ont été faites pour freiner la demande.

« La crise nous indique simplement [que] vous gérez le monde entier avec une capacité de réserve insuffisante«, a déclaré Nasser, cité par le FT. « Au lieu de travailler réellement sur une transition qui aidera le monde d'ici 2050, nous poussons le monde vers plus de charbon parce que nous ne prenons pas au sérieux la question de la sécurité, de la disponibilité de l'énergie«, a-t-il ajouté.

Selon le chef du premier producteur mondial de pétrole, le conflit en Ukraine n'est pas à l'origine de la crise énergétique. Le monde se dirigeait déjà vers une crise énergétique parce que les entreprises confrontées à la pression des énergies vertes avaient peur d'investir dans le secteur pétrolier, a-t-il déclaré.

« Ce qui se passe en Russie-Ukraine a masqué ce qui se passait. Nous traversions une crise énergétique en raison d'un manque d'investissement », a déclaré M. Nasser au WEF mardi, selon le Times.

Il a souligné que la demande mondiale actuelle de pétrole est de 100 millions de barils par jour « même dans un monde troublé », ajoutant qu'elle pourrait augmenter de 5 millions de barils supplémentaires par jour une fois que l'aviation et le transport routier auront retrouvé leur niveau pré-pandémique.

« Le système de 100 millions de barils, en raison du manque d'investissements, est vraiment fragile en termes de capacité à faire face à toute interruption imprévue qui pourrait se produire », a déclaré le chef d'Aramco.

Source:  RT news

Traduction  Arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Commenter
Se réfère à : 1 article