Fin de partie en Ukraine : Le plan de bataille de Poutine

par Mike Whitney

« Le centre de gravité stratégique incontesté de l'Ukraine est constitué par ses corridors occidentaux jusqu'à la frontière polonaise, où la grande majorité de son soutien de guerre entre dans le pays. Le centre de gravité opérationnel de l'Ukraine est constitué par ses lignes de réapprovisionnement qui partent de Kiev vers l'est pour rejoindre les différentes positions de la ligne de front de l'Ukraine. Sans ces deux corridors, il serait presque impossible pour Kiev de soutenir des opérations de guerre pendant plus de quelques semaines. Poutine, par conséquent, pourrait calculer que la meilleure utilisation de ces 218 000 soldats supplémentaires sera de lancer un axe à trois volets pour couper ces deux voies d'approvisionnement. » ( Lieutenant-colonel Daniel L. Davis, Senior Fellow for Defense Priorities et rédacteur collaborateur à 1945)

« Je tiens à souligner à nouveau que toutes les tâches de l'opération militaire spéciale... seront accomplies sans condition. » (Vladimir Poutine )

Un autre jour d'attaques de missiles à grande échelle sur l'infrastructure énergétique entravée de l'Ukraine a plongé une grande partie du pays dans l'obscurité. Les attaques incessantes - qui se sont poursuivies toute la nuit et jusqu'aux premières heures du matin - se sont considérablement intensifiées alors que les troupes de combat russes continuent de rejoindre leurs unités le long du périmètre en vue d'une offensive hivernale majeure. Le président russe Vladimir Poutine a attendu patiemment que le régime Zelensky prenne conscience de la gravité de sa situation et fasse pression pour des négociations bilatérales. Mais le président ukrainien s'est obstiné à rejeter la diplomatie à chaque instant, préférant se battre jusqu'au bout. Il est pleinement soutenu dans cette décision par ses partisans à Washington, qui voient dans ce conflit une occasion d'affaiblir la Russie afin qu'elle ne puisse pas faire obstacle aux projets américains de « pivot » vers l'Asie. La transformation de l'Ukraine en un désert glacial et inhabitable est en grande partie le résultat des ambitions géopolitiques voraces de Washington. Ceci est extrait d'un article de Moon of Alabama :

« Les attaques précédentes avaient limité la capacité de distribution à environ 50% de la demande. Des blackouts contrôlés sur plusieurs heures par jour ont permis de donner un peu d'électricité pendant quelques heures à la plupart des régions du pays. L'attaque d'aujourd'hui a créé un problème beaucoup plus important. Non seulement les réseaux de distribution ont été attaqués, mais aussi les éléments qui relient les installations de production d'électricité de l'Ukraine au réseau de distribution. Les quatre centrales nucléaires ukrainiennes et leurs 15 réacteurs sont désormais en mode arrêt. Kiev ainsi que la plupart des autres villes d'Ukraine n'ont plus d'électricité » [1].

L'Ukraine plongée dans l'obscurité - Au matin du 24 novembre, plus de 70% de Kiev reste sans électricité. Il n'y a pas d'eau dans la moitié de la capitale. Les coupures de courant se poursuivent dans toutes les régions du pays... [2

Les coupures de courant généralisées s'accompagnent de températures glaciales qui vont inévitablement entraîner une crise humanitaire sans précédent. Des millions d'Ukrainiens seront contraints de traverser la frontière pour se réfugier en Europe. D'autres devront se terrer dans des abris d'urgence improvisés, chauffés sporadiquement par des générateurs au diesel. Il n'y a aucune chance que le système électrique délabré de l'Ukraine soit réparé rapidement, voire jamais. Et même s'il pouvait être reconstitué de manière improvisée, ce ne serait qu'une solution à court terme. Le fait est que les Russes ont identifié les principales sous-stations, les terminaux et les auto-transformateurs à travers l'Ukraine et qu'ils les attaquent un par un. Incapable de se défendre contre le barrage quotidien de missiles à guidage de précision, l'Ukraine est progressivement bombardée et renvoyée à l'âge de pierre.

L'objectif de l'opération russe est de saper la capacité de l'Ukraine à faire la guerre. Les attaques contre le réseau électrique, les nœuds ferroviaires, les dépôts de carburant, les ponts et les centres de commandement et de contrôle de l'Ukraine ne sont que la phase 1 d'une opération en deux phases destinée à vaincre l'ennemi et à mettre fin rapidement à la guerre. La Russie a rassemblé environ 500 000 soldats dans une force d'attaque de combat qui traversera le pays selon trois axes principaux, anéantissant les forces ukrainiennes partout où elles seront rencontrées et s'emparant des villes clés en cours de route. Les lignes de ravitaillement essentielles en provenance de Pologne seront bloquées, laissant les troupes au front isolées et vulnérables aux attaques. Finalement, le régime et ses forces de sécurité du bloc de droite seront tués ou capturés. Moscou ne permettra pas à un gouvernement ouvertement hostile à la Russie de diriger le pays. Ces propos sont tirés d'une interview du colonel Douglas MacGregor :

« Il y a maintenant 540 000 soldats russes stationnés à la périphérie de l'Ukraine qui se préparent à lancer une offensive majeure qui, je pense, mettra probablement fin à la guerre en Ukraine. 540 000 soldats russes, 1000 systèmes d'artillerie à roquettes, 5000 véhicules de combat blindés dont au moins 1500 chars, des centaines et des centaines de missiles balistiques tactiques. L'Ukraine va maintenant connaître une guerre à une échelle que nous n'avons pas vue depuis 1945 » ( Colonel Douglas MacGregor, Rumble)

MacGregor encore : « Tout a maintenant changé... la grande probabilité d'offensives commençant dans les prochaines semaines, lorsque le sol sera complètement gelé et que les Russes jugeront que leurs forces sont prêtes. Et ils avanceront et ils achèveront cet État ukrainien, ne nous leurrons pas, le régime de Kiev sera probablement anéanti avec le reste de ses forces armées...

La plus grosse erreur que nous, Occidentaux, pourrions faire serait de nous impliquer. Nous avons fait assez de dégâts.... et je pense que ce que nous allons voir.... est la destruction totale de cet État ukrainien croupion. Maintenant, ce qui se passera après, je ne le sais pas. Je suis convaincu que les Russes ne veulent pas rester en Ukraine occidentale... La Russie traite désormais l'Ukraine comme un véritable ennemi. Auparavant, ils ne l'étaient pas, et cela n'est pas compris à l'ouest » [3].

November 22nd - Ukraine is about to be annihilated

« Question : Il y a une chance que des troupes de combat américaines soient envoyées pour combattre en Ukraine ?

MacGregor : Nous ne sommes pas en position de faire la guerre à la Russie, et tout ce que nous ferions sur le terrain échouerait lamentablement et nous serions embarrassés. Mais manifestement, personne à Washington n'écoute... On ne comprend pas vraiment à quel point la situation est désespérée en Ukraine occidentale. Nous pouvons donc nous attendre à ce que cette offensive massive (russe) s'accompagne de la migration de millions d'Ukrainiens supplémentaires vers l'Europe parce qu'ils n'ont nulle part où aller... Les Ukrainiens savent ce qui se prépare. Il n'y a pas grand-chose qu'ils puissent faire à ce stade, mais au lieu de leur lancer une bouée de sauvetage, nous leur avons essentiellement dit de couler avec le bateau sur lequel ils sont » 3 .

Note : Donc, lorsque les frappes de missiles prendront fin et que le sol sera gelé, l'offensive russe commencera. Mais quel est le plan ? Comment les Russes vont-ils déployer leurs troupes et quels objectifs tactiques vont-ils chercher à atteindre ?

Si personne ne peut dire avec certitude comment l'offensive évoluera, deux articles récents du site militaire 1945 fournissent une explication convaincante et détaillée de ce qui pourrait se passer si Poutine décide de donner le coup de grâce aux forces armées ukrainiennes et aux dirigeants politiques de Kiev. Les articles ont été rédigés par le rédacteur collaborateur de 1945, Daniel L. Davis, qui est un Senior Fellow for Defense Priorities et un ancien lieutenant-colonel de l'armée américaine qui a été déployé dans des zones de combat à quatre reprises. Voici quelques extraits de ces deux articles :

« Si Poutine ordonne une attaque généralisée, elle commencera très probablement par une attaque aérienne, de missiles et de drones massive pour achever la destruction des réseaux électriques ukrainiens, des sous-stations, des installations de stockage de carburant, des gares de triage, des locomotives diesel et des installations de communication. L'objectif sera de rendre extrêmement difficile le soutien aux FAU, de compliquer les communications, de rendre beaucoup plus difficile le mouvement des troupes à l'intérieur du pays, de diminuer leur capacité à soutenir logistiquement les troupes sur des fronts disparates avec de la nourriture, de l'eau, des médicaments, des munitions et des pièces de rechange.

En augmentant la charge que représente pour Kiev la prise en charge de la population civile dans tout le pays, il y aura encore moins de ressources à allouer au soutien de la guerre. Si Kiev donne la priorité à l'approvisionnement des unités de combat, les civils pourraient mourir de froid ou de faim, ce qui placerait le gouvernement dans une terrible situation sans issue...

La clé pour comprendre les objectifs de Poutine est d'évaluer ce que 200 000 soldats supplémentaires pourraient raisonnablement accomplir en Ukraine : un axe d'avancée à trois volets conçu pour couper le sang de l'Ukraine - le couloir d'approvisionnement depuis la frontière polonaise par lequel tout le matériel et l'équipement de l'OTAN entrent en Ukraine » [4].

Une grande partie de ce que Davis anticipe a déjà eu lieu, nous allons donc passer à ses scénarios plus étonnants. Le post ci-dessous a été publié juste un jour après l'article ci-dessus. Voici ce qu'il dit :

« Dans cette dernière édition, je vais exposer ce qui, selon moi, est le plan d'action le plus dangereux auquel l'Ukraine pourrait être confrontée : une campagne terrestre visant à priver l'Ukraine de son sang provenant de l'Occident... Ce que je représente dans cette analyse... représente le danger le plus grave pour l'Ukraine.

Dans ce scénario, Poutine reconnaît que le nombre de troupes dont il dispose pour cette tâche reste insuffisant pour capturer de grandes villes - et qu'il n'a pas besoin de capturer de grandes villes pour réussir. Il pourrait plutôt chercher à identifier puis à éliminer le centre de gravité ukrainien (que) le théoricien militaire Carl von Clausewitz (a défini comme...) « le centre de toute la puissance et du mouvement (de l'ennemi), dont tout dépend ».

Ce qui signifie qu'en temps de guerre, l'objectif global devrait être de priver l'ennemi de la seule chose qu'il doit maintenir pour gagner la guerre...

Selon mon évaluation, le centre de gravité stratégique incontesté de l'Ukraine est constitué par ses corridors occidentaux jusqu'à la frontière polonaise, où la grande majorité de son soutien de guerre entre dans le pays. Son centre de gravité opérationnel est constitué par ses lignes de réapprovisionnement, qui partent de Kiev vers l'est, en direction des différentes positions de la ligne de front de l'Ukraine. Sans ces deux corridors, il serait presque impossible pour Kiev de soutenir des opérations de guerre pendant plus de quelques semaines.

Par conséquent, Poutine pourrait calculer que la meilleure utilisation de ces 218 000 soldats supplémentaires consisterait à lancer un axe à trois volets pour couper ces deux voies d'approvisionnement : l'effort prioritaire à l'ouest à partir de la Biélorussie avec pour objectif Lviv, un effort de soutien au nord-est en direction de Soumy, et un axe de soutien à l'est pour renforcer l'offensive actuelle dans le Donbass.

Une attaque russe à partir du sud-est de la Biélorussie avec pour objectif Lviv représenterait la plus grande menace stratégique pour les forces armées ukrainiennes (FAU). La quasi-totalité des armes, des munitions et des pièces de rechange des FAU entrent dans le pays depuis la Pologne par plusieurs routes terrestres vers Kiev. Si la Russie devait couper ces routes en attaquant le long de la frontière entre la Pologne et l'Ukraine jusqu'à Lviv, elle pourrait interrompre la majorité des expéditions de matériel de guerre en provenance de l'Ouest, sans lesquelles Kiev ne serait pas longtemps en mesure de soutenir ses forces sur les lignes de front dans la partie orientale de l'Ukraine.

Si la Russie utilise une avancée sur trois axes avec ses forces de combat nouvellement mobilisées, ajoutées aux quelque 200 000 soldats déjà engagés - et, surtout, évite d'essayer d'investir les villes - elle aura la possibilité de concentrer sa puissance de combat là où l'Ukraine est la plus faible, et de manière à renforcer mutuellement les autres axes. Cette ligne de conduite représente un grand risque pour les troupes de Zelensky, mais elle n'est pas sans risque non plus pour les Russes » [5].

Il n'y a, bien sûr, aucun moyen de savoir si la guerre se déroulera effectivement selon le scénario de Davis. Il semble toutefois probable que les stratèges russes aient déjà compris que la guerre ne peut être gagnée sans couper les lignes d'approvisionnement vitales vers la Pologne. C'est l'artère principale qui soutient le conflit et permet à Zelensky d'éviter les négociations. Pour Poutine, une telle tentative serait un pari risqué qui pourrait précipiter sa chute politique, mais s'il ne saisit pas l'occasion de forcer Kiev à la table des négociations, la guerre pourrait s'éterniser. Il n'y a pas de choix facile mais, dans ce cas, il semble que les avantages l'emportent clairement sur les risques.

source :  The Unz Review

traduction  Réseau International

  1. «   Ukraine - Lumières éteintes, pas d'eau et bientôt pas de chaleur », Moon of Alabama
  2. «   Kiev sombre dans l'obscurité alors que l'OTAN sacrifie l'Ukraine », Southfront
  3. «  L'Ukraine est sur le point d'être anéantie  », Colonel Douglas MacGregor, YouTube
  4. «   Poutine pourrait lancer une attaque tous azimuts contre l'Ukraine mais cela pourrait être sa perte », Daniel Davis, 1945
  5. «   Poutine pourrait lancer une grande offensive d'hiver en Ukraine pour couper les livraisons d'armes », Daniel Davis, 1945

 reseauinternational.net

 Commenter
samy [Commentaire] 2022-11-27 #12802

rien pas un mot sur le pétrole.

Se réfère à :

1 article