Accepter cookie ?
15/05/2022 reseauinternational.net  8 min #208134

Suisse : Lettre à Klaus Schwab, Ceo et fondateur du Wef avec les dispositions pénales et les conséquences pour notre neutralité

Édition 2022 du World Economic Forum du 22 au 26 mai 2022 à Davos

« Exclusion des Russes » - Notre protestation

Monsieur Schwab,

Nous apprenons, par le biais des médias helvétiques, que vous avez exclu les ressortissants et les entités de la Fédération de Russie du WEF 2022.

De surcroît, vous avez convié le président ukrainien Volodymyr Zelensky. L'arrière-plan de ce personnage nous interpelle.

Notamment le décret qu'il a promulgué en date du 24 mars 2021 visant la reconquête de la Crimée [1], [2] et le « nettoyage » du Donbass.

Les indices en matière de corruption et de criminalité organisée en Ukraine sous son régime [3].

Les experts ont évalué l'Ukraine comme un pays avec un taux de criminalité élevé et une faible capacité des autorités à y résister.
Dans le classement de l'indice mondial du crime organisé, l'Ukraine a pris la 34ème position.
Ceci est indiqué dans le rapport Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée 2021.

Les auteurs de la notation ont évalué les pays selon trois critères :

  • L'ampleur et l'impact des marchés criminels ;
  • La structure et l'influence de quatre types de criminalité (mafia, réseaux criminels, structures criminelles intégrées dans les agences gouvernementales et structures criminelles étrangères)
  • Résilience des pays au crime organisé.

Pour chaque critère, le pays pourrait recevoir une évaluation sur une échelle de 1 à 10, où 1 est le meilleur scénario (faible criminalité, forte volonté des autorités de résister aux cercles criminels).

L'Ukraine a marqué 6,18 points et était à la 34ème place entre la Serbie (6,21) et le Népal (6,16).

Les auteurs du rapport attribuent l'Ukraine au groupe de pays avec un niveau élevé de crime organisé et une faible résistance aux autorités. Dans le même temps, la capacité de l'État à lutter « ouvertement, de manière transparente et efficace » contre la criminalité a été jugée faible.

La première place du classement a été prise par la République démocratique du Congo (7,75).

La Colombie (7,66) et le Myanmar (7,59) occupent les deuxième et troisième places. Le Mexique, le Nigeria, l'Iran, l'Afghanistan, l'Irak, la RCA et le Honduras figuraient également parmi les 10 principaux pays criminels.

La Russie a pris la 32ème place au classement avec 6,24 points. La Biélorussie, qui a pris la 83ème position (5,08), a été incluse dans le groupe des pays à faible taux de criminalité et à faible capacité des autorités à y résister.

Dans le même temps, la meilleure situation se trouve dans l'État du Pacifique de Tuvalu, qui a pris la dernière position 193 du classement (1,54).

L'idéologie xénophobe qui gangrène de la rue ukrainienne jusqu'à l'appareil d'État ukrainien.

Certes, le cas échéant, ce ne serait pas l'invité le plus sulfureux de l'histoire du WEF.

Toutefois, en agissant ainsi vous et le WEF devenez de facto partisans de l'un des belligérants.

Nous dénonçons l'exclusion des Russes du WEF 2022. Même si le WEF est connu pour être un évènement privé qui ne représente que lui-même et quelques intérêts particuliers, il agit dans le cas d'espèce en Suisse. État souverain dont la population a adopté le concept de la neutralité. Ce oncept n'est pas une vue de l'esprit mais bien un cadre juridique contraignant dont vous trouverez les grandes lignes schématiquement en annexe.

Par ailleurs, vous en conviendrez que ce n'est pas en coupant des ponts qu'on favorisera la résolution du conflit en Ukraine.

Il est pénalement répréhensible en Suisse de discriminer. L'article 261 bis du Code pénal (CP) interdit l'appel public à la discrimination raciale (al. 1), le dénigrement (al. 2) et les propos portant atteinte à la dignité humaine en raison de la « race », de l'ethnie ou de la religion (al. 4 phrase 1). En outre, ces mêmes dispositions condamnent le refus de fournir une prestation destinée à l'usage public en raison de la « race », de l'ethnie ou de la religion (al. 5).

Ajoutons que la Suisse, vous n'êtes pas sans le savoir, est signataire de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale conclue à New York le 21 décembre 1965 et entrée en vigueur pour la Suisse le 29 décembre 1994.

Vu ce qui précède, nous appelons de nos vœux que vous reveniez sur votre décision.

Vous éviterez ainsi à vous exposer à une violation de l'article 261bis CP. Crime qui se poursuit d'office.

Nous demanderons également aux sept membres du Conseil fédéral qui représentent le souverain qui est le peuple de respecter la neutralité suisse et de ne pas se rendre à votre WEF cette année.

Convaincus que vous comprendrez le bien-fondé de notre intervention, nous vous prions de croire, Monsieur Schwab, en l'expression de notre plus parfaite considération.

François Meylan, président fondateur

Pour Anticrim*

Copie : Conseil fédéral

Annexe : « Qu'est-ce que la neutralité Suisse ? »

* L'Association Anticrim a pour but de promouvoir et défendre la liberté d'opinion et d'expression ; de promouvoir et de défendre l'article 8, alinéa 2 de la Constitution suisse. À savoir, nul ne doit subir de discrimination du fait notamment de son origine, de sa race, de son sexe, de son âge, de sa langue, de sa situation sociale, de son mode de vie, de ses convictions religieuses, philosophiques ou politiques ni du fait d'une déficience corporelle, mentale ou psychique.

***

Possible venue du président ukrainien Volodymyr Zelensky

Monsieur Cassis,

Nous avons pris connaissance que le président ukrainien Volodymyr Zelensky pourrait venir dans notre pays entre le 20 mai et le 4 juillet 2022.

Le cas échéant, nous appelons de nos voeux pour que notre gouvernement fasse preuve de la plus grande prudence et observe enfin le protocole requis par notre neutralité même si celle-là a été, à notre grand regret, sérieusement écornée par notre Conseil fédéral.

À ce propos, nous prenons le soin de vous renvoyer au lien de votre département

 eda.admin.ch

« La neutralité est un instrument efficace au service de la politique extérieure et de la politique de sécurité de la Suisse. Elle se fonde sur le droit et la politique de neutralité, ainsi que sur l'histoire et la tradition de la Suisse. »

Nous sommes plus que jamais convaincus que le rôle fondamental de la Suisse et de tout faire pour « calmer le jeu. » Apaiser le conflit. Construire des ponts. Offrir un lieu dont la sécurité et la neutralité sont garanties. Permettre des échanges constructifs au profit de toutes les parties en prise avec le conflit et non de l'attiser avec des sanctions.

On déplore avec vigueur les décisions à l'emporte pièce qui ont été prises par nos différentes autorités. Des sanctions à l'encontre de la Fédération de Russie et des ressortissants d'origine russe ont été édictées, en Suisse, par des autorités réagissant dans l'émotionnel et vibrant au rythme des médias, dans le paraître et non dans l'être...

Entre offrir nos bons offices, accueillir les réfugiés qui fuient la guerre et suivre « les modes » pour « être dans le coup » ou être laquais de l'Administration Biden ou de l'autocrate Ursula von der Leyen, il y a un monde. La posture actuelle de notre pays ne nous grandit pas. Elle ne nous apporte ni orgueil ni sérénité.

Vous trouverez, avec cette missive, l'article intitulé « Les zones d'ombre du président Zelensky » d'Andreas Rüesch de la NZZ et traduit par « Le Temps ». Il a le mérite d'offre un peu de nuance. Un éclairage utile sur comment se comporte le belligérant Zelensky à l'endroit de ses opposants médiatiques et politiques et des minorités de son pays. Et sur la nature des individus à qui il rend des comptes.

Pour être doté d'une vision plus complète de la situation, de ses racines et de ses agrégats, nous vous invitons à consulter les témoignages des experts suivants : le stratège américain John Mearsheimer ; le spécialiste en renseignement Eric Dénécé ; le cinéaste Oliver Stone ; la reporter française Anne-Laure Bonnel ; le spécialiste suisse en renseignement Jacques Baud ; le spécialiste français en renseignement Pierre Conesa ; le spécialiste espagnol Fernando del Pino Calvo-Sotelo ; la reporter française Teresita Dussart ; la politologue française Karine Béchet-Golovko ; le géostratège français Gérard Chaliand ; le journaliste français Régis Le Sommier et l'humanitaire français Adrien Bocquet.

Convaincus, que vous êtes animé par le désir de rétablir la pleine et dynamique neutralité que notre pays mérite, nous vous prions de croire, Monsieur Cassis, en l'expression de notre plus parfaite considération.

François Meylan

Pour Anticrim

  1. УКАЗ ПРЕЗИДЕНТА УКРАЇНИ №117/2021 - Офіційне інтернет-представництво Президента України (president.gov.ua)
  2. Президент затвердив Стратегію деокупації та реінтеграції тимчасово окупованого Криму - Офіційне інтернет-представництво Президента України (president.gov.ua)
  3. « L'Ukraine a pris la 34ème place dans le classement par niveau de crime organisé », Nouvelles Du Monde

 reseauinternational.net

 Commenter