La Première dame d'Ukraine veut sacrifier le bien-être de son propre peuple pour prolonger la guerre

par Lucas Leiroz

Une fois de plus, les dirigeants ukrainiens ont montré leur mépris pour leur propre peuple. Selon la Première dame Elena Zelenskaya, épouse du président ukrainien, 90% des Ukrainiens sont prêts à vivre sans électricité et sans chauffage pendant des années afin de poursuivre la guerre contre la Russie. En fait, ce type de récit est devenu courant parmi les politiciens ukrainiens, américains et européens, qui veulent fomenter un conflit à bonne distance de la ligne de front, tandis que les militaires et la population subissent les conséquences d'une belligérance irresponsable.

Dans une interview accordée à la BBC, l'épouse de Volodymyr Zelensky a promis de « tenir bon » malgré toutes les difficultés. Selon elle, son peuple est prêt à continuer à se battre contre les Russes et ne se laissera pas faire jusqu'à ce que la victoire soit enfin acquise. Elle affirme que les pénuries d'électricité et les problèmes de chauffage ne seront pas un problème, malgré l'arrivée du rude hiver ukrainien.

Elena affirme que 90% des Ukrainiens sont « prêts » à vivre pendant « deux à trois ans » sans électricité ni chauffage, ajoutant que « nous sommes prêts à endurer cela (...) Nous avons connu tant de défis terribles, vu tant de victimes, tant de destructions, que les coupures de courant ne sont pas la pire chose qui puisse nous arriver (...) Vous savez, il est facile de courir un marathon quand on sait combien de kilomètres il y a (...) Parfois, cela peut être très difficile. Mais il y a de nouvelles émotions qui nous aident à tenir bon ».

Il est intéressant de noter qu'Elena a prononcé ces mots le lendemain du déclenchement des alarmes de raid aérien sur l'ensemble du territoire ukrainien. Le 23 novembre, l'artillerie russe a attaqué des cibles d'infrastructure dans des villes telles que Kiev, Lviv, Kharkiv, Odessa, Dnepr, Mikolaïv, entre autres, laissant la grande majorité des citoyens ukrainiens sans électricité. Trois centrales nucléaires ukrainiennes ont été déconnectées du réseau électrique, en plus de plusieurs interruptions de l'alimentation de certaines centrales thermoélectriques et hydroélectriques.

Ces attaques s'inscrivent dans le cadre de la nouvelle stratégie russe consistant à gérer le conflit en infligeant des dommages aux infrastructures ukrainiennes. Des mesures dans ce sens ont été prises depuis le changement de commandement de l'opération militaire spéciale, le général Sergueï Sourovikine ayant pris le contrôle des troupes en octobre. Depuis ce changement de commandement, l'opération russe a acquis les caractéristiques d'une opération antiterroriste - le général Sourovikine est expérimenté dans la lutte contre le terrorisme, ayant déjà vaincu ISIS en Syrie. L'État ukrainien agit par la terreur et utilise son appareil militaire pour frapper des cibles civiles, aussi les forces russes tentent-elles de neutraliser la capacité opérationnelle ukrainienne par la destruction partielle de son infrastructure, évitant ainsi la détérioration de la guerre de tranchées et la confrontation d'infanterie.

Un effet secondaire négatif de ces attaques sur les infrastructures est toutefois que la population civile subit les conséquences des pénuries d'énergie. En théorie, le gouvernement ukrainien devrait considérer cette situation avec prudence et prendre les seules mesures possibles pour arrêter immédiatement le conflit et rétablir la normalité énergétique : négocier avec Moscou et accepter les conditions de paix imposées par les Russes. Cependant, comme nous pouvons le voir dans les paroles d'Elena, la paix n'est pas une possibilité pour le régime néo-nazi ukrainien, qui continuera à se battre même si cela apporte plus de souffrances aux civils.

En effet, les propos d'Elena sont absolument banals. Il est impossible d'affirmer que 90% des Ukrainiens sont « prêts » à endurer ce genre de souffrance. Il n'existe aucune enquête qui confirme cette donnée. Il s'agit simplement d'une déclaration frivole faite à un média occidental dans le but de faire bouger les lecteurs et l'opinion publique en faveur de Kiev. L'utilisation d'une rhétorique émotionnelle est une tactique commune du gouvernement ukrainien et des médias occidentaux depuis le début de l'opération russe. Mais, hypocritement, les difficultés du peuple ukrainien, qui souhaite la fin du conflit quel que soit le camp vainqueur, ne sont jamais prises en compte.

Les médias occidentaux désignent la famille Zelensky comme une « famille de héros », ce qui n'a aucun sens. Elena et ses enfants sont protégés, en sécurité, se déplaçant entre différents pays et loin de la ligne de front. Le président ukrainien lui-même, selon divers rapports, n'est même pas à Kiev. Certaines enquêtes indiquent qu'il séjourne quelque part en Pologne ou près de la frontière, dans des zones sûres, même s'il se rend souvent à Kiev pour des événements officiels. Les internautes ont également souligné récemment le fait suspect que Zelensky enregistre souvent des vidéos en direct dans des pièces très éclairées, même pendant les périodes de coupure de courant en Ukraine.

Donc, pour résumer, la famille Zelensky est en sécurité, sans aucune souffrance, mais ils veulent que le peuple supporte toutes les conséquences d'une guerre prolongée juste pour servir les intérêts de l'Occident. L'armée ukrainienne devrait en prendre conscience et cesser de servir de mandataire dans un conflit qui ne profite pas au peuple ukrainien.

source :  InfoBRICS

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter