06/12/2022 arretsurinfo.ch  4 min #220181

Lavrov: « Nous ne cessons de nous étonner du cynisme des autorités françaises »

(Nous nous efforçons de relayer les réponses de la partie russe aux accusations émises par les autorités occidentales. Arrêt sur info)

Sergey Lavrov. © Russian Foreign Ministry

Sur la déclaration du Ministère français des Affaires étrangères concernant les projets de la mise en place d'un « tribunal spécial pour la Russie »

Communiqué de presse du 02-12-2022

Nous sommes indignés par la déclaration du Ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères concernant le projet de créer un « tribunal spécial pour juger les crimes d'agression de la Russie ». En plus d'essayer d'impliquer la Cour pénale internationale, les pays occidentaux ont décidé de promouvoir l'idée de créer une autre instance « judiciaire » ouvertement politisée, qui, en fait, n'a rien à voir avec la justice.

Nous ne cessons de nous étonner du cynisme des autorités françaises. Soulignant que leur « priorité » était « la lutte contre l'impunité » en Ukraine, le Ministère français des Affaires étrangères refuse de voir les nombreux crimes de guerre documentés des forces armées ukrainiennes et les taisent délibérément. Pour une raison qu'on ignore Paris ferme les yeux sur l'arbitraire juridique du régime de Kiev au cours des huit dernières années contre les habitants du Donbass, qui continuent de mourir sous les tirs quotidiens d'artillerie et de roquettes. Ils refusent de voir les meurtres de civils et les sévices dont ils sont victimes commis par les forces armées ukrainiennes dans les territoires contrôlés par Kiev.

Ainsi, tout récemment, des images choquantes de l'exécution de prisonniers de guerre russes non armés par des combattants ukrainiens ont fait le tour du monde. Avec une indifférence totale de la part des zelateurs présumés de la légitimité et des droits de l'homme parmi les démocraties libérales, la junte de Kiev crée année après année une atmosphère d'intolérance totale envers la dissidence, recourant aux formes de pression les plus odieuses sur les médias et les journalistes indésirables et soutient la violence à leur encontre allant jusqu'aux représailles physiques. Or, pour les autorités françaises, tout cela n'a pas d'importance. Pour elles, seul importe ce que rapportent les émissaires de Kiev et la propagande du régime criminel.

Nous exigeons des diplomates français, si attentifs à la protection des droits de l'homme, de ne pas diviser les gens en « bons » et « mauvais », « les siens » et « les autres ». Parmi les nombreuses équipes d'avocats et de criminalistes envoyées par la France en Ukraine, au moins un expert aurait dû être désigné pour étudier les atrocités des nationalistes ukrainiens qui sont bien connues, ainsi que pour visiter les territoires russes bombardés par les forces armées ukrainiennes.

Ce n'est pas la première fois que nous faisons face à l'hypocrisie des pays occidentaux lorsque nous discutons des conséquences humanitaires des hostilités. Les crimes des États-Unis et de leurs alliés en Yougoslavie, en Irak, en Libye, en Syrie et dans d'autres pays, qui ont fait de nombreuses victimes parmi la population civile avec des armes de l'industrie militaire américaine et européenne, sont évidents pour les résidents des États concernés, leurs voisins de la région, et tous ceux qui ne font pas partie du fameux « milliard d'or ». La tentative actuelle des pays occidentaux de mettre en place un mécanisme pseudo-judiciaire sans précédent dans son nihilisme juridique est un autre exemple de la pratique occidentale du deux poids deux mesures. Un tel « entre soi » n'aura jamais de juridiction sur la Russie.

Il est particulièrement étrange d'entendre de telles déclarations venant de Paris. Les crimes de guerre commis par les Français pendant la période du colonialisme en Algérie pendant la guerre pour l'indépendance, en Indochine, et, à partir d'exemples récents, en Libye, sont restés impunis et ont privé la France du droit moral de faire de telles déclarations. On ne se souvient pas que le Ministère français des Affaires étrangères ait désigné à haute voix ces dossiers comme ses « priorités ». Nous recommandons que Paris commence par créer un tribunal spécial pour ses propres crimes au cours des guerres coloniales, de diverses opérations punitives, d'interventions dans diverses parties du monde.

Source:  Ministère des Affaires étrangères

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Se réfère à :

1 article

Référencé par :

1 article