Accepter cookie ?
20/01/2022 arretsurinfo.ch  9 min #200871

Un jeu de la Cia à hauts risque en Ukraine

Tarik Cyril Amar est un historien allemand travaillant à l'université Koç d'Istanbul. Ses recherches concernent la Russie, l'Ukraine, l'Europe de l'Est, l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide culturelle et les politiques mémorielles.  @tarikcyrilamar.

Photo aujourd'hui effacée d'un site internet d'Azov montrant des grenades propulsées par roquettes, fabriquées sous licence américaine, et bel et bien livrées à la milice néonazie. (Photo : Azov)

Les plans présumés de guérilla pourraient conduire le pays au bord du gouffre

Par Tarik Cyril Amar

Publié le 19 janvier 2022 sur  RT. sous le titre The CIA's high-stakes game in Ukraine

Face aux craintes d'un conflit entre la Russie et l'Ukraine, les spéculations sur la manière dont l'impasse pourrait dégénérer en affrontement total n'ont pas cessé. Certaines théories et plans supposés s'accompagnent de preuves, d'autres non - mais à leur manière, ils sont tous intrigants.

Sans être surprenantes, mais tout de même révélatrices, il y a des informations selon lesquelles la CIA aurait formé des forces spéciales en Ukraine pour défendre le pays contre une éventuelle invasion. Selon toute vraisemblance, le dispositif aurait  inclus des combattants d'extrême droite. Grâce à des fuites et à des déclarations de « personnes familières » anonymes et d'officiers américains à la retraite, ces stagiaires sont maintenant présentés comme l'épine dorsale potentielle d'une force de résistance de type guérilla.

L'objectif de cette publicité est clair : dissuader la Russie de lancer une attaque à grande échelle contre l'Ukraine. Attaque que Washington prétend imminente et que Moscou nie avoir planifiée mais n'exclut pas non plus, et que Kiev ne peut pas vraiment empêcher : Le message américain avertit: « Si vous, la Russie, occupez des parties substantielles du territoire ukrainien, nous allons transformer cela en un bourbier sanglant pour vous. » En substance, c'est ce que feu le conseiller américain à la sécurité nationale, Zbigniew Brzezinski, était toujours fier d'avoir fait en - et pour - l'Afghanistan pendant l'intervention soviétique dans les années 1980.

Le programme de formation [de la CIA, Ndlr] été lancé sous Obama et étendu sous Trump (un autre clou dans le cercueil des affirmations selon lesquelles il était un agent russe), puis sous Biden. Il appartient à un monde crépusculaire de terminologie ambiguë et de déni pas très plausible. D'une manière ou d'une autre, tout cela est prétendument défensif, mais en réalité, ce n'est évidemment pas le cas - et personne n'est en fait censé croire à cette histoire de couverture, car elle aurait alors une faible valeur dissuasive. Les « compétences tactiques » enseignées dans ces programmes sont, bien entendu, au moins aussi utiles pour l'attaque et le sabotage que pour la « simple » collecte de renseignements.

Peu importe qu'il y ait « une bonne chance que la CIA forme de vrais nazis » comme  l'a dit Jacobin, de manière tout à fait réaliste : Si vous avez la moindre idée de la virulence et du modus operandi de l'extrême droite ukrainienne, vous savez que c'est exactement l'occasion que ses cadres recherchent. Et s'il vous reste un peu de réalisme sur ce que fait la CIA, alors vous savez qu'elle ne se soucie pas de former des fanatiques. De l'Amérique latine à l'Afghanistan en passant par la Syrie et l'Ukraine elle ne s'en ai jamais souciée. En fait, l'Agence a plutôt un fort penchant pour eux.

 L'Ukraine reçoit des missiles antichars britanniques (VIDEO)

Au surplus, nous avons eu des informations fiables sur ce phénomène auparavant. En fait, il est encore plus important ici. En septembre dernier, un rapport détaillé et solidement documenté -pour le programme de l'Institut d'études européennes, russes et eurasiennes de l'Université George Washington- a révélé que les membres d'organisations d'extrême droite ukrainiennes telles que Centuria et le Bataillon Azov  infiltrent systématiquement l'armée du pays et reçoivent une importante formation de la part des pays occidentaux, notamment dans des institutions d'élite telles que Sandhurst en Grande-Bretagne et l'Offizierschule des Heeres en Allemagne.

En d'autres termes, l'extrême droite ukrainienne utilise délibérément l'effet de levier que lui confèrent la formation, les relations et l'approbation de facto ou, du moins, la tolérance bienveillante de l'Occident pour accroître son influence déjà considérable sur la politique et les forces armées du pays. Entre-temps, les extrémistes de droite américains ont  montré un intérêt toujours plus grand pour l'Ukraine.

Le résultat potentiel est prévisible : si une stratégie à courte vue devait être mise en œuvre, consistant à faire des combattants nationalistes et d'extrême droite le fer de lance d'une résistance systématique, une guerre de guérilla, les effets à long terme seraient dévastateurs et pourraient fort bien inclure un retour de flamme dans la société américaine elle-même.

Aucune de ces informations, il convient de le souligner, ne provient des médias russes. Elles proviennent toutes de sources occidentales. Rien de tout cela n'est une figure de style, une « guerre de l'information » ou toute autre étiquette couramment utilisée pour écarter les nouvelles gênantes concernant l'Occident et l'Ukraine. Si vous voulez ignorer ces risques, allez-y. Mais dans ce cas, assumez votre parti pris et votre ignorance de ce qu'est la guerre froide, s'il vous plaît. Et ne soyez pas surpris si les choses tournent terriblement mal, une fois de plus, sur un champ de bataille par procuration du conflit entre l'Occident et la Russie.

Dans ce contexte, un article récent du British Times  commence également à prendre - en quelque sorte - du sens. Malgré un clin d'œil rapide aux sujet des violations des droits de l'homme,bien connues, commises par ces formations ukrainiennes d'extrême droite, son argument principal est que leurs combattants ont un rôle national à jouer lorsqu'il s'agit de défendre le pays contre les séparatistes ou la Russie. Et, en effet, le président ukrainien leur décernant les plus hautes distinctions militaires, comment oserions-nous en douter ?

Si cela devait se reproduire à l'avenir, attendez vous à ce que nos médias vont non seulement ignorer ou minimiser la réalité de l'extrême droite ukrainienne - comme toujours en rejetant toute discussion à son sujet comme étant de la « désinformation russe ». Ils vont tenter de nous apprendre à l'aimer tant qu'il s'agit de « notre » extrême droite, combattant de « notre » côté de la « nouvelle guerre froide », ou chaude, selon le cas.

Rien de tout cela n'est surprenant. En fait, pour reprendre un cliché couramment appliqué à la Russie, tout ceci découle du jeu classique de la guerre froide occidentale, en particulier des États-Unis  : une logique impitoyable du « l'ennemi de mon ennemi est mon ami » et une volonté tout aussi impitoyable de « détruire le village pour le sauver ».

 La Russie peut nous envair à tout moment »-Blinken

Bien évidemment soutenir une armée régulière, en Ukraine ou ailleurs, est une chose. Soutenir une insurrection de type guérilla en est une toute autre. Cela s'accompagnerait nécessairement de conséquences cruelles pour les civils ukrainiens. La Russie qualifierait les attaques du genre guérilla de terroristes et réagirait massivement - comme le font du reste couramment tous les États - y compris bien sûr comme le font, par exemple aujourd'hui, les États-Unis et Israël. Vous pouvez être certain qu'il y aura des cyniques à l'Ouest qui accueilleraient favorablement les rapports sur les « atrocités russes » qui serviraient de munitions dans la guerre de l'information. Une image trop réaliste pour vous ? Trop moche ? Ne tirez pas sur le messager.

L'organisation d'une résistance partisane aurait également la capacité de diviser l'Ukraine. Car, quoi qu'on ait pu vous en dire, il existe réellement d'importantes différences régionales dans le pays. De nombreux Ukrainiens sont généralement favorables à la résistance face à une invasion; l'appel à s'engager dans une guerre partisane contre une occupation pourrait les diviser bien davantage.

Et après, quoi ? Une guérilla menée par des Ukrainiens de l'Ouest dans l'Ukraine orientale occupée, avec la population locale prise en étau entre des troupes d'occupation enragées et des partisans nationaux exigeant la loyauté sous la menace des armes ? Si vous pensez qu'il s'agit d'un scénario étrange, c'est que vous n'avez aucune idée de la façon dont les insurrections fonctionnent en général. Vous avez également dû oublier que, même dans l'ouest de l'Ukraine, les insurgés antisoviétiques des années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale ont tué au moins autant de compatriotes ukrainiens que de Soviétiques. Devinez pourquoi.

En résumé, spéculer ouvertement sur une guerre de guérilla ou l'appeler de ses vœux n'est pas un signe de soutien. Ne soyez pas naïfs: c'est un signe que Washington serait prêt à faire de l'Ukraine un enfer sur Terre si seulement il pouvait embarrasser la Russie. Si vous aimez voir les Ukrainiens réduits à l'état de pions froidement sacrifiés pour ce genre de géopolitique, soyez honnête et ne le vendez pas comme un acte d'amitié.

Tarik Cyril Amar

Tarik Cyril Amar est un historien allemand qui travaille à l'université Koç d'Istanbul sur la Russie, l'Ukraine et l'Europe de l'Est, l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide culturelle et les politiques de la mémoire.  @tarikcyrilamar.

Source:  RT.

Lire aussi:

 Ukraine : le quotidien Le Monde répond à la voix de son maître

 Offensive de propagande occidentale en faveur d'un engagement armé au côté des néo-nazis ukrainiens

 Nouvelle manipulation de l'AFP sur l'Ukraine

 Marioupol : le régime ukrainien se lance dans une vaste opération d'intoxication

 Vidéo Ukraine: l'armée continue son offensive avec le soutien des États-Unis, en violation des accords de Minsk

 Des néo-nazis dans le magazine Phosphore ?

Traduction: Olinda/  Arrêt sur info

 arretsurinfo.ch

 Commenter