Sauver la face : Quelques conseils à Volodymyr Zelensky

par Batiushka

« Peu importe que vous, messieurs, vous courbiez devant eux,
Vous ne gagnerez jamais la reconnaissance de l'Europe :
Vous serez toujours pour eux,
non pas des serviteurs, mais des serfs de leurs dispositions éclairées
. » (F.I. Tyutchev, diplomate et poète russe, mai 1867)

« Être un ennemi de l'Amérique peut être dangereux, mais être un ami est fatal. » (Henry Kissinger)

Abandonner l'Ukraine

L'élite américaine commence à se rendre compte qu'elle a totalement sous-estimé la Russie à tous les égards. Par exemple, le 25 mars 2014, l'arrogant Obama a qualifié avec mépris la Russie de « puissance régionale, menaçant les autres par faiblesse » (sic !). (Il est clair qu'il parlait des États-Unis). En conséquence, aveuglés par l'hubris, certains aux États-Unis admettent maintenant que l'Ukraine, le pays le plus corrompu d'Europe, est un canard mort, le jeu n'en vaut tout simplement plus la chandelle. En plus d'être un trou noir pour l'argent et les équipements militaires occidentaux, l'Ukraine n'est plus le problème. C'est un spectacle secondaire, une distraction, un simple symptôme de quelque chose de bien plus important. Le véritable problème est ce qui se passe actuellement dans le monde entier sous la direction de la Russie - la fin du monde unipolaire, de l'hégémonie mondiale des États-Unis, camouflée sous le terme plus innocent de « mondialisme ».

Suite à la décision et à la capacité de la Russie de tenir tête au tyran mondial, l'ensemble du monde non occidental lui tient désormais tête. Par exemple, lors de la récente réunion du G20 en Indonésie, le débat ne portait pas sur l'Ukraine, mais sur la question de savoir s'il fallait ou non continuer à accepter la domination fasciste américaine (« l'ordre international fondé sur des règles »). Tous les pays d'Amérique latine, d'Afrique et quatre pays d'Asie ont dit non, c'est fini, le monde est désormais multipolaire. Taiwan sera inévitablement chinoise et bientôt - et attendez que des troupes chinoises apparaissent en Mésopotamie pour prendre le contrôle du pétrole et du gaz irakiens et reconstruire ce pays tragique. La liberté nous appelle. Les élitistes occidentaux, longtemps bernés, doivent être choqués : d'autres « puissances régionales » tiennent désormais tête au tyran. Peut-être aussi par faiblesse ? Zelensky a dû se douter que son patron, jusqu'à présent le maître autoproclamé de l'univers, allait se débarrasser de lui. Il est un perdant et les Yankees ne supportent pas les perdants.

Lorsque les États-Unis réaliseront que les nations libres du monde se retournent contre eux, ils n'hésiteront pas à blâmer le régime de Kiev. Les États-Unis doivent sauver la face. Kiev est prévenu : il devra recommencer à négocier avec la Russie. Zelensky a intérêt à planifier sa fuite dès maintenant, car les Ukrainiens ne lui pardonneront pas de les avoir menés en bateau avec un tissu de mensonges. Indépendamment des affirmations délirantes de Zelensky selon lesquelles il n'y aura pas de négociations avec la Russie et qu'il réoccupera les territoires russes, y compris la Crimée, il y a trois raisons pour lui de jeter l'éponge maintenant, avant que tout ne devienne beaucoup, beaucoup plus grave.

Trois raisons de se rendre maintenant

Premièrement, la Russie s'est rapprochée, à contrecœur, de la stratégie américaine « choc et effroi » consistant à détruire les infrastructures, comme les États-Unis l'ont fait en Allemagne et au Japon (Seconde Guerre mondiale), puis en Serbie et en Irak. Les centrales et les réseaux électriques, les ponts et les « centres de décision », tels que certains bâtiments gouvernementaux à Kiev, sont visés. La Russie est à une ou deux frappes massives de missiles du coup fatal qui mettra hors d'usage les systèmes ukrainiens d'électricité, d'eau et de chemins de fer. La moitié de l'infrastructure électrique ukrainienne ayant été mise hors service par les trois premières frappes sur le réseau électrique, des manifestations commencent à se dérouler pour protester contre la détérioration de la situation, et Zelensky envoie la détestée et redoutée police secrète ukrainienne, le SBU, pour les disperser. Il interdit également la couverture de ces manifestations dans ses médias fortement censurés. Le système électrique est entré dans une phase de « déséquilibre arbitraire et incontrôlé ». Les Ukrainiens ont été invités à quitter le pays pour l'hiver. Pour aller où ? Qui veut d'eux ? Et cela inclut-il aussi les militaires ?

Deuxièmement, une fois l'infrastructure neutralisée, les 380 000 soldats russes réguliers et nouvellement mobilisés seront pleinement intégrés aux forces alliées en Ukraine orientale. Même sans elles, les forces russes continuent de progresser dans le Donbass. Une offensive hivernale menée par environ un demi-million de soldats permettra de réaliser d'énormes gains sur l'ensemble du front, progressant de plusieurs centaines de kilomètres et multipliant les pertes vertigineuses de Kiev - et de l'OTAN. En cas de succès, les généraux du président Poutine ont la possibilité d'envoyer une force importante en Ukraine occidentale depuis la Biélorussie afin de couper les voies d'approvisionnement de l'OTAN depuis la Pologne. Cela pourrait facilement conduire à l'effondrement total des forces ukrainiennes déjà ravagées et de leurs mercenaires. La Russie va maintenant jusqu'à Lviv et la frontière polonaise. Elle y a été contrainte. Le régime de Kiev l'a provoqué lui-même. Tout ce que la Russie voulait, c'était la sécurité pour la Crimée et le Donbass et une Ukraine neutre et non nucléaire. Tout aurait pu être si simple.

Troisièmement, les pays occidentaux, et même l'écervelé Stoltenberg, souffrent de la fatigue de l'Ukraine. Les drapeaux ukrainiens ont presque tous été retirés en Europe. Le soutien s'est émoussé à mesure que la réalité se faisait jour. Les stocks d'armes des pays de l'OTAN ont été sérieusement épuisés et des grèves et le chaos social qui s'ensuit sont apparus en Europe. C'est le résultat d'une inflation à deux chiffres et d'une récession économique, provoquée par les sanctions occidentales suicidaires, oui, celles « contre la Russie » (!). « Nous avons froid et faim dans notre propre pays parce que vous avez tout donné à cette bande de perdants de Kiev et aux profiteurs ukrainiens avec lesquels vous avez envahi notre pays ». La crapule mal embouchée Nuland a atteint son but en Europe. Tout cela fait de la Russie le vainqueur stratégique et oblige les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Union européenne à demander à Zelensky de reprendre le dialogue. Le financier Premier ministre britannique Sunak (qui se soucie peu de la politique et la connaît encore moins) a utilisé un modeste programme d'aide britannique, annoncé lors de sa récente visite à Kiev, pour dire à Zelensky que Londres, en faillite, ne peut plus payer. Kiev doit négocier avec Moscou. Suite à cela, la quatrième série de frappes de missiles sur les infrastructures ukrainiennes a été retardée. Le président Poutine attend de voir si Zelensky cédera et entamera des négociations réalistes avant que la Russie ne lance le dernier assaut sur les infrastructures ukrainiennes et l'offensive d'hiver.

Abandonner Zelensky

Au moins certains membres du régime Biden se rendent compte (mais pas Biden lui-même, il n'est pas en état de réaliser quoi que ce soit - un cas évident de maltraitance des personnes âgées) qu'ils vont devoir laisser tomber le milliardaire juif comme bouc émissaire de la défaite de l'Ukraine. Tout comme ils l'ont fait pour d'innombrables dictateurs et gangsters d'Amérique latine, du Moyen-Orient et d'Asie au cours des dernières décennies, les États-Unis lui feront subir le même sort dans sa république bananière Monsanto/Cargill. Zelensky peut-il encore se faire des illusions à ce sujet ? Bien sûr, les États-Unis nieront que la guerre en Ukraine ait jamais opposé les États-Unis et la Russie et déclareront qu'il s'agissait uniquement d'un « conflit interne » entre l'Ukraine et la Russie. (L'Ukraine n'a fait que fournir la chair à canon à ses maîtres transatlantiques, qui contrôlent le pays depuis leur coup d'État en 2014).

L'ancien agent de l'Ukraine pour la CIA, l'acteur Zelensky, a maintenant rempli son rôle. La frappe de missiles ukrainiens sur la Pologne et l'insistance du président ukrainien à dire qu'il s'agissait d'une frappe russe, malgré les preuves évidentes du contraire, a frappé la crédibilité de Zelensky. La frappe intentionnelle ukrainienne sous faux drapeau sur le territoire de la Pologne/de l'OTAN, destinée à provoquer l'OTAN ou du moins à pousser la Pologne à entrer en guerre, est un embarras pathétique. Même par rapport à tous les autres faux drapeaux ridicules mis en scène par Zelensky, comme Boutcha, que des journalistes occidentaux vénaux ont été payés pour rapporter, celui-ci est allé trop loin. L'Occident commence à en avoir assez des pitreries de Zelensky. Une balle dans la tête est bien moins chère que de continuer à subventionner ce clown.

Certains se réveillent face à Zelensky, qui est prêt à déclencher une guerre nucléaire pour éviter de négocier. Certains peuvent même comprendre maintenant que ses affirmations folles selon lesquelles le président Poutine a toujours voulu occuper toute l'Ukraine et restaurer l'URSS, voire conquérir toute l'Europe, sont des histoires de fées. Ces histoires ne sont racontées par Kiev aux nourriciers occidentaux que dans le but d'obtenir une aide militaire et financière et surtout d'attirer l'OTAN dans la guerre. (Le demi-américain Churchill a passé toute l'année 1941 à essayer de faire participer les États-Unis à la guerre de la Grande-Bretagne contre l'Allemagne ; contrairement à Zelensky, Churchill a réussi en soulignant sa compatibilité raciale et en faisant miroiter aux Yankees la carotte de l'océan Pacifique. Zelensky ne peut offrir ni l'un ni l'autre). Le président Poutine a clairement déclaré à plus d'une occasion que : « Celui qui ne regrette pas l'URSS n'a pas de cœur, mais celui qui veut la restaurer n'a pas de cerveau ». Le désir de restaurer l'Union soviétique défaillante est un mythe de propagande occidentale utilisé par les marchands d'armes et les politiciens menteurs pour justifier leur cupidité et leur ambition.

Trois raisons de fuir maintenant

Puisque l'OTAN a catégoriquement refusé d'envoyer des troupes en Ukraine et qu'il n'existe pas de « coalition des volontaires », à l'exception de quelques fanatiques polonais et baltes qui sont actuellement éliminés comme mercenaires en Ukraine, que peut faire Zelensky ? Il pourrait inciter le commandant en chef ukrainien, le général Zaluzhny, à ouvrir une dernière (oui, dernière) offensive à Donetsk ou à Zaporijia afin de récupérer le soutien de l'Occident. Cependant, le général Zaluzhny en a assez d'envoyer ses troupes se suicider. Il est, après tout, un militaire professionnel. Zelensky, quant à lui, est un bouffon de la Maison-Blanche, qui ne se soucie que de sa propre survie. Zaluzhny a d'autres considérations. Il y a ici un potentiel pour un coup d'état, une révolte de palais à Kiev.

D'une part, les néo-nazis meurtriers et égocentriques d'Ukraine qui entourent Zelensky et qui ont tous été mis au pouvoir par les États-Unis ne toléreront pas la capitulation. D'autre part, les Ukrainiens ordinaires, froids et affamés, demanderont pourquoi tout cela n'a pas été évité dès le départ en acceptant la neutralité ukrainienne et en respectant les promesses de Minsk 2 avec leurs frères russes ? (Une bonne question, qui devrait être posée à tous les dirigeants occidentaux qui l'ont également rejetée). Zelensky est donc coincé entre les néo-nazis et le peuple ukrainien modéré, entre le marteau et l'enclume. C'est une situation perdant-perdant pour lui. Les Russes ne détestent pas les Ukrainiens, ils sont frères. Mais ils détestent les nazis. Ils sont des ennemis. Les nazis ne peuvent attendre aucun quartier de la part des Russes et ils le savent. L'URSS a débarrassé sa partie de l'Allemagne des nazis, libérant ainsi leurs frères allemands. C'est la même chose maintenant en Ukraine. Avec la libération de l'ensemble de l'Ukraine par les Russes (ce qui n'était pas prévu à l'origine par la Russie, mais qui est désormais nécessaire), une nouvelle vague de « réfugiés » ukrainiens va frapper l'Europe occidentale, peut-être même avant Noël. Cela pourrait être la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour une Europe remplie de réfugiés d'autres guerres tout aussi stupides et inutiles de l'empire américain : Irakiens, Afghans, Syriens, Libyens, Albanais et maintenant Ukrainiens. L'Europe n'en peut plus. Elle s'effondre dans des vagues d'agitation sociale et même Britannia ne peut dominer ces vagues.

L'ignorant Stoltenberg (encore lui) a déclaré que la défaite de l'Ukraine signifiait une (nouvelle) défaite de l'OTAN. En fait, l'OTAN superflue a été vaincue il y a longtemps, mais Stoltenberg est trop ignorant pour avoir vu le message sur le mur et rejoindre les longues files d'attente d'anciens esclaves des États-Unis, dont les interprètes afghans et irakiens, désormais au chômage. Les États-Unis et leurs vassaux de l'OTAN doivent maintenant faire marche arrière. Une déclaration du genre : Nous avons été déçus par ces Ukrainiens buveurs de vodka qui se sont rendus (que peut-on attendre de ces sous-hommes slaves ?), mais nous avons remporté la plus grande victoire de notre histoire car nous avons réussi à arrêter la bête russe brutale à la frontière polonaise. Mission accomplie ». Cela ferait l'affaire. Les États-Unis et leurs vassaux ne peuvent pas sauver la face, mais, puisqu'ils ne se soucient que des relations publiques, ils peuvent au moins faire semblant de sauver la face - en accusant Zelensky. Ils pourraient, comme par hasard, le faire assassiner pour qu'il ne dise pas la vérité sur ce qui s'est réellement passé en coulisses ces dernières années (il en sait beaucoup trop), en rejetant la faute sur les « extrémistes » et en faisant de lui un nouveau martyr juif. Si j'étais Zelensky, je partirais pour Tel-Aviv aujourd'hui. L'Ukraine a-t-elle encore des avions ?

source :  The Saker

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter