Kosovo, la boîte de Pandore de l'Occident

par Timofey Boulochkine

Les États-Unis et l'Union européenne ne peuvent « éteindre » la situation difficile au Kosovo qu'ils ont eux-mêmes provoquée il y a 30 ans en bombardant la Yougoslavie, et en créant « l'indépendance » du Kosovo ainsi qu'un précédent de violation de l'intégrité territoriale. Les doubles standards du « droit international », activement utilisés par l'Occident, ont conduit à un blocage : Américains et Européens ne peuvent plus contrôler leurs pupilles. Et la Serbie est au bord d'un nouvel affrontement ethnique.

Il y a quelques jours, le président serbe, Aleksandar Vucic, avait déclaré que la situation au Kosovo était difficile et au bord d'un véritable conflit. Les résidents serbes du Kosovo qui ne changent pas leurs plaques d'immatriculation en plaques « Kosovo » seront condamnés à une amende, et éventuellement interdits dans leur région d'origine. Cette loi n'est qu'un début. En fait, à long terme, cela signifie que les Serbes devront quitter définitivement le Kosovo.

Désespoir de l'Union européenne et confusion des États-Unis

Les pourparlers de huit heures entre la délégation serbe et les représentants de « l'État » autoproclamé, médiatisés par l'Union européenne, n'ont pas abouti à des accords. Si l'UE continue de soutenir le Kosovo, des affrontements directs ne pourront être évités. Or, les forces européennes de l'OTAN ne sont pas encore prêtes à se battre en Serbie pour la deuxième fois, en raison de leurs propres problèmes avec la crise énergétique et les « dons » d'armes alloués à l'Ukraine. « On peut supposer que l'UE n'est pas prête à bombarder à nouveau Belgrade », a ainsi souligné le politologue Marat Bashirov sur Telegram.

Par conséquent, l'UE tente de maintenir sa neutralité, ce qui provoque le mécontentement des autorités kosovares. Josep Borrell, chef de l'Euro-diplomatie a d'ailleurs déclaré : « par souci de publicité, je dois dire que nous avons avancé une proposition qui aiderait à éviter cette situation risquée. Le président serbe Vučić l'a reçue aujourd'hui, mais malheureusement pas le Premier ministre kosovar Kurti ».

Les États-Unis n'ont pas non plus de solutions toutes faites pour résoudre l'escalade du conflit ethnique. L'administration Biden a demandé (plutôt qu'exigé) au Kosovo de retarder de 48 heures l'imposition des amendes pour les plaques d'immatriculation serbes. Mais il est difficile de formuler une véritable mesure pour résoudre un conflit de longue date en si peu de temps. Les autorités kosovares attendent depuis longtemps l'occasion d'affirmer leur « indépendance » et, par conséquent, de discriminer les Serbes du Kosovo, en usant de procédures bureaucratiques.

Malgré la déclaration en août de Jens Stoltenberg - le chef de l'OTAN - selon laquelle l'Alliance est prête à intervenir dans le conflit en Serbie si « la stabilité est menacée », les États-Unis et l'Union européenne veulent éviter un tel scénario autant que possible. « Mais pendant ce temps, la situation continue de s'aggraver », constate Plékhanov Andreï Kochkine, chef du Département de science politique et de sociologie de l'Université russe d'économie. Il ajoute : « l'Union européenne ne dispose pas de mécanismes et de réserves pour résoudre la situation au Kosovo. Les affirmations de Vučić sont très lourdes selon lesquelles les promesses faites par l'Europe n'ont pas été tenues. C'est pourquoi les États-Unis sont confus. Mais quelles actions seront menées durant ces deux jours ? Après tout, la situation ne s'est pas stabilisée, elle continue de s'aggraver ».

Il faut reconnaître que « tant l'OTAN que l'Union européenne ont conduit la situation dans une impasse », estime l'expert. « Au Kosovo, ils veulent chasser les Serbes des enclaves, ils exigent la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo. Mais la Serbie y est catégoriquement opposée ».

Koshkine en tire la conclusion suivante : « Quel genre de boîte de Pandore s'est ouverte dans l'Union européenne et aux États-Unis, lorsqu'ils ont commencé à faire appel à des doubles standards en Serbie : pour certains, une condition, et pour d'autres, des différentes. Les États-Unis et l'Europe sont dans l'impasse, et ce qu'ils devraient vraiment faire, c'est se conformer au droit international, et ne pas écrire de nouvelles règles comme ils les aiment ».

Perte du contrôle occidental sur le Kosovo

Dans les années 2000, Washington et Bruxelles ont montré qu'ils n'avaient pas l'intention de reconnaître l'indépendance du Kosovo, et encore moins d'accepter son autonomie au sein de l'Union européenne. Dans les documents politiques, il ne s'agissait que d'« indépendance conditionnelle », alors qu'officiellement, la région est inscrite sous la souveraineté de la Serbie.

Alors, pourquoi l'Occident était-il si pressé d'accorder l'indépendance, surtout « conditionnelle » et intermédiaire, exigeant le maintien d'une « présence internationale » ? Pour Pavel Kandel, chef du département des conflits ethno-politiques à l'Institut de l'Europe de l'Académie russe des sciences, « la vraie raison est que les patrons occidentaux ont tout simplement peur de leurs pupilles albanaises, qui ont montré, par les pogroms de 2004, qu'ils sont prêts à utiliser la force pour atteindre leurs objectifs (et pas seulement contre les Serbes). Cela pourrait forcer les États-Unis et l'UE à prendre des mesures actives contre les Albanais, ce qui signifierait l'effondrement de toute la politique occidentale dans le conflit du Kosovo ».

Il semble bien que l'on arrive actuellement à cette situation. Les doubles standards de l'Occident ont fait leur travail, bloquant le conflit : par exemple, la division du Kosovo et son unification avec n'importe quel pays n'est pas autorisée, tout comme la Serbie n'est pas autorisée à retourner aux frontières avant mars 1999. Autrement dit, les responsables européens obligent à préserver l'intégrité territoriale du Kosovo, tout en violant l'intégrité territoriale de la Serbie par l'existence même du Kosovo. Jusqu'à présent, l'Occident n'avait aucun moyen réel de résoudre la situation. Il ne l'a toujours pas. Probablement, les occidentaux essaieront de « geler » le conflit, obligeant les autorités du Kosovo à retarder les mesures qu'ils mettent en place pour expulser les Serbes de la région.

Rappelons qu'auparavant, Vučić avait déclaré que l'adhésion de la Serbie aux sanctions contre la Russie donnerait à l'Occident les mains libres en ce qui concerne le Kosovo...

source :  Le Courrier des Stratèges

 reseauinternational.net

 Commenter