19/05/2022 reseauinternational.net  5 min #208431

Détails de la reddition de Marioupol

par Jacob Dreizin.

Les faits bruts et les chiffres

Les derniers vestiges de la garnison ukrainienne de Marioupol sont en train de se rendre.

Kiev et les médias occidentaux « l'Ukraine a dit » ont présenté cette reddition comme une « évacuation », une sorte de victoire.

LOL.

Bien sûr, c'est une « évacuation » dans des bus russes, directement vers les camps de prisonniers de guerre (ou vers un hôpital de Donetsk, pour les blessés).

Les blessés graves ont tous été emmenés dans un hôpital à Novoazovsk, à 25 ou 30 km à l'est, qui est gardé par des soldats de Donetsk en tenue complète - ils ne prennent aucun risque.

Poutine a promis que s'ils aiment leur médecin, ils pourront le garder.

videopress.com
videopress.com
videopress.com

Une fois tous ces hommes (et quelques femmes) rassemblés, le nombre total de militaires ukrainiens détenus par la Russie, Donetsk ou Lougansk sera d'environ 7000 à 7500.

Selon un correspondant de guerre russe très fiable, qui a couvert Marioupol et ses environs presque exclusivement depuis mars, la répartition des forces qui se rendent est la suivante :

  • Plus de 2500 personnes vivantes au total
  • Dont 404 blessés, dont 55 non ambulatoires/gravement blessés
  • Environ 200 cadavres réfrigérés
  • 3 prisonniers russes et/ou de Donetsk (un officier, deux soldats)
  • Répartition des unités comme suit : 804 membres d'Azov ; Le reste provient principalement des restes de la 53e brigade, de la 54e brigade, de la 56e brigade, de la 36e brigade, ainsi que du personnel non Azov de la 12e brigade de la Garde nationale du ministère de l'Intérieur (unité militaire 3057, foyer officiel d'Azov)

Les personnes blessées légèrement ou pas du tout sont transférées dans des prisons de la république de Donetsk où les enquêteurs russes ont l'intention de tenir des conversations agréables avec les membres d'Azov Contre certains d'entre eux, des procédures pénales (par exemple, pour abus/torture ou meurtre de civils, ou de captifs rebelles) sont ouvertes en Russie, dans certains cas, depuis des années.

Au lieu d'un sauvetage dans la limousine de Macron ou la Pape-Mobile, certains de ces messieurs vont casser des cailloux au nord du cercle arctique jusqu'en 2040 ou 2050.

« Le karma est une salope ».

Entre 0:58 et 2:00 de la vidéo ci-dessous, un groupe d'Ukrainiens qui sortent de l'aciérie, avant d'être emmenés en captivité, sont fouillés pour trouver des bonbons, des cigarettes, des magazines féminins, des couteaux, des armes nucléaires, etc.

videopress.com

Puis, ils sont emmenés en bus. Ceci n'est qu'un convoi d'environ 300 captifs. Le spectacle entier durera probablement plusieurs jours.

videopress.com

L'impact

Je viens de vérifier auprès du Wall Street Journal, un journal autrefois formidable (aujourd'hui une blague à la USA Today).

Ils disent que la reddition de Marioupol n'aura aucun impact, parce que la ville était déjà bien derrière les lignes russes.

« Journalistes » ? LOL.

Je ne parlerai même pas de l'équivalent d'une brigade complète (au minimum) des forces russes et de Donetsk qui peuvent maintenant être redéployées sur d'autres fronts.

Il y a beaucoup plus que cela.

La reddition de Marioupol est une énorme rupture psychologique contre l'Ukraine.

De nombreux Ukrainiens - la garnison de Marioupol et les membres de leurs familles dans tout le pays, et l'opinion publique nationaliste en général - ont vécu au pays des merveilles pendant deux mois entiers pensant que la garnison pourrait/serait sauvée pensant que le Pape, ou Macron, ou Lloyd Austin, ou les ChiComs, ou même les fans de l'Eurovision, convaincraient la Russie de laisser les forces de Marioupol simplement partir.

LOL.

Maintenant, tout le monde comprend que si vous êtes encerclés par la Russie, vous avez deux options :

Se rendre. Ou la mort.

Et c'est tout.

Il n'y aura pas de sauvetage, le pape ne viendra pas à la rescousse, et la Russie se fiche de ce que pensent ses ennemis de l'OTAN.

C'est un énorme changement psychologique, comparable à ce qui est arrivé aux Allemands après Stalingrad.

Après Stalingrad, les Allemands, s'ils étaient confrontés à un risque imminent d'encerclement, à de très rares exceptions près, se sont enfuis (ou ont essayé de le faire).

Et l'armée ukrainienne, malgré tous les emblèmes de la « Croix de fer » sur son matériel, n'est pas la Wehrmacht.

Cela n'augure rien de bon pour la tentative de l'Ukraine de tenir et de défendre l'agglomération de Sievierodonetsk-Lyssytchansk dans le nord de Lougansk - une zone loyaliste russe très dure, et probablement le prochain grand « chaudron ».

Ces deux villes combinées font à peu près la moitié de la taille de Marioupol.

Les forces russes et celles de Lougansk/Donetsk qui les envahissent seront plus nombreuses et (désormais) beaucoup plus expérimentées que les forces qui ont pris Marioupol.

Aujourd'hui, les Ukrainiens de cette région savent que si (quand) ils sont isolés, toute résistance supplémentaire est inutile.

Certains résisteront-ils, pendant un certain temps ? Bien sûr.

Mais ce ne sera pas une affaire de deux mois, comme pour Marioupol.

Encore une fois, il s'agit d'un changement de mentalité.

source :  The Dreizin Report

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter