Accepter cookie ?
28/05/2022 ismfrance.org  8 min #209048

Les neuf quartiers de Jérusalem : Les constructions coloniales et les histoires cachées de la vieille ville

Kieron Monks, 28 avril 2022. La division de la vieille ville de Jérusalem en quartiers musulmans, juifs, chrétiens et arméniens est devenue une réalité sur le terrain, reproduite sur chaque carte et transmise à des millions de visiteurs chaque année.

Photo Andrew Shiva - Wikimedia Commons (CC BY SA 4.0)

Mais les quartiers sont une construction coloniale relativement récente qui ressemblait peu au paysage existant lorsqu'ils ont été inventés par un religieux britannique en 1849.

La première carte qui les représente a été imprimée dans The Holy City du révérend George Williams, révèle Matthew Teller dans son nouveau livre The Nine Quarters of Jerusalem. Depuis lors, les quartiers sont devenus une réalité immuable.

Seul un étranger ayant une connaissance limitée du terrain aurait pu produire une telle carte, affirme l'auteur.

La délimitation d'un quartier musulman dans ce qui était alors une ville majoritairement musulmane avait autant de sens qu'un "quartier catholique à Rome", écrit-il.

Des musulmans, des juifs, des chrétiens et de nombreux autres groupes ethno-religieux vivaient partout dans Jérusalem. Les habitants comprenaient leur ville comme un patchwork de quartiers divers.

L'ignorance n'était pas innocente. La carte de Williams a été publiée alors que les Britanniques consolidaient leur pouvoir en Palestine avant d'en prendre le contrôle officiel en 1920. Le cantonnement servait à diviser pour mieux régner, ainsi qu'à guider le travail des missionnaires en quête de conversions au christianisme.

Les Britanniques iront plus loin en imposant leur vision de Jérusalem, inspirée de la mythologie des croisés et, curieusement, de l'urbanisme du Gloucestershire.

Ils démolissent les boutiques et les cafés situés entre les murs médiévaux pour créer une vieille ville aseptisée et ségréguée.

Les architectes coloniaux ont introduit une zone d'exclusion autour de celle-ci et des règles strictes sur la construction à l'intérieur. Le pire était à venir.

Oppression et mythologie

Teller cite les quartiers comme le catalyseur du traumatisme et de l'oppression que les habitants de Jérusalem subissent depuis lors, établissant un « récit fondé sur la division et l'exclusion ».

Les quartiers sont devenus un moyen pour la Grande-Bretagne, puis pour Israël, de revendiquer des territoires, et un modèle pour la partition qui a déchiré la ville et le pays.

Les ambitions impériales et le symbolisme religieux imposés à Jérusalem ont souvent pesé sur ceux qui ont tenté de vivre dans la ville au cours de ses 5.000 ans d'histoire.

Mais Teller note qu'il y a également eu des périodes de coexistence relativement pacifique, ce qui contredit le cliché selon lequel le conflit est le résultat inévitable d'une « haine séculaire entre les religions ».

Selon l'auteur, l'aspect actuel de la vieille ville n'a rien de naturel. La Grande-Bretagne a établi un modèle d'oppression qui s'est aggravé sous le régime israélien. Des quartiers ont été détruits et des restrictions ont limité la capacité des Palestiniens à vivre, travailler et voyager à l'intérieur des murs. Les barrières entre les quartiers sont devenues une réalité par le biais d'une police sévère et de lois telles que l'interdiction faite aux non-Juifs de posséder des biens dans le quartier juif.

L'objectif de Teller est de faire tomber les frontières et de révéler la complexité humaine qui a été négligée.

« Les histoires sont le but de ce livre », écrit-il, notamment « les vies et les voix palestiniennes qui ont trop souvent été exclues. »

Nine Quarters est une riposte au déni de l'histoire palestinienne, incarné par la phrase de Mark Twain selon laquelle la Palestine était « une terre sans peuple » (Teller qualifie Twain de « comédien en tournée »).

Ce récit de l'histoire met en lumière les personnages, les communautés et les institutions qui ont fait battre le cœur de la vieille ville sous la grandeur et la mythologie.

La vie dans la rue

Teller, écrivain de voyage, cinéaste britannique athée et ancien résident de Jérusalem-Est, situe ses histoires autour des portes de la vieille ville dans un style sinueux qui doit quelque chose à la tradition des contes Hakawati.

Il est attentif à l'expérience sensorielle, depuis les cris des marchands jusqu'à la sensation d'être assailli par les touristes, en passant par l'odeur du zaatar fraîchement cuit.

Nous rencontrons les institutions culinaires qui alimentent les foules. Izhiman's Coffee, fondé en 1921, a depuis ouvert des succursales en Cisjordanie et en Jordanie. Le houmous légendaire d'Abu Shukri a inspiré de nombreux imitateurs mais n'a qu'un seul emplacement, connu pour son refus des menus.

De nombreux commerçants sont confrontés à des difficultés liées à la répression policière, aux difficultés d'obtention de permis, aux services inadéquats et aux nombreux défis posés par l'occupation. Teller déplore que le restaurant de Zalatimo, célèbre pour son mutabbaq, ait été contraint de fermer après 160 ans.

L'auteur rencontre des communautés diverses qui ne correspondent pas à la carte du révérend Williams. Les Domari - « les gitans de Jérusalem » - luttent pour conserver leur langue et leur mode de vie tout en subissant la discrimination des Israéliens et des Palestiniens.

Les juifs caraïtes, qui s'agenouillent et appuient leur tête sur le sol pour prier comme les musulmans, ne sont pas reconnus comme juifs par les autorités religieuses israéliennes en raison de leur nouvelle interprétation de la Torah. Un autre groupe en marge du courant principal de leur foi, les soufis, ont maintenu une présence à Jérusalem pendant des siècles et ont établi des loges dans toute la ville.

Teller insiste sur les racines mondiales qui ont fait de Jérusalem le creuset originel. Les musulmans d'Afrique de l'Ouest ont commencé à arriver après avoir accompli le Hajj au 15e siècle et ont établi une communauté près du complexe al-Aqsa. « Nous nous considérons comme des Afro-Palestiniens », déclare Musa Qous, un journaliste du journal Al-Quds qui a des racines au Tchad.

La présence indienne remonte encore plus loin, comme en témoigne l'hospice indien, vieux de 800 ans, qui a survécu aux bombardements de la guerre de 1967.

Espaces sacrés et légendes locales

Nine Quarters raconte l'histoire des principaux sites religieux de Jérusalem à travers des anecdotes dramatiques. Napoléon envoya un jour un espion déguisé en musulman à al-Aqsa, qui produisit les premiers dessins mesurés de l'enceinte.

Un différend entre les églises orthodoxe russe et catholique romaine au sujet de la gestion de l'église du Saint-Sépulcre a dégénéré en guerre de Crimée.

Teller trouve également des institutions moins célèbres mais tout aussi vitales pour leurs communautés. Le centre social Burj al Laqlaq fournit des services aux enfants là où l'Autorité palestinienne ne peut le faire.

La soupe populaire la plus ancienne au monde sert des repas gratuits tous les jours depuis 1552. Le salon de tatouage Razzouk est le point central de la culture chrétienne copte depuis les années 1300, offrant des commémorations de pèlerinages.

Mais nous rencontrons aussi des personnages moins connus, qui ont façonné la ville à leur manière.

Tavit Ohannessian, un céramiste arménien, a créé les plaques de rue emblématiques de Jérusalem. L'influence de l'enseignant et écrivain palestinien Khalil Sakakini se perpétue dans le centre culturel qui porte son nom.

David Dorr est le premier Afro-Américain connu à avoir visité Jérusalem, après avoir échappé à l'esclavage, et a écrit un journal unique de ses voyages.

Les histoires de Teller s'appuient sur un travail de détective acharné. Il enquête sur les contrefaçons de Moses Wilhelm Shapira, qui a scandalisé les musées en tentant de vendre de faux manuscrits de la mer Morte, et sonde les circonstances qui ont conduit à la démolition par Israël d'un quartier maghrébin.

L'auteur conclut à l'innocence du sultan Suleiman pour l'exécution de deux de ses architectes, révèle que le « chemin de croix » est une construction humaine sans fondement historique et recherche le lieu de sépulture de la sainte musulmane Rabia.

Les histoires vraies sont dans bien des cas meilleures que les légendes, suggère Teller. La mythologie a également été dangereuse lorsqu'on lui a accordé plus de valeur qu'aux habitants humains de Jérusalem, depuis l'invasion des Croisés au XIe siècle jusqu'aux fouilles menées aujourd'hui par Israël à la recherche de l'histoire biblique.

Bien qu'il s'agisse d'un livre d'histoires, s'il y a un message, c'est que Jérusalem est un meilleur endroit lorsque sa diversité unique est embrassée plutôt que supprimée et divisée, et que toutes les religions peuvent coexister pour un enrichissement mutuel.

Teller tire des quartiers du révérend Williams une leçon qui peut être appliquée à de nombreux exemples d'héritage colonial britannique, de l'Inde à l'Irlande, et espère une résolution de ce conflit : « La partition est un traumatisme. »

Neuf Quartiers de Jérusalem : Une nouvelle biographie de la vieille ville est disponible dès maintenant chez  Profile Books.

Article original en anglais sur  Middle East Eye / Traduction MR

 ismfrance.org

 Commenter