Accepter cookie ?
23/05/2022 les-crises.fr  8 min #208681

Non, la crise économique actuelle n'est pas uniquement « à cause de Poutine »

Bien qu'il puisse sembler politiquement commode de tout mettre sur le dos de l'invasion ces 8 dernières semaines, il est suprêmement trompeur de le faire.

Source :  Responsable Statecraft, Marshall Auerback
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Andy Dean Photography/shutterstock

Les nouvelles économiques de ces derniers temps se sont largement concentrées sur l'impact pour les Américains à la pompe à essence et à l'épicerie dans le contexte d'une inflation toujours croissante. On parle moins de la façon dont les objectifs et le positionnement géopolitiques de l'administration Biden (sanctions, alimenter la résistance en Ukraine, faire pression sur les pays pour qu'ils rejoignent la coalition sanctionnant la Russie) se heurtent à la volatilité économique et la provoquent, tout en sapant d'autres objectifs, comme les efforts pour atténuer les effets du changement climatique.

Le président Biden a tenté d'attribuer une grande partie de la responsabilité de cette crise croissante du coût de la vie à l'invasion de l'Ukraine par Vladimir Poutine, tout en ignorant toute une série d'autres facteurs qui existaient bien avant le début de la guerre.

C'est bien beau de faire de Poutine et des Russes les boucs émissaires de la situation actuelle, mais la réalité est que la plupart de ces tendances négatives étaient évidentes pour tous au cours des trois dernières années, en particulier depuis le début de la Covid. Certes, le conflit ukrainien a exacerbé les problèmes actuels, mais Poutine n'a pas créé le marché du travail le plus tendu de l'histoire américaine. Il n'a pas provoqué la dégradation du patrimoine social américain par le recours persistant à la délocalisation au cours des 40 dernières années, qui a réduit le réservoir de main-d'œuvre qualifiée et a encore diminué son offre.

Et ce n'est pas Poutine qui a acquiescé à la décision collective des chefs d'entreprise d'opter pour un modèle économique néo-féodal qui a longtemps donné la priorité à la réduction de la main-d'œuvre au plus bas coût possible, au lieu de la considérer comme une source importante de demande des consommateurs susceptible de renforcer la prospérité économique nationale globale (plutôt que de remplir les porte-monnaie de la classe oligarchique américaine).

Jusqu'à récemment, les responsables fiscaux et monétaires occidentaux considéraient généralement les préoccupations inflationnistes comme « transitoires ». La plupart des banques centrales ont désormais abandonné ce dogme. En conséquence, les responsables monétaires, menés par la Réserve fédérale américaine, ont entamé un cycle de resserrement pour refroidir l'économie mondiale et réduire les pressions inflationnistes, qui ont clairement remplacé le chômage comme priorité politique numéro un.

Ce changement de priorités est compréhensible, surtout à Washington, étant donné que les États-Unis connaissent actuellement l'un des marchés du travail les plus tendus de leur histoire économique. Il ne fait aucun doute que le fait de se retrouver au chômage est dévastateur pour ceux qui perdent leur emploi et pour leur famille. Mais le chômage ne touche généralement qu'une minorité de travailleurs à un moment donné. L'inflation, en revanche, touche la majorité d'entre eux, en particulier ceux qui ont de faibles revenus et pour lesquels les produits de base comme l'énergie, la nourriture, le transport et le logement sont encore plus importants.

En outre, l'impact de l'inflation est sans doute pire aujourd'hui pour la majorité des Américains qu'il ne l'était dans les années 1970, étant donné la répartition extrêmement inégale des revenus dans le pays, surtout par rapport aux années 1970, comme le montre le coefficient de Gini (la mesure statistique la plus couramment utilisée pour évaluer l'inégalité des revenus).

Le président Biden a sans aucun doute raison de noter les rôles clés de la Russie et de l'Ukraine en tant que deux des principaux fournisseurs de blé au monde, et la mesure dans laquelle l'invasion russe de l'Ukraine a mis en péril la récolte de ces deux principaux exportateurs de céréales (exacerbant ainsi l'inflation alimentaire, qui est toujours absurdement décrite par les économistes comme « non essentielle », comme si les gens pouvaient survivre sans être nourris). Et si l'on peut affirmer que les éléments « fondamentaux » de l'inflation (c'est-à-dire ceux qui excluent l'énergie et les denrées alimentaires) diminuent (comme le suggère le dernier rapport sur l'inflation des prix à la consommation aux États-Unis), il est difficile d'envisager un soulagement sur le front de l'alimentation et de l'énergie, tant que le conflit se poursuit.

Mais comment combler le manque à gagner pour atténuer les fortes hausses des prix de l'énergie et des denrées alimentaires ? La présence continue de Poutine à la tête du gouvernement russe signifie probablement qu'il faudra des années avant que les sanctions ne soient levées, ce qui entraînera de nouvelles perturbations de l'approvisionnement, sans compter le temps qu'il faudra pour reconstruire l'économie dévastée de l'Ukraine.

Cela signifie que les prix des denrées alimentaires resteront élevés.

En ce qui concerne l'énergie, les usines de gaz naturel liquéfié sont coûteuses à construire et il faut des années pour les rentabiliser. L'Algérie et le Qatar, deux grands fournisseurs de gaz naturel, ne disposent pas de capacités suffisantes et, en ce qui concerne les exportations américaines, Jack Fusco, directeur général de Cheniere, société basée à Houston, a laissé entendre qu'il faudrait jusqu'à cinq ans pour répondre à la demande prévue de l'UE.

Quant aux autres alternatives, les prix du charbon s'envolent. Et comme les prix du charbon ont atteint des niveaux record sur plusieurs années, il n'y aura pas non plus de soulagement immédiat de la chute des prix de l'énergie. Les carburants seront de plus en plus polluants.

Tout cela suggère que la guerre ukrainienne a compliqué les efforts de réduction de l'inflation de diverses manières et a imposé des compromis inconfortables dans le processus, que les décideurs occidentaux refusent d'affronter, puisqu'ils continuent à armer l'Ukraine et à perpétuer ainsi ces mêmes contradictions. Comme l'a affirmé Martin Sandhu du Financial Times, « l'intérêt de réduire la stimulation monétaire est de couper le vent des voiles de la demande dans l'économie, afin de la ramener à la capacité d'offre endommagée. »

C'est vrai, mais des taux d'intérêt plus élevés compliquent également la tâche de combler les lacunes de l'offre, car ils augmentent le coût de l'investissement, et compliquent la tâche de réaffectation sectorielle pour résoudre d'autres problèmes, tels que la dépendance continue de l'économie aux combustibles fossiles, ainsi que la mise à mal des efforts de Biden pour relocaliser les industries stratégiques aux États-Unis.

Même avant le début du conflit, l'inflation américaine dépassait la croissance des salaires. Cela signifie que les salaires réels ont baissé pour de nombreux Américains. Les actifs financiers ont augmenté encore plus rapidement, le marché boursier étant toujours proche de ses records historiques. Les prix de l'immobilier ont augmenté de 32,6 % au cours des deux dernières années et l'accessibilité au logement n'a jamais été aussi mauvaise pour les primo-accédants depuis 2007. Et grâce aux aides liées à la Covid, les entreprises américaines continuent de se porter bien mieux que le travailleur américain moyen.

À son crédit, Biden a tenté d'inverser ces tendances avec ses propositions « Build Back Better » et son premier plan d'aide Covid, mais aujourd'hui, les aspirations politiques visant à créer une forme de croissance plus équitable pour l'avenir sont en train de s'effondrer, alors que les pressions inflationnistes augmentent et que la priorité est accordée au réarmement de l'Ukraine (avec peu d'efforts pour envisager des moyens d'atténuer le conflit).

Qu'en est-il de l'idée que l'inflation « de base » (hors alimentation et énergie) diminue ? Il s'agit d'une hypothèse discutable, étant donné que les conditions du marché du travail sont toujours très tendues ; les pressions salariales devraient donc rester constantes. En fait, de nouveaux éléments troublants suggèrent qu'une psychologie inflationniste, longtemps en sommeil, commence à se manifester à nouveau, en particulier aux États-Unis.

Richard Curtin, de l'Université du Michigan, mène l'enquête sur le sentiment des consommateurs du Michigan depuis 1976, année qui correspond au milieu de la Grande Inflation. Il connaît bien le comportement des consommateurs dans des conditions d'inflation élevée et croissante.

Curtin parvient également à réconcilier le paradoxe apparent dans lequel nous voyons la détérioration du sentiment des consommateurs (mesurée par l'indice de confiance des consommateurs du Michigan) coexister avec une augmentation récente, mais apparemment insoutenable, du crédit à la consommation (qui, selon les données les plus récentes de la Réserve fédérale, a augmenté à un taux annuel corrigé des variations saisonnières de 11,3 %). Il suggère que la psychologie et le comportement des consommateurs et des décideurs politiques durant la grande inflation des années 1970 pourraient être à nouveau d'actualité :

« Les consommateurs avancent délibérément leurs achats afin d'anticiper les futures hausses de prix. Les entreprises répercutent volontiers la hausse des coûts sur les consommateurs, y compris les augmentations de coûts futures qu'elles anticipent. C'est ce qui s'est passé lors de la dernière période d'inflation, qui a commencé en 1965 et s'est terminée en 1982. »

Avec une économie mondiale désormais sur le pied de guerre, l'impulsion politique tendra vers des dépenses supplémentaires et des contraintes de capacité continues, étant donné les sanctions existantes et la militarisation simultanée du commerce (activement défendue par Washington ces jours-ci). Tout cela suggère que l'inflation, les crises alimentaire et énergétique mondiales, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement sont toutes exacerbées par un militarisme croissant qui ne fera qu'aggraver la situation économique ici et à l'étranger.

Source :  Responsable Statecraft, Marshall Auerback, 25-04-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter