28/08/2022 arretsurinfo.ch  8 min #214501

« Les Russes ont à peine commencé à se battre, comme Poutine l'a récemment déclaré »

Prof. John Mearsheimer, Université de Chicago. Crédit Wikipedia

Par Gilbert Doctorow

Publiée le 20/08/22 sur le  Blog, sous le titre GILBERT DOCTOROW: JOHN MEARSHEIMER'S LATEST ARTICLE ON UKRAINE IN "FOREIGN AFFAIRS" - A CRITIQUE

Il y a quelques jours, la revue de politique internationale la plus lue aux États-Unis, Foreign Affairs, a publié un article du professeur John Mearsheimer de l'Université de Chicago intitulé "Playing with Fire in Ukraine: the Underappreciated Risks of Catastrophic Escalation."  La version en ligne est accessible ici.

Cette publication a constitué un événement majeur en soi compte tenu de la tournure orthodoxe de FA sur tout ce qui concerne la Russie et des remises en cause du récit de Washington faites par Mearsheimer depuis la parution de son article «   Pourquoi la crise ukrainienne est la faute de l'Occiden t » dans le numéro d'automne 2014 de Foreign Affairs. À l'époque, cet article avait suscité un paroxysme de rage chez les partisans de la ligne dure qui forment la majorité de la communauté américaine de politique étrangère et des lecteurs de la revue.

La vidéo d'un discours sur le même sujet que Mearsheimer a prononcé en 2014 peu après la parution de l'article a été visionnée par plus de 12 millions de visiteurs sur le site  youtube.com. Une version actualisée du même discours présentée sur le site au cours de ce printemps a attiré plus de 1,6 million de spectateurs. On peut affirmer sans risque que John Mearsheimer est l'universitaire le plus vu et le plus écouté qui conteste la sagesse conventionnelle sur la guerre en Ukraine aujourd'hui.
Je reconnais volontiers le mérite du nouvel article de Mearsheimer : avertir de la manière dont le conflit en Ukraine pourrait facilement échapper à tout contrôle et dégénérer en une guerre nucléaire. L'équipe de conseillers inexpérimentés et ignorants de la Maison Blanche doit être secouée de sa complaisance et tout ce qui est publié dans Foreign Affairs sera nécessairement porté à leur attention, alors qu'un article publié par  antiwar.com, par exemple, sera brûlé avant d'être lu.

Toutefois, cela n'excuse pas Mearsheimer de se baser sur les mêmes sources d'information restreintes et déformées que celles utilisées par les grands médias et les grands universitaires, tout en ignorant d'autres sources d'information qui donneraient plus de profondeur à son analyse et modifieraient peut-être ses conclusions de manière substantielle. Pour être explicite, je pense qu'il écoute trop attentivement les prévisions optimistes de Washington et de Kiev concernant une contre-offensive qui aboutira à une impasse, voire à une défaite russe, et qu'il n'écoute pas les rapports russes sur l'évolution de leur campagne sur le terrain, qui indiquent une réduction lente et régulière de tous les obstacles à la conquête de l'oblast de Donetsk, ce qui signifie la capture de l'ensemble du Donbas.

L'avancée russe n'est que légèrement ralentie par le détournement de troupes vers la région de Kherson pour étouffer dans l'œuf cette attaque ukrainienne bien annoncée. Aux dernières nouvelles, les Russes s'approchent des points forts stratégiques de Slavyansk et Kramatorsk, berceau du mouvement indépendantiste du Donbas en 2014. En prenant ces villes de la région centrale, ils coupent l'approvisionnement en armes des positions ukrainiennes les plus lourdement fortifiées juste à l'extérieur de la ville de Donetsk, qui bombardent les quartiers résidentiels et tuent des civils quotidiennement depuis huit ans. C'est ce qui explique que la semaine dernière, elles aient finalement envahi et détruit les positions ukrainiennes dans la ville de Peski, à seulement deux kilomètres de la capitale de la RPD.

La prise de Peski n'a pas été rapportée par les médias occidentaux, tout comme la nature criminelle de son activité, concentrée sur des cibles civiles en violation des conventions internationales sur la conduite de la guerre, n'a jamais été signalée. Ainsi, l'avancée russe n'a rien de « choquant », ce qui signifie que les Russes ne font rien pour faire les gros titres et forcer la main de Biden pour mettre en œuvre une escalade disproportionnée.

Le dernier calendrier des Russes, tel qu'annoncé dans leurs principaux talk-shows télévisés, est d'achever la libération du Donbas d'ici la fin de l'année. Après cela, s'il n'y a pas de capitulation ukrainienne, il est probable que la progression se poursuivra à travers Odessa jusqu'en Transdniestrie et à la frontière roumaine, où personne n'aura besoin d'un traité de paix. Le régime de Zelensky pourrait être laissé à l'abandon, les récriminations mutuelles ébranlant la base de son pouvoir.

L'article de Mearsheimer examine en détail les nombreux scénarios possibles d'une escalade dangereuse, voire catastrophique, du conflit. Mais ceux-ci sont innombrables et largement imprévisibles, de sorte qu'il ne couvre finalement qu'une fraction des possibilités de dérapage. Elles sont, comme il l'admet, peu susceptibles de se produire. Amen.

L'une de ces possibilités d'escalade catastrophique qui retient actuellement l'attention des médias mondiaux est l'affrontement à la centrale nucléaire de Zaporozhie, occupée par la Russie, la plus grande centrale de ce type en Europe. Les deux parties au conflit jouent sur la menace inhérente aux tirs d'artillerie et de roquettes sur une installation nucléaire à des fins de propagande, pour dépeindre l'autre partie comme des fous : les Ukrainiens parlent des dirigeants du Kremlin comme de terroristes nucléaires et de maîtres chanteurs, les Russes parlent des forces ukrainiennes qui tirent sur la centrale comme de « singes portant des grenades ». Il est certain que les dommages causés à la centrale, suivis du rejet dans l'atmosphère de substances radioactives, étaient dans l'esprit de Mearsheimer lorsqu'il a formulé son article. Cependant, permettez-moi d'être parfaitement clair : il s'agit d'un faux problème, tout comme le prétendu blocus russe des ports ukrainiens qui aurait forcé à la famine les nations africaines qui ne parvenaient pas à obtenir les céréales qu'elles avaient commandées à l'Ukraine avant le conflit. Le fait est que les réacteurs nucléaires sont encastrés dans des murs de béton d'un mètre d'épaisseur qui sont imperméables à tous les projectiles que les Ukrainiens sont capables de lancer. Les risques concernent les bâtiments administratifs et les systèmes de refroidissement. Les Russes sont parfaitement capables d'arrêter les réacteurs nucléaires à tout moment pour éviter une catastrophe.

Permettez-moi maintenant d'attirer l'attention sur le risque nucléaire que Mearsheimer identifie dans son article. Il a repris exactement le même argument que les commentateurs dominants aux États-Unis, à savoir que la Russie pourrait recourir aux armes nucléaires au cas où la campagne se retournerait contre elle en raison d'une intervention plus importante de l'Occident, y compris des troupes sur le terrain. Nous savons tous que des troupes sont déjà sur le terrain, à savoir les « instructeurs » qui dirigent les tirs des HIMARS. Nous savons que des officiers supérieurs américains et d'autres officiers occidentaux assurant la liaison avec leurs homologues ukrainiens ont récemment été réduits en miettes par l'attaque à la roquette russe sur Vinnitsa. Tout cela a été étouffé et le seul indice de ce désastre pour Washington a été le licenciement des dirigeants des services de renseignement ukrainiens le lendemain.

Bien sûr, personne ne sait ce qui pourrait encore forcer une escalade. Mais là encore, Mearsheimer passe à côté de certaines considérations importantes. Pourquoi suppose-t-il que les Russes doivent passer aux options nucléaires et pourquoi ces options seraient-elles dirigées contre Kiev et non, par exemple, contre Londres ? Plus précisément, il ne tient pas compte du fait que les Russes ont à peine commencé à se battre, comme Poutine l'a récemment déclaré publiquement. Ils ne se sont pas mobilisés et n'ont pas émis d'avis de conscription, ils n'ont pas mis l'économie sur le pied de guerre. Et ils n'ont pas déployé leurs armes les plus conséquentes. Au contraire, ils l'ont retenu, prêt à être utilisé si nécessaire dans une guerre directe avec l'OTAN. Il s'agit de charges conventionnelles massivement destructrices transportées par des fusées hypersoniques et similaires.

Il y a ensuite une autre dimension du conflit que Mearsheimer n'aborde pas dans son article, alors qu'elle exercera une influence décisive sur la victoire de Washington ou de Moscou dans cette lutte acharnée : les dommages économiques causés par les sanctions contre l'Europe par le biais d'un retour de flamme qui est sur le point de devenir politiquement insoutenable à l'arrivée de la saison de chauffage d'automne et d'hiver. Les pays baltes et la Pologne sont et resteront à l'abri de la raison, dirigés qu'ils sont par des russophobes délirants. Toutefois, lorsque les inévitables manifestations de rue se produiront en France, le plus instable des grands États de l'UE, suivi par l'Allemagne de l'Est et même par la Belgique, un pays plus passif, comme me le disent les élites locales auxquelles je parle, alors les politiciens européens partiront dans des directions contradictoires et l'unité s'effondrera. Les Russes sont sûrs de gagner cette guerre psychologique, malgré tous les efforts des médias d'État de l'UE pour l'étouffer. Le jour où Scholz donnera le feu vert à l'ouverture du Nord Stream II marquera la victoire des Russes et mettra un terme aux décisions suicidaires prises par les États-Unis en Europe.

Pour toutes ces raisons, j'exhorte le professeur Mearsheimer et ses disciples à prêter davantage attention à ce que disent les Russes et moins à l'air chaud qui sort de Washington.

Gilbert Doctorow

Voir aussi:  Pourquoi la crise ukrainienne est la faute de l'Occident

Source:  natyliesbaldwin.com

Traduction  Arrêt sur info

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Référencé par :

1 article