Le monde persiste à ignorer le traumatisme sans fin de Gaza

Photo : Mahmoud Ajjour, The Palestine Chronicle

Par  Yara Hawari

La bande de Gaza assiégée a fait face à une nouvelle attaque israélienne dévastatrice et meurtrière, mais le monde continue d'ignorer notre traumatisme sans fin.

Cette semaine, dans le cadre d'une opération nommée d'une manière choquante et perverse « Aube véridique », le régime israélien a une fois de plus fait pleuvoir des bombes sur la bande de Gaza assiégée. Le bombardement de trois jours a tué au moins 44 Palestiniens, dont  15 enfants, et en a blessé des centaines d'autres.

Comme si  15 ans de siège paralysant ne suffisaient pas, année après année, la bande côtière a été soumise à d'horribles « opérations » au cours desquelles des milliers de personnes ont été tuées, des centaines de milliers ont été blessées et des infrastructures essentielles ont été complètement détruites.

En 2012, l'ONU avait prédit que Gaza serait invivable d'ici 2020. À bien des égards, la prédiction s'est avérée juste. Et pourtant, plus de deux millions de Palestiniens continuent d'y survivre. La plupart d'entre eux n'y restent pas par choix - de récents sondages estiment qu'environ 40 % de ceux qui résident à Gaza partiraient s'ils le pouvaient.

Il n'est pas surprenant que tant de personnes n'imaginent pas d'avenir à Gaza.

La vie n'a pas été facile pour les Palestiniens de Gaza pendant de nombreuses années, mais avec chaque « guerre », chaque « opération » et chaque attaque lancées par les dirigeants israéliens, les conditions deviennent encore plus difficiles.

Le ministère de la Santé de Gaza prédit désormais, par exemple, que les services de santé - qui souffrent depuis longtemps du blocus - seront bientôt à l'arrêt presque complet en raison des coupures de courant et de l'épuisement du carburant des générateurs.

En effet, en plus de ce dernier bombardement, le régime israélien a maintenu fermés tous les points de passage vers Gaza, empêchant l'entrée de carburant et d'autres biens essentiels.

État de traumatisme sans fin

Alors que les bombes ont cessé de tomber sur Gaza dimanche soir à la suite d'une «   trêve » négociée par l'Égypte entre Israël et l'organisation palestinienne du  Jihad islamique, les répercussions de ce dernier assaut se feront sentir longtemps après sa fin, comme toutes les autres « opérations » israéliennes qui ont précédé.

Toujours, les habitants de Gaza essaient de se remettre des bombardements précédents tout en craignant les prochains. Et ils n'ont aucun moyen de se remettre des nombreuses blessures - physiques et mentales - qu'ils ont subies.

En effet, diverses ONG internationales et agences des Nations Unies tentent de documenter la crise sans fin de santé mentale à Gaza. Pourtant, bon nombre des méthodologies et des théories qu'ils utilisent sont totalement inadéquates.

Comme l'a récemment souligné le Dr  Samah Jabr, présidente de l'unité de santé mentale du ministère palestinien de la Santé, c'est parce que ces organisations et agences essaient de comprendre et de résoudre cette crise en utilisant des concepts occidentaux qui ne peuvent pas être appliqués à la réalité sur le terrain en Gaza.

La notion de trouble de stress post-traumatique ( TSPT), par exemple, est inapplicable aux expériences des Palestiniens, car le traumatisme qu'ils subissent de la réalité coloniale est « répétitif, continu et continu ».

Et cet état de stress et de traumatisme constants transcende les générations à Gaza et dans la Palestine au sens large.

En effet, le traumatisme vécu par les Palestiniens à Gaza n'a pas commencé la semaine dernière, l'année dernière, ou même en  2006, lorsque le régime israélien a assiégé la bande pour la première fois pour avoir élu un gouvernement dont il ne voulait pas.

Cela a commencé il y a des décennies lorsque le mouvement sioniste a pour la première fois jeté son dévolu sur la Palestine en tant que terre dans laquelle s'embarquer dans son projet de  colonisation.

C'est ce projet, qui a entraîné la dépossession massive et continue du peuple palestinien, qui a créé la prison à ciel ouvert qu'est Gaza aujourd'hui. En effet, à Gaza, sur plus de deux millions d'habitants, 1,4 million sont des réfugiés venus d'ailleurs en Palestine colonisée.

C'est pourquoi, en 2018, les Palestiniens de Gaza ont lancé «   La Grande Marche du Retour » au cours de laquelle des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre la clôture du régime israélien pour exiger leur droit de retourner sur leurs terres d'origine.

Des centaines ont été  abattus par des tireurs d'élite du régime israélien, beaucoup d'autres ont été  mutilés.

« Nous savons que nous ne sommes pas l'Ukraine »

Dans cet état de traumatisme permanent et ininterrompu après le dernier assaut dévastateur sur Gaza, la communauté internationale a une fois de plus fait ce qu'elle fait de mieux et a assuré au régime israélien une totale  impunité.

D'innombrables dirigeants et diplomates ont publié des déclarations exprimant leur inquiétude face à la soi-disant « escalade de la violence » et plaidé pour une « réduction des tensions » et pour le « calme ». Et ils ont pris soin de ne pas présenter Israël comme « l'auteur » des souffrances palestiniennes - comme si Alaa Qadoum, cinq ans, et ses frères Ahmed et Momen Al Nairab, âgés de cinq et 11 ans, étaient simplement morts de circonstances naturelles plutôt que tués par les bombes israéliennes.

Comme si le régime israélien n'avait pas tué, mutilé et traumatisé les Palestiniens sans  aucune conséquence depuis des décennies.

D'autres membres de la communauté internationale n'ont même pas pris la peine de masquer un minimum leur soutien inconditionnel à la violence israélienne. La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss, par exemple, a publié une déclaration peu après le début de l'attaque israélienne en soutien au régime israélien sans mentionner le meurtre de dizaines de Palestiniens.

« Le Royaume-Uni soutient Israël et son droit à se défendre », a-t-elle déclaré. Ce sentiment n'était bien sûr guère surprenant compte tenu du soutien constant et indéfectible que le Royaume-Uni a apporté au régime israélien depuis sa création. Ce n'était pas non plus surprenant étant donné que le Royaume-Uni  fournit au régime israélien du matériel militaire pour bombarder Gaza.

Les Palestiniens ne sont pas naïfs. Nous savons que nous ne sommes pas l'  Ukraine. Nous savons que nous ne recevrons pas le même élan de soutien que les Ukrainiens.

Personne ne défendra notre droit de résister à une force d'occupation. Les médias internationaux  ne publieront pas d'images glorifiant nos martyrs. Les stars de la pop, les acteurs hollywoodiens et les premiers ministres ne viendront pas rendre visite aux familles au milieu des décombres à Gaza.

La réalité est que sans changements sismiques dans le paysage politique mondial, le régime israélien continuera  de bombarder et de tuer des Palestiniens en toute impunité.

Auteur :  Yara Hawari

* Yara Hawari est Senior Palestine Policy Fellow d'  Al-Shabaka. Elle a obtenu son doctorat en politique du Moyen-Orient à l'Université d'Exeter, où elle a enseigné en premier cycle et est chercheur honoraire.En plus de son travail universitaire axé sur les études autochtones et l'histoire orale, elle est également une commentatrice politique écrivant régulièrement pour divers médias, notamment The Guardian, Foreign Policy et Al Jazeera. Son  compte twitter.

9 août 2022 -  Al-Jazeera - Traduction :  Chronique de Palestine

 chroniquepalestine.com

 Commenter